Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

genovese

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE GENOVESE DEMANDE UN NOUVEAU PROCES

16 Décembre 2015, 06:12am

Publié par Xav

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE GENOVESE DEMANDE UN NOUVEAU PROCES

Adolfo « Big Al » Bruno (voir photo) était un Capitaine de la famille Genovese qui opérait depuis la ville de Springfield dans l’État du Massachusetts. Mais pour Aldolfo Bruno rien ne fonctionnait comme il le voulait et les enveloppes qui remontaient jusqu’aux patrons de New-York était de plus en plus maigres. De plus, certains membres de son équipe, conspiraient derrière son dos pour essayer de prendre sa place, et il ne fallut pas longtemps pour que des rumeurs plus ou moins fondées arrivent aux oreilles des dirigeants de la famille Genovese, dont celles d’Arthur « Artie » Nigro qui à cette époque occupait le poste d’Acting Boss. L’une de ses rumeurs, racontait qu’Adolfo Bruno avait commencé à coopérer avec le gouvernement fédéral. Anthony J. Arillotta, un Soldat dans l’équipe d’Adolfo Bruno, qui propageait ce genre d'informations, se rendit à plusieurs reprises à New-York et reçu finalement l'autorisation d’Arthur Nigro d’assassiner « Big Al ». Le contrat fut « sous-traité » à des petits truands, Fotios Geas, Brandon Croteau et Frankie Roche, qui le 23 Novembre 2003, alors qu’Adolfo Bruno rentrait dans son véhicule avec l’un de ses Associés, fut exécuté de plusieurs balles dans la tête. Fotios Geas d’origine Grecque, savait pertinemment qu’il ne serait jamais un membre intronisé dans la Cosa Nostra, mais cela ne l’empêchait pas de servir de « muscle » pour le Soldat Anthony J. Arillotta. En Avril 2007, Franckie Roche devint un informateur du gouvernement, et accusa Fotios Geas et Brandon Croteau dans le meurtre d’Adolfo Bruno. Selon ses informations, il s’identifia comme le tireur, alors que les deux autres accusés, auraient servi de chauffeurs, l’un pour le sortir de la scène de crime, le second, pour le faire changer d’État. Pendant ce temps là, Anthony J. Arillotta ne fut nullement inquiété, il sera même acquitté avec Fotios Geas en 2008 d’extorsion. Mais en 2010 tout bascule. Arthur Nigro et Anthony J. Arillotta furent inculpés d’avoir commandité le meurtre d’Adolfo Bruno, les accusations comprenaient en plus du meurtre, le racket et l’extorsion, des accusations qui pouvaient enfermer les deux accusés derrière les barreaux définitivement. Pour éviter de terminer sa vie derrière les barreaux, Anthony J. Arillotta fit une chose très rare dans la famille Geonvese, collaborer avec la justice Américaine. Son témoignage permit de faire condamner Fotios Geas et Arthur Nigro à des peines de prison à perpétuité pour le meurtre d’Adolfo Bruno. Mais la coopération d’ Anthony J. Arillotta ne fut qu’une partie émergée de l’iceberg, car en réalité un proche d’Adolfo Bruno, John Bologne, collaborait avec les autorités depuis plus d’une dizaine d’années. John Bologne qui faisait parti d’une équipe basée dans le Bronx, servait « d’agent de liaison » entre Adolfo Bruno et les membres de la famille Genovese à New-York. Mais en réalité, John Bologne servait d’informateur au FBI depuis 1996. Pendant toutes ces années de coopération, John Bologne continua à enfreindre tranquillement les lois sous la protection des agents fédéraux, fut très actif dans le racket et même soupçonné dans différents meurtres. Sa crédibilité pris un coup, quand certains procureurs fédéraux pensèrent que John Bologne ne disait pas forcément toute la vérité et pouvait raconter beaucoup de mensonges pour arriver à ses fins. C’est pour cela, que John Bologne ne fut pas appelé comme témoin à charge lors du procès d’Arthur Nigro et Fotios Geas. En 2009, soit un an avant l’inculpation d’ Anthony J. Arillotta dans cette affaire, John Bologne plaida secrètement coupable des accusations portées contre lui et sera condamné en 2013 à huit années de prison. Quelques semaines après la condamnation de John Bologne, ce fut au tour d’ Anthony J. Arillotta de passer devant un tribunal fédéral, pour recevoir une peine de huit années de prison pour deux meurtres, trois tentatives de meurtre, et extorsion. Aujourd’hui, Fotios Geas et Arthur Nigro on décidé de faire appel et espèrent, qu’avec leurs nouveaux arguments, ils seront acquittés lors d’un prochain procès. Pour Fotios Geas, son premier avocat ne lui aurait pas proposé une « offre de plaidoyer » venant des procureurs et qui auraient selon lui, réduit considérablement sa peine de prison. Mais selon le procureur fédéral Daniel Goldman, aucune offre n’a été présentée à l’accusé avant ou pendant le procès. Pour Arthur Nigro cela est plus compliqué. En effet, selon son avocat, les jurés ont mal cerné la personnalité de son client et aggrave grandement son implication au sein de la famille Genovese. Pour lui, Arthur Nigro était un simple syndicaliste d’une entreprise de maçonnerie à New-York. De plus, autre argument, son avocat revendique que John Bologne aurait eu une très grande implication dans l’assassinat d’Adolfo Bruno et selon lui, la non-présentation de John Bologne lors du dernier procès aurait évité une source d’embarras pour les procureurs fédéraux. Car en creusant un peu plus, John Bologne aurait pu très bien « craquer » s’il avait été présenté à la barre des témoins, admettre son implication dans le meurtre d’Adolfo Bruno et ainsi disculper Arthur Nigro. Reste que le témoignage d’ Anthony J. Arillotta reste assez convainquant. Lors de sa collaboration, il expliqua que quelques semaines après son intronisation en Août 2013 (en peignoir) dans la famille Genovese et seulement quelques mois avant l’assassinat d’Adolfo Bruno, Arthur Nigro lui aurait donné de tels pouvoirs, qu’il était en simple Soldat, plus puissant que son propre Capitaine.

