Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

Articles avec #lucchese tag

UN ANCIEN TÉMOIN DU GOUVERNEMENT LIBÉRÉ DE PRISON

26 Juillet 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Michael Meldish
Michael Meldish

Frank Pasqua III fut l’un des premiers témoins vedette du gouvernement fédéral, dans l’opération lancée contre des membres de la famille Lucchese en Mai 2017. Fils de James Pasqua Jr, un Soldat chez les Lucchese, Frank Pasqua III avait affirmé que son propre père était l’assassin de l’ancien leader du Purple Gang, Michael Meldish. Il est sympa le fiston, accusé son père pour éviter la prison, surtout que son témoignage fut jugé peu crédible. La pression exercée sur Frank Pasqua III fut tellement forte que ce dernier revint sur son témoignage, accusant cette fois-ci, le Soldat Christopher Londonio et son Associé, Terrence Caldwell, mais pour le gouvernement fédéral le mal était déjà fait. La défense s’est rapidement saisie des propos défaillants de Frank Pasqua III, l’accusant d’être, en plus d'un mythomane, un « junkie », qui battait sa femme et même sa propre mère devant ses enfants, une « ordure ». Frank Pasqua III devenant un boulet plus qu’autre chose pour le gouvernement fédéral, les procureurs décidèrent de l’écarter petit à petit de cette affaire et finir par l’incarcérer au Métropolitan Center, sous leur protection, en attendant son verdict, car Frank Pasqua était à la base inculpé dans plusieurs affaires. Mais lors de sa détention, Frank Pasqua fut surpris en train de trafiquer de la drogue, encore et toujours, une énième infraction, qui mis fin à la collaboration entre l’ancien Associé de la famille Lucchese et le gouvernement fédéral. Le procès Lucchese fut pour les procureurs fédéraux un réel succès et les les principaux accusés furent reconnus coupables de l’assassinat de Michael Meldish et d’une multitude de délits fédéraux tenant de la loi RICO. Frank Pasqua III quant-à lui, n’a pas eu son heure de gloire, venir témoigner à la barre des témoins. Incarcéré pendant tout le procès, il fallait quand même trouver une solution pour l’ancien Associé de la famille Lucchese, qui à quand même réussi à faire arrêter tout le beau monde grâce à son témoignage au début de cette affaire et même si ses propos étaient foireux. Si l’issue de ce procès avait été défavorable au gouvernement fédéral, il est fort probable que Frank Pasqua III végèterait, encore à l’heure actuelle, dans une prison fédérale, mais au vu des verdicts, les procureurs ont décidé de faire une fleur à leur premier témoin, en lui offrant moins de trois ans pour …. Racket, trafic de drogue et tentative de meurtre, une petite tape sur les doigts et encore. Trois ans, sans compter les mois d’incarcération qu’avait déjà effectués Frank Pasqua III, ce qui en fait au jour d’aujourd’hui, un homme libre. De retour dans le monde réel, Frank Pasqua III a pris contact avec des anciens individus affiliés de près ou de loin dans la Cosa Nostra, comme l’ancien Associé de la famille Bonanno, Gene Borrello  ou encore John Alite, qui donnent actuellement des multitudes d’interviews sur leur passé criminel. C’est sur l’une des émissions diffusées sur une radio locale que Gene Borrello retrouva Frank Pasqua III ou les deux compères se vantèrent d’avoir commis des crimes violents dans les rues de New-York et à l’intérieur des murs de la prison. Pour les avocats de la défense, qui ont défendu les accusés dans le procès Lucchese, les derniers témoignages de Frank Pasqua III sont une « honte ». Pour l’avocat de Christopher Londonio qui aurait pu accepter, avant le procès, une peine de trente années de prison, les paroles de Frank Pasqua III et Gene Borelli : « Envoient un message terrible. Vous coopérer avec le gouvernement fédéral, vous sortez de prison et vous vous vantez d’avoir commis des crimes sans qu’il y est aucune répercussion ». Pour un autre avocat, c’est la peine de trois ans pour Frank Pasqua III qui reste « hallucinante » : « Comment a t-il pu obtenir une si bonne affaire alors que pendant son accord, il a menti plusieurs fois et n’a jamais été présenté pendant le procès ».

Lire la suite

MICHAEL SPINELLI DE RETOUR DERRIÈRE LES BARREAUX ?

