Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LCN

Articles avec #decavalcante tag

LES MEMBRES DE LA FAMILLE DECAVALCANTE LIBÉRÉS SOUS CAUTION

24 Mars 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

LES MEMBRES DE LA FAMILLE DECAVALCANTE LIBÉRÉS SOUS CAUTION

Début Mars, le FBI lança une opération dans plusieurs États contre différents membres de la famille DeCavalcante. Ces arrestations qui ont pu être menées grâce à l’aide d’un agent du FBI qui infiltra la famille mafieuse pendant près de deux ans, révéla que la famille DeCavalcante encore très active, avait des relations très étroites avec la famille Gambino de New-York. Le principal accusé dans cette affaire, Charles Stango, un Capitaine des DeCavalcante domicilié dans l’État du Nevada, avait été enregistré à différentes reprises en train de préparer le meurtre d’un membre initié de sa famille, qui avait manqué de respect à l’actuel Acting Boss, Francesco « Frank Milk » Guaracci. Charles Satango à une réputation de tueur. Au début des années 1980, il avait été condamné à près de vingt cinq années de prison pour avoir tué un Associé de la famille DeCavalcante, qui avait tenté d’arnaquer un Capitaine de la famille Genovese, Tino « T » Fiumara. Charles Stango accepta sa peine sans broncher. Il fut libéré d’une prison fédérale en 2012 et déménagea très rapidement à Las Vegas. Malgré les nombreuses années d’incarcération, Charles Stango reprit ses activités au sein de la Cosa Nostra et fut promu Capitaine. De sa nouvelle résidence, il resta en contact régulier avec les membres de son équipe basée à Elizabeth dans le New-Jersey, dont son fils Anthony Stango, un membre initié de la famille DeCavalcante. Les autres accusés dans cette affaire, dont le Consigliere en exercice Frank Nigro, étaient accusés de différentes charges, allant du complot, au trafic de drogue passant par la contrebande de cigarettes. Deux de ses membres, Frank Nigro âgé de soixante douze ans et le Soldat Paul Colella âgé de soixante huit ans, ont comparu devant le juge fédéral Mark Falk, pour une demande de libération sous caution. Bien entendu, le procureur fédéral en charge de cette affaire, James Donnelly, demanda au juge de garder enfermer ces individus, jugeant qu’ils étaient des « membres clés » de la famille DeCavalcante, et qu’ils pouvaient même de chez eux « ordonner » des assassinats avec un simple appel téléphonique : « Rien ne vas les arrêter » déclara t’il. Le juge, était d’accord sur le principe d’une éventuelle dangerosité des membres présents dans son tribunal, mais il déclara qu’un confinement « strict et sévère » à leur domicile pouvait empêcher ce genre de choses d’arriver. Après avoir payé une caution de près de deux cent cinquante mille dollars, les deux accusés seront alors cloitrés à domicile, avec des « des horaires de visite » allant de 9 heures au matin à 18 heures au soir maximum. De plus, le juge accepta que leur téléphone fixe puisse être sous écoute à tout moment, pour éviter que les deux accusés ne puissent commettre un crime à distance. Frank Nigro a d’après le FBI remplaçait depuis quelques années, l’ancien Consigliere Stefano « Steve The Truck Driver » Vitabile, condamné pour plusieurs meurtres à la prison à perpétuité, mais actuellement libre depuis qu’une cour fédérale avait cassé sa précédente condamnation. D’après la justice Américaine, Charles Stango avait eu « l’autorisation » par Frank Nigro, de planifier le meurtre du membre de la famille DeCavalcante qui avait manqué de respect à l’actuel Acting Boss. Deux solutions étaient alors possible pour le Capitaine de la famille DeCavalcante. la première était de faire appel à des membres des bikers locaux pour commettre l'assassinat. La deuxième solution était d'utiliser des membres de son équipe dont Paul Colella. Anthony Stango quant-à lui, se présenta en fin de journée. Le Soldat des DeCavalcante est accusé d’avoir essayé de vendre pour près de cent mille dollars de cocaïne et d’avoir avec l’aide de son père essayé d’ouvrir une agence d’escort pour clients fortunés. Le procureur déclara que par le passé, Anthony Stango avait démontré un « mépris total » pour les autorités, mais son avocat présent lui aussi lors de l’audience, demanda la clémence du juge en raison des nombreux problèmes de santé dont souffre actuellement le mafieux. En effet, d’après Gary Mizzone, son client pèse plus de 160 kilos et souffre de diabète de type 2, une incarcération pourrait nuire gravement à sa santé : « Il est seulement dans une affaire de drogue et de prostitution et les seules preuves sont des déclarations virulentes avec son père » ironisa son avocat. Comme pour les accusés qui s’étaient présentés devant lui en début de journée, le juge fédéral fixa la caution d’Anthony Stango à cent cinquante mille dollars et préconisa le confinement à domicile 24h/24, pour éviter le moindre problème. Le mafieux, qui paya sa caution sns aucune difficulté, sortit libre du tribunal.

