Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

Articles avec #genovese tag

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GENOVESE ACCUSÉ DE TENTATIVE DE MEURTRE BIENTÔT LIBÉRÉ DE PRISON ?

16 Octobre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

Cosa NostraLa semaine dernière dans un tribunal fédéral de New-York, une scène surréaliste était en train de se produire. Dans la salle d’audience, des membres et Associés de la famille Genovese étaient regroupés avec des gangsters des Crips dans le box des accusés, petit retour en arrière. En Mai 2016, un Soldat de la famille Genovese, Robert « The Old Man » DeBello est soupçonné d’avoir préparé l’assassinat contre Joseph Bonelli, un trafiquant de drogue, extrêmement violent, qui n’hésitait pas à semer le désordre dans le secteur du Soldat de la famille Genovese. En demandant non pas à ses Associés de se charger du contrat, mais à des gangsters de rue, appartenant aux Crips, la Cosa Nostra confirme une pratique qu’elle utilise souvent pour le « sale boulot » payer des membres d’un gang allié plus enclin à utiliser la violence. Robert DeBello a toujours voulu rester sous le radar du FBI et a surement pensé qu’en utilisant des gangsters Afro-Américains pour exécuter un meurtre, ferait partir les agences fédérales dans une autre direction, loin de ses activités criminelles. Proche de l’actuel Acting Boss Peter « Petey Red » DiChiara, Robert DeBello avait refusé poliment il y a quelques mois, une promotion pour devenir Capitaine, pour ne pas attirer l’attention des agents fédéraux. La plupart des accusés qui étaient présents dans cette salle d’audience la semaine dernière, ont décidé de plaider coupable des accusations retenues contre eux, tous sauf une personne, Robert DeBello, qui préfère tenter sa chance dans un procès. Pour son avocat cela est simple et purement stratégique, pourquoi plaider coupable et être emprisonné, alors que les procureurs ne disposent d’aucune preuve tangible contre son client. Le Soldat de la famille Genovese qui est incarcéré depuis son arrestation, avait fait une demande de libération sous caution en début de mois, prétextant que malgré plusieurs milliers d’heures d’enregistrements, sa voix ne fut jamais captée une seule fois par un dispositif sonore. Alors oui, des photos démontrant Robert DeBello participer à certaines réunions entre mafieux ont bien été prises, mais ces photos, ne sont selon son avocat, des preuves assez conséquentes pour maintenir Robert DeBello au vu de son âge avancé, au Métropolitan Center de New-York. De plus, pourquoi l’un des accusés, un Associé dans l’équipe de Robert DeBello, Luigi « Louie Sunoco » Romano, accusé de tentative de meurtre, a put être quant-à lui libéré de prison, après avoir payé une caution de près d’un million de dollars et autorisé à retrouver son travail d’ouvrier dans une usine de gaz, avec des horaires de sorties comprises entre six heure et vingt heure du soir. Une nouvelle audience préliminaire est prévu la semaine prochaine pour décider ou non de la libération sous caution pour Robert DeBello. Toujours d’après son avocat, le juge fédéral serait prêt prêt a accepter leur demande en raison d’une caution de près de dix millions de dollars, dont 3,5 millions en hypothèque. Alors pourquoi le juge décida de revenir sur sa décision. Il y a quelques jours, un individu collaborant avec les autorités fédérales dont le n’identité restera inconnue, stipula que Robert DeBello n’était pas du tout impliqué dans la tentative de meurtre sur Joseph Bonelli. Une très bonne nouvelle pour les avocats de la défense qui n’attendent plus qu’une chose, que les procureurs décident de retirer les accusations contre leur client.