Lire la suite

LA FAMILLE GENOVESE NOMME UN NOUVEAU CAPITAINE DANS L'ÉTAT DU MASSACHUSETTS

13 Août 2015, 08:02am

Publié par Xav

LA FAMILLE GENOVESE NOMME UN NOUVEAU CAPITAINE DANS L'ÉTAT DU MASSACHUSETTS

La ville de Springfield dans l’État du Massachusetts a la particularité d’être sous l'emprise de la famille Genovese. Pendant plusieurs années, le Capitaine Adolfo « Big Al » Bruno (voir photo) tenait son territoire d’une main de fer, avant d’être assassiné en 2003. Un Soldat de son équipe, investigateur de ce meurtre crapuleux, Anthony J. Arillotta fut alors promu Capitaine et le remplaça avant d’être inculpé de plusieurs charges tenant de la loi RICO dont l’assassinat d’Adolfo Bruno en 2010. Pour Anthony J. Arillotta, terminer sa vie derrière les barreaux n’étaient pas dans l’ordre des choses et malgré avoir prêté serment allégeance à la Cosa Nostra et qui plus est en peignoir de bain (Anthony Arillota sera initié dans une chambre d’hôtel de New-York par l’ancien Acting Boss désormais incarcéré à vie, Arthur « Artie » Nigro. Pour éviter l’enregistrement de la cérémonie, ce dernier avait du se déshabiller et effectuer l’intronisation avec un simple peignoir) ce dernier décida de collaborer avec la justice. Condamné à huit années de prison en raison de sa coopération en 2014, Anthony Arillota porta un coup de massue à la famille Genovese dans cet État, sans que l’on sache au jour d’aujourd’hui qui l’avait réellement remplacé. D’après la journaliste spécialisée dans le crime organisée à Springfield, Stephanie Barry, celui qui aurait repris la place d'Anthony Arillota, n’est autre qu’un ancien Soldat de son équipe, qui lui aussi vient d’être promu Capitaine, Albert Calvanese. Avant de côtoyer les membres de la Cosa Nostra, ce dernier avait selon la police d’État, quelques soucis avec la drogue. Quand il intégra l’équipe d’Anthony Arillota, Albert Calvanese navigua sous le radar du FBI et ne fut accusé que de délits mineurs comme une possession illégale d’armes à feux, un vol à l’étalage ou encore une conduite en état d’ivresse, rien de bien transcendant à se mettre sous la dent pour les agents fédéraux. Même s’il fut reconnu comme étant l’un des plus dangereux usuriers de la ville, Albert Calvanese a éviter les ennuis avec la justice jusqu’en 2006, année ou il a été enregistré par le FBI en train de menacer à un individu qui lui devait de l’argent. Sur cette bande audio, on pouvait entendre clairement l’actuel Capitaine de la famille Genovese, menacer l’individu en question de s’en prendre à lui physiquement s’il ne lui remboursait pas vingt mille dollars : « Vous allez me rendre mon argent ou je vais vous frapper devant votre femme » avait-il déclaré. Finalement, ce dernier sera roué de coups et ira porter plainte auprès de la police locale. Lors d’une audience pour une éventuelle libération sous caution, les procureurs fédéraux avaient estimé que Albert Calvanese était trop dangereux pour être libéré et pour prouver la dangerosité du mafieux, les procureurs fédéraux avaient aussi dévoilé des enregistrements passés depuis la prison ou Albert Calvanese était incarcéré depuis son arrestation. Dans ces derniers, on entendait le Capitaine de la famille Genovese continuait à menacer l’individu qui avait porté plainte contre lui. Pour ce délit, Albert Calvanese sera condamné au final à près de cinq années de prison en 2007 et il est désormais libre à ce jour de ses contraintes liées à sa libération conditionnelle. La coopération d’Anthony Arillota n’a pas permis aux procureurs fédéraux de poursuivre Albert Calvanese qui fit parler de lui encore très récemment. Selon plusieurs témoins présents ce jour là, le Capitaine de la famille Genovese, accompagné d’un de ses Associés, auraient volontairement violenté, un barbier dans le sud de Springfield qui devaient de l’argent à Albert Calvanese. Ce dernier aurait été frappé et jeté sur le trottoir en face de sa boutique en plein jour, mais aucune plainte ne fut émis contre Albert Calvanese.

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE GENOVESE CONDAMNÉ A DEUX ANS DE PRISON

16 Juillet 2015, 05:05am

Publié par Xav

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE GENOVESE CONDAMNÉ A DEUX ANS DE PRISON

