Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

Articles avec #lucchese tag

AUCUN STRESS VISIBLE POUR LES MAFIEUX DE L'OPÉRATION EAST COAST

31 Août 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese, #Bonanno, #Colombo, #Lucchese

AUCUN STRESS VISIBLE POUR LES MAFIEUX DE L'OPÉRATION EAST COAST

La salle d'audience ne fut assez grande au tribunal fédéral de Manhattan pour pouvoir accueillir l’ensemble des accusés inculpés dans l’opération East Coast, qu'il fallut déplacer la session dans une salle réservée à la base aux demandes de naturalisation. Les procureurs ont déclaré devant les accusés, qu’ils avaient récupéré près de huit cent enregistrements, provenant de différents collaborateurs, la plupart ayant infiltré les familles de la Cosa Nostra pendant plusieurs années. Le procès ne sera pas pour tout de suite, les avocats de la défense devront déjà attendre plusieurs mois, avant de pouvoir récupérer et analyser les enregistrements. Les avocats de la défense décideront alors, de changer ou de confirmer le plaidoyer de leurs clients, la plupart avaient décidé de plaider non-coupable après leur arrestation. En entrant dans le tribunal, le juge fédéral lança la séance par un bonjour aux mafieux présents dans la salle. L’un des accusés, Bradford Nedra, interrompit le lancement de l’audience en déclarant : « Votre honneur, vous nous rendez le sourire et un énorme service, si vous décidiez d’annuler cette affaire » déclenchant le rire des mafieux, des avocats de la défense et même du juge en personne. Bradford Wadra, qui avait été condamné en 1981 à vingt cinq années de prison, pour avoir assassiné un individu lui ayant manqué de respect devant sa petite amie dans un bar de New-York, est aujourd'hui accusé de racket. L’ambiance était particulièrement détendue, les embrassades et les accolades ont continué de nombreuses minutes après la fin de l’audience, laissant présagé un certain optimisme pour les accusés. Pourtant ce climat euphorique pourrait certainement changer. En effet, les procureurs fédéraux vont sortir leur carte maitresse, leurs informateurs. Un agent du FBI identifié sous le pseudonyme de UC-1, sera forcément le témoin le plus important au vu de son statut d’agent fédéral, mais CW-1 identifié comme étant John « JR » Rubeo, un Associé de la famille Genovese, qui travaillait très souvent avec le Capitaine Pasquale « Patsy » Parrello (voir photo) pourrait permettre d'influencer le jury sur certaines condamnations. Le nom d’un autre Associé, aujourd’hui décédé, Ronald « The Beast » Mastrovincenzo, avait quelques semaines plutôt faussement circulé, une ruse des procureurs ?. Envoyé en Floride par Pasquale Porrello pour travailler avec l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie sur les fraudes médicales, John Rubeo en avait profité pour enregistrer à plusieurs reprises Joseph Merlino en train de parler ouvertement d’activités criminelles. L’Associé de la famille Genovese avait décidé de coopérer avec le FBI après avoir été arrêté par la DEA en 2011, dans une affaire de trafic de drogue. John Rubeo évitera surement la prison, mais aura certainement du mal à faire condamner ses anciens collègues mafieux, en raison de son lourd passé criminel. Pasquale « Patsy » Parrello, serait selon certains spécialistes, l’un des accusés ayant le plus de chance de se faire condamner. Grâce aux enregistrements de l’informateur CW-1, les procureurs fédéraux auraient assez de preuves, pour relier le Capitaine de la famille Genovese, à une tentative de meurtre orchestrée sur un gangster Albanais, soupçonné d’avoir assassiné son fils, Pasquale Porrello Jr en 1993.

Lire la suite

ET PENDANT CE TEMPS LÀ...

18 Août 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers, #Bonanno, #Lucchese

ET PENDANT CE TEMPS LÀ...

UNE LIBERTÉ SOUS SURVEILLANCE POUR DES MEMBRES DE LA FAMILLE BONANNO :

Ils ont beau avoir été acquittés dans un procès fédéral, il n’en reste que la liberté des membres de la famille Bonanno, reste un problème de taille pour les procureurs fédéraux. En Mai dernier, le procès contre Le Capitaine Nicholas « Nicky The Mouth » Santora, des Acting Capo, Vito Badamo et Ernest Aiello et du Soldat Anthony « Skinny » Santoro fut tout simplement annulé, faute à un jury qui n’a jamais réussi à se mettre d’accord sur un verdict. Les procureurs fédéraux qui venaient de subit une cuisante défaite avec l’acquittement du Capitaine de la famille Bonanno, Vincent Asaro en Novembre dernier, ont réfléchi plusieurs jours avant de décider de lancer ou non un nouveau procès contre les membres de la famille Bonanno. Nouveau procès dit forcément libération sous caution. En effet, un procès qui fut annulé, permet aux membres de la famille Bonanno incarcérés depuis leurs arrestations de pouvoir permettre une libération anticipée. Outre Nichoals Santora et Anthony Santoro, qui rstent incarcérés au Métropolitan Center, en raison d’une caution trop élevée (1 million de dollar pour Nicholas Santora, et 500 000 mille dollars pour Anthony Santoro), Vito Badamo et Ernest Aiello ont pu quant-à eux retrouver la liberté, à certaines conditions. Les deux mafieux, ont pour interdiction de rencontrer des membres du crime organisé, en particulier des membres de la famille Bonanno : « Qui fait partit de la Cosa Nostra ? » demanda ironiquement l’avocat d’Ernest Aiello, en déclarant que son client avait pour habitude de fréquenter la pâtisserie Fortunato Brothers Cafe, un établissement qui servirait aussi de repère aux membres de la famille Bonanno : « Si votre client, y va et reste seulement quelques minutes, je suis d’accord. Le problème se pose s’il y reste plus d’une heure pour discuter » déclara le juge fédéral. Pareil pour Vito Badamo. Si ce dernier croise un membre du la famille Bonanno, il peut le « saluer » mais pas « discuter avec », insista de nouveau le juge : « Les procureurs ne sont pas même pas capables de nous communiquer une liste d’individus qu’il ne faut pas côtoyer » déclara l’avocat d’Ernest Aiello, stipulant que son client avait peur d’être incarcéré pour avoir discuté avec un individu dans une boulangerie Italienne

ET PENDANT CE TEMPS LÀ...