Lire la suite

UN VÉHICULE QUI EMBARRASSE ÉNORMÉMENT LES PROCUREURS FÉDÉRAUX DANS L'OPÉRATION EAST COAST

15 Octobre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

Arrestation dans la Cosa NostraAgostino Camacho, un Associé de la famille Genovese arrêté dans l’opération East Coast, a sans le vouloir, aidé l’un des principaux informateurs du gouvernement, John « JR » Rubeo. Ce dernier qui a été arrêté en 2011 dans une sombre affaire de trafic de drogue, a très vite décidé de coopérer avec les autorités pour éviter de terminer sa vie derrière les barreaux. C’est en 2011, que les agents fédéraux ont commencé à récolter des informations sur les familles New-Yorkaise et la famille de Philadelphie, qui aboutiront cinq années plus tard à cette opération qui fut très médiatisée. C’est cette même année, qu’Agostino Camacho qui devait beaucoup d’argent à John Rubeo, décida de lui donner sa voiture pour régler une partie de sa dette. Le FBI vit alors l’occasion idéale alors pour poser des micros à l’intérieur du véhicule, qui serait désormais conduit par John Rubeo identifié comme CW-1 par le gouvernement fédéral. John Rubeo de part son statut au sein des Genovese, côtoyait des Soldats, des Capitaines et surtout un individu qui intéressait particulièrement les agents fédéraux, Pasquale « Patsy » Parrello, qui sera lui aussi arrêté lors de cette opération. Règle mafieuse, le véhicule fut donné à John Rubeo, qui se garda bien de prévenir son assurance et mettre les papiers du véhicule à son nom, laissant alors de ce fait Agostino Camacho comme le propriétaire d’une voiture qu’il n’utilise plus. Le problème, est que John Rubeo, est désormais rentré dans le programme de protection des témoins, caché sous une autre identité loin de New-York, et comme cadeau en avance de sa collaboration, le FBI décida qu’il pouvait garder son véhicule. Mais John Rubeo même protégé fit encore parlé de lui. Dernièrement, alors q'iil se baladait tranquillement, profitant de sa nouvelle vie, il renversa un pauvre piéton. De plus, son véhicule n’était plus assuré et son immatriculation n’était plus bonne, Agostino Camacho s’était très vite rendu compte que lors de sa première comparution devant un tribunal, accompagné de ses collègues mafieux, John Rubeo n’était pas présent, le confortant dans l'idée que ce dernier avait décidé de collaborer avec la justice Américaine. Libérable sous caution après avoir payé près de deux cent mille dollars, il se précipita alors pour résilier l’assurance de son véhicule. Après cette histoire, John Rubeo n’utilisa plus ce véhicule et un casse tête est en train de se produire pour le FBI, qui se demande actuellement comment ramener le véhicule à New-York. Le problème est de taille. Le FBI avait pensé à faire appel à un transporteur pour acheminer le véhicule jusqu’à New-York, mais cette solution pouvait donner des indices sur l’actuel localisation de John Rubeo. En attendant ce véhicule serait caché dans un garage que possède l’ancien Associé de la famille Genovese. Malgré une annonce effectuée par le FBI et les procureurs fédéraux le jour des arrestations, démontrant une certaine solidarité entre les deux services, il se dit, qu'en réalité, l’agence fédéral et certains procureurs seraient en profond désaccords. L’enquête fut longue et compliquée. Le FBI aurait voulu voir certaines personnes inculpées dans cette affaire, mais les procureurs ont décidé de ne pas suivre leurs recommandations faute de preuves suffisantes. Aujourd’hui, il est de plus en plus difficile de faire condamner des membres de la Cosa Nostra, surtout si la plupart des témoins sont des anciens membres affiliés au crime organisé, le dossier doit être solide, en béton armé. D’après l’avocat d’Agostino Camacho, ce dernier voudrait récupérer son véhicule, laissant un certain malaise auprès des procureurs, qui voudraient quant-à eux, confisquer le véhicule au « titre de l’enquête ». Selon les agents fédéraux, Agostino Camacho a toujours été rempli de dettes, et doit plusieurs milliers de dollars à des usuriers. L’année dernière, l’Associé de la famille Genovese aurait été menacé de mort par un Associé de la famille Lucchese, un dénommé Harold Thomas, qui lui aurait dit : « La prochaine fois que tu ne me donnes pas mon argent, je te tuerais ici, maintenant. Si le premier jour de chaque mois, je n’ai pas mon argent, je vais chercher mon arme dans ma voiture et je te tue ».

Lire la suite

UNE CERTAINE TENSION ENTRE LA FAMILLE GENOVESE ET LA FAMILLE DE PHILADELPHIE ?

17 Septembre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

UNE CERTAINE TENSION ENTRE LA FAMILLE GENOVESE ET LA FAMILLE DE PHILADELPHIE ?

Vous vous souvenez de Daniel Pagano (voir photo) ?, c’est un Capitaine de la famille Genovese, qui fut condamné en Juillet 2015 à deux années de prison pour racket. Curieusement, son nom ne fut pas mentionné dans l’opération East Coast, lancée par le FBI contre plusieurs familles de la Cosa Nostra en Août dernier. Mais d’après certains agent fédéraux, Daniel Pagano aurait joué le rôle de conciliateur dans plusieurs réunions, réunissant le Parrain de la famille de Philadelphie, Joseph Merlino, et un membre de la famille Genovese, Anthony Cirillo, propriétaire du Princeton Securities Group. Depuis plusieurs mois un différend envenimait les relations entre la famille de Philadelphie et la famille Genovese. Plusieurs sitdowns eurent, sans aucun résultat, quatorze mille dollars était en jeu, et aucun des deux mafieux ne voulaient donner raison à l’autre dans cette affaire. Au départ, la famille Genovese avait demandé à John « JR » Rubeo jouer les conciliateurs, sans savoir que ce dernier collaborer avec le gouvernement fédéral et enregistrait déjà toutes les conversations. Mais John Rubeo botta très rapidement en touche et s’en alla voir son Capitaine, Pasquale « Patsy » Parrello, inculpé lui aussi dans l’affaire East Coast, de trouver une autre solution. Ce dernier, se retourna alors vers Daniel Pagano, un mafieux neutre dans cette histoire et doté d’une sacré réputation dans le milieu. Incarcéré à plusieurs reprises, Daniel Pagano n’a jamais flanché, et continua sans relâche ses activités criminelles au sein de la famille Genovese. Daniel Pagano demanda conseil à Daniel Marino, un Associé de la famille Gambino, qui travaillait étroitement avec Joseph Merlino depuis la Floride. Pour Daniel Marino, Anthony Cirillo avait bien donné l’argent au Parrain de la famille de Philadelphie, sauf que ce dernier au lieu de renvoyer une part de ses bénéfices, préféra garder tout pour lui. Face à cette situation et pour éviter que les tensions s’enveniment encore plus, Joseph Merlnio donna sept mille dollars à Anthony Cirillo, tout en déclarant « J’ai donné les sept mille restant à Carmine », alias Carmine Gallo, un Associé réputé de la famille Gambino opérant depuis la Floride, et futur Affranchi ?. Quelques jours plus tard, Joseph Merlino rencontra Carmine Gallo, et le réprimanda pour l’avoir « rabaissé » devant les Genovese, le traitant même de « tattletale », de commère. Le FBI justifia sa décision de ne pas inculper Daniel Pagano dans cette affaire, car selon eux, le Capitaine de la famille Genovese avait décidé de plaider coupable d’avoir participé à des activités criminelles dans une période allant jusqu’en Août 2914, soit quelques mois après les premières réunions avec Joseph Merlino.