22 Juillet 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Michael Spinelli
Michael Spinelli

L’ancien Soldat « Baldy Mike » Spinelli n’aura goûté à la liberté que quelques semaines, avant que le juge fédéral ne décide de le remettre derrière les barreaux. Libérable en 2028, Michael Spinelli avait reçu une libération anticipée exceptionnelle en Mai dernier, en raison d’une part, d’un comportement irréprochable pendant ses vingt huit années derrière les barreaux, mais aussi d’un contexte inhabituel avec l’épidémie de coronavirus qui frappe actuellement les prisons fédérales aux quatre coins des Etats-Unis. Quand l’avocat de Michael Spinelli demanda une libération anticipée pour son client, les procureurs fédéraux avaient pris cette demande à la légère, au vu de la gravité des actes commis par le Soldat de la famille Lucchese, ils étaient certains que Michael Spinelli resterait en prison. En effet, essayer d’assassiner une femme n’ayant aucun lien supposé avec la Cosa Nostra, pour seul motif d’être la sœur d’un Capitaine récalcitrant au Lucchese, a valu de Michael Spinelli d’être un peu la honte des membres de la Cosa Nostra et la bête noire du gouvernement fédéral. Quand au mois de Mai, le juge, le même qui avait remis le verdict de culpabilité à Michael Spinelli vint huit années plus tôt , décida à la surprise générale de libérer le Soldat de la famille Lucchese, les procureurs fédéraux furent pris de court et décida immédiatement de faire appel de cette décision. Une réaction tardive de la part des procureurs, qui permit à Michael Spinelli de quitter le Texas pour retrouver sa sœur dans son appartement à New-York. Le problème désormais est qu’en pleine épidémie de coronavirus, les vols inter-états sont pour la plupart suspendus, alors pour les transferts de détenus fédéraux, c’est encore plus compliqué. Le juge fédéral en charge de ce dossier était d’accord, en attendant un appel, de remettre Michael Spinelli derrière les barreaux, mais avec l’obligation de lui trouver un lieu de détention proche de son nouveau domicile, à New-York. Une date de retour possible derrière les barreaux était même prévue le 03 Juillet dernier, sauf qu’entre-temps, Michael Spinelli, après une visite médicale de contrôle, fut testé positif au coronavirus, l’obligeant de se mettre en quatorzaine et de rester de ce fait, confiné à domicile pendant une durée indéterminée. Depuis son incarcération, Michael Spinelli a complètement renié son passé criminel et ses quelques années passées dans la Cosa Nostra. Devenu un professeur de Yoga respecté dans l’univers carcéral, sa demande de libération anticipée avait été approuvée par plusieurs membres du BOP (Bureau Fédéral des Prisons), louant son engagement quotidien envers les autres détenus, afin de les changer de « direction » et de leur transmettre un éventuel bien être pendant la détention. 

Lire la suite

DANS LA FAMILLE LUCCHESE JE DEMANDE LES FRÈRES CASTELLE

20 Juin 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Eugene Castelle
Eugene Castelle

Condamné l’année dernière à six années de prison pour racket et jeux illégaux, le Capitaine de la famille Lucchese, Eugene « Boopsie » Castelle avait été libéré le mois dernier et confiné à domicile en attendant son procès en appel. Cette décision assez surprenante de libérer un mafieux aussi influent qu’Eugene Castelle, avait été justifiée par un juge fédéral qui préconisait le maintien à domicile d’Eugène Castelle, afin que ce dernier, qui venait d’être hospitalisé pour une pneumonie, évite d’attraper le coronavirus très présent dans les prisons fédérales. Mais malheureusement pour le Capitaine de la famille Lucchese, après une quarantaine de quatorze jours respectée à domicile, Eugene Castelle a été testé positif au coronavirus, le juge fédéral a alors ordonné que les agents de probation, qui suivent Eugene Castelle pendant sa détention à l'extérieur des murs de la prison, soient testés eux aussi, afin d’éviter une propagation du virus à Staten-Island, lieu ou réside actuellement le Capitaine de la famille Lucchese. Quelques semaines plus tard, un nouveau test fut pratiqué sur Eugene Castelle et le résultat fut négatif, le Capitaine de la famille Lucchese était désormais guéri et l’installation du dispositif électronique à son domicile, jusque là reportée, fut alors établie par les agents de probation. Aujourd’hui en pleine forme, Eugene Castelle peut alors préparer sereinement, avec ses avocats, la date de son procès en appel n'a pas encore été fixée. Le frère d’Eugene Castelle, John « Big John » Castellucci Aka John Castelle, un Acting Capo dans la famille Lucchese, à quant-à lui moins de chance. Incarcéré lui aussi après avoir été condamné à près de trois ans de prison pour racket, sa demande de libération sous caution, pour raison médicale, a été, contrairement à son frère, rejetée par un juge fédéral. Le même magistrat a justifié sa décision par le fait que John Castellucci serait impliquait dans une arnaque orchestrée alors qu’il était incarcéré, même en détention, le mafieux continue à faire parler de lui. L’Acting Capo de la famille Lucchese a joué sur une petite faille du bureau des prisons, le BOP, qui permet à certains détenus de voir leur peine réduite d’au moins un an, s’ils suivent un programme contre les abus de drogue et d’alcool. Généralement ce programme est destiné aux personnes dépendantes, mais John Castellucci aurait soudoyé un personnel de la prison, toujours non identifié, afin de le faire rentrer dans ce programme et le cataloguait comme un « toxicomane », alors que John Castellucci ne souffre d’aucune dépendance particulière. Le juge fédéral en charge de cette affaire a demandé au directeur de la prison fédérale de Fort Dix dans l’État du New-Jersey, lieu ou est incarcéré actuellement John Castellucci, d’enquêter et de lui fournir un rapport complet sur cette arnaque. Si les faits sont avérés, la date de sortie de John Castellucci pourrait être repoussée de plusieurs mois.