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE PLAIDE COUPABLE :

En décidant de ne pas incriminer Carmine Avelino (voir photo), un Capitaine de la famille Lucchese dans plusieurs délits, Michael Capra lui a sans nul doute, enlevé une belle épine du pied. Sans aucune preuve tangible, les procureurs savaient pertinemment qu’un procès contre le Capitaine de la famille Lucchese risquait d’être compliqué, un accord de plaidoyer était donc inéluctable. Carmine Avelino voulait aller au procès, mais l’accord proposé par les procureurs était tellement alléchant, que ce dernier accepta de suite. En acceptant de plaider coupable d’extorsion, ce dernier sera condamné au maximum à une peine de deux années et demi de prison, alors qu'à la base, le mafieux pouvait être condamné à près de vingt années derrière les barreaux. Âgé de soixante douze ans, Carmine Avelino continuera sans nul doute à sa sortie de prison ses activités criminelles au sein de la famille Lucchese, surtout qu'avec les remises de peine, il deviendra très vite un homme libre. Devant le tribunal, Carmine Avelino déclara qu’il avait demandé aux frères Capra, Michael et Daniel, des Associés de la Cosa Nostra, d’utiliser la menace physique et verbale pour récupérer pas loin de 100 000 dollars au près d’un individu qui restera non identifié. Lorsque le juge fédéral demanda si Carmine Avelino appartenait à la famille Lucchese, son avocat interpella coupa net la parole du juge, en déclarant que son client aurait préféré qu’on parle plutôt des activités de son client au sein de plusieurs associations communautaires, tout en demandant au juge un petit peu de compassion dans son verdict, Carmine Avelino souffrirait de la maladie de la Parkinson.

Lire la suite

LA COSA NOSTRA FRAPPÉE PAR L'OPÉRATION « EAST COAST »

5 Août 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie, #Genovese, #Bonanno, #Lucchese, #Gambino

LA COSA NOSTRA FRAPPÉE PAR L'OPÉRATION « EAST COAST »

L’opération « East Coast » a été lancée hier par le FBI et a permis d’arrêter une quarantaine de membres et Associés venant de quatre familles de la Cosa Nostra, dont le Parrain actuel de la famille de Philadelphie, Joseph « Skinny » Merlino (voir photo). Depuis plusieurs semaines, il ne faisait plus aucun doute, que Joseph Merlino avait bien repris les activités criminelles d’une famille en pleine expansion depuis l’État de Floride, ou ce dernier réside avec sa famille dans une luxueuse villa. Ses nombreux allers-retours ces derniers mois entre Philadelphie, le New-Jersey et la Floride ont amplifié les surveillances d’un mafieux, qui se disait complètement retiré de la Cosa Nostra : « Trop de rats » disait-il encore lors d’une interview en 2013, Les membres des différentes familles sont inculpés de racket, d’extorsion, de fraude à l’assurance maladie et de trafic d’armes. Le FBI ne s’est pas limité cette fois-ci à une ville en particulier et a longé toute la côte Est, pour cibler les différentes familles de la Cosa Nostra qui ont ces derniers temps profité d’un certain relâchement des agences fédérales, concentrées sur la menace terroriste, pour pouvoir regarnir leur rang. Il est étonnant de constater que malgré l’arrestation de Joseph Merlino, aucun autre membre de la famille de Philadelphie ne fut inculpé, signe que le FBI avait monté depuis quelques temps et grâce à l’aide de plusieurs informateurs et d’enregistrements, un dossier RICO contre l’actuel Parrain. Joseph Merlino côtoyait depuis plusieurs semaines et façon assez régulière sa garde rapprochée, pour pouvoir gérer les affaires de sa famille. Or d’après le FBI, sans le savoir, ce dernier se faisait enregistrer secrètement par un individu qu’il pensait être de confiance : « Non seulement vous allez entendre ces gars, mais vous allez aussi pouvoir leur parler » aurait t’il déclarer à des mafieux de Philadelphie. Les enquêteurs se sont toujours posés la question de savoir comment Joseph Merlino, qui se disait complètement retiré selon lui de la Cosa Nostra, pouvait vivre dans une villa luxueuse à Boca Raton en Floride, en ne vivant que sur les profits d’un restaurant désormais fermé pur faute d’activité. Mais sa condamnation en Janvier 2015 pour une violation de libération conditionnelle avait complètement discrédité les propos de Joseph Merlino. A New-York, le FBI s’est concentré plus particulièrement sur les familles Genovese, Gambino, Lucchese et Bonanno. Le Capitaine de la famille Genovese Pasquale « Patsy » Parello âgé de soixante douze ans, bien connu des autorités pour avoir déjà purgé près de sept années de prison pour détournement de fond, a été inculpé d’avoir ordonné à ses hommes de main, de tabasser un mendiant qui selon lui, harcelait les passants devant son restaurant du Bronx dénommé le Pasquale’s Rigoletto Restaurant. De plus, Pasquale Parello était aidé dans ses activités par un autre Capitaine, dénommé Eugene « Rooster » O’Nofrio, qui était en charge d’une équipe basée à Mulberry Street dans le célèbre quartier de Little Italy à Manhattan, lui aussi sera arrêté. Anthony « Anthony Boy » Zinzi, l'un des accusés, et un membre de l’équipage de Pasquale Parello, gérait un club de jeux dans Yonkers, ou toutes sortes de paris sportifs y étaient proposés, allant jusqu’au jeux de dés, l'argent remontait chaque semaines dans les poches du Capitaine de la famille Genovese. Mais les membres affiliés à la Cosa Nostra restent des personnes violentes, et quand un rival commençait à prendre de l’ampleur à côté de leur club social, les membres de la famille Genovese n’hésitaient pas à mettre le feu à leur voiture. L’enquête au finale aura duré plusieurs années, les membres de la Cosa Nostra qui pour échapper à la détection du FBI, organisaient des réunions dans des restaurants ou sur des aires de repos, en utilisant un langage codé. En Juillet 2016, une opération lancée contre quatre familles de la Cosa Nostra à New-York, avait démontré que celles-ci travaillaient en étroite collaboration. Ces récentes arrestations confirment une nouvelle la bonne entente entre les familles New-Yorkaise. En effet, Pasquale Parello aurait demandé à plusieurs de ses Associés de crever les pneus d’un individu devant de l’argent non pas à la famille Genovese, mais à la famille Lucchese.