Lire la suite

AUCUN STRESS VISIBLE POUR LES MAFIEUX DE L'OPÉRATION EAST COAST

31 Août 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese, #Bonanno, #Colombo, #Lucchese

AUCUN STRESS VISIBLE POUR LES MAFIEUX DE L'OPÉRATION EAST COAST

La salle d'audience ne fut assez grande au tribunal fédéral de Manhattan pour pouvoir accueillir l’ensemble des accusés inculpés dans l’opération East Coast, qu'il fallut déplacer la session dans une salle réservée à la base aux demandes de naturalisation. Les procureurs ont déclaré devant les accusés, qu’ils avaient récupéré près de huit cent enregistrements, provenant de différents collaborateurs, la plupart ayant infiltré les familles de la Cosa Nostra pendant plusieurs années. Le procès ne sera pas pour tout de suite, les avocats de la défense devront déjà attendre plusieurs mois, avant de pouvoir récupérer et analyser les enregistrements. Les avocats de la défense décideront alors, de changer ou de confirmer le plaidoyer de leurs clients, la plupart avaient décidé de plaider non-coupable après leur arrestation. En entrant dans le tribunal, le juge fédéral lança la séance par un bonjour aux mafieux présents dans la salle. L’un des accusés, Bradford Nedra, interrompit le lancement de l’audience en déclarant : « Votre honneur, vous nous rendez le sourire et un énorme service, si vous décidiez d’annuler cette affaire » déclenchant le rire des mafieux, des avocats de la défense et même du juge en personne. Bradford Wadra, qui avait été condamné en 1981 à vingt cinq années de prison, pour avoir assassiné un individu lui ayant manqué de respect devant sa petite amie dans un bar de New-York, est aujourd'hui accusé de racket. L’ambiance était particulièrement détendue, les embrassades et les accolades ont continué de nombreuses minutes après la fin de l’audience, laissant présagé un certain optimisme pour les accusés. Pourtant ce climat euphorique pourrait certainement changer. En effet, les procureurs fédéraux vont sortir leur carte maitresse, leurs informateurs. Un agent du FBI identifié sous le pseudonyme de UC-1, sera forcément le témoin le plus important au vu de son statut d’agent fédéral, mais CW-1 identifié comme étant John « JR » Rubeo, un Associé de la famille Genovese, qui travaillait très souvent avec le Capitaine Pasquale « Patsy » Parrello (voir photo) pourrait permettre d'influencer le jury sur certaines condamnations. Le nom d’un autre Associé, aujourd’hui décédé, Ronald « The Beast » Mastrovincenzo, avait quelques semaines plutôt faussement circulé, une ruse des procureurs ?. Envoyé en Floride par Pasquale Porrello pour travailler avec l’actuel Parrain de la famille de Philadelphie sur les fraudes médicales, John Rubeo en avait profité pour enregistrer à plusieurs reprises Joseph Merlino en train de parler ouvertement d’activités criminelles. L’Associé de la famille Genovese avait décidé de coopérer avec le FBI après avoir été arrêté par la DEA en 2011, dans une affaire de trafic de drogue. John Rubeo évitera surement la prison, mais aura certainement du mal à faire condamner ses anciens collègues mafieux, en raison de son lourd passé criminel. Pasquale « Patsy » Parrello, serait selon certains spécialistes, l’un des accusés ayant le plus de chance de se faire condamner. Grâce aux enregistrements de l’informateur CW-1, les procureurs fédéraux auraient assez de preuves, pour relier le Capitaine de la famille Genovese, à une tentative de meurtre orchestrée sur un gangster Albanais, soupçonné d’avoir assassiné son fils, Pasquale Porrello Jr en 1993.