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE LUCCHESE LIBÉRÉ DE PRISON APRÈS VINGT HUIT ANS DERRIÈRE LES BARREAUX

15 Mai 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Michael Spinelli
Michael Spinelli

Après vingt huit années passées derrière les barreaux, le Soldat de la famille Lucchese, Michael « Baldy Mike » Spinelli va sortir de prison. C’est une décision assez surprenante qu’a pu rendre un juge fédéral de New-York, le même qui l’avait condamné vingt huit ans plus tôt. A cette époque, le magistrat avait fustigé le comportement de Michael Spinelli, déclarant un « acte d’une lâcheté impensable », stipulant que ce dernier avait « enfreint l’une des règles de la Cosa Nostra », en essayant de tuer une femme innocente. Pour essayer d’être intronisé dans la famille Lucchese, Michael Spinelli était prêt à tout et même d’accepter l’invraisemblable, assassiner la sœur de Peter Chiodo, un Capitaine soupçonné par Vittorio Amuso et Anthony Casso de collaborer, à tord, avec les autorités. Heureusement pour Patricia Capozzalo, cette équipe de bras cassée ne la blessera que très légèrement et malgré ce contrat raté, Michael Spinelli sera intronisé par la suite dans les toilettes du Métropolitan Center, une initiation à la hauteur de son statut, un personnage méprisant. Mais après avoir vadrouillé dans diverses prisons fédérales Michael Spinelli a changé, il a tourné le dos à sa vie dans la Cosa Nostra et s’est reconverti comme un professeur de yoga respecté, aidant les prisonniers fédéraux dans leur quête de rédemption. Mais ce changement d’attitude vaut-il une libération anticipée pour un crime aussi infamant ? pour le juge fédéral, la réponse est oui. La libération du Soldat de la famille Lucchese est possible en raison des efforts fournis par Michael Spinelli pour essayer de se faire pardonner auprès des autorités, mais aussi avec les risques actuels liés au Coronavirus. Actuellement et encore plus dans l’État de New-York, les demandes de libération sous caution de membres de la Cosa Nostra se multiplient et celle effectuée par Michael Spinelli ne laisse rien au hasard et pourtant. Pourtant, lors de son procès pour meurtre, le Soldat de la famille Lucchese avait été défendu par un avocat commis d’office, qui ne portait aucun espoir sur une éventuelle rédemption de son client après sa condamnation. Mais malgré l’incarcération, l’avocat resta en contact avec le Soldat de la famille Lucchese et s’aperçu, au fil des années, que Michael Spinelli avait changé, un changement radical qui finira par se traduire par un respect mutuel entre les deux hommes. Selon son avocat, Michael Spinelli est loin d’avoir l’état d’esprit des criminels qu’il peut défendre habituellement, des membres de la Cosa Nostra, mais aussi des criminels à « cols blancs », qui ont tendance à se moquer des autorités fédérales, pour lui, Michael Spinelli a définitivement tourné la page de son passé criminel : « Michael Spinelli n’a jamais dit du mal aux personnels de la prison, ni aux agents du FBI ou même les procureurs qui ont enquêté sur lui » déclara son avocat. Alors comment Michael Spinelli a pu être un personnage aussi détestable pendant son parcours dans la famille Lucchese et être considéré comme un personnage référent dans le milieu carcéral ?. Pour l’avocat de la défense, il faut comparer le comportement actuel de son client avec celui de Frank Gioia Jr, un ancien Soldat de la famille Lucchese qui avait témoigné dans le procès de Baldy Mike. Après avoir aidé le gouvernement, Frank Gioia Jr avait vu sa peine commuée et il fut intégrée avec sa famille en Arizona, sous une nouvelle identité. Sous le programme de protection des mois, Frank Gioia aura extorqué pendant des années des chefs d’entreprise et sera arrêté par les autorités fédérales. Michael Spinelli est désormais loin de tout cela et selon son avocat et après pratiquement trente années derrière les barreaux, son client est devenu « un vieil homme », qui voudrait aider la communauté à l’extérieur des murs de la prison.

Lire la suite

LA COSA NOSTRA A NEW-YORK TOUCHÉE PAR L'ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS

24 Avril 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno, #Lucchese, #Genovese

Le Coronavirus touche tout public et les mafieux de la Cosa Nostra ne sont pas épargnés. Depuis le début de l’épidémie quatre membres ou Associés sont décédés (Merci Fab) : Augustine « Augie » Guido de la famille Gambino, Ronald « Ronnie Mozzarella » Carlucci et Angelo Moccia de la famille Bonanno et Joseph Zito de la famille Genovese.
 