Lire la suite

PLUSIEURS ARRESTATIONS DANS LA FAMILLE DECAVALCANTE

15 Mars 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

PLUSIEURS ARRESTATIONS DANS LA FAMILLE DECAVALCANTE

Dans l’État du New-Jersey, malgré les présences significatives des cinq familles de New-York, la principale organisation criminelle très bien implantée reste la famille DeCavalcante. Après avoir été très rapidement déclarée « morte » par les autorités fédérales au début des années 2000, et cela en raison des nombreuses arrestations et des différents membres qui avaient décidé de collaborer avec la justice. Force est de constater qu’au début de l’année 2015, la famille DeCavalcante a su regarnir ses rangs et se reconstruire pour atteindre plus d’une soixantaine de membres et aurait même étendu ses affaires dans certains quartiers de New-York et dans d’autres États, comme au Nevada. En fin de semaine dernière, cette famille qui se révéla relativement discrète depuis plusieurs années, fit parler d’elle, quand le FBI lança une opération contre différents membres de cette organisation criminelle. Près d’une dizaine de membres portant des surnoms évocateurs comme « Knuckles » ou encore « Whitey » furent arrêtés pour différentes charges fédérales tenant de la loi RICO; comme la tentative de meurtre, la contrebande de médicaments et pour prostitution. Cette opération qui commença en 2012, grâce à l’aide d’un agent infiltré, se concentra sur l’équipe de Charles « Bips » Stango, un Capitaine de la famille DeCavalcante âgé de 71 ans, qui réside actuellement à Las Vegas. Connu des autorités fédérales pour des condamnations antérieur, dont un homicide en 1981, Charles Stango aurait été enregistré en train de planifier le meurtre d’un membre initié de la famille DeCavalcate, qui aurait manqué de respect à l’actuel Acting Boss (Francesco Guaracci). Pour Charles Stango, l’individu en question devenait « hors de contrôle » et il devait soit « mourir » ou terminer « sa vie dans un fauteuil roulant », et en lui jetant par la même occasion de « l’acide sur le visage ». Pour le Capitaine de la famille DeCavalcante, il y avait plusieurs solutions pour commettre cet assassinat. Soit il le planifiait lui-même, grâce à des membres de son équipe basés à Elizabeth dans le New-Jersey, en faisant démolir par exemple l’entreprise que détenait l'individu en question, une solution parmis tant d'autres. Soit payer près de vingt cinq mille dollars deux membres d’un gang de motard, proche de la famille Italienne, qui s’occupait généralement du sale boulot pour cette organisation criminelle. Cette deuxième méthode, intéressait fortement Charles Stango qui déclarait que les services de police ne les relieraient certainement pas à ce meurtre. Selon lui, il aurait stipulé à l’agent infiltré, qu’il avait eu la permission de placer ce contrat par Frank Nigro âgé de 72 ans, Consigliere actuel de la famille, qui fut lui aussi arrêté dans cette affaire. Dans un enregistrement dévoilé par les procureurs fédéraux lors de la comparution des différents accusés, on pouvait entendre Charles Stango déclarait avoir « fais ses os (tuer quelqu’un) » avec Frank Nigro, « il y a des dizaines d’années ». Quand il n’est pas « concentré » a trouver une solution pour commettre un assassinat, Charles Stango conseille son fils, Anthony, membre de la famille DeCavalcante, qui réside dans le New-Jersey : « Tu sais Anthony, seul les ours et les lions survivent, les porcs eux, sont abattus ». Les procureurs ironisent en disant que les dialogues sont dignes d’un script des « Sopranos », sauf que la réalité est bien plus surprenante que la fiction. Récemment, Charles Stango et son fils ont parlé d’un projet d’une « entreprise » proposant les services d’ « escort » à différents clients fortunés : « Vous devez vous protéger, vous devez faire autre chose que les autres ne font pas » déclara t’il. Au total, une dizaine de personnes furent arrêtés. Les Associés, James Henney, Rosario Pali ont été accusés de trafic de drogue, alors que Luigi Oliveri a été accusé quant-à lui de contrebande de cigarettes. Lors d’une entrevue téléphonique avec l’agent infiltré, Charles Stango révéla une information très intéressante pour les enquêteurs fédéraux, la famille DeCavalcante serait sous la « coupe » de la famille Gambino de New-York : « Nous travaillons avec les Gambino » déclara t’il, un peu exaspéré. La famille de New-York est dirigée en ce moment par des Siciliens, et la famille DeCavalcante à la même particularité. L’Acting Boss actuel serait en effet, Francesco Guaracci, surnommé « Milk » ou encore « Frank Milk » dans les enregistrements. Ce dernier qui est arrivé aux États-Unis en 1980 en provenance de sa Sicile natale, a très vite rejoint les rangs de la famille DeCavalcante, en ouvrant le Ribera Social Club à Elizabeth dans le New-Jersey. En 2011, il avait été reconnu coupable et condamné à six mois de détention à domicile pour avoir essayé d’extorqué une pizzeria dans le New-Jersey. Les accusés dans cette affaire sont actuellement détenus sans caution possible, jusqu’à une prochaine audience, qui déterminera si le juge fédéral en charge du dossier décide oui ou non de les libérer en attendant leur procès.

