Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

bonanno

PROCÈS LUCCHESE : UN ENREGISTREMENT DU PARRAIN DE LA FAMILLE BONANNO DIFFUSÉ AU TRIBUNAL

10 Novembre 2019, 07:46am

Publié par Xav

Michael Mancuso
Michael Mancuso

19 Août 2011, dans la prison fédérale de Edgefield dans l’État de la Caroline du Sud, l’appel d’un détenu est particulièrement surveillé par les surveillants de la prison. A cette époque, des rumeurs circulaient comme quoi, ce prisonnier allait prendre dans les prochaines mois

 la direction de l’une des cinq familles de la Cosa Nostra installées à New-York, les Bonanno. Malgré son incarcération, son autorité et son respect étaient intacts et les autorités savaient que Michael Mancuso, dénommé « The Nose » par ses collègues mafieux, était dans la capacité de passer des ordres depuis sa cellule de prison, ils ne sont pas trompés. Ce jour là, Michael Mancuso était au téléphone avec l’un de ses proches et il expliqua avec beaucoup de satisfaction, comment deux Soldats de la famille Bonanno, Ernest « Ernie » Aiello et Johnny « Joe Junior » Spirito ont passé à tabac, à la sortie du célèbre restaurant Italien Rao’s sur East Harlem et devant un public médusé, l’ancien leader du Purple Gang, Michael Meldish. Le motif de ce tabassage en règle ? Michael Mancuso en avait assez que Michael Meldish puisse fréquenter sa petite amie et malgré de nombreux avertissements, l’ancien l’homme fort du Purple Gang, qui se sentait surement intouchable, se fit frapper à plusieurs reprises. Sur l’enregistrement de la prison, Michael Mancuso fanfaronne, il déclara que Michael Meldish gisait « sur le sol », alors que les Soldats de la famille Bonanno lui donnaient des coups de pieds au visage et au ventre : « Cette sale merde de Meldish a eu ce qu’il méritait » déclara Mancuso, tout en stipulant qu’il « avait du sang partout sur lui ». Cet enregistrement a été diffusé au procès des membres de la famille Lucchese et curieusement, ce ne sont pas les avocats de la défense qui ont pris l’initiative de faire écouter ses pistes audio, mais les procureurs fédéraux. Pour ces derniers, faire écouter cet enregistrement permet de fixer la date selon laquelle l’un des accusés, Terence Caldwell, avait été emprisonné pour un crime sans rapport avec lui et cela aiderait au passage à corroborer les déclarations de certains témoins du gouvernement, selon lesquels Michael Meldish, qui se sentit humilié, et son ami, Terrence Caldwell, eurent la volonté de se venger. Le procès des membres de la famille Lucchese arrive dans sa dernière ligne droite et les deux camps usent de stratégies diverses pour essayer de convaincre le jury de la culpabilité ou de la non-culpabilité des accusés. Les avocats de la défense se sont forcément engoufrer dans la diffusion de cet enregistrement, en pretextant que Michael Mancuso, qui est reconnu comme un homme dur dans les rues de New-York, aurait pu très bien demander l’assassinat de Michael Meldish deux ans plus tard. Contre-attaque des procureurs, qui certifient que le Parrain de la famille Bonanno était surtout satisfait de voir que Michael Meldish se soit fait frapper devant une foule de personnes et que cette humiliation était encore « mieux » que de le voir « assassiner ».

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE BONANNO RÉTROGRADE UNE PARTIE DE SA HIÉRARCHIE - PARTIE 2

22 Juillet 2019, 15:56pm

Publié par Xav

La nomination de Joseph Cammarano Jr au restaurant Bocelli à Staten-Island quelques jours avant les fêtes de noël, fut une aubaine pour les agents fédéraux. Installés à quelques centaines de mètres, le FBI en profita pour photographier, des Soldats mais aussi des Capitaines venus montrer leur respect au nouvel homme fort de la famille Bonanno, un moment convivial pour les mafieux qui se terminera au final avec certaines conséquences. En effet, Joseph De Simone, Ronald Giallanzo et Anthony Pipitone, des membres de la famille Bonanno étaient en liberté conditionnelle et avaient pour obligation de ne côtoyer de près ou de loin des membres de la Cosa Nostra. Suite à ce diner, ces derniers comparaitront devant un juge fédéral et retourneront derrière les barreaux. Par la suite, et comme on pouvait se l’imaginer, les agents fédéraux ont concentré leur surveillance sur Joseph Cammarano Jr et son nouveau Consigliere, un ami de longue date, John Zancocchio. Cette surveillance accrue mènera moins de deux années plus tard aux arrestations des deux mafieux pour des motifs de racket. Michael Mancuso qui était désormais incarcéré dans une prison fédérale de l’État du Texas, à Seagoville, était enragé de cette situation, mais surtout du comportement de Joseph Cammarano Jr. En effet malgré son incarcération, Michael Mancuso recevait beaucoup d’informations venant de New-York et il apprit très vite que Joseph Cammorano Jr s’était réuni en 2017, soit une année après son