Lire la suite

UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE LUCCHESE COUVRE SON CAPITAINE

4 Août 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE LUCCHESE COUVRE SON CAPITAINE

En Mai 2014, les procureurs fédéraux étaient persuadés que les frères Capra, deux Associés de la famille Lucchese, sous les ordres d’une équipe dirigée par Carmine Avelino, servait de gros bras à ce dernier pour récupérer de l’argent aux mauvais payeurs. Michael Capra en particulier, déjà bien connu du FBI pour ce genre de délits, aurait menacé un individu âgé de soixante dix ans, qui devait près de cent mille dollars à la famille Lucchese. Quant-à Carmine Avelino, le Capitaine est un grand habitué de ce genre de manœuvre. Déjà condamné à près de dix années de prison pour avoir participé à l’assassinat de deux éboueurs de Long-Island en 1994, Carmine Avelino avait été enregistré en train de demander explicitement aux frères Capra de frapper le vieil homme, trop récalcitrant à son gout. Des enregistrements effectués en 2010, pourtant il aura fallu attendre quatre années supplémentaires, pour que tout ce « beau monde » ne soient arrêtés. Le premier a être présenté à un juge fédéral pour une demande de libération sous caution, fut Michael Capra (voir photo). Ce dernier qui décida de plaider non-coupable, sera détenu à domicile en attendant un futur procès. L’Associé de la famille Lucchese pensait que le témoignage de sa femme allait facilement le disculper de toutes ces inculpations. Mais cette dernière qui devait certifier que son mari, était le jour de l’agression, tranquillement chez lui, se mêla très rapidement les pinceaux en raison de la pression exercée par les agents fédéraux. Pendant que la femme de Michael Capra mentait ouvertement aux autorités, l’Associé de la famille Lucchese, en profitait quant-à lui pour sortir de chez lui, et ceux malgré les interdictions strictes de quitter son domicile. Finalement Michael Capra décidera la semaine dernière de plaider coupable. Devant un juge fédéral, l’Associé de la famille Lucchese avoua : « Oui je l’ai menacé de lui frapper dessus s’il ne recouvrait pas ses dettes ». En plaidant coupable, Michael Capra fait désormais face à une peine de prison pouvant aller jusqu'à deux années et demi, une aubaine pour le mafieux, qui souhaite par dessus tout, de devenir un membre intronisé de la Cosa Nostra. En effet, malgré le fait d’avoir avoué sa culpabilité, Michael Capra a eu une perte de mémoire, quand le juge fédéral lui demanda a qui devait revenir tout cet argent : « J’en ai aucune idée » stipula t’il. Il ne fait aucun doute que ce « trou de mémoire », n’a que pour seul objectif, montrer que Michael Capra malgré sa condamnation, reste loyal envers la famille Lucchese, et que désormais en ayant fait ses preuves, il mérite surement un « petit avancement ». De plus, en ne nommant en aucun cas le nom de Carmine Avelino, ce dernier qui risque jusqu’à vingt années de prison, pourrait se voir acquitter des charges retenues contre lui.