Joseph Zito
Joseph Zito

Joseph « Joey The Butcher » Zito : Décédé à l’âge de quatre vingt trois ans dans une maison médicale de New-York, Joseph Zito a été pendant des années, un personnage important dans la famille Genovese. Joseph Zito gérait le restaurant « Ruggiero » sur Grand Street, un endroit qui, en façade, faisait de la très bonne cuisine Italienne, mais qui servait aussi de repère aux mafieux des cinq familles de New-York, comme Anthony « Tony Fat » Salerno ou encore John Gotti. Connu sous le pseudonyme de Joey The Butcher, en référence à son père qui faisait d’office d’artisan boucher, Joseph Zito était capable d’utiliser lui aussi un hachoir pour couper de la viande, mais aussi pour aider les intérêts de la famille. En 1990, le FBI lança une opération de grande envergure sur les familles de la Cosa Nostra, la Windows Case. Cette affaire démontra que les cinq familles de New-York s’étaient réunis dans un racket de grande envergure, afin d’utiliser un syndicat corrompu pour l’obtention d’un contrat de près de 150 millions de dollars sur le changement des fenêtres pour les bâtiments étant sous le contrôle de l’Housing Authority (un organisme gouvernemental qui régit certains aspects des logements). Joseph Zito et son mentor, Venero Mangano faisaient parti des inculpés, une affaire gênante pour la famille Genovese, qui entrainera des lourdes peines de prison pour la plupart des accusés. De plus cette opération fut possible grâce à l'aide d'un homme, Peter « Black Heart » Savino, un Associé dans l’équipe de Joseph Zito. Son témoignage stoppera pour de bon Vincent Gigante qui sera condamné à douze années de prison ainsi que Venero Mangano. Quant-à Joseph Zito il sera acquitté de toutes les charges retenues contre lui. En 2001, Joseph Zitto sera inculpé de prêt usuraire et de racket, il sera condamné à près de trois ans dans une prison fédérale. A sa sortie de prison en 2005, Joseph Zito ne sera plus jamais inquiété par le gouvernement fédéral mais avec l’arrivée d’un nouveau Parrain, Liborio « Barney » Bellomo, il sera rétrogradé au rang de Soldat, sous les ordres du Capitaine, Rosario « Ros » Gangi.

Matthew Madonna : Depuis sa condamnation pour l’assassinat de Michael Meldish, l’actuel Acting Boss de la famille Lucchese, attendait sa patiemment sa condamnation dans une prison fédérale. Le problème, est que Matthew Madonna, qui est désormais âgé de quatre vingt quatre ans, a été testé positif au Coronavirus après avoir été hébergé quelques temps dans la prison de Valhalla dans le comté de Westchester. Une fois la maladie décelée, Matthew Madonna a été placé en quarantaine pour sa sécurité personnelle, mais aussi pour celle des autres détenus. Au fil du temps l’état de santé de Matthew Madonna se dégrada, ce qui obligea le bureau des prisons de le transférer dans un hôpital proche de son lieu de détention. Selon le BOP, l’état de santé de Matthew Madonna est jugé « inquiétant » et s'il gagne son combat contre le coronavirus, il devra toujours faire face à un verdict dans l'affaire Michael Meldish et l'éventualité d'une peine de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, ce qui fera d’office de condamnation à mort pour l’Acting Boss de la famille Lucchese.

Vincent Asaro : Condamné en 2017 à huit années de prison pour incendie volontaire, le Capitaine de la famille Bonanno, Vincent Asaro, a été libéré de la prison de Springfield, dans l’État du Missouri, une unité médicale spécialisée dans les soins apportés aux prisonniers fédéraux. Depuis sa condamnation, Vincent Asaro a accumulé les problèmes de santé, dont un accident vasculaire cérébrale l’année dernière. Pour ses avocats, son état de sante actuel ne lui permait pas de continuer à purger sa peine normalement, justifiant qu’avec les risques liés au coronavirus, Vincent Asaro était un sujet à risque en cas de contamination au virus. Bien qu’aucun cas de Covid-19 n’ait été signalé dans cet établissement, la maladie, selon les avocats, se propageraient dans tout l’État, ce qui contraint le juge à libérer de prison Vincent Asaro désormais âgé de quatre vingt cinq ans. A ce jour, Vincent Asaro est donc confiné à domicile, même à la fin du confinement, il devra des règles très strictes sur sa libertée surveillée. A noter que son fils Jérôme, âgé de soixante deux ans, condamné à sept ans de prison en 2015, sera libéré le 15 Juin prochain.

 

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE LUCCHESE DEVENU PROFESSEUR DE YOGA DEMANDE UNE LIBÉRATION ANTICIPÉE