Daniel « Danny » Pagano (voir photo) est de ce qui se fait le mieux au sein de la famille Genovese. Un homme d’honneur, qui a prêté serment d’allégeance à la Cosa Nostra, qui respecte son code à la lettre, qui fait rapporter des millions de dollars à cette organisation criminelle, et qui effectue ses peines de prison sans broncher. Il faut dire que Daniel Pagano qui est aujourd’hui âgé de soixante et un ans, vient d’une « lignée royale » au sein de la Cosa Nostra. Son père Joseph et son oncle Pasquale étaient tous les deux des membres initiés de la famille Genovese depuis les années 1940. Joseph Pagano gagnait énormément d’argent grâce au trafic de stupéfiants et était un Soldat de la célèbre équipe d’Anthony « Tony Bender » Strollo, ancien bras droit de Charles « Lucky » Luciano et de Vito Genovese. Comme son père, Daniel Pagano s’affilia très vite aux activités criminelles de la famille Genovese, jusqu’à en devenir un membre à part entière au milieu des années 1980, quelques années seulement avant la mort de Joseph Pagano. Pour le père, Joseph, cela devait vraiment être une belle récompense que de voir son fils suivre la même « carrière » que lui. Mais avant son intronisation dans la Cosa Nostra, Daniel Pagano s’était déjà fait remarquer, pour avoir essayé de « recruter » Al Sharpton (Homme politique Américain, soupçonné pendant des années d’avoir travaillé avec les différentes familles de la Cosa Nostra à New-York et d’après plusieurs journalistes, il fut une ancienne taupe du FBI), pour distribuer de la drogue à grande échelle et blanchir l’argent de la famille Genovese. Une fois membre à part entière, Daniel Pagano se concentra sur les différents secteurs d’activités ou la Cosa Nostra a une réelle (encore aujourd’hui) influence : le racket, l’extorsion, le prêt usuraire et le jeu illégal. Grâce à tout l’argent récolté, Daniel Pagano fut très vite nommé Capitaine d’une faction basée essentiellement dans le Bronx, toujours comme son père. Après avoir purgé une légère peine de prison pour prêt usuraire et extorsion de fonds au début des années 1990, Daniel Pagano revint dans les rues de New-York et s’associa très rapidement avec un autre membre de la famille Genovese, Anthony « Tony » Palumbo. En 1992, ce dernier voulait lancer un contrat contre un membre de la Mafia Russe dénommé Monya Elson. Victor Zilber qui était un partenaire d’affaire d’Anthony Palumbo avait demandé ce « petit service » au Capitaine de la famille Genovese d’effectuer l’assassinat pour diverses raisons plus ou moins farfelues. Anthony Palumbo, demanda alors à John « Johnny Balls » Leto, un Associé de la famille Genovese (qui témoignera par la suite) de faire le « sale boulot ». Mais avant que le contrat ne soit effectué, Daniel Pagano interviendra prétextant que d’assassiner un membre de la Mafia Russe pourrait déclencher une guerre inéluctable entre les deux organisations criminelles. A cette époque, les deux Mafia s’étaient Associés avec d’autres familles de New-York (Lucchese, Colombo et Gambino), dans un important trafic lié à la taxe sur l’essence, qui rapporte des dizaines de millions de dollars à la famille Genovese. C’est en raison à cette escroquerie que Daniel Pagano sera condamné en 1999 à neuf ans dans une prison fédérale. Libéré en 2007, Daniel Pagano se fit discret pendant plusieurs mois, pour éviter de retourner derrière les barreaux pour une violation de conditionnelle. Mais une fois ses contraintes terminées en 2009, il retourna travailler pour le compte de la famille Genovese à Rockland, une ville à proximité de New-York. Ayant gardé le grade de Capitaine et ceux malgré son incarcération, il gérait une équipe très active dans le racket et le prêt usuraire. Les enquêtes fédérales sur la Cosa Nostra durent généralement tr_s longtemps, et il fallut près de cinq ans aux agents fédéraux pour inculpé Daniel Pagano de diverses charges tenant de la loi RICO en Août 2014. Plaidant coupable en Mars dernier, Daniel Pagano accepta que les procureurs demandent au juge en charge du dossier, une peine allant de 27 mois à 33 mois pour tous ses crimes. La semaine dernière, accompagné de sa famille, Daniel Pagano toujours très bien habillé, arriva tranquillement au tribunal fédéral de Manhattan pour recevoir son verdict. Son avocat Murray Richman, demanda la « clémence » prétextant « l’âge avancé » de son client, et le fait que ce dernier n’avait pas été accusé de crime violent dans cette affaire, « aucune menace, aucun signe de violence » déclara t’il. Le juge fédéral stipula que la condamnation de Daniel Pagano était « nécessaire », en raison de ses « antécédents criminels », et condamna le Capitaine de la famille Genovese à près de deux années dans une prison fédérale, une peine qu’il commencera à purger dans quelques jours.

Lire la suite

LA FAMILLE GENOVESE DANS LE COLLIMATEUR DU FBI ?

22 Mai 2015, 05:37am

Publié par Xav

Les différentes opérations menées par le FBI ces derniers mois contre la famille Genovese, ont montré qu'elle restait l’une des familles les plus actives de la Cosa Nostra au moins à New-York. Considérée comme la « Rolls Royce » du crime organisé, la famille Genovese qui est connue pour sa grande discrétion à quand même montré certaines faiblesses en démontrant à la justice Américaine, qu’elle était encore très active dans différents domaines comme le traitement des déchets, mais aussi dans le trafic de drogue avec l’une de ses cousines, la ‘NDrangheta. Cette démarche effectuée par la famille Genovese est en adéquation avec les autres familles de New-York, comme la famille Gambino par exemple qui ont repris ces dernières années une collaboration très étroite avec d'autres organisations criminelles implantées en Italie dans le trafic de stupéfiants. The Cucino a Modo Moi est l’un des nombreux restaurants Italiens se situant dans le Queens, mais qui à une particularité par rapport aux autres, elle servait de façade à la Cosa Nostra pour s’adonner à des activités illicites. Pour la justice Américaine, il est clair que ce restaurant était le « centre de commandement » d’un trafic de drogue international. Dans la soirée et dans la journée, cela pouvait être restaurant « respectable », mais pendant les heures perdues, la famille qui tenait le restaurant, tous d’origine Calabraise, s’adonnait au trafic de drogue, en cachant de la cocaïne dans des boites de Yucca. Pour une organisation criminelle comme la 'NDrangheta déjà bien présente dans de nombreux Pays dans le monde entier, cela n’est pas très surprenant que ses tentacules puissent avoir atteint les États-Unis, cette dernière possédant déjà de nombreux membres opérationnels au Canada. Pour la famille Genovese, cela peut s’avérer un peu plus étonnant. Depuis le décès de leur Parrain emblématique Vincent « The Chin » Gigante, la famille Genovese a composé sa hiérarchie en nommant différents Capitaines expérimentés, tournant de façon régulière pour éviter une pression des agents fédéraux, mais certains membres peuvent être dans le collimateur de la justice Américaine plus que d’autres. Petit tour d’horizon des membres les plus influents de la famille Genovese et qui ne sont pas incarcérés : Liborio « Barney » Bellomo : Parlant couramment l’Italien, Liborio Bellomo a été initié dans la Cosa Nostra dès l’âge de vingt ans, faisant de ce fait l’un des mafieux les plus jeunes à être intronisé dans la Mafia Italo-Américaine. Après l’incarcération de Vincent Gigante, Liborio Bellomo était un « successeur logique » à l’ancien Parrain, mais inculpé de plusieurs charges tenant de la loi RICO en 1996, il fut condamné à près de dix années de prison (En 2006, une année avant sa sortie, Liborio Bellomo plaidera coupable d’une accusation de fraude postale et sera condamné à une année supplémentaire). Libéré en 2008, Liborio Bellomo a su garder un profil très bas en restant sous le radar du FBI. Un profil tellement discret que certains spécialistes s’accordent à dire qu’ils tirent les ficelles dans l’ombre sans veiller le moindre soupçon. Ernest Muscarella peut être considéré comme une autre possibilité pour diriger la famille Genovese. Ancien Soldat dans l’équipe d’Anthony « Fat Tony » Salerno, il deviendra après son incarcération dans le procès dit de « La Commission », le successeur tout désigné pour reprendre son équipe.Très actif dans les domaines de la construction et des jeux, il serait un personnage central de la famille, très apprécié pour rester loin de la surveillance du gouvernement fédéral. Pendant l’incarcération de Vincent Gigante il avait servit de « messager » et avait même été promu Acting Boss au début des années 2000. Il est soupçonné par les agents fédéraux d’avoir été dans un panel de décision avec de deux autres mafieux après sa sortie de prison en 2007 pour gérer les affaires courantes de la famille Genovese. Daniel « The Lion » Leo, avant son arrestation en 2007, personne n’avait vraiment fait très attention à cet individu. Pour ses voisins, c’est quelqu’un de chaleureux, prêt à rendre service à nimporte qui, une personne sans histoire. Que ce fut alors la surprise quand ces derniers virent alors Daniel Leo qui venait tranquillement de terminer son jogging matinal, arrêté devant chez lui par plusieurs agents fédéraux, une sène digne de la série télévisée The Sopranos diront certains. En réalité, Daniel Leo avait déjà une carrière criminelle bien remplie avant son arrestation. Membre du célèbre Purple Gang, il sera très vite initié au sein de la famille Genovese et montrera très rapidement les échelons en devenant un Capitaine dans les années 1980, puis sera nommé Acting Boss en 2005. Inculpé de prêt usuraire et d’extorsion, il plaidera coupable en 2008 et sera condamné à cinq années d’emprisonnement (Comme Liborio Bellomo, il plaidera de nouveau coupable pendant son incarcération et sera condamné à dix huit mois supplémentaires pour des charges de racket). Libéré en Janvier 2013, sa position actuelle au sein de la famille Genovese reste inconnue, Daniel Leo doit faire face actuellement à des contraintes très strictes sur la liberté surveillée. Dominick « Quiet Dom » Cirillo : Libéré en 2008, Domick Cirillo a longtemps occupé des postes à responsabilité au sein de la famille Genovese. Il fut nommé à un moment Acting Boss, mais des problèmes de santé sans doute liés au stress de ces nouvelles fonctions et de la surveillance accrue du FBI avaient contraint Dominick Cirillo d’abandonner son poste. Une fois ses contraintes sur la libération terminée, ce dernier reprendra son ancien poste de Consigliere. Agé de quatre vingt six ans, et étant l’un des membres les plus respectés de la famille Genovese, Dominick Cirillo reste encore un personnage influent, capable de gérer les affaire criminelles de la famille mafieuse. Laurent « Little Larry» Dentico : Vous croiserez cette personne dans la rue, jamais vous soupçonnerez une seule seconde que ce dernier était un membre intronisé de la famille Genovese depuis des décennies. Mesurant un peu plus d’un mètre cinquante, Laurent Dentico a embellie sa carrière criminelle en se spécialisant dans le prêt usuraire ce qu’il le mènera à différentes reprises en prison dont une condamnation à cinquante et un mois en 2006.