Lire la suite

QUAND LA COSA NOSTRA TRANSGRESSE SES PROPRES RÈGLES

30 Mars 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

QUAND LA COSA NOSTRA TRANSGRESSE SES PROPRES RÈGLES

Peter « Fat Pete » Chiodo, un Capitaine de la famille Lucchese venait de collaborer avec la justice et pour éviter la prison, le Parrain Vittorio « Vic » Amuso et son Underboss Anthony « Gaspipe » Casso (voir photo), échafaudèrent un plan, s’attaquer à la famille de Pter Chiodo pour que ce dernier décide de revenir sur sa décision de coopérer avec la justice Américaine ou au pire des cas, discréditer son témoignage.. Pour cela, les deux mafieux transgressèrent une des règles fondamentales de la Cosa Nostra : « Ne pas s’en prendre à la famille d’un membre présumé de l’organisation ». Mais de nature paranoïaque, Anthony Casso était devenu à cette époque, incontrôlable. Pour se venger de la désertion de Peter Chiodo, il élabora un plan avec trois présumés « hommes d’honneurs », la plupart en attente d’être intronisé dans la Cosa Nostra. Le plan était simple, la cible était la sœur de Peter Chiodo, Patricia Capozzalo, qui n’avait strictement rien avoir avec les activités criminelles de la Cosa Nostra. Pour faire le sale boulot, Anthony Casso demanda à un Capitaine dénommé, Richard Pagliarulo, qui sous-traita le contrat à son Soldat, Jody Calabrese, qui demanda alors à trois Associés, Dino Basciano et les frères Spinelli, Michael et Robert de commencer à « préparer le terrain ». Le groupe effectua deux tentatives infructueuses pour mener à bien le « travail ». La première fois, alors que Dino Basciano s’approcha du véhicule de Patricia Capozzalo, une jeune fille sortit d’une maison voisine, faisant arrêter le contrat à la dernière seconde. La seconde fois, même scénario, le groupe de mafieux, durent annuler à la dernière minute en raison d’un témoin trop gênant. Le 10 Mars 1992, Patricia Capozzalo venait de rentrer chez elle, après avoir été recherchée ses enfants à l’école. Robert Spinelli qui était au volant d’une camionnette, accompagné de son frère Michael, bloqua sa voiture, alors que Dino Basciano se précipita vers son véhicule, côté conducteur, pour tirer à deux reprises sur la sœur de Peter Chiodo, la touchant au cou et au dos. Par chance, l’arme était détériorée et après avoir tiré les deux coups de feux, il fut impossible pour Dino Basciano, d’assener « le coup de grâce ». Patricia Capozzalo fut soignée rapidement à l’hôpital le plus proche, ses blessures étant par chance sans gravité. Il ne fallut pas très longtemps aux enquêteurs pour retrouver les protagonistes de cette histoire. Les quatre hommes furent arrêtés et condamnés à de lourdes peines de prison. Dino Basciano décidera de collaborer, Jody Calabrese prendra dix années, quant-aux frères Spinelli, c’était une autre histoire. Les policiers se rendirent compte que l’ainé, Michael, avait demandé à son frère Robert, un individu ayant un QI très inférieur à la moyenne, classé comme « débile léger » de participer à ce contrat, il prendra dix ans. Pour Michael Spinelli, qui était surnommé Baby Milke par les membres de la famille Lucchese, ce contrat devait lui ouvrir « les portes » de la Cosa Nostra. S’il était réussi, il devait être sans nul doute être intronisé dans la famille Lucchese. Mais les choses ne se passèrent pas comme il avait prévu. Déçu de ne pas avoir été proposé à l’adhésion tout de suite après cette tentative de meurtre, Michael Spinelli, décidera de plaider non-coupable, allant même réfuter l’existence de la famille Lucchese, il prendra plus de trente années d’emprisonnement, et commencera à purger sa peine en tant que simple Associé. Mais alors que ce dernier allait être transféré dans un pénitencier fédéral, Michael Spinelli sera incarcéré au Métropolitan Center de New-York ou Anthony Casso qui venait d’être arrêté pour plusieurs meurtres et racket, se retrouvèrent dans le même couloir de la prison. Michael Spinelli montra clairement son mécontentement de ne pas avoir été intronisé dans la famille Lucchese, et ceux malgré le fait d’avoir planifié" un assassinat pour le compte de la Cosa Nostra. Pour lui, même si le contrat n'avait pas été exécuté, il méritait son adhésion. Dans ce couloir de la prison était regroupé d’autres membres de la Cosa Nostra, qui en attentant pour la plupart d’être transférés, côtoyaient le même quartier disciplinaire. Michael Spinelli réussi au final à se faire « parrainer » par d’autres membres de sa famille, l’intronisation pouvait donc avoir lieu, dans la prison, dans une salle à l’abri des regards, les toilettes. En effet, la cérémonie eut lieu dans les toilettes du Métropolitan Center, et les mafieux débrouillards, utilisèrent au lieu du couteau, les accessoires de la prison et au lieu de l’image sainte, du papier toilette suffira. Et c’est un Michael Spinelli, heureux de réaliser un rêve d’enfance, qui prêta serment d’allégeance à la Cosa Nostra, en faisant bruler un bout de papier toilette dans ses mains, une intronisation qui ne sera pas respecté par la plupart des mafieux d’autres familles, qui ne considéreront jamais Michael Spinelli comme un membre à part entière de la Cosa Nostra. Pour avoir « une belle cérémonie », Michael Spinelli devra attendre encore longtemps, sa date de libération est prévue en 2027.