18 Avril 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Michael Spinelli
Michael Spinelli

Michael « Baldy Milke »  Spinelli a végété pendant des années dans la famille Lucchese avec un seul objectif en tête, être intronisé dans la Cosa Nostra. Sous l’ère d’Anthony « Tony Ducks » Corallo, Michael Spinelli passait complètement inaperçu, c’est seulement avec l’arrivée de Vittorio Amuso et Anthony Casso aux commandes que ce dernier commença à se faire nom, connu comme un homme à tout faire, prêt à tout pour arriver à ses fins. Michael Spinelli est loin d’être une lumière et ne ramenait pas beaucoup d’argent aux mafieux de la famille Lucchese, la seule solution pour lui d’avoir une chance de devenir un Soldat de la Cosa Nostra était de prouver sa loyauté à l’organisation en exécutant des contrats. Pour Michael Spinelli, un contrat reste un contrat et même ci celui-ci transgresse largement les règles établies. En Mars 1992, le duo Amuso/Casso, un brin paranoïaque, commençait à semer la terreur dans les rangs des Lucchese. Le moindre soupçon, la moindre défaillance de l’un de ses membres, était sanctionnée par une condamnation à mort. Le 08 Mai 1991, Peter Chiodo, un Capitaine, venait d’être accusé dans la célèbre affaire du Windows Case et il en fallut pas plus à Anthony Casso pour penser que Peter Chiodo, pour éviter une longue peine de prison, allait collaborer avec les autorités. Un jour de Mai, Peter Chiodo était en train de faire réparer sa voiture dans un garage de Staten-Island, c’était en milieu d’après midi, quand une voiture avec deux individus à l’intérieur commença à lui tirer dessus, le touchant à douze reprises, aux bras, aux jambes et au torse. Miraculeusement et grâce à sa corpulence, le Capitaine de la famille Lucchese survécut à l’attaque. Mais malgré le fait d’avoir été trahi par les Lucchese, il fallut près de deux mois aux agents fédéraux pour convaincre Peter Chiodo de collaborer avec la justice Américaine : « C’est juste la façon dont j’ai été élevé » se justifia t'il. Vittorio Amuso et Anthony Casso, visiblement très énervés, continuèrent dans leur délire paranoïaque en lançant un contrat contre la propre sœur de Peter Chiodo, et par qui ce contrat fut-il exécuté ? par Michael Spinelli. En réalité, le contrat fut à la base confié à un Capitaine dénommé, Richard Pagliarulo, qui le sous-traita à son Soldat, Jody Calabrese, qui demanda alors à trois d ses Associés, Dino Basciano et les frères Spinelli, Michael surnommé « Baldy Milke » et Robert de s’en occuper. Pour Michael Spinelli, assassiner une femme sans défense n’ayant aucun lien avec la Cosa Nostra, était une opportunité pour pouvoir devenir enfin, un Soldat de la

famille Lucchese, quand je vous dis que l’honneur n’est pas un mot que Michael

Spinelli connaît forcément. Heureusement pour la sœur de Peter Chiodo, l’arme utilisée par cette équipe de bras cassée était détériorée et Patricia Capozzalo « ne sera touchée qu’au cou et au dos ». Rapidement arrêté et incarcéré, Michael Spinelli montra clairement son mécontentement de ne pas avoir été intronisé dans la famille Lucchese. Anthony Casso essaya de trouver un moyen pour apaiser Baldy Milke. Une solution fut finalement trouvée et l’intronisation eut lieu dans une salle à l’abri des regards, dans les toilettes du Métropolitan Center. Dans cet endroit exigu, dans une odeur nauséabonde, Michael Spinelli fut intronisé dans la Cosa Nostra avec quelques ajustements. L’image pieuse fut remplacée par du papier toilette, et le doigt du futur initié fut percée par un outil confectionné à l’intérieur des murs de la prison. Michael Spinneli était devenu un Soldat de la Cosa Nostra mais au final, il en sera jamais respecté des membres de cette organisation. Aujourd’hui âgé de soixante six ans, Michael Spinelli qui est derrière les barreaux depuis pratiquement vingt huit ans, essaye par tous les moyens possibles de sortir de prison. Dans une lettre de Michael Spinelli adressée à un juge fédéral, ce dernier dit regretter son passé criminel, stipulant que la tentative de meurtre envers la sœur de Peter Chiodo était « d’une lâcheté incroyable ». Aujourd’hui, Michael Spinelli se dit s’être détourné complètement de son ancienne vie dans la Cosa Nostra, en insistant sur le fait qu’il était désormais devenu un professeur de Yoga pour les prisonniers fédéraux et par n’importe quel prof. Selon plusieurs détenus et un Conseiller du BOP (Le Bureau Fédéral des Prisons), Michael Spinelli a été d’une « grande inspiration pour la prison fédérale de Beaumont, située au Texas, en servant même « de mentors pour certains détenus ». L’ancien Soldat de la famille Lucchese à une date de libération fixée en 2028, mais selon ses avocats, Michael Spinelli mérite de purger les dix dernières années de sa peine en homme libre, pour désormais aider la communauté, une blague : « Il y a eu de nombreuses occasions ou Michael Spinelli est venu pour régler des désaccords, donner des conseils et aidé des trafiquants de drogue » déclara l’un de ses avocats. Mais pour les procureurs fédéraux, le « changement de Michael Spinelli « est louable » et que cela lui permettrait une « réadaptation dans la société, mais qui doit avoir lieu en 2028 », justifiant par la même occasion, que pour un tueur de femme, sa peine de prison était encore « plus que correct ».

Lire la suite

LES FAMILLES DE LA COSA NOSTRA Â L'ARRÊT PENDANT L'ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS ?