Lire la suite

OPÉRATION EAST COAST : UN AGENT DU FBI A INFILTRÉ LA FAMILLE GENOVESE

13 Août 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

OPÉRATION EAST COAST : UN AGENT DU FBI A INFILTRÉ LA FAMILLE GENOVESE

Il a fallu près de cinq années d’enquête pour arriver à l’opération East Coast. Pour essayer d'incarcérer les membres de la Cosa Nostra, les procureurs fédéraux vont s’appuyer sur des milliers d’heures d’enregistrement d’un agent du FBI, qui a su infiltrer la famille Genovese pendant plusieurs années. Il y a plus de vingt ans, l’agent spécial du FBI Joseph D. Pistonne, s'était introduit en profondeur dans la famille Bonanno, menant à plusieurs condamnations, de même avec l’agent du FBI Joaquim « Jack » Garcia, pour la famille Gambino. Après plusieurs procès contre des membres de la Cosa Nostra, qui s’étaient soldés par des acquittements, les procureurs fédéraux ont décidé de changer, en mettant des témoins plus crédibles, avec un passé criminel vierge. Selon le FBI, les résultats obtenus furent si bons, qu’il ne fallut que quelques mois de plus, pour pouvoir inculper de racket, l'ensemble des accusés, mais malheureusement, le danger était de plus en plus présent. L’agent du FBI a commencé comme n’importe quel Associé de la Cosa Nostra, en faisant le larbin aux Soldats et Capitaines d’une famille surnommée par la justice Américaine, comme la Rolls-Royce du crime organisé aux Etats-Unis. Lors des premières réunions, celui qui sera surnommé UC-1 par le FBI, attendait dans la voiture, avant que petit à petit, ils puissent participer à des réunions de « travail » avec des mafieux de différentes familles. Pendant tout ce temps, l’agent du FBI a pu enregistrer secrètement les mafieux en train de parler « affaires ». Mais cette opération qui aura duré plusieurs années, démontre que la famille Genovese reste une famille extrêmement cloisonnée. En effet, malgré ces cinq années d’infiltration, la famille Genovese ne l’aura jamais proposé à une adhésion pour devenir un membre intronisé de la Cosa Nostra. De plus, l’agent UC-1 n’aura jamais aperçu le Parrain actuel, Liborio « Barney » Bellomo, et ne serait rentré qu’une seule fois dans le club social de l’actuel Acting Boss, Peter « Petey Red » DiChiara, installé à Manhattan, sans pouvoir le rencontrer. Sa rencontre avec Eugene « Rooster » O’Nofrio changea considérablement la position du FBI avec son agent infiltré. Désormais, ce dernier était officiellement un Associé de la Cosa Nostra, sous les ordres d’Eugene O’Nofrio, un gangster âgé de soixante quatorze ans, chargée d’une équipe dans Mulbery Street mais aussi de la surveillance des activités à Springfield dans l’Etat du Massachusetts. En réalité, le FBI décida d’infiltrer réellement la famille Genovese, quand un mendiant qui harcelait les clients du restaurant de Pasquale Porrello, fut sauvagement battu par des Associés de la famille Genovese. L’un des agresseurs, sera arrêté par le FBI et décidera immédiatement de coopérer avec les autorités. Surnommé CW-1 par le FBI, il s’agirait en faite de Ronal « The Beast » Mastrovincenzo décédé en 2014. Dans sa première conversation enregistrée pour le FBI, on pouvait entendre clairement Pasquale Parrello dire à ses Associés, de « casser des genoux » pour faire déguerpir les gangs rivaux, qui trainaient autour des tripots de jeux, détenus par la famille Genovese. Retour en 2014 avec l’agent du FBI UC-1, Eugene O’Nofrio lui déclara que la hiérarchie de la famille avait décidé de le nommer Acting Capo, en charge de l’équipage de Conrad Ianniello condamné la même année à trois années de prison pour racket. Reprend l’équipage d’un membre aussi important était une « grosse affaire » selon le FBI et Eugene O’Nofrio malgré son âge avancé, courait dans tous les sens. Dans les enregistrements, le gangster est en train de parler de prêt usuraire, d’extorsion, de contrebande de cigarette, mais aussi de violence encore et toujours : « Tu vas lui fissurer sa putain de tête », tout en conseillant à l’un de ses Associés, d’utiliser un « marteau » plus pratique selon ses dires. Au sein du FBI, malgré cette victoire, on ne parle pas de la baisse des effectifs, concentrées actuellement sur le terrorisme international, même si des tensions à l’interne peuvent ressurgir. Alors qu'à une époque la famille Genovese, en raison de sa dangerosité, était suivie par un groupe spécial, ce même groupe est désormais de surveiller également les agissements des autres familles. Pais pour le FBI, on préfère plutôt parler de cette infiltration : « La plus importante depuis 10 ans (Depuis Joaquim Garcia) », déclara l’un des procureurs fédéraux.