Lire la suite

LA FAMILLE DECAVALCANTE DE RETOUR AUX AFFAIRES

12 Novembre 2014 , Rédigé par Xav Publié dans #DeCavalcante

LA FAMILLE DECAVALCANTE DE RETOUR AUX AFFAIRES

La famille DeCavalcante reste l’exemple pour laquelle le combat contre la Cosa Nostra reste une « lutte sans fin ». Cette dernière, a toujours été « critiquée » par les membres des cinq familles de New-York qui l’a considérait non pas comme une famille viable de la Cosa Nostra, mais plutôt comme un « crew » (une équipe dans le jargon mafieux). Des enregistrements effectués par le FBI auprès des différents membres de la famille DeCalvalcante, montraient une certaine amertume de ces derniers, contre les familles de New-York. A les entendre, ils en avaient plus qu’assez de se faire traiter de « fermier » ou de « bouseux »,en gros, ils n’étaient pas assez respectés. Mais la réalité était bien là, et malgré les critiques, les autres familles de la Cosa Nostra, devaient bien traiter avec les DeCavalcante qui était encore très active dans le New-Jersey. A la fin des années 1990, cette dernière fut complètement ravagée par une opération lancée par le FBI. Cette opération fut possible grâce à la collaboration d’un Associé de la famille, Ralph Guarino. Ce dernier était rentré en contact avec la famille grâce à un Capitaine très influent, Vincent « Vinny Ocean » Palermo, mais en étant Associé, il avait été placé dans l'équipe d'un mafieux de la vieille école, Joseph « Tin Ear » Sclafani. Ralph Guarino était doué, et ramenait beaucoup d'argent au DeCavalcante, grâce notamment à ses nombreux braquages, mais l'un d'entre eux, orchestré à New-York, changea le cours de sa vie. Le 14 Janvier 1998, trois hommes avaient volé pour près de 1,8 millions de dollars à la « Bank Of America » au World Trade Center à New-York. Ce braquage qui fit grand bruit dans les médias Américains, fut vite résolu grâce aux caméras de surveillance. Les vidéos montrèrent clairement l’Associé de la famille DeCavalcante, à visage découvert en compagnie de ses deux complices, en train de transporter tranquillement l'argent dans des sacs. Très vite arrêté et inculpé, il décida de collaborer avec la justice pour éviter une longue peine de prison, ce fut alors le début de la fin pour la famille mafieuse. La coopération de Ralph Guarino, entraina une importante série d’arrestations. Au total, plus de cinquante membres furent inculpés pour différentes charges, comme le meurtre, le racket, l’extorsion, le prêt usuraire et le jeu illégal, des grands classiques de la Cosa Nostra. Parmi eux, se trouvait l’ancien Acting Boss, Vincent « Vinny Ocean » Palermo qui après son arrestation, n’hésita pas une seule seconde, et décida à son tour de coopérer avec le gouvernement fédéral pour éviter une peine de prison à perpétuité. Sa désertion fut dévastatrice pour la famille DeCavalcante, ou plusieurs de ses membres comme le Soldat Anthony Capo et le Capitaine Anthony Rotondo décidèrent eux aussi de coopérer avec la justice Américaine. Pendant près de six années, la famille mafieuse enchaina les opérations du FBI, qui finirent au total par l’emprisonnement de près de quarante cinq membres dont sept Capitaines, pour une famille comme les DeCavalcante, cela