11 Avril 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno, #Gambino, #Lucchese, #Colombo, #Genovese

La crise du coranavirus a réussi là ou des personnalités comme Robert Kennedy et Rudolph Giulani ont échoué, en gelant les activités des familles de la Cosa Nostra. Premier exemple, les jeux d’argent, qui en réalité, est une vraie fontaine d’argent pour les mafieux de la Cosa Nostra. A New-York, les gens sont accros aux jeux et jouent sur tout et n’importe quoi, dans n’importe quels domaines, mais avec l’épidémie du coronavirus les sports majeurs, comme la NBA, la MLB, la LNH ou encore la MLS sont à l’arrêts et les trafics des mafieux par la même occasion. Il y a quelques années encore, cette situation aurait pu poser un problème pour les familles de la Cosa Nostra. Désormais et avec l’amplification d’internet, les mafieux se sont adoptés aux nouvelles technologies et peuvent toujours proposer des paris venant d’autres pays du monde, les joueurs peuvent alors jouer sur des matchs de cricket Africain ou encore du football en Australie, tout est bon à prendre pour se faire de l’argent même les paris les plus improbables. La restauration, avec les bars et les clubs de striptease, est l’une des spécialités des familles de la Cosa Nostra. Les restaurants permettent aux mafieux de blanchir leur argent et servent aussi de façade auprès du gouvernement fédéral. Dans l’un de mes articles, j’expliquais que la plupart des membres de la Cosa Nostra gèrent ou ont des parts dans des restaurants aux quatre coins de New-York, mais depuis trois semaines, le gouverneur de l’État de New-York, Andrew Cuomo, a décrété leur fermeture, laissant seulement l’ouverture aux commerces dit « de nécessité ». Alors certes, certains lieux de restauration continuent à effectuer des livraisons ou des ventes à emporter, mais les bénéfices engendrés par ce buisness est en constante baisse, laissant même supposé la fermeture de plusieurs restaurants à la fin du confinement. A New-York, on a coutume de dire que le ciment est considéré comme « l’or Italien ». Encore aujourd’hui, les mafieux de la Cosa Nostra négocient encore avec différents syndicats liés à la construction, dans un but de gagner de l’argent sur chaque bâtiment construit, mais aussi de récupérer des emplois « no-show ». Avec l’épidémie du coronavirus, la plupart des entreprises sont arrêts, les chantiers aussi, mais les familles de la Cosa Nostra profitent encore des succursales, toujours actives, comme le camionnage et les ports de New-York encore contrôlés en parties par les familles mafieuses. Il faut noter aussi que des entreprises qui sont fermées, génèrent moins d’ordure, l’un des rackets historiques de la Cosa Nostra. Alors comment les familles de la Cosa Nostra vont essayer de faire du buisiness pendant ce confinement ? il est fort probable que les membres de la Cosa Nostra  s’appuient de plus en plus sur le trafic de drogue. Car malgré les mesures de confinement, la plupart des agents fédéraux sont toujours affectés à la surveillance des familles mafieuses et des récents enregistrements, opérés grâce à des informateurs, présagent que le trafic de drogue va prendre une ampleur considérable pendant cette période. Le trafic de drogue est généralement interdit dans les familles de la Cosa Nostra, même si la plupart des Parrain ferment les yeux au vu des bénéfices engendrés. 

Lire la suite

DES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA LIBÉRÉS SOUS CAUTION EN PLEINE PÉRIODE DE CORONAVIRUS

4 Avril 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno, #Colombo, #Lucchese

Eugene Castelle
Eugene Castelle

Les membres de la Cosa Nostra incarcérés dans diverses prisons fédérales, ont toujours tendance d’amplifier leurs problèmes médicaux afin de pouvoir sortir plus rapidement de prison. En pleine période de Coronavirus, la plupart des mafieux ont flairé le filon et ont fait appel à leurs avocats pour prétexter qu’une incarcération dans des prisons surpeuplées, pouvaient leur être fatal au vue de leurs nombreuses pathologies. Le premier n’est autre qu’Anthony Zottola. Ce dernier n’est pas un membre intronisé de la Cosa Nostra, mais il a la particularité d’avoir ordonné le meurtre de son père, Sylvester, un ancien Associé de la famille Bonanno. Au de sa dangerosité et de ses relations avec certains membres des Bloods, ses différentes demandes de libération sous caution ont pour l’instant toutes été rejetées. Mais dans cette période si particulière, Anthony Zottola s’est forcément engouffré dans la brèche et par le biais de son avocat, celui-ci déclara que son client était « préoccupé par l’impact potentiel du coronavirus et sur sa sécurité au sein de la prison ». Mais la décision du juge fédéral statuant sur ce dossier fit office de référence dans le domaine et dans le contexte actuel. Stipulant que malgré cette épidémie, qui fait de nombreux décès dans tout New-York, « la dangerosité de l’accusé » méritait son maintien en détention. De plus, le juge déclara qu’Anthony Zottola pouvait profiter de l’occasion pour prendre la fuite, mais aussi, être un danger pour la communauté, en particulier pour son frère Salvatore qu’il avait essayé d’assassiner. Autre affaire, autre juge fédéral. Cette fois-ci c’est un Soldat