Lire la suite

LE GOUVERNEUR DU NEW-JERSEY AVAIT DES LIENS DE PARENTÉ AVEC UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE GENOVESE

5 Mars 2015, 09:00am

Publié par Xav

LE GOUVERNEUR DU NEW-JERSEY AVAIT DES LIENS DE PARENTÉ AVEC UN ANCIEN CAPITAINE DE LA FAMILLE GENOVESE

Chris Christie est le gouverneur de l’État du New-Jersey depuis 2010 et un candidat probable pour le camp républicain pour les prochaines présidentielles Américaines de 2016. Sa mère Sondra est d’origine Sicilienne et a une particularité d’avoir des liens de parenté avec un ancien membre très influent de la famille Genovese depuis décédé Tino Fiumara (voir photo) dit « T » ou « Tino le Grec ». Ce dernier qui opérait depuis le New-Jersey avait une réputation de tueurs et gérait d’une main de fer tout le Nord de cet État, malgré la présence significative des autres familles de New-York et de la famille DeCavalcante. Membre très influent et novateur de la famille Genovese, il aura passé près de vingt cinq ans derrière les barreaux sans révéler la moindre activité de la famille mafieuse et a été suspecté par le FBI de nombreux meurtres mafieux non encore résolus au jour d’aujourd’hui. Chris Christie a commencé sa carrière pour devenir avocat de plusieurs sociétés, avant de devenir procureur des États-Unis pour l’État du New-Jersey. Chris Christie qui avait du crime organisé le fer de lance de sa campagne lors de son mandat en tant que gouverneur, avait tendance à ironiser en disant que la « présence de la Mafia est beaucoup plus importante sur HBO que dans le New-Jersey », mais raison de croire que ce dernier connait bien mieux le sujet que la plupart d’entre nous. Tino Fiumara était marié avec la tante de Chris Christie, et le frère de l’ancien Capitaine de la famille Genovese était marié lui aussi avec la deuxième tante de l’actuel gouverneur du New-Jersey et habitait par la même occasion à moins d’un kilomètre de sa résidence principal à Livingston. Chris Christie déclara qu’il avait quinze ans quand il apprit les connexions de Tino Fiumara avec le crime organisé, c’était en 1977, deux ans plus tard, le mafieux sera condamné à près de vingt ans pour racket, une peine qu’il acceptera sans broncher. En 1991, alors que Tino Fiumara était incarcéré dans le pénitencier fédéral de Fort Worth au Texas, Chris Christie qui était à cette époque un juriste d’affaire rendit visite à l’ancien Capitaine de la famille Genovese avec son Oncle pour y regarder un match de football. Quand on lui demanda des explications plus détaillées sur cette rencontre, Chris Christie botte en touche et déclare seulement, que il « ne se souvenait plus de ce qui avait été dit », seulement que la « visite n’avait pas duré très longtemps ». Tino Fiumara fut libéré en 1994 et renvoyé en prison en 1999 pour association de malfaiteurs. Ironiquement au début des années 2000, le bureau de Chris Christie qui était à cette époque, le procureur des Etats-Unis dans le New-Jersey, inculpa à différentes reprises le mafieux de la famille Genovese. Lors d’une arrestation pour plusieurs charges fédérales, les procureurs avaient demandé le maintien en détention de Tino Fiumara, alors que les avocats de l’ancien Capitaine de la famille Genovese, demandait quant à eux, à ce que leur client soit placé en résidence surveillée pour qu’il puisse se soigner correctement : « Les négociations avec les procureurs ont été très difficiles. Personne ne nous a fait de cadeau ça c’est sur » déclara l’avocat de Tino Fiumara, mais en affirmant que Chris Christie, n’était pas impliqué personnellement dans cette affaire. En 2005, une rumeur courrait dans tout New-York, mais aussi particulièrement dans le New-Jersey, Tino Fiumara venait de décéder. Le gangster avait adopté un profil tellement discret que plusieurs agents du FBI pensaient qu’il venait de mourir. Il faut dire qu’à cette époque, Tino Fumiara avait été identifié avec deux autres mafieux, de composer un panel, avec pour but principal, de gérer le mieux possible la famille Genovese. L’ancien Capitaine, roulait dans des rues à contre sens, ou se cachait dans des coffres de voitures pour éviter les présences policières. Il ne téléphonait plus de chez lui, et pour le voir il fallait un endroit sûr, choisi à l’avance par ce dernier. Le mafieux, qui avait passé une grande partie de sa vie derrière les barreaux ne voulait plus prendre de risque. Finalement en 2010, Tino Fiumara décéda d’un cancer. Pour vérifier l’exactitude de sa mort, le FBI alla vérifier à un salon funéraire dans le New-Jersey, ou le propriétaire rétorqua que le Capitaine de la famille Genovese, avait déménagé à South Huntington dans l’État de New-York et le FBI n’était même pas au courant. Finalement, les agents se rendirent à l’Hôpital New-Yorkais ou il était hospitalisé quelques jours avant sa mort, et les médecins lui confirmèrent son décès. Chris Christie, le gouverneur du New-Jersey doit se sentir beaucoup plus « léger » et peut se consacrer entièrement à sa future campagne présidentielle.