Lire la suite

« LES MEMBRES DE SPRINGFIELD ? CE SONT DES CLOWNS »

11 Août 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

« LES MEMBRES DE SPRINGFIELD ? CE SONT DES CLOWNS »

La famille Genovese a toujours été très bien implantée dans la ville de Springfield dans l’État du Massachusetts Après la désertion d’Anthony Arillota Albert Cavanese a repris les reines d’une équipe très active dans plusieurs rackets. L’opération « East Coast » a permis d’arrêter cinq de ses membres, Ralphie Santaniello (voir photo), Gerald Daniele, Frank « The Shark » Depergola, Giovanni « Johnny Cal » Calabrese et Richard « Richie The Postaman » Valentini. Selon le Fbi cette équipage ne ressemble plus strictement aux membres de l’ère Bruno, un Capitaine de la famille Genovese qui sera assassiné en 2010 : « Ces gars là sont une blague totale. Avant il y avait une sorte de fierté pour les mafieux de travailler avec quelqu’un qui inspirait le respect. Aujourd’hui, nous avons des voleurs de bas étage, des trafiquants de drogue sur qui on ne peut pas faire confiance » déclara un détective. L’un des accusés, Ralph Santaniello dénommé « Ralphie Sant », a déjà un lourd passif dans le crime organisé. Agé de quarante neuf ans, il est considéré par le FBI comme le bras droit actuel d’Albert Cavanese. Sa première inculpation date de 1993, après avoir été arrêté et inculpé de cambriolage, des accusations qui seront finalement par la suite abandonnées. Mais Ralph Santaniello est comme n’importe quel membre de la Cosa Nostra, doté tempérament violent. Il a quelques années, il avait plaidé coupable d’avoir cassé une bouteille de bière sur un individu, même si le Soldat de la famille Genovese déclara aux autorités, n'avoir plus aucun souvenir de cet incident en raison d'une alcoolisation assez prononcée ce soir là. Après l’assassinat d’Adolpho Bruno en 2003, Ralph Santaniello, se rapprocha très rapidement se son remplaçant, Anthony Arillota. Des enregistrements du FBI, effectués dans une maison ou les mafieux de la famille Genovese avaient pris leurs habitudes, avaient démontré que Ralph Santaniello était à la tête d’un énorme réseau de bookmakers, mais aussi, était très actif dans le prêt usuraire. Selon les agents fédéraux, les revenues illicites du Soldat de la famille Genovese avoisinés les 500 000 mille dollars par mois. Face à tous ces accusations, Ralph Santaniello sera condamné à deux années de prison avec obligation dès sa sortie d’aller parler à des étudiants des méfaits des paris sportifs. Sa propre mère qui fut elle aussi inculpée, recevra quant-à elle de la probation. A noter que dans l’opération East Coast, Ralph Sataniello fut l’un des principaux accusés arrêtés à Springfield. Selon les procureurs fédéraux, le Soldat de la famille Genovese aurait menacé à un individu lui devant de l’argent de lui « couper la tête » et de « l’enterrer dans la cour de sa maison ».

Lire la suite

LA COSA NOSTRA FRAPPÉE PAR L'OPÉRATION « EAST COAST »

5 Août 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie, #Genovese, #Bonanno, #Lucchese, #Gambino

LA COSA NOSTRA FRAPPÉE PAR L'OPÉRATION « EAST COAST »

L’opération « East Coast » a été lancée hier par le FBI et a permis d’arrêter une quarantaine de membres et Associés venant de quatre familles de la Cosa Nostra, dont le Parrain actuel de la famille de Philadelphie, Joseph « Skinny » Merlino (voir photo). Depuis plusieurs semaines, il ne faisait plus aucun doute, que Joseph Merlino avait bien repris les activités criminelles d’une famille en pleine expansion depuis l’État de Floride, ou ce dernier réside avec sa famille dans une luxueuse villa. Ses nombreux allers-retours ces derniers mois entre Philadelphie, le New-Jersey et la Floride ont amplifié les surveillances d’un mafieux, qui se disait complètement retiré de la Cosa Nostra : « Trop de rats » disait-il encore lors d’une interview en 2013, Les membres des différentes familles sont inculpés de racket, d’extorsion, de fraude à l’assurance maladie et de trafic d’armes. Le FBI ne s’est pas limité cette fois-ci à une ville en particulier et a longé toute la côte Est, pour cibler les différentes familles de la Cosa Nostra qui ont ces derniers temps profité d’un certain relâchement des agences fédérales, concentrées sur la menace terroriste, pour pouvoir regarnir leur rang. Il est étonnant de constater que malgré l’arrestation de Joseph Merlino, aucun autre membre de la famille de Philadelphie ne fut inculpé, signe que le FBI avait monté depuis quelques temps et grâce à l’aide de plusieurs informateurs et d’enregistrements, un dossier RICO contre l’actuel Parrain. Joseph Merlino côtoyait depuis plusieurs semaines et façon assez régulière sa garde rapprochée, pour pouvoir gérer les affaires de sa famille. Or d’après le FBI, sans le savoir, ce dernier se faisait enregistrer secrètement par un individu qu’il pensait être de confiance : « Non seulement vous allez entendre ces gars, mais vous allez aussi pouvoir leur parler » aurait t’il déclarer à des mafieux de Philadelphie. Les enquêteurs se sont toujours posés la question de savoir comment Joseph Merlino, qui se disait complètement retiré selon lui de la Cosa Nostra, pouvait vivre dans une villa luxueuse à Boca Raton en Floride, en ne vivant que sur les profits d’un restaurant désormais fermé pur faute d’activité. Mais sa condamnation en Janvier 2015 pour une violation de libération conditionnelle avait complètement discrédité les propos de Joseph Merlino. A New-York, le FBI s’est concentré plus particulièrement sur les familles Genovese, Gambino, Lucchese et Bonanno. Le Capitaine de la famille Genovese Pasquale « Patsy » Parello âgé de soixante douze ans, bien connu des autorités pour avoir déjà purgé près de sept années de prison pour détournement de fond, a été inculpé d’avoir ordonné à ses hommes de main, de tabasser un mendiant qui selon lui, harcelait les passants devant son restaurant du Bronx dénommé le Pasquale’s Rigoletto Restaurant. De plus, Pasquale Parello était aidé dans ses activités par un autre Capitaine, dénommé Eugene « Rooster » O’Nofrio, qui était en charge d’une équipe basée à Mulberry Street dans le célèbre quartier de Little Italy à Manhattan, lui aussi sera arrêté. Anthony « Anthony Boy » Zinzi, l'un des accusés, et un membre de l’équipage de Pasquale Parello, gérait un club de jeux dans Yonkers, ou toutes sortes de paris sportifs y étaient proposés, allant jusqu’au jeux de dés, l'argent remontait chaque semaines dans les poches du Capitaine de la famille Genovese. Mais les membres affiliés à la Cosa Nostra restent des personnes violentes, et quand un rival commençait à prendre de l’ampleur à côté de leur club social, les membres de la famille Genovese n’hésitaient pas à mettre le feu à leur voiture. L’enquête au finale aura duré plusieurs années, les membres de la Cosa Nostra qui pour échapper à la détection du FBI, organisaient des réunions dans des restaurants ou sur des aires de repos, en utilisant un langage codé. En Juillet 2016, une opération lancée contre quatre familles de la Cosa Nostra à New-York, avait démontré que celles-ci travaillaient en étroite collaboration. Ces récentes arrestations confirment une nouvelle la bonne entente entre les familles New-Yorkaise. En effet, Pasquale Parello aurait demandé à plusieurs de ses Associés de crever les pneus d’un individu devant de l’argent non pas à la famille Genovese, mais à la famille Lucchese.