Daniel Cataldo
Daniel Capaldo

de la famille Colombo, Daniel « The Wig » Capaldo qui a demandé d’être libéré sous caution. Ancien trafiquant drogue notoire, qui a passé près de quatorze ans derrière les barreaux, Daniel Capaldo est actuellement incarcéré au Métropolitan Center de New-York après une inculpation pour racket. Comme pour Anthony Zottola, Daniel Capaldo demanda à sortir de prison, effrayé d’attraper le coronavirus dans une prison connue pour des problèmes d’insalubrité. Souffrant d’asthme chronique et ayant des antécédents de pneumonie, Daniel Capaldo doit selon ses avocats, « sortir immédiatement de prison » afin de ne pas mettre sa vie en danger. Pour le juge fédéral qui statua ces derniers jours, la demande de Daniel Capaldo est valable et décida de le libérer sous caution, avec un confinement strict à domicile en attendant son procès qui n’a pas encore été programmé. Condamné en Juin dernier à un peu plus de six ans derrière les barreaux pour jeux illégaux et racket, le Capitaine de la famille Lucchese, Eugene Castelle, qui se trouvait dans la prison fédérale de Danbury dans l’État du Connecticut, a vu sa demande de libération approuvée par un juge fédéral de New-York, qui accepta, après avoir payé près de cinq cent mille dollars de caution, qu'Eugene Castelle soit confiné à domicile en attendant son procès en appel. Cette semaine, lors d’une audience de libération qui se déroula dans un tribunal de New-York, les avocats de la défense ont utilisé les mêmes arguments que d’autres mafieux, prétextant que l’épidémie de coronavirus pouvait poser un problème sur la santé d'Eugene Castelle, justifiant que leur client avait récemment été traité dans un hôpital voisin de la prison fédérale de Danbury, pour une pneumonie. 

Lire la suite

UN ANCIEN REPENTI DE LA FAMILLE LUCCHESE INCARCÉRÉ POUR FRAUDE

8 Mars 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Frank Gioia Jr
Frank Gioia Jr

Frank Gioia Jr est né en 1967 dans le Little Italy de New-York, dans une famille ancrée dans la Cosa Nostra. Son grand-père et son père étaient tous les deux des membres impliqués dans le crime organisé et c’est tout naturellement que Frank Gioia Jr commença, dès l’âge de douze ans, à trainer dans les clubs sociaux appartenant à la famille Lucchese. Rapidement, Frank Gioia Jr se fit un nom dans la rue et dès l’âge de dix huit ans, commençait un peu à être le larbin des mafieux du coin, qu’ils utilisaient pour voler les commerçants, pour trafiquer de la drogue, ou encore d’utiliser Frank Gioia Jr comme homme de main pour le compte de la famille Lucchese. Car à cette époque, Frank Gioia Jr avait déjà une certaine réputation dans les rues de New-York et n'hésitait pas à utiliser la violence pour arriver à ses fins. En 1985, il tira dans la jambe d’un videur d’une boite de nuit qui avait manqué de respect à un Associé de la Cosa Nostra. Allongé à terre, couvert de sang et devant une foule médusée, Frank Gioia Jr lui fourra l’arme dans la bouche comme dernier avertissement. Par la suite, Frank Gioia Jr se lança dans le trafic de stupéfiants à grande échelle, dans la vente de marijuana et d’héroïne, un commerce normalement interdit dans les règles de la Cosa Nostra, mais dont les familles New-Yorkaise acceptaient les millions de dollars de bénéfice qu’engendrait ce trafic, en fermant les yeux sur leur origine. En Octobre 1991, à l’âge de vingt et un an, Frank Gioia Jr se fit introniser dans la famille Lucchese, parrainait par le Capitaine George Zappola, sept ans plus vieux, mais qui était déjà une personnalité dans la famille, il deviendra l’un de ses bras droits. Mais tout bascula en 1993 quand Frank Gioia Jr se fit arrêter pour trafic de drogue et risquait désormais une peine comprise entre vingt sept et trente trois ans derrière les barreaux. Le Soldat de la famille Luchesse ruminait. Sa femme venait de donner naissance à son premier enfant et Frank Gioia Jr remis en question son serment d’allégeance à la Cosa Nostra. Rapidement, il prit une décision et contacta le gouvernement fédéral pour leur donner des informations sur la famille Lucchese. Deux années plus tard, il signera un accord de coopération et après avoir témoigné contre plusieurs membres de la Cosa Nostra, intégrera, au début des années 2000, le programme de protection des témoins avec son père, sa mère, sa sœur et son beau frère, toute la famille, sauf sa femme, dont il avait appris qu’elle l’avait enregistré à différentes reprises en prison, afin de donner des informations aux mafieux de la famille Lucchese. Installé à Phoenix dans l’État de l’Arizona, Frank Gioia Jr qui se fit désormais appeler Frank Capri, se lança dans l’immobilier et comme un investisseur dans la restauration. Pendant des années et avec l’aide de sa famille recomposée, Frank Gioia Jr aurait eu l’intention d’entreprendre la construction de plusieurs restaurants, avec une implantation possible dans près de cinquante villes des Etats-Unis. Pour concrétiser son projet, Frank Gioia Jr s’était associé avec la chaine de restaurants I Love This Bar and Grill de Toby Keith, dont l’entreprise de Frank Gioia Jr, la Boomtown Entertainment, avait promis l’implantation de vingt nouveaux restaurants, mais au final, Frank Gioia Jr n’aura ouvert que deux restaurants, tout en récupérant la modique somme de soixante quatre millions de dollars venant de plusieurs investisseurs. Pour le gouvernement fédéral, c’est une escroquerie à grande échelle qu’a orchestré Frank Gioia Jr avec l’aide de sa famille et en particulier de sa mère, très impliquée dans cette affaire. Actuellement âgé de cinquante deux ans, Frank Gioia Jr fut inculpé et incarcéré et avec la possibilité, une nouvelle fois, de terminer sa vie derrière les barreaux. Mais désormais Frank Gioia Jr est seul et n’a plus la possibilité de pouvoir collaborer avec les autorités en dénonçant ses collègues mafieux, à moins qu’il veuille donner des informations sur sa propre mère, accusé quant-à elle de fraude et de blanchiment d’argent. Pour les procureurs fédéraux, la famille Gioia avait tout prévu, pour siphonner l’argent de personnes crédules, qui avaient investi des millions de dollars, tout en mettant en péril leur propre chaine de restaurants et plusieurs milliers d’emplois. Toujours selon les procureurs fédéraux, Frank Gioi Jr n’aurait jamais eu de compte bancaire à son nom, mais aurait utilisé ou bénéficié de près de cent comptes différents, qui lui aurait permis de placer son argent à l’abri des regards indiscrets. Pendant ses années dans le programme de protection des témoins, Frank Gioia Jr vivait un peu la Dolce Vita avec sa nouvelle compagne et sa famille. Malgré le fait qu’il conduisait une vieille Lexus, appartenant à sa mère, une façace, Frank Gioia Jr possédait des véhicules de luxe, comme des Ferrari, une Rolls Royce ou encore une Cadillac Escalade. Investissant son argent dans les œuvres d’art ou des bijoux, le gouvernement fédéral déclara que la sœur de Frank Gioia Jr,  qui n’est pas inculpée dans cette affaire, aurait gardé une partie des diamants, en réserve, afin que son frère puisse y accéder plus tard, en cas de problème. De plus, l’ancien Soldat de la famille Lucchese aurait utilisé aussi les millions de dollars investis dans son projet bidon, pour se faire construire des propriétés à Chicago ou encore dans l'État de la Californie. Actuellement incarcéré, Frank Gioia Jr essaye par tous les moyens possibles, de sortir sous caution, des demandes qui ont pour l’instant ont toutes été rejetées, car le gouvernement fédéral est persuadé, que Frank Gioia Jr profiterait de cette occasion pour se volatiliser une nouvelle fois, dans un autre État Américain.