était pratiquement la fin. C’est sur cette optique que le FBI délaissa un peu les mafieux du New-Jersey, pour se concentrer sur les cinq familles de New-York, laissant le temps à la famille de se reconstruire petit à petit. Car malgré l’incarcération du Parrain officiel, John « Giovanni » Riggi, à une longue peine de prison, un noyau dur s’était développé au sein de la famille, ou des membres influents comme Francesco « Frank » Guarraci et Joseph Miranda, qui avaient pu éviter les arrestations pendant toutes ces années étaient toujours prêts à agir. Les deux hommes entreprirent la tache périlleuse de reconstruire la famille petit à petit. Avec l’accord des cinq familles de New-York, la famille DeCavalcante profita pour initier douze nouveaux membres, ce qui gonfla temporairement les effectifs. De plus, Francesco Guarraci, était considéré comme un mafieux de la vieille école, originaire de la commune de Ribera en Sicile, il avait développé les activités de la famille dans son club social, le « Ribera Social Club » à Elizabeth dans le New-Jersey. Joseph « The Old Man » Miranda, était un ancien Soldat du Parrain historique de la famille Simone « Sam The Plumber » DeCavalcante. En temps que membre le plus ancien, il fut nommé directement Acting Boss de la famille après les multiples arrestations, mais ce dernier qui préférait plutôt un rôle de conseiller, se retira pour laisser sa place à Francesco Guarraci . De 2005, à nous jours, la famille DeCalvante se fit très discrète, ne laissant qu’apparaitre qu’une seule fois son nom dans les journaux, lors d’une tentative d’extorsion d’un restaurant Italien, impliquant personnellement l’Acting Boss de la famille Francesco Guarraci en 2012. Aujourd’hui, d’après certains spécialistes, la famille DeCavalcante avoisinerait les quatre vingt membres actifs. Le Parrain officiel, John Riggi aurait pris sa retraite. Ce dernier qui est sorti de prison en 2012, après avoir purgé plus de vingt ans pour différentes charges fédérales, aurait de nombreux problèmes de santé. La famille mafieuse profita aussi de la sortie de Stefano « Steve The Truck Driver » Vitabile, Consigliere de la famille, qui fut libéré d’une prison fédérale récemment après que sa condamnation pour meurtre fut renversée en Septembre 2008. Elle profita aussi des libérations des Capitaines Gregory Rago et Louis « Louis Eggs » Consalvo qui ont été libérés eux aussi respectivement en 2012 et 2014 après avoir purgé une dizaine d’années de prison pour meurtre et racket. Ce dernier a repris l’équipe de Philip Abramo surnommée « The King of Wall Street » qui fut condamné en 2003 pou cinq meurtres.Louis Concalvo avait été initié en 1991 après avoir avait participé au meurtre du Capitaine Louis « Fat Louie » LaRosso (Louis LaRosso avait été assassiné par la famille DeCalvalcante, car John Riggi alors Parrain de la famille, craignait que ce dernier puisse prendre le pouvoir après son incarcération). le 11 Novembre 1991 et a désormais tout le respect nécessaire pour reprendre une équipe de plusieurs Soldats. La famille toujours menée par Francesco Guarraci aurait étendue récemment ses activités en dehors du New-Jersey, dans certains quartiers de New-York, une première.