Lire la suite

PETIT TRAFIC DE DROGUE ENTRE FAMILLES

23 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo, #Genovese, #Gambino, #Bonanno

PETIT TRAFIC DE DROGUE ENTRE FAMILLES

Le FBI en collaboration avec les procureurs de New-York, a lancé cette semaine une opération de grande envergure contre quatre familles de la Cosa Nostra, les Gambino, les Bonanno, les Colombo et les Genovese. Les individus arrêtés, sont accusés par la justice Américaine, de trafic de marijuana, de pilules d’oxycodone, un analgésique équivalent à la morphine, de fraude fiscal et l’exploitation de jeux illégaux, un grand classique, qui rapporte toujours autant d’argent aux membres de la Cosa Nostra. Ces inculpations démontrent que les familles de la Cosa Nostra se sont entendus ensemble, pour gagner d’énorme profit grâce au trafic de drogue, un délit qui est normalement interdit dans cette organisation criminelle. Entre Février 2014 et Novembre 2015, deux Associés de la famille Bonanno, John Kelly et Richard Sinde, qui purge actuellement une peine de six années de prison pour trafic de pilules de viagra, sont accusés par les procureurs fédéraux d’avoir cultivé illégalement et revendu dans plusieurs États des Etats-Unis, des kilos de marijuana, rapportant près de seize millions de dollars aux familles de la Cosa Nostra. Il est intéressant de noter que suite à l’incarcération de Richard Sinde en Juin 2015, les quatre familles New-Yorkaise se mirent rapidement d’accord, pour le remplacer par Lawrence Dentico Jr, petit-fils de l’ancien Consigliere de la famille Genovese, Lawrence Dentico. Ce dernier qui habite l’État de la Californie, a su rapidement palier l’absence de Richard Sinde, qui était considéré comme l’investigateur en chef de ce trafic. Lawrence Dentico Jr travaillait en collaboration avec deux Associés de la Cosa Nostra, qui eux aussi, cultivaient de la marijuana dans des anciennes fermes. La drogue était ensuite acheminée vers New-York par colis postaux ou en utilisant des camions de livraisons de la marque FedEx. De Manhattan, Stephen Gallo qui est identifié par le FBI comme un Associé de la famille Colombo, s’occupait de réceptionner les « colis » et de la distribution dans les rues de New-York. Stephen Gallo fut aussi accusé d’avoir vendu sans le savoir de la marijuana à deux agents de police de la NYPDC opérant sous couverture. L’un des accusés Frank Parisi, propriétaire du célèbre épicerie Italienne dénommé Parisi Baker, situé située en plein Little Italy, fut arrêté en possession de près de neuf kilos de marijuana. Les procureurs soupçonnent fortement Frank Parisi d’avoir revendu une quantité non négligeable de cette drogue. Toujours pendant la même période, Stephen Gallo, Frank Parisi et deux autres Associés de la Cosa Nostra dénommés Carl Murano et Frank Galesi, sont accusés d’avoir comploté pour tirer profit d’un site de paris illégaux, un délit qui aurait rapporté près d’un million de dollars en seulement un an. Dans l’acte d’accusation, un membre notoire de la Cosa Nostra fut lui aussi inculpé, il s’agit du Soldat de la famille Gambino, Michael « Mickey Boy » Paradiso. Ancien Capitaine dans cette organisation criminelle, ce dernier avait été rétrogradé au plus bas de l’échelle, après avoir été condamné à dix neuf années de prison en 1987 pour trafic de drogue. Libéré en 2011 d’un pénitencier fédéral, Michael Paradiso avait repris très rapidement ses activités au sein de la famille Gambino. Ce dernier aurait selon la justice Américaine comploté avec les différentes familles de la Cosa Nostra dans la mise en place de ce trafic de drogue. Ironiquement et malgré son statut au sein du crime organisé, Michael Paradiso, qui n’a toujours pas comparu devant un juge fédéral, est l’un des accusés ayant le moins de charge retenue contre lui.