Lire la suite

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE GENOVESE DÉDOMMAGÉ PAR LA JUSTICE

7 Janvier 2015, 06:08am

Publié par Xav

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE GENOVESE DÉDOMMAGÉ PAR LA JUSTICE

Mario « Baker » Fortunato (voir photo), a toujours été identifié par la FBI comme étant un Associé de la famille Genovese, mais un soir de 1994, tout bascula pour cet artisan boulanger. Cette nuit là, en pleine partie de cartes, deux individus rentrèrent dans un club social détenu par la famille Genovese et tirèrent à plusieurs reprises sur le Soldat Sabatino Lombardi. Très vite, Carmine Polito, qui selon certaines sources, était « un joueur dégénéré », qui devait des milliers de dollars au Soldat de la famille Genovese et Mario Fortuanto furent très vite accusés par la justice d’avoir commandité ce meurtre. Quatre ans plus tard et en partie grâce à l’aide Michael « Cookie » D’Urso, un Associé de la famille, qui collaborait avec la justice après avoir été arrêté pour un meurtre mafieux, Carmine Polito et Mario Fortunato furent condamnés à la prison à perpétuité en 2003. En 2005, les deux Associés furent rejugés et seul Mario Fortunato fut condamné de nouveau à la prison à vie. Finalement après une longue bataille judiciaire, le boulanger du Queens, sera finalement acquitté des charges retenues contre lui en 2010 par la Cour Suprême de l’État de New-York. Mario Fortunato sortit libre de prison après y avoir passé près de vingt deux mois derrière les barreaux. Mais ce dernier, ne s’arrêta pas d’avoir retrouvé sa liberté. A cause de la justice Américaine, l’Associé de la famille Genovese à perdu une partie de sa vie et avec l'appui de ses avocats, demanda plusieurs millions de dollars de compensation à un tribunal de New-York. L’année dernière, Mario Fortunato avait fait pression sur les autorités judiciaires, en déclarant qu’il irait « plus loin », si cette affaire n’était pas réglée très rapidement. Fin décembre, Mario Fortunato se présenta avec sa famille devant un juge de New-York pour recevoir la somme attribué pour son préjudice. L’Associé de la famille Genovese qui réclamait plusieurs millions de dollars, sera dédommagé à hauteur de 330 000 mille dollars, une somme que Mario Fortunato accepta, tout en sortant du tribunal grand sourire. Du côté des victimes, et en particulier pour Michael D’Urso, l’ancien Associé de la famille Genovese, qui avait décidé de collaborer avec la justice, ce verdict à un gout assez amer. Ce dernier, qui garde encore des traces de la fusillade, en ayant des fragments de balles dans son cou, était assez étonné de ce verdict : « Je suis choqué, c’est une honte totale. Mon cousin est mort à coté de moi et ma famille est obligée de voir cet individu (Mario Fortunato), se balader tranquillement dans la rue tous les jours ». Michael D’Urso, qui vit dans le programme de protection des témoins, allait devenir un Affranchi de la famille Genovese, mais une accusation de meurtre le poussa à collaborer avec la justice. Les jours suivants l’assassinat de son cousin, Michael D’Urso, avait demandé à son supérieur l’autorisation de tuer les deux individus (Mario Fortunato et Carmine Polito), mais finalement la hiérarchie de la famille avait refusé le contrat, Michael D’Urso devait donc vivre avec ses remords. Toujours d’après l’ancien Associé de la famille Genovese, Mario Fortunato, a toujours eu un comportement indigne avec sa famille, se souvenant d’une anecdote, ou ce dernier qui était en train de jouer aux cartes avec le père de Michael D’Urso, aimait bien l’humilier en public, s’asseyant à coté de lui, et le frappant même sur sa tête de temps en temps. Il y a beaucoup d’aigreur de la part de Michael D’Urso contre Mario Fortunato, et le fait que la famille Genovese ai toujours refusé d’approuver l’assassinat des deux Associés, a pu sans aucun doute poussé Michael D’Urso a collaborer avec la justice Américaine pour se venger à sa manière : « Il a échappé à une condamnation pour meurtre, et maintenant, il a gagné à la loterie » ironisa l’ancien Associé de la famille Genovese.