Lire la suite

LA FAMILLE DECAVALCANTE UTILISAIT DES CERCUEILS A DOUBLE FOND POUR SE DÉBARRASSER DES CORPS

26 Août 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #DeCavalcante

LA FAMILLE DECAVALCANTE UTILISAIT DES CERCUEILS A DOUBLE FOND POUR SE DÉBARRASSER DES CORPS

Les DeCavalcante est une famille de la Cosa Nostra opérant principalement dans l’État du New-Jersey. Elle est connue du grand public pour avoir servi de modèle à la série de la chaîne HBO, "The Sopranos". En décembre 1999, la famille DeCavalcante fut frappée par une vaste opération lancée par le FBI. Plusieurs membres de la famille mafieuse, furent arrêtés et certains d'entre eux pour éviter des peines de prisons à perpétuité, décidèrent de collaborer avec la justice. L'un d'entre eux, Anthony Rotondo (voir photo), raconta comment la famille DeCavalcante faisait pour se débarrasser des cadavres. Déjà tout tout petit, Anthony Rotondo fut habitué à la vie dans le crime organisé. Son père n'était autre que Vincent "Jimmy The Gent" Rotondo l'ancien Underboss de la famille DeCalvalcante dans les années 1980. Mais Vincent Rotondo encourageait son fils à faire des études pour devenir avocat. Il ne voulait pas que ce dernier devienne comme lui, un gangster. Mais même diplômé de l'université, Antony Rotondo voulait devenir un membre de la Cosa Nostra et malgré de très bonne étude, son père finit par le faire rentrer dans les rouages du crime organisé. "Je lui ai dis que je voulais vivre sa vie, devenir comme lui. Il m'a dit que si c'était ce que je voulais, il fallait que je reste près de lui" déclara t'il dans un tribunal fédéral en 2004. Grâce à l'appui de Vincent Rotondo, il devint en 1978, à l'âge de 21 ans, un membre initié de la Cosa Nostra et il fut un soldat dans l'équipe de son père : "Toute ma vie, mon père était un capitaine de cette famille et les personnes que j’appelai mes "oncles", étaient en faites des membres de cette organisation". En 1988, Vincent Rotondo fut assassiné de plusieurs balles dans le corps pour avoir soi-disant insulté Anthony Casso l'Underboss de la famille Lucchese à cette époque. Pour éviter une guerre entre les deux familles, John Gotti, le parrain de la famille Gambino demanda à John Riggi le parrain des DeCavalcante de "résoudre ce problème". Il faut comprendre que la famille DeCavalcante est la principale famille de la Cosa Nostra dans le New-Jersey, mais elle est fortement liée à la famille Gambino (Comme la famille Soprano et la Famille Lupertazzi dans "The Sopranos"). D'ailleurs les "cinq familles" de New-York opèrent librement dans le New-Jersey. A la mort de son père, Anthony Rotondo utilisa de plus en plus la violence pour arriver à ses fins. D'après le FBI, il était connu pour ses différents braquages dans le New-Jersey et il fut soupçonné d'avoir commis plusieurs meurtres. A la fin des années 1990, le FBI l'avais identifié comme un capitaine de la famille DeCavalcante, très proche de Vincent Palermo (Voir Article La vie de Vincent Palermo après la Cosa Nostra), qui à cette époque gérait la famille mafieuse avec deux autres capitaines Girolamo Palermo et Charles Majuri. Après son arrestation et voyant ses anciens amis collaborer avec la justice, il décida à son tour de coopérer en Décembre 2001. Sa première apparition en tant qu'informateur eut lieu en 2003 lors du procès de quatre membres de la famille DeCavalcante, le consigliere Stefano "Steve The Truck Driver" Vitabile et trois capitaines Guiseppe "Pino" ​​Schifiletti, Philip Abramo et Girolamo "Jimmy" Palermo. Devant le juge fédéral, il expliqua comment la famille DeCavalcante utilisait les cercueils à double-fond pour se débarrasser de ses victimes. Devant un jury stupéfait, il déclara que cette méthode avait été inventé par un membre de la famille DeCavalcante dénommé Carlo Corsentino qui est décédé dans les années 1990, il avait plus de 100 ans. Ce dernier gérait une maison funéraire à Elizabeth dans le New-Jersey. Il avait eu l'idée d'après Anthony Rotondo de fabriquer des cercueils à double-fond pour faire disparaitre les victimes de la famille mafieuse qui étaient enterrées en même temps que les clients normaux. "La famille demandait de temps en temps son aide pour faire disparaitre ses victimes" déclara t'il. Il stipula aussi devant la cours que le poids suspect d'un cercueil avait surpris les personnes chargés de le transporter. "Tout le monde se regardait. Parfois, vous aviez six hommes pour une grand mère qui pesait pas plus de 40 kilos." déclara t'il. Il affirma que cette méthode avait été surtout utilisé dans les années 20 "Quand il y avait beaucoup de meurtres commis par la Cosa Nostra" revela t'il. Le fils de Carlo Cosentino, Carl est toujours propriétaire du salon funéraire, il est suspecté par le FBI d'être un soldat de la famille DeCavalcante. Dans les années 1990, le président des États-Unis à cette époque Bill Clinton avait envoyé une lettre de félicitation à son père pour son 100ème anniversaire.