Lire la suite

« FAT PETE » DÉCÈDE DANS LE PROGRAMME DE PROTECTION DES TÉMOINS

27 Mars 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

« FAT PETE » DÉCÈDE DANS LE PROGRAMME DE PROTECTION DES TÉMOINS

Peter « Fat Pete » Chiodo, ancien Capitaine de la famille Lucchese, est décédé cette semaine dans le programme de protection des témoins. Ce dernier fut intronisé relativement tardivement dans la Cosa Nostra, soit en 1987, la cérémonie avait eu lieu dans un appartement qui se trouvait au dessus d’un magasin funéraire. C’était un an après la fin du règne du célèbre Parrain, Anthony « Tony Ducks » Corallo qui fut condamné à près de cent années de prison dans le procès dit de « la Commission ». La famille qui était désormais « gérée »par Vittorio « Vic » Amuso, allait au fil des années s’enfoncer dans la peur, la paranoïa et le meurtre. En 1991, Peter Chiodo en fera les frais, la faute au couple sanguinaire Vittorio Amuso et de son Underboss Anthony « Gaspipe » Casso, qui assassineront plusieurs de ses membres pour avoir soupçonné, sans vérification préalable, que la plupart d’entre eux, allaient collaborer avec la justice, petit retour en arrière. Les raisons qui ont poussé, Peter Chiodo a coopérer avec la justice Américaine sont complètement différentes que d’autres repentis célèbres de la Cosa Nostra, comme l’ancien Underboss de la famille Gambino, Salvatore « Sammy The Bull » Gravano ou encore l’ancien Acting Boss de la famille Lucchese, Alphonse « Little Al » D’Arco. , Peter Chiodo a décidé de coopérer avec les autorités fédérales, car on voulait le voir mort et que la famille Lucchese avait intenté à sa vie. Quelques semaines avant cette tentative de meurtre, ce dernier fut accusé, dans une affaire célèbre, qui impliqua plusieurs membres de la Cosa Nostra, The Windows Case. Le dossier des procureurs fédéraux était solide, il en conclut que chaque familles de New-York, avaient nommé un ou plusieurs représentants, pour contrôler l’Housing Authority (un organisme gouvernemental qui régit certains aspects des logements), dont la plupart des entreprises étaient spécialisées dans la fabrication et le remplacement de fenêtres dans tout New-York. Les familles de la Cosa Nostra imposaient une taxe, près d’un ou deux dollars pour chaque fenêtres qui étaient remplacées, ce qui rapporta au final des centaines de millions de dollars aux cinq familles New-Yorkaise. Relâché sous caution en attendant son procès, Peter Chiodo continua ses activités au sein de la famille Lucchese, mais il n’en fallut pas plus à Vittorio Amuso et Anthony Casso pour penser que leur Capitaine allait décider de collaborer avec la justice. Le 08 Mai 1991, Peter Chiodo était en train de faire réparer sa voiture dans un garage de Staten-Island, c’était en milieu d’après midi, quand une voiture avec deux individus à l’intérieur commencèrent à tirer sur Peter Chiodo, le touchant à douze reprises, aux bras, aux jambes et au torse. Miraculeusement et grâce à sa corpulence, le Capitaine de la famille Lucchese survécut à l’attaque. Mais malgré le fait d’avoir été trahi par sa famille de crime, il fallut près de deux mois aux agents fédéraux pour convaincre Peter Chiodo de collaborer avec la justice Américaine : « C’est juste la façon dont j’ai été élevé » se justifia t'il. Il raconta aux enquêteurs, qu’avant de se faire tirer dessus, il avait entendu un « bruit sec » et vit deux individus portant chacun une casquette de baseball, s’avancer vers lui. Il prit alors son arme, et commença à tirer avant de se faire cribler de balles. Peter Chiodo ne reconnu par les tireurs, mais selon les enquêteurs, il pourrait s’agir de deux Soldats de l’équipe à Alphonse D’Arco, Joseph et Frank Giaccobe, qui était chargé de la bonne exécution de ce contrat, d’ailleurs, ce dernier aurait servi de chauffeur le ce jour là. Son témoignage, couplé à celui d’Alphonse D’Arco qui décida lui aussi de collaborer quelques mois après la défection de Peter Chiodo, anéantira toutes les chances de Vittorio Amuso et d’Anthony Casso d’échapper à la prison. L’ancien Capitaine de la famille Lucchese qui a subit de nombreuses interventions chirurgicales, viendra témoigner lors de nombreux procès, en fauteuil roulant, comme lors du procès du Soldat des Lucchese, Michael « Baby Milke » Spinelli qui avait comploté pour assassiner la sœur, de Peter Chiodo, qui n’avait aucune relation avec le crime organisé, juste pour venger la collaboration de son frère, trahissant une loi dite « sacrée » de la Cosa Nostra. Dans le programme de protection des témoins, Peter Chiodo, subira de nombreux problèmes de santé liés à sa tentative de meurtre. De plus, il perdit son fils, qui était rentré avec lui dans le programme de protection, d’un accident de voiture en 2006. Contrairement à d’autres repentis, qui ont profité de leur nouvelle vie, pour se faire une notoriété dans les médias Américains, Peter Chiodo, refusa à plusieurs reprises des interviews, et changea complètement son style de vie, en gagnant cette fois ci, sa vie honnêtement En 2007 il sera condamné à dix sept années de prison pour racket dans l’affaire Windows Case, mais en raison de sa collaboration, il n’ira jamais en prison. Lors d’une de ses dernières apparitions pendant un procès contre un membre de la Cosa Nostra, Peter Chiodo, s’était montré très reconnaissant envers la justice Américaine, qui lui a permit selon lui, « de changer de vie et devenir quelqu’un de bien ».