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE GENOVESE CONDAMNÉ A TROIS ANS DE PRISON

17 Décembre 2014, 05:51am

Publié par Xav

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE GENOVESE CONDAMNÉ A TROIS ANS DE PRISON

Arrêté en 2012 sur des accusations de racket et d’extorsion, le Capitaine de la famille Genovese, Conrad Ianniello, arriva paisiblement au tribunal fédéral de New-York pour recevoir son verdict. Il y a deux ans, il avait été accusé par la justice Américaine, d’avoir comploté avec plusieurs membres et Associés de la famille Genovese, pour essayer d’extorquer des commerçants, lors de la traditionnelle fête de San Gennaro qui se déroule chaque année dans le Little Italy et ses enivrons. D’après le FBI, Conrad Ianniello a une carrière criminelle qui s’étale sur près de quarante années. Neveu d’un célèbre Capitaine de la famille Genovese, Matthew « Matty The Horse « Ianniello (voir photo), décédé en 2012, Conrad Ianniello a toujours vécu pour la Cosa Nostra, enfreignant la loi à plusieurs reprises avec pour seul but, faire gagner de l’argent à sa famille. Risquant jusqu'à vingt ans de prison, il avait décidé de plaider coupable en 2013, réduisant considérablement la peine encourue initialement. Mais en arrivant devant le juge fédéral Nicholas Garaufis, Conrad Ianniello ne s’attendait pas à se faire autant « sermonner ». Nicholas Garaufis est habitué à recevoir devant lui des membres de la Cosa Nostra. C’est ce dernier qui avait présidé le procès contre l’ancien Parrain de la famille Bonanno Joseph Massino, c’est aussi lui qui avait fait condamner l’ancien Parrain de la famille Rizzuto, Vito Rizzuto en 2007 à dix années de prison pour sa participation dans un triple meurtre lié à la Cosa Nostra en 1981. Avant de prendre la parole, Nicholas Garaufis fit passé un enregistrement, ou on pouvait entendre Conrad Ianniello menacé explicitement un membre d’un syndicat récalcitrant : « On va faire ça de manière diplomatique, mais si ça ne marche pas, je vais lui péter la gueule » déclara t’il à un membre de la famille Genovese. « Vous êtes quelqu’un de mauvais, votre comportement me dégoute » déclara Nicholas Gauraufis. Surement surpris par cette déclaration, Conrad Ianniello se retourna auprès de sa famille, et leur présenta ses excuses, une chose que le juge fédéral n’apprécia pas tellement : « Je suis fatigué de voir dans cette salle d’audience, des truands comme vous, qui s’excusent toujours auprès de leur famille, mais jamais pour les victimes ou pour leur pays ». Après cette déclaration, le juge fédéral Nicholas Garaufis, condamna le Capitaine de la famille Genovese, à trois années de prison. Âgé de soixante et onze ans, Conrad Ianniello demandera surement un allégement de sa peine, pour pouvoir l’effectuer par une détention à domicile, car le mafieux sortit libre du tribunal. Dès sa sortie, il se fit alpaguer par des journalistes, qui lui demandèrent si le Capitaine de le famille Genovese avait un petit mot d’excuse pour les victimes dans cette histoire. Conrad Ianniello ne répondit pas, seul son avocat présent à ses côtés déclara : « Nous n'avons rien à dire ». S’éloignant petit à petit du tribunal, un autre photographe continua à suivre Conrad Ianniello, qui était aussi accompagné de sa femme. Visiblement très énervé par ce comportement, le mafieux se tourna vers le photographe et lu balança : « Fais gaffe à toi ou je vais te casser la tête », ce dernier s’exécuta et s’arrêta de les suivre, malgré son âge avancé, Conrad Ianniello, n’avait pas perdu son comportement de gangster.