Lire la suite

LA VIE DE VINCENT PARLEMO APRES LA COSA NOSTRA

29 Juin 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #DeCavalcante

LA VIE DE VINCENT PARLEMO APRES LA COSA NOSTRA

Vers la fin des années 1990, les DeCavalcante, une famille de la Cosa Nostra opérant dans le New-Jersey était gérée par trois capitaines : Girolamo Palermo, Charles Majuri et Vincent Palermo. Les trois hommes dirigeaient les affaires de la famille alors que le Boss, John "Giovanni" Riggi était incarcéré. En 1998, un associé de la famille DeCavalcante, Ralph Guarino décida de collaborer avec le gouvernement (Voir article : Quand la réalité dépasse la fiction : Partie 3) après avoir été accusé par la justice d'avoir cambriolé la "Bank of America". Pour éviter de nombreuses années derrière les barreaux, Ralph Guarino décida de porter un micro et d'enregistrer ses associés dans plusieurs réunions. Grâce à ces enregistrements, le 02 décembre 1999, le FBI lança une grosse opération contre la famille DeCavalcante. Près de 30 membres et associés furent arrêtés pour divers crimes. Vincent Palermo fut accusé par la justice Américaine de plusieurs assassinats. Les preuves contre lui étaient accablantes et pour éviter de terminer sa vie derrière les barreaux, Vincent Palermo décida de coopérer avec le FBI. Le témoignage de ce dernier permit à la justice Américaine de mettre en prison plusieurs membres de la Cosa Nostra et d'affaiblir la famille DeCavalcante. En récompense de son témoignage, Vincent Palermo fut placé dans le programme de protection des témoins. Personne ne savait ou il était, jusqu'en Septembre 2009. A cette époque le nom de Vincent Palermo ressurgit dans plusieurs journaux. Le FBI avait placé ce dernier dans le programme de protection des témoins au début des années 2000 et l'avait fait déménager au Texas. En arrivant sur place, Vincent Palermo commença à ouvrir le "Penthouse Club" puis le "Club All-Star Men" à Houston avec l'aide de son fils. Vincent Palermo savait parfaitement comment fonctionnait ce genre d’établissement. A une époque alors qu'il était un membre initié de la famille DeCavalcante, il gérait déjà la boite de nuit le "Wiggles" à New-York. Une année après s'être installé avec sa famille à Houston, il acheta une maison de prés de 875 000 dollars. Grâce à l'argent récolté par ses boites de nuit, ll en profita aussi pour ouvrir un restaurant mexicain et une station de lavage. La police de Houston n'a su l'existence de la véritable identité de James Cabella que depuis Janvier 2009.

LA VIE DE VINCENT PARLEMO APRES LA COSA NOSTRA