Lire la suite

QUAND LA FAMILLE GENOVESE FUT SOUPÇONNÉE DANS L'ASSASSINAT D'UN OFFICIER DE POLICE - PARTIE 2

20 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

QUAND LA FAMILLE GENOVESE FUT SOUPÇONNÉE DANS L'ASSASSINAT D'UN OFFICIER DE POLICE - PARTIE 2

Ce fut Kathleen Burke, qui la première, remarqua que la BMW de Frederico Giovanelli roulait juste derrière eux. Elle le fit remarquer à son collègue qui ne s’inquiéta nullement : « La plupart des policiers, pensent qu’il y a une sorte de pacte entre les mafieux et la police » déclara par la suite Kathleen Burke. Des tensions peuvent ressurgir entre les deux parties, mais le principe reste qu’on ne se touche pas l’un l’autre. Anthony Venditti (voir photo) rentra à l’intérieur du Diner, alors que Kathleen Burke qui surveillait avec insistance le véhicule du Soldat de la famille Genovese, remarqua que ce dernier avait garé son véhicule à quelques mètres de là et se trouvait désormais avec deux individus non identifiés près de l’entrée du restaurant. Prise de panique, et persuadée que quelque chose grave allait se produire, Kathleen Burke se précipita alors pour essayer de prévenir son collègue, que le Soldat de la famille Genovese était sorti de son véhicule et l’attendait cette fois-ci dans la rue, mais il était déjà trop tard. Anthony Venditti sortit du restaurant et immédiatement, se fit tirer dessus à plusieurs reprises au visage et dans le dos. Kathleen Burke, qui avait tenter d’attirer l’attention des individus en criant « Freeze » pour les faire arrêter, essaya de répliquer avec son arme de service, mais fut touchée quant-à elle dans la poitrine. Quelques minutes à peine après la fusillade Frederico Givanelli fut arrêté par la police, mais ce dernier ne portait aucune arme sur lui. Deux jours plus tard et grâce au témoignage de Katheen Burke, qui avait survécu par miracle à la fusillade, Steven Maltese et Carmine Gualtiere, identifiés comme des Associés de la familles Genovese furent eux aussi arrêtés. Outre le témoignage de Kathleen Burke, les procureurs pouvaient compter aussi sur la collaboration de Frank Simone, un individu qui se trouvait devant le restaurant lors de la fusillade. Ce dernier déclara à la police qu’il avait reconnu formellement Carmine Gualtiere comme le tireur ce jour là. Lors du procès, il se rétractera après avoir subi des menaces verbales et et après avoir eu les jambes cassées. Frank Simone sera finalement retrouvé une balle dans la tête dans une ruelle du Bronx, quelques jours après son apparition devant le tribunal. Le premier procès ne donnera strictement rien, les jurés se déclarant dans une impasse totale. Le témoignage de Kathleen Burke qui avait identié formellement Frederico Giovanelli comme l’un des suspects dans cette fusillade, fut discrédité par d’autres officiers de police qui déclarèrent à la barre, que leur collègue avait dit que Frederico Giovanelli était le meurtrier d’Anthony Venditti, sans vouloir voir les photos des autres suspects potentiels. De plus l’avocat de la défense s’interrogea sur le témoignage de Kathleen Burke qui changeait de version après chaque interrogatoire. Le deuxième procès se terminera en Avril 1988, et le jury cette fois-ci décidera d’acquitter Carmine Gualtiere de toutes les charges retenues contre lui. Quant-à a Frederico Giovanelli et Steven Maltese, le jury fut une nouvelle fois dans l’incapacité de rendre un verdict. La femme de Carmine Gualtiere, avait prétexté pendant le procès que son mari était le jour du drame chez lui, en train de regarder tranquillement la télévision en famille, même version pour la petite amie de Steven Maltese. Pour Frederico Giovanelli, aucun alibi ne fut trouvé, mais les procureurs se demandèrent si l’assassinat d’Anthony Venditti ne fut pas en réalité, une mésentente dramatique, petit retour en arrière. Quelques jours avant le drame, lors d’une surveillance d’Anthony Venditti, Frederico Giovanelli fut agressé par plusieurs individus, qui tentaient vraisemblablement de le voler. Les deux détectives interrompirent alors les malfaiteurs, quelques coups furent alors échangés entre les deux parties, a cette époque, il se disait dans la police, qu’un clan affilié à la famille Gambino, essayait de prendre le contrôle d’un point de jeux détenu par la famille Genovese. La voiture que conduisait Anthony Venditti aurait été repéré par Steven Maltese, pensant certainement que ce véhicule appartenait aux individus ayant agressé Frederico Giovanelli. Les membres de la famille Genovese qui voulaient se venger de cette tentative d’extorsion par la famille Gambino, aurait voulu passer à l’acte rapidement pour laisser un message, en les tuant un par un. Le dernier procès qui se déroula en 1994, se termina lui aussi par une incapacité totale pour le jury de rendre une nouvelle fois un verdict, provoquant de ce fait la libération de Steven Maltese et de Frederico Giovanelli qui étaient incarcérés depuis le meurtre de l’officier de police. Le Soldat de la famille Genovese continuera à faire parler de lui. En 1998, il sera condamné à neuf mois de prison pour une violation de libération conditionnelle. En 2005, Frederico Giovanelli, sera condamné à dix années de prison pour racket et pour avoir averti des membres de la famille DeCavalcante qu’une opération du FBI allait avoir bientôt lieu dans leur famille. Libéré en 2011, Frederico Giovanelli qui est aujourd’hui âgé de quatre vingt quatre ans est toujours considéré comme un membre actif de la famille Genovese.