Lire la suite

RÉORGANISATION OBLIGATOIRE POUR LA FAMILLE LUCCHESE DANS LE NEW-JERSEY

17 Janvier 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

RÉORGANISATION OBLIGATOIRE POUR LA FAMILLE LUCCHESE DANS LE NEW-JERSEY

Pendant des années, la famille Lucchese dirigeait l’État du New-Jersey avec les frères Taccetta. Après leurs condamnations à des longues peines de prison, Michael et Martin Taccetta ont été remplacés par les Perna. Ralph le père, a très vite repris les rênes, et avec l’aide de ses trois fils (John Perna et Joseph Perna ont été initiés dans la maison de vacances de la famille Perna en Novembre 2007) à su engager la famille Lucchese dans de nouveaux rackets dont le jeu illégal. En Décembre 2007, l’opération HEAT lancée par le FBI, permit d’arrêter près d’une trentaine de membres ou Associés. Cette enquête qui aura duré plusieurs années, aura mis en évidence, les sommes colossales engendrées par la famille Lucchese dans les paris sportifs, plus de 2,2 milliards de dollars en seulement quelques mois d’activité. Face aux lourdes peines encourues, la plupart des accusés ont décidé de plaider coupable. Matthew Madonna qui a fait parti avant la nomination de Steven « Wonderboy » Crea à la tête de la famille, d’un panel composé de trois Acting Boss, a été condamné à cinq années de prison, alors que le Soldat John Mangrella, à huit années dans un pénitencier fédéral. Martin Taccetta qui avait été libéré de prison après avoir vu sa condamnation pour racket « cassée » par la cour suprême du New-Jersey en 2009, sera condamné très prochainement à une peine maximale de huit années de prison. Ce dernier, qui a vu sa condamnation pour racket « confirmé » quelques mois avant de recevoir son verdict dans l’opération HEAT, à de grandes chances de terminer sa vie derrière les barreaux. Dernièrement, c’est la famille Perna, qui s’est présentée devant un un juge fédéral pour recevoir leurs verdicts, après avoir plaidé coupable des accusations retenues contre eux en Juin dernier. Ralph Perna, le patriarche et Capitaine du New-Jersey, âgé de soixante neuf ans, a été condamné à une peine de huit années de prison. Son fils, John, âgé de trente huit ans et son frère Joseph Perna, ont été tous les deux condamnés à dix années de prison. Grâce à ce plaidoyer de culpabilité arrangé avec les procureurs fédéraux, les « Perna », pourront bénéficier d’une libération conditionnelle au bout de quelques années, mais qui sera quand même retardé en raison de leurs antécédents criminels. Carl Herman l’avocat de Ralph Perna à estimé que son client avait quand même de bonnes chances de sortir de prison vers « la moitié de sa peine ». En mettant « hors d’état de nuire », les Perna pendant quelques années, il sera intéressant de voir comment la famille Lucchese va se réorganiser, sous peine de se faire récupérer une partie de ses rackets. Après ce verdict, deux femmes de mafieux, qui avaient été eux aussi accusées dans cette affaire, ont vu leurs accusations rejetées par le juge. La première, Roseanna Perna, mariée à Joseph Perna, était accusée en même temps Vita Cetta, de blanchiment d’argent. Vita Cetta était l’épouse de Michael Cetta, un Associé de la famille Lucchesé, qui décédera pendant ces longues années de procédure. Car pendant tout ce temps, trois autres accusés, Alfonso « Tic » Cataldo, Gianni Iavoco et Sam Juliano ont également trouvé la mort. Chose intéressante, les procureurs fédéraux avaient révélé, que Joseph Perna, s’était allié avec un membre du gang des Bloods, incarcéré dans une prison d’État du New-Jersey, pour y vendre de la drogue et des téléphones cellulaires prépayés, cote assez rare pour des membres de la Cosa Nostra. En recevant son verdict, Joseph Perna fut le seul des trois accusés, à s’exprimer publiquement, avant d’être emmené par les policiers : « Je présente mes excuses à cette cour. Je présente aussi mes excuses à ma famille, qui est obligé de subir toute cette épreuve ».

Lire la suite

LA FAMILLE D'UN ANCIEN SOLDAT DES LUCCHESE DEMANDE RÉPARATION

2 Janvier 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

LA FAMILLE D'UN ANCIEN SOLDAT DES LUCCHESE DEMANDE RÉPARATION

Le 12 Avril 2007, en milieu d’après midi, sur le parking d’un restaurant de Tenafly dans l’État du New-Jersey, un individu est assassiné d’une balle dans la tête. Il ne fut pas longtemps aux enquêteurs arrivés sur les lieux du crime, pour s’apercevoir que le corps retrouvé près d’une luxueuse BMW, n’était autre que Frank Lagano (voir photo), un Soldat de la famille Lucchese. Le tueur dans cette affaire ne sera jamais arrêté, mais pour le FBI, il ne fait aucun doute que Frank Lagano avait été assassiné en raison de sa collaboration avec la justice Américaine, après avoir été attrapé dans une affaire qui avait fait grand bruit dans la famille Lucchese en 2004, l’ « Opération Jersey Boyz ». Cette affaire avait démarré au début des années 2000, quand les agents fédéraux se sont intéressés aux activités du Caffe Roma, un lieu détenu par les familles Lucchese et Genovese, se situant à East Rutherford dans l’État du New-Jersey. Un agent infiltré dans ce café, fut quelque peu étonné, quand après avoir bu un expresso, le serveur lui demanda s’il voulait parier sur un match de football. Après plusieurs vidéosurveillances et des enregistrements effectués près du restaurant, il s’avéra que les familles de la Cosa Nostra gagnaient à eux deux, près d’un million de dollars par an dans les paris illégaux rien qu'avec le Caffe Roma, mais aussi dans l’extorsion, les mauvais payeurs étant généralement très vite rappelés à l’ordre par les membres de la Cosa Nostra. Outre Joseph « The Eagle » Gatto, un Capitaine de la famille Genovese, aujourd’hui décédé, les agents fédéraux arrêtèrent Frank Lagano. Ce dernier, aurait, selon certaines sources judiciaires, décidé très vite de collaborer avec la justice Américaine. Pendant cette enquête, les agents fédéraux ont collaboré avec les détectives du bureau du procureur en charge comté de Bergen (BCPO), lieu ou se déroulait l’affaire, et dont le chef, Michael Moraga, était un ami personnel de Frank Lagano. Pendant la perquisition au domicile de Frank Lagano, près de 130 mille dollars furent retrouvés, mais une partie de cet argent selon les agents fédéraux, auraient été détournés par les enquêteurs du BCPO, des agissements dont Frank Lagano fut au courant très rapidement. Une dispute éclata alors entre les deux hommes, et Michael Moraga aurait fait en sorte d’inculper Frank Lagano sur des fausses accusations, pire encore, il aurait révélé son statut de témoin du gouvernement, ce qui aurait mené à son assassinat trois ans plus tard, en 2007. En 2012, la famille du Soldat de la famille Lucchese, intenta un procès pour homicde contre le bureau procureur, prétextant qu’en raison d’une divulgation d’informations faite par leurs enquêteurs, Frank Lagano avait été assassiné. En 2014, une cour d’appel fédérale, annula les poursuites engagées par la famille Lagano, déclarant que le BCPO ne pouvait être « poursuivi » car il était « le bras armé » du procureur dans ce comté. Pour essayer d’arranger la situation, le gouverneur de l’Etat du New-Jersey, Chris Christie, déclara dans un communiqué qu’il allait remplacer l’actuel procureur du comté de Bergen, John Molinelli : « Les fonctionnaires qui ont enquête dans l’affaire contre Frank Lagano sont reliés à l’extorsion le favoritisme, la fraude, le trafic d’influence, ainsi que d’autres actes criminels » déclara un des avocats de la famille Lagano. Au final, cette opération dénommée Jersey Boyz, qui avait permis d'arrêter plusieurs membre de la Cosa Nostra, ne mènera à aucune condamnation, pire encore il aura démontré la corruption dans certains services de police. des preuves, ains que des documents mis sous scellés, furent supprimés, c'est pour toutes ces choses, que la famille de l'ancien Soldat de la famille Lucchese a décidé d'intenter un nouveau procès, dans l'espoir cette fois-ci, de découvrir les véritables circonstances qui entourent l'assassinat de Frank Lagano