La police, s’intéressa très vite aux boites de striptease de James Cabella. Elle apprit qu'en réalité, elles étaient gérées par une société dénommée "Herewearegain Inc." Cette dernière avait comme patron Debra Cabella, la femme de Vincent Palermo. Mais les clubs de striptease avaient très mauvaise réputation à Houston. La police avait déjà effectué plusieurs contrôles a l'intérieur du club car elle soupçonnait le propriétaire de demander aux danseuses de se prostituer pour gagner plus d'argent. Dans le "Penthouse Club", une salle appelée "La Chambre au Champagne" était réservée aux clients désireux d'avoir des relations sexuelles avec une des stripteaseuses. La police de Houston surveillait aussi James Cabela Jr, le fils de Vincent Palermo qui s'adonnait d'après plusieurs clients au trafic de drogue à l'intérieur des clubs. Face à toutes ces accusations, le "Penthouse Club" avait dut fermer ses portes pendant plus d'un an. Mais pour Vincent Palermo cela n'était rien, sa deuxième boite de striptease, le "Club All-Star Men" se situant à quelques kilomètres du "Penthouse Club" tournait à plein régime. Mais en Mai 2008, la police arrêta 9 employés du "Club All-Star Men", tous furent accusés de prostitution et de trafic de drogue. C'est donc seulement en Janvier 2009 que la police apprit que James Cabella n'était autre que Vincent Palermo. Ce dernier avait porté plainte contre la ville de Houston car cette dernière accusait ses boites de striptease d'être un haut lieu de la prostitution. Vincent Palermo fut interviewé par un journaliste à la sortie de sa luxueuse villa. Imperturbable, son comportement était toujours le même. Quand ce dernier lui demanda s' il n'avait pas peur que sa véritable identité ne soit révélée. Il répondit calmement : "Tout le monde sait qui je suis par ici. Je suis passé plusieurs fois à la télé et récemment sur "A&E" (La chaîne de télé Américaine avait diffusé un documentaire sur la famille DeCavalcante)". En 2011, Vincent Palermo refit parlé de lui, Lisa Hansegard la propriétaire d'une boutique de jouet, attaqua James Cabella, son épouse Debra Cabella et son fils James Jr pour défaut de paiement.En 2006, James Cabella gérait déjà la boite de striptease appelée le "Penthouse Club" qui se situé juste devant la boutique de Lisa Hansegard dénommée le "Baby Dolls". Dans cette boutique, Lisa Hansegard vendait des poupées pour enfants et James Cabella se proposa de s'associer à elle pour l'aider à lui faire augmenté ses bénéfices. Un accord fut conclu et James Cabella devait reverser un pourcentage de la vente des objets à Lisa Hansegard mais aussi lui versé 2500 $ toutes les semaines de frais de gestion. Mais au bout de quelque temps, Lisa Hansegard commençait à s'inquiéter, elle ne recevait aucun pourcentage des bénéfices que se faisait James Cabella. Elle décida alors d'attaquer ce dernier en justice pour défaut de paiement et lui réclama près 1.300.000 $. Plusieurs semaines se passèrent et Lisa Hansegard apprit que la personne qui se faisait appelé James Cabella n'était autre que Vincent Palermo l'ancien Acting Boss de la famille DeCavalcante. Interrogé par un journaliste de KPRC-TV, Lisa Hansegard déclara qu'elle n'aurait jamais accepté de s'associer avec James Cabella si elle avait pris connaissance avant de son passé criminel.