Lire la suite

STEVEN CREA JR CONDAMNÉ À TREIZE ANS DE PRISON

1 Février 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

Steven Crea Jr
Steven Crea Jr

Steven Crea Jr a t’il accepté le meilleur plaidoyer de l’année ? pas forcément. Afin d’éviter un procès, le fils de l’ancien Underboss de la famille Lucchese avait décidé de plaider coupable sur des accusations racket. Ce plaidoyer assez avantageux, prévoit une peine maximale de treize années dans une prison fédérale, mais cet accord aurait pu être encore plus intéressant pour Steven Crea Jr, si celui-ci avait déclaré avoir participé, de près ou de loin, à l’assassinat de l’ancien leader du Purple Gang, Michael Meldish. Afin de l’amadouer, les procureurs fédéraux étaient prêts à réduire sa peine de treize ans, initialement prévue, à dix années maximum derrière les barreaux, mais Steven Crea Jr ne pouvait accepter cet accord. En effet, accepter ce plaidoyer aurait tout simplement signifié que son père, lui aussi accusé dans cette affaire, avait approuvé le meurtre de Michael Meldish. Steven Crea Jr envoya alors une fin de non recevoir aux procureurs et c’est sans surprise que le Capitaine de la famille Lucchese fut condamné au maximum de la peine prévue, soit treize ans derrière les barreaux. Pourtant, les avocats de la défense ont essayé de jouer la clémence envers leur client, en déclarant que Steven Crea Jr avait passé avec succès, les tests du fameux détecteur de mensonge, effectué par un ancien agent du FBI, un professionnel dans l’examen de polygraphie, Jeremiah Hanafin. Mais en face des avocats de la défense, il y avait l’une des juges fédérales les plus stricte du district de New-York, connu pour son extrême sévérité, et à juste cause, envers les membres de la Cosa Nostra. Les autorités fédérales ont toujours accusé Steven Crea Jr d’avoir été l’un des protagonistes dans l’assassinat de Michael Meldish. Pourtant, pendant le procès Lucchese qui s’est déroulé il y a quelques semaines, les procureurs fédéraux avaient certifié que c’était Christopher Londonio, le Soldat, qui fut condamné à perpétuité, qui avait appelé Matthew Madonna le soir du meurtre et non Steven Crea Jr. Car en réalité, Steven Crea Jr n’avait aucune raison d’en vouloir à Michael Meldish, alors qu’il fut prouvé, lors du dernier procès, que Matthew Madonna avait lancé un contrat contre ce dernier car il refusait de rembourser ses dettes. Malgré son silence sur l'assassinat de Michael Meldish, son père sera finalement condamné à la prison à perpétuité. Alors Steven Crea Jr paye sans nul doute son parcours criminel au sein de la famille Lucchese et dans l’esprit de la juge fédérale, qui a statué dans ce dossier, un individu appartenant au crime organisé mérite une peine plus sévère qu’une personne lambda ayant effectué les mêmes délits.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>