Lire la suite

QUAND LA FAMILLE GENOVESE FUT SOUPÇONNÉE DANS L'ASSASSINAT D'UN OFFICIER DE POLICE - PARTIE 1

19 Juillet 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

QUAND LA FAMILLE GENOVESE FUT SOUPÇONNÉE DANS L'ASSASSINAT D'UN OFFICIER DE POLICE - PARTIE 1

L’assassinat d’agents fédéraux ou de police, est formellement interdit dans la Cosa Nostra. Cette « règle » la différencie de sa cousine Sicilienne, qui quant-à elle, n’hésite pas une seule seconde à utilise la violence contre les personnes dépositaires de l’autorité publique, pour arriver à ses fins. Mais un membre de la Cosa Nostra, est un individu de nature violente et par moment incontrôlable et ce dernier n’applique pas forcément à la lettre les règles d’une organisation qu’il a pourtant prêté allégeance. Par exemple, en 1963, lors de l’enterrement du père de Carmine Lombardozzi, un Capitaine de la famille Gambino, son neveu, Daniel Marino, un Soldat de cette organisation, avait volontairement agressé un agent du FBI, qui photographiait les membres présents à cet enterrement. Cet incident avait fait beaucoup de remoud au sein de la famille Gambino, qui avait reproché à Carmine Lombardozzi de n’a pas avoir su maitriser son neveu. En Janvier 1986, l’assassinat d’un détective du NYPD, Anthony Venditti, en charge de la surveillance des familles de la Cosa Nostra et en particulier la famille Genovese, suscitera plusieurs interrogations sur l’implication des membres de la mafia sur ce meurtre. Les règles de la Cosa Nostra sont généralement violées à plusieurs reprises. Le trafic de drogue qui est normalement interdit, n’empêche pas certains membres à faire du business dans ce domaine pour gagner de l’argent. Mais le meurtre d’un agent fédéral ou d’un officier de police, a toujours été évité par peur des représailles des agences fédérales, qui freineraient considérablement les affaires d’une famille de la Cosa Nostra. Anthony Venditti avait l’art et la manière pour s’infiltrer sans attirer l’attention des membres de la mafia. Avec sa collègue Kathleen Burke, les deux agents essayaient de rassembler le maximum d’informations pour essayer de faire condamner les membres du crime organisé. Depuis quelques mois les deux détectives s’intéressaient particulièrement aux activités criminelles de Frederico « Fritzy » Giovanelli (voir photo), un Soldat de la famille Genovese, fortement impliqué dans le prêt usuraire et les jeux illégaux, des affaires qu’il gérait tranquillement depuis son club social dans Manhattan. Le jour du meurtre, ils repèrent très vite Frederico Giovanelli, un homme trapu, cheveux grisonnants, qui conduisait toujours la même voiture de marque Allemande. Pour éviter de se faire repérer, Anthony Venditti démarra rapidement sa voiture et s’en alla directement au Triangle Social Club, un club social détenu par le Parrain de la famille Genovese à cette époque, Vincent « The Chin » Gigante. Devant ce genre d’endroit, on trouve bien sûr des membres affiliés ou intronisés dans la Cosa Nostra, mais aussi des guetteurs, qui longeant les rues du quartier, essayent de repérer les véhicules suspects, comme celui d’Anthony Vendetti, qui malgré sa discrétion habituelle, sillonnait le quartier avec la même voiture depuis plusieurs mois. Surement des deux agents furent tout de suite repérés, on ne le saura vraiment jamais. C’était l’heure du déjeuner, et Anthony Venditti interrompit alors sa surveillance, pour aller chercher quelque chose à manger dans un Diner pas très éloigné du club social de Frederico Giovanelli, sans se douter une seule seconde, que ce dernier les suivait avec son propre véhicule depuis déjà plusieurs minutes.

Lire la suite