Lire la suite

HOMOSEXUALITE DANS LA COSA NOSTRA

17 Mars 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #DeCavalcante

HOMOSEXUALITE DANS LA COSA NOSTRA

John "Johnny Boy" D'Amato était un membre influent des DeCavalcante, une famille de la Cosa Nostra implantée dans le New-Jersey. Au début des années 1980, il devient un capo très puissant sous les ordre de Giovanni "John The Eagle" Riggi le Boss de la famille à cette époque. John D'Amato était fortement impliqué dans le domaine de la construction et dans le racket. Après que le Boss Giovanni Riggi fut mis en examen et incarcé pour plusieurs affaires, une lutte pour le pouvoir se créa dans la famille entre Gaetano "Corky" Vastola un capitaine très respecté de la famille Decavalcante et John D'Amato pour avoir le titre de "Acting Boss". "Johnny Boy" conspira avec des membres de la famille Gambino pour éliminer son coucurent direct, mais avant que le contrat ne put être effectué, Gaetano "Corky" Vastola fut condamné à 8 ans de prison pour extorsion. John D'Amato fut nommé alors "Acting Boss" par Giovanni Riggi. Mais le règne de ce dernier fut court, en effet après avoir eu une dispute avec sa petite amie, celle-ci raconta à Anthony Capo un "Soldat" de la famille que John D'Amato entretenait des relations sexuelles avec d'autres hommes pendant leur soirée.
"Elle m'a dit que John D'Amato allait dans des "sex-clubs" de la ville et qu'il se livrait à des activités homosexuelles ... Je l'ai interroge à plusieurs reprises pour savoir si elle disait la vérité. Elle me supplia de le dire à personne ... Personne allait nous respecter si on avait un Boss homosexuel. Cela m'a choqué, il ne pouvait pas se comporter comme ca. Ca devait être un meneur d'homme" raconta Anthony Capo au FBI quand celui-ci collabora avec le gouvernement.
Toutefois John D'Amato était un Boss et pour tuer un parrain de la Cosa Nostra, il faut que la Commission approuve le contrat. Ce qui ne fut pas le cas... Pour Anthony Capo le contrat a été décidé par Stefano Vitabile le Consigliere de la famille DeCavalcante à cette époque.
En 1992, Anthony Capo alla chercher John D'Amato chez sa petite copine un soir. Il rentra dans la voiture et s'asseya à l'arrière. Une fois dans le véhicule John D'Amato parla à Anthony Capo "Allons Manger". Anthony démarra la voiture et à la premiere intersection se retourna contre l'Acting Boss de la famille Decavacante et lui tira deux fois dessus.

Lire la suite