Lire la suite

CONDAMNATIONS DANS LA FAMILLE LUCCHESE

9 Octobre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

CONDAMNATIONS DANS LA FAMILLE LUCCHESE

Matthew Madonna (voir photo à gauche) est un membre important et influent de la famille Lucchese. Bientôt âgé de quatre vingt ans, ce dernier a pratiquement passé plus de la moitié de sa vie d’adulte derrière les barreaux. Gros trafiquant de drogue dans les années 1970, Matthew Madonna sera condamné en 1976 à trente années de prison pour trafic de drogue, une peine qu’il acceptera sans broncher. Pendant son incarcération, il refusera de témoigner devant un grand jury fédéral pour éviter d’incriminer des membres de la famille Lucchese. Pour ce refus de collaborer avec la justice, il sera condamné à un an et demi de prison supplémentaire. En 1995, Matthew Madonna sera finalement libéré de prison et en récompense d’avoir accepté sa peine comme un « homme d’honneur », il sera intronisé dans la famille Lucchese en 1998, il avait alors soixante trois ans. Très rapidement, il gravit les échelons de la Cosa Nostra, devenant Capitaine très rapidement, puis après l’incarcération à vie du Boss Vittorio Amuso, il fera parti d’un panel composé de trois Capitaines (Ce panel était composé de Joseph DiNapoli, Arnielo Migliore et Matthew Madonna et sera arrêté après la sortie de prison de Steven Crea) pour gérer les affaires au jour le jour des Lucchese. En 2007, l‘opération Heat menée par les agents fédéraux, permirent d’arrêter plusieurs membres de haut rang de la famille Lucchese, dont Matthew Madonna qui fut inculpé d’avoir gagné des centaines de millions de dollars grâce à des paris sportifs illégaux. La plupart des accusés seront libérés sous caution en attendant un futur procès, qui après plusieurs années de procédure, ne trouvera une issue que ces derniers mois. La semaine dernière, Matthew Madonna se trouvait devant un juge pour recevoir son verdict dans cette affaire, soit près de sept ans après son inculpation. Un accord de plaidoyer passé en Juin avait permis à Matthew Madonna d’être condamné à une peine de cinq ans de prison qu’il purgera dans le pénitencier de Trenton dans l’État du New-Jersey, ou il retrouvera son compatriote Martin Taccetta lui aussi inculpé dans l’opération Heat. Car dans la même journée, le juge Vincent Ahto a vu défiler bon nombre de membres de la famille Lucchese dans son tribunal. Quelques instants après que Matthew Madonna soit escorté par des policiers, c’était à Martin Taccetta de faire son entrée. Et rien ne va plus pour le Capitaine de la famille Lucchese