Lire la suite

QUAND UN MEMBRE DE LA FAMILLE GENOVESE DONNE L'ORDRE DE TUER SON FILS POUR LA COSA NOSTRA

9 Décembre 2014, 06:10am

Publié par Xav

QUAND UN MEMBRE DE LA FAMILLE GENOVESE DONNE L'ORDRE DE TUER SON FILS POUR LA COSA NOSTRA

Dominick « Quiet Dom » Cirillo (voir photo) est une « référence » dans la famille Genovese. Le mafieux qui est aujourd’hui âgé de quatre vingt cinq ans, a pendant des années, occupé différents postes à responsabilité au sein de la famille Genovese et montre clairement en quoi cette dernière reste la famille de référence en matière de Cosa Nostra aux Etats-Unis. Dominick Cirillo, vit dans l’ombre, fuyant obstinément les signes extérieur de richesse, il vit dans une modeste maison dans le Bronx et conduisant encore les voitures de l’époque. Pour ses voisins, il est une personne agréable, qui a fait carrière dans la construction, tout en ayant pratiqué la boxe pendant plusieurs années dans sa jeunesse, rapide avec ses poings, il avait emporté plusieurs combats en poids Walter, rien d’anormal. En fouillant un peu plus dans le passé du gangster, on remarque une seule condamnation en 1953, Dominick Cirillo purgea sans broncher une peine de quatre ans de prison pour trafic de drogue dans une prison fédérale, mais cette condamnation montre une notoriété grandissante au sein de la famille Genovese qui dura plusieurs années. Très proche de l’ancien parrain officiel de la famille Vincent « The Chin » Gigante, il ordonna aux membres de son équipe de se toucher les lèvres quand il voulait parler de lui, un peu comme Vincent Gigante qui avait demandé sous peine de mort à ses Soldats, de ne jamais prononcer son nom et seulement de se toucher le menton, pour faire référence à ce dernier. Quand en Juillet 1997, Vincent Gigante fut reconnu coupable de plusieurs charges fédérales, Dominick Cirillo fut nommé sans grande surprise par le Parrain, comme Acting Boss de la famille Genovese. Un poste à responsabilité dans une famille aussi grande et influente que la famille Genovese, peut rapporter énormément d’argent aux personnes dirigeante, mais elle peut aussi attirer sans nul doute l’attention du gouvernement fédéral dans las activités du mafieux et cela dérangeait beaucoup à Dominick Cirillo. Ce dernier n’aimait pas à ce que les agents fédéraux fouinent dans ses affaires, mais pour la famille Genovese, il était tout naturel que Dominick Cirillo puisse prendre ce poste tant convoité, car il en savait plus sur les affaires de la famille mafieuse qui quiconque, il est un membre indispensable, hautement respecté. Mais ce qu’il redoutait le plus arriva, quand les médias Américains s’intéressèrent un peu plus à lui. A l’instars d’un parrain flamboyant comme celui de la famille Gambino, John Gotti, qui adorait poser devant les journalistes, Dominick Cirillo fuyait les médias comme la peste, et seul son fils Nichoals Cirillo, qui habitait la maison de son père avec sa compagne, répondit très sèchement aux questions des journalistes : « Comment vous pouvez dire que mon père est un Parrain de la Mafia ?. On n’a même pas assez d’argent pour réparer le toit de notre maison ou changer de machine à laver ». Les enquêteurs qui le suivaient régulièrement, avaient remarqué une chose, après sa nomination à la tête de la famille Genovese, Dominick Cirillo s’était encore plus reclus chez lui, ne sortant que pour assister à des mariages, des baptêmes et autres événements rassemblant généralement de nombreux membres de la Cosa Nostra. La pression pour Dominick Cirillo était surement trop forte, et une année après avoir été nommé Acting Boss, il fit une crise cardiaque, laissant alors sa place à un autre Capitaine, tout aussi respecté, Matthew « Matty The Horse » Ianniello. Dominick Cirillo devint de nouveau un Capitaine, ce qui ne l’empêcha pas de gagner encore énormément d’argent grâce à ses activités criminelles. Sa carrière au sein de la famille Genovese était au beau fixe, mais Dominick Cirillo rencontrait des problèmes dans sa vie familiale, notamment avec son fils Nicholas. Ce dernier n’était pas un Associé de la Cosa Nostra, mais juste un petit truand ayant de nombreux problèmes avec la justice pour des délits mineurs. A la différence de son père qui tenait un profil bas pour éviter les ennuis, Nicholas, était une « grande gueule » qui n’hésitait pas aller au conflit et souvent avec les mauvaises personnes. De plus, pour couronner le tout, il vendait de la drogue et était même devenu à son tour toxicomane, une attitude que Dominick Cirillo, même ayant eu lui aussi des problèmes avec la justice pour avoir de la drogue dans sa jeunesse, ne pouvait tolérer. En 2004, Nicholas Cirillo, rejoignit une réunion d’affaire dans une agence immobilière, ou se trouvait Vincent Basciano Jr, qui à cette époque était un Associé de la famille Bonanno, et le Capitaine Dominick Cicale. L’entrevu se passa très mal, et Nicholas Cirillo se bagarra avec Vincent Basciano jr. Face à une telle situation, les enquêteurs pensaient qu’un conflit allait s’ouvrir entre la famille Genovese et la famille Bonanno, surtout que deux semaines après l’altercation, le jour de la fête des mères, Nicholas Cirillo, s’en alla de sa maison et ne fut jamais retrouvé. Le 01 Décembre, l’Associé de la famille Bonanno, Randolph Pizzolo, fut assassiné. D’après les autorités, ce dernier, se vantait d’avoir participé à l’assassinat de Nicholas Cirillo, de plus son comportement à l’égard de l’Acting Boss de la famille Bonanno à cette époque, Vincent « Vinny Georgous » Basciano était irrespectueuse. Curieusement, l’affaire se tassa, et curieusement Dominick Cirillo, ne réclama en aucun cas la vengeance après la disparition de son propre fils. En 2005, le mafieux se fit arrêter à son domicile, accusé d’extorsion et de prêt usuraire. Lors de son arrestation, les agents fédéraux trouvèrent une liste comprenant des noms de personnes susceptibles de rejoindre la famille Genovese, Dominick Cirillo, devait d’après les autorités donnait son aval avant que ces derniers ne soient initiées. Pour cette affaire, l’ancien Acting Boss de la famille Genovese, fut condamné à quarante huit mois de prison, une peine qu’il accepta de nouveau sans broncher. En 2011, le FBI déclara qu’il était proche de retrouver les coupables dans le meurtre de Nicholas Cirillo, grâce à l’aide d’un informateur secret, Joseph Massino, ancien Parrain de la famille Bonanno. Alors que ce dernier était incarcéré en 2004 au Métropilitan Center, en même temps que Vincent Basciano, l’ancien Boss demanda secrètement à son ancien bras droit, si la famille Bonanno était pour quelque chose dans ce meurtre qui venait de se produire : « Avons-nous quelque avoir avec ça », demanda Joseph Massino, en faisant le signe d’un pistolet avec sa main : « Absolument pas. Tout ça vient de Dom (sous entendait Dominick Cirillo surnommé Quiet Dom » déclara Vincent Basciano. Face à es accusations, Dominick Cirillo refusa de coopérer avec la police et resta très avsafi quand on agent de probation l’interrogea sur ce sujet. D’après les enquêteurs, Dominick Cirillo aurait donné son « accord » pour tuer son fils, en raison de la « honte » que pouvait ressentir son père face aux nombreux problèmes que rencontrait son fils, qui pouvait mettre en difficulté la famille Genovese. L’hypothèse que Dominick Cirillo ai pu donner l’ordre aux mafieux d’assassiner son fils est fort probable. En effet, si cela n’avait pas été le cas, tuer le fils d’un membre initié de la Cosa Nostra et aussi respecté que Dominick Cirillo, aurait pu entrainer une guerre entre les deux familles, alors que de rien de cela ne se produisit. Aujourd’hui, Dominick Cirillo ne fut toujours pas inquiété de ce meurtre, et d’après le FBI, occuperait le poste de Consigliere de la famille Genovese.