CONDAMNATIONS DANS LA FAMILLE LUCCHESE

A une époque pas si lointaine, Martin Taccetta (voir photo à droite) qui opérait depuis l’État du New-Jersey était l’un des gangsters les plus influents sur ce territoire. Alors que son frère Michael a pu de nouveau gouter à la joie de la liberté il y a de cela moins d’un an, après avoir purgé près de vingt années de prison pour meurtre et racket, Martin quant-à lui, est toujours embourbé dans différentes affaires. De retour en prison en 2009, après que la Cour Suprême du New-Jersey avait confirmé de nouveau sa condamnation à trente années de prison pour l’assassinat de Vincent « Jimmy Sinatra » Craparotta, Martin Taccetta était de retour devant un juge fédéral la semaine dernière pour recevoir son verdict dans une affaire qui s’était déroulée pendant sa mince période de liberté entre 2005 et 2008. Le Capitaine de la famille Lucchese a toujours « espoir » selon son avocat, que la Cour Suprême des États-Unis va « bouleverser » sa vie et annuler pour de bon sa condamnation pour racket et meurtre au début des années 1990. C’est pour cela que le verdict dans l’affaire découlant de l’Opération Heat en 2008 était très important pour ce dernier, car une lourde peine de prison ferait encore plus reculée sa date de sortie. Âgé de soixante quatre ans, Martin Taccetta essaya de jouer de son charme, en plaisantant pour que le juge Vincent Ahto ne le condamne qu’à une peine de trois à six ans maximum pour ce délit. Tentative ratée, vu que le juge décida de suivre le réquisitoire du procureur qui demanda de condamner Martin Taccetta à une peine de huit années de prison, en raison de son lourd passé criminel. A moins qu’il ne gagne son autre appel, Martin Taccetta devra purger au moins quatorze années de prison avant d’être admissible à une libération conditionnelle.

Lire la suite

LES FAMILLES DES VICTIMES DE DEUX DÉTECTIVES LIÉS A LA LA COSA NOSTRA ENFIN DÉDOMMAGÉES

4 Septembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Lucchese

LES FAMILLES DES VICTIMES DE DEUX DÉTECTIVES LIÉS A LA LA COSA NOSTRA ENFIN DÉDOMMAGÉES

Encore aujourd’hui, la police de New-York reste encore marquée par l’histoire de ses anciens détectives, Stephen Caracappa (voir photo à gauche) et Louis Eppolito (voir photo à droite). Ces derniers qui à leur retraite, avaient obtenu tous les honneurs et toutes les distinctions du NYPD, avaient en faite profiter de leurs fonctions respectives au sein de la police de New-York pour renseigner l’une des cinq familles de la Cosa Nostra à New-York, les Lucchese. Pendant plusieurs années et malgré les nombreux soupçons qui pesaient à leur encontre, Stephen Caracappa et Louis Eppolito ont aidé Vittorio Amuso et Anthony Casso , qui dans les années 1980 étaient respectivement, Parrain et Underboss de la famille, à « nettoyer » leur famille des informateurs de la justice, mais aussi des nombreux concurrents. Le problème est que même grassement rémunéré par les mafieux, les deux détectives de New-York bâclaient « leur travail », en faisant exécuter par exemple des personnes qui n’avaient aucune relation avec le crime organisé, comme Nicholas Guido en 1986. Il fallut attendre 2006 pour que Stephen Caracappa et Louis Eppolito soient jugés et condamnés à la prison à perpétuité pour tous ces crimes, maintenant c’est au tour des familles des victimes de demander des réparations. Cela avait commencé en Février dernier quand la ville de New-York consentit à dédommager, Pauline Pipitone aujourd’hui âgé de quatre vingt sept ans, la mère de Nicholas Guido, assassiné lors du repas de Noël. Installateur téléphonique, ce dernier avait été exécuté par deux individus alors qu’il montrait sa nouvelle voiture à son Oncle. Nicholas Guido venait de décéder devant son oncle et devant sa mère qui regardait la scène impuissante depuis sa cuisine. Le jeune homme d’origine Italienne n’avait aucun rapport avec la Cosa Nostra, il avait seulement la malchance de porter le même nom qu’un Associé de la famille Gambino, Nick Guido qui avait participé à la tentative d'assassinat contre Anthony Casso. Pour ce meurtre crapuleux, la mère de Nicholas Guido touchera près de cinq millions de dollars et quelques excuses de la part du NYPD coupable d’après elle, d’avoir laissé travailler des criminels pendant de longues années. Car oui cet assassinat aurait pu être évité. En effet, en 1984, Louis Eppolito qui avait des membres de sa famille initiés dans la Cosa Nostra, mais qui se vantait devant ses collègues de ne pas avoir choisi le même chemin, avait été surpris en train de transmettre des documents confidentiels à un membre de la Cosa Nostra. Pour cette faute professionnelle, il ne sera seulement suspendu que six mois, et ne touchera aucun salaire. Mais Louis Eppolito ne se démonta pas et un tribunal de New-York le réhabilitera quelques mois plus tard. Face à cette situation, comme pour s’excuser de l’avoir « trainé dans la boue », le NYPD le nommera inspecteur. Cet incident aurait dû permettre à la justice Américaine de surveiller les activités de Louis Eppolito. S’il y avait eu une simple enquête interne, de nombreux meurtres auraient pu être évités et c’est sur ce point que les avocats des victimes ont attaqué la ville de New-York. Au départ, cette dernière ne voulait pas trouver un arrangement avec les familles des victimes, se justifiant que la plupart, étaient des criminels endurcis, conscients des risques qu’ils prenaient. Mais le juge Raymond Dearie qui devait statuer sur un futur procès, demanda à la ville de faire un « effort », d’aller « de l’avant » prétextant qu’elle n’avait pas fais le nécessaire pour enrayer la corruption dans sa police. De ce fait et après plusieurs mois de négociation, la ville accepta de verser près de 1,85 millions de dollars à la famille du Soldat des Lucchese assassiné en 1990, Anthony DiLapi, 1,80 millions de dollars pour la famille de l’Associé John "Otto" Heydel exécuté en 1987. De même pour la famille de l’Associé des Lucchese, James « Jimmy" » Bishop, assassiné en 1987 et près de 1,5 millions de dollars pour les familles du Soldat des Gambino, Bartolomeo « Bobby » Boriello tué en 1991 et du Capitaine Edward “Eddie” Lino, assassiné en 1990.

Lire la suite