Lire la suite

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GENOVESE CONDAMNE A VINGT CINQ ANS DE PRISON

22 Août 2014, 08:00am

Publié par Xav + A.S

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GENOVESE CONDAMNE A VINGT CINQ ANS DE PRISON

Emilo Fusco (voir photo) un Soldat de la famille Genovese a perdu une nouvelle fois son appel la semaine dernière, le juge fédéral a confirmé sa peine de vingt cinq ans de prison prononcé en première instance en Octobre 2012. Emilio Fusco avait été accusé des meurtres d’Adolfo « Big Al » Bruno, un Capitaine de la famille Genovese qui opérait à Springfield dans l’État du Massachusetts, assassiné en Novembre 2003 et de Gary Westerman, un Associé de la famille mafieuse. Lors du premier procès, Emilio Fusco fut acquitté des deux meurtres, mais reconnu coupable de racket et d’extorsion, mais le juge fédéral Kevin Castel, lors de son verdict, déclara qu’Emilio Fusco était au moins « complice » dans ces deux assassinats, ce qui augmenta considérablement sa peine de prison. En effet, dans une affaire fédérale, le juge a possibilité d’aller à l’encontre du verdict prononcé par le jury, s’il estime que les preuves présentées par les procureurs lors du procès, sont susceptibles de prouver la participation de l’accusé dans les différents meurtres. Emilio Fusco avec l’aide de son avocat, avait tout de suite fait appel de cette décision et le procès s’était déroulé cette fois-ci dans une nouvelle cour fédérale, à Manhattan. Lors de ce nouveau procès, les procureurs s’aidèrent du témoignage d’Anthony Arillotta, un Soldat de la famille Genovese, qui avait décidé de collaborer avec le FBI après son inculpation dans le meurtre d’Adolfo Bruno (Cf : Initiation en peignoir la classe). Ce dernier déclara, que la hiérarchie de la famille Genovese était mécontente du comportement d’Adolfo Bruno, soupçonné d’être un « mauvais Capitaine », incapable de diriger les membres de son équipe et qui demandait en plus un pourcentage important des bénéfices engendrés par ses Soldats. De plus, alors qu’il mangeait dans un restaurant à Springfield, il fut aperçu en train de discuter avec un agent du FBI, une chose qui peut s’avérer tout à fait normal au vu de l’appartenance d’Adolfo Bruno à la Cosa Nostra, la plupart des membres de cette organisation connaissent en effet parfaitement les agents qui les surveillent en permanence. Mais pour la famille Genovese, cela était la goutte d’eau qui fit débordée le vase, pour certains il était clair, qu’Adolfo Bruno commençait à coopérer avec le gouvernement, même si il s’avéra par la suite que le Capitaine de la famille Genovese ne collaborait en aucun cas avec le gouvernement fédéral. D’après Anthony Arillotta, Emilio Fusco essaya de convaincre à plusieurs reprises des membres importants de la famille Genovese, de l’importance de lancer un contrat contre ce dernier, ce qu’ils finirent par accepter. Le 23 Novembre 2003, alors qu'Adolfo Bruno allait rentrer dans son véhicule, il fut assassiné de plusieurs balles, d’après Anthony Arillotta, Emilio Fusco célébra ce meurtre en buvant un bon verre de cognac. Les deux meurtriers dans cette affaire furent condamnés à des peines de prison à perpétuité, Arthur « Artie » Nigro, qui était l’Acting Boss de la famille Genovese à cette époque, fut lui aussi condamné à la même peine, seul Anthony Arillotta, sera condamné à quatre vingt dix neuf mois de prison, en raison de sa collaboration avec le FBI. Quand Anthony Arillotta commença à coopérer avec la justice Américaine, Emilio Fusco en profita pour quitter le pays et s’en alla en Italie, disposant de la double nationalité, il était plus facile pour lui de s’y installer. Après plusieurs mois de divergence entre les autorités Italienne et Américaine, Emilio Fusco fut finalement extradé vers les États-Unis, ou les procureurs fédéraux voulaient le faire juger pour les deux assassinats.

Lire la suite

TOUJOURS ACTIF MÊME A 81 ANS...

16 Août 2014, 08:40am

Publié par Xav + A.S

TOUJOURS ACTIF MÊME A 81 ANS...

Deux Associés de la famille Genovese opérant dans l’Etat du New-Jersey, Joseph Graziano, 77 ans, et Dominick Barone 44 ans, ont décidé de plaider coupable devant un tribunal fédéral d’avoir géré un site de paris sportifs basé au Costa Rica entre 2005 et 2012, les deux hommes font face à près de vingt ans de prison et plus de 250 000 dollars d’amende lors du verdict programmé en Novembre prochain. Les méthodes utilisées par la famille Genovese pour se faire de l’argent grâce à ce site de paris, est connues de la justice Américaine et un grand classique des familles de la Cosa Nostra. Les parieurs, la plupart qui étaient des personnes habitant dans le New-Jersey, pariaient sur des matchs par téléphone ou Joseph Graziano et son équipe récupéraient les paris, ou par internet via le site en ligne. S’ils gagnaient, l’argent n’était pas reversé sur leurs comptes, s’ils perdaient, ils devaient rembourser une part d’intérêt sur les dettes aux Associés de la famille Genovese, qui n’hésitaient pas à utiliser la menace pour arriver à leurs fins. En plaidant coupable, Joseph Graziano accepta de renoncer à près d’un millions de dollars, alors que Dominick Barone, connu sous le pseudonyme de « Harpo » renonça quant à lui, à près de 100 000 dollars. Les deux Associés, étaient dirigés par un Capitaine de la famille Genovese, opérant principalement dans le New-Jersey, Joseph « Pepe » LaScala (voir photo). Si vous croisez ce dernier dans la rue, il ne vous fera pas penser à un Capitaine de la Cosa Nostra, mais plutôt à grand père, ayant du mal à déplacer, complètement inoffensif. Lors de sa première comparution au tribunal après son arrestation en Mai 2012, le vieux mafieux écoutait paisiblement les rapports des procureurs, puis se retourna difficilement vers sa famille pour glisser un léger sourire. Pour son avocat, Joseph LaScala ne peut être jugé, dans le sens ou ce dernier souffre depuis quelques années de la maladie d’Alzheimer et ne sait plus très bien ce qu’il fait, d’ailleurs d’après son avocat, a-t-il vraiment compris de quoi la justice l’accusait ? Pourtant quelques semaines avant les arrestations, un de ses Associés, déclara dans une conversation téléphonique avec un autre individu, qu’il fallait faire tout son possible pour « récupérer » l’argent des « mauvais payeurs », cela était un ordre direct de Joseph LaScala : « Ce gars là, je le connais, c’est un gars sérieux, qui a passé près de vingt ans en prison, mais c’est aussi un homme d’affaire ». D’après la justice, Joseph LaScala, dirige une équipe de plusieurs Soldats et Associés spécialisés dans le vol de marchandises, de grands vins Italiens, de téléviseurs LCD et Plasma, mais reste aussi très actif dans l’extorsion et les jeux illégaux. Dans une autre conversation téléphonique Joseph Graziano déclara à un individu non identifié : « Vous êtes maintenant dans le business du sport ok ? ici cela fonctionne comme une vraie entreprise. J’ai une cinquantaine de personnes à gérer. Si dans une année je me fais deux millions, je vais donner un pourcentage « au dessus de moi » (A la hiérarchie de la famille Genovese). Je donne une partie de mes bénéfices chaque semaine à « Pepe » (Joseph LaScala).

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>