Vincent Badalamenti
Vincent Badalamenti

repas au Bocelli, avec l’ensemble des Capitaines de la famille Bonanno pour essayer d'être nommé officiellement nouveau Parrain de la famille. Cette querelle entre les deux factions, les pro Mancuso et les pro Cammarano Jr fut confirmée suite au témoignage de l’ancien Soldat Thomas Carrube lors du dernier procès. Il confirma avoir eu à plusieurs reprises des discussions à ce sujet avec Vincent « Vinny TV » Badalamenti, un proche de Michael Mancuso qui avait officié d’Acting Boss entre 2010 et 2012. Vincent Badalamenti qui est resté sous le radar du gouvernement fédéral depuis sa libération de prison en 2013, expliqua qu’il était très « énervé » du comportement de l’avocat de John Zancocchio, qui avait indiqué lors du dernier procès, que Vincent Badalamenti servait de « Consigliere » pour Michael Mancuso. Dans les enregistrements effectués par Thomas Carrube, Vincent Badalamenti lui expliqua qu’il voulait envoyer « quelqu’un à son bureau pour lui casser la gueule », chose qui heureusement n’arrivera jamais. Suite à cet enregistrement, l’avocat de John Zancocchio s’était défendu en affirmant qu’il avait seulement « utilisé les preuves gouvernement, pour essayer de convaincre le jury que son client n’était pas coupable », tout en ironisant sur sa situation : « S’il me cherche, je suis à mon bureau six jours par semaine et je n’ai jamais vu personne ».

 

Joseph « Joe Valet » Sabella, un Capitaine de la famille Bonanno, peut quant-à lui être « content » de sa situation actuelle. Ce dernier est un proche de Joseph Cammarano Jr et de John Zancocchio et dans des enregistrements effectués par des informateurs au sein de la famille Bonanno, Joseph Sabella ne cachait pas sa satisfaction de voir ses amis au pouvoir. Avec ce changement de hiérarchie apportée par Michael Mancuso, Joseph Sabella pouvait se faire à l’idée de perdre prochainement ses galons de Capitaine et de redevenir un Soldat de base, placé dans une équipe lambda, une humiliation que Joseph Sabella n’aura sans doute pas à connaître, enfin pas tout de suite. Le Capitaine de la famille Bonanno avait été inculpé de racket en même temps que Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio, mais contrairement à ces derniers, Joseph Sabella avait décidé d’embler de plaider coupable pour essayer d’écouter un peu sa peine de prison. Devant un juge fédéral, Joseph Sabella avoua avoir fait équipe avec John Zancocchio, pour essayer d’extorquer et de racketter le propriétaire d’un club de striptease. Il déclara aussi avoir utilisé la fraude pour endetté le patron d’une entreprise de construction et ainsi par la suite essayé de prendre le contrôle de la boite. Joseph Sabella ne broncha pas quand le juge fédéral décida de le condamner à sept années d’incarcération dans une prison fédérale de l’État de la Caroline du Sud, avec obligation de s’y rendre par ses propres moyen le 27 Août prochain pour commencer à purger sa peine.

Lire la suite

LE PARRAIN DE LA FAMILLE BONANNO RÉTROGRADE UNE PARTIE DE SA HIÉRARCHIE - PARTIE 1

19 Juillet 2019, 16:45pm

Publié par Xav

Après près de quinze années passées dans diverses prisons fédérales aux quatre coins des Etats-Unis, Michael Mancuso, l’actuel Parrain de la famille Bonanno qui est de retour dans les rues de New-York depuis Décembre dernier, vient de montrer à ses membres qu’il est toujours bien le patron. On aurait pu penser, qu’après les acquittements de Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio, considérés respectivement comme l’Acting Boss et le Consigliere de la famille Bonanno, cette organisation criminelle allait profiter de cette occasion, pour continuer à prospérer dans l’ombre avec une hiérarchie qui s’était stabilisée depuis quelques années, mais ce n’était pas dans cette optique que Michael Mancuso voyait les choses. Michael Mancuso qui doit encore faire profil bas auprès des autorités en raison d’une conditionnelle très stricte, fut visiblement très énervé de la tournure qu’avait pris le procès de Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio. Tellement énervé, qu’au lieu de fêter cette nouvelle victoire contre les procureurs fédéraux entre membres, Michael Mancuso décida purement et simplement de démettre de leur fonction les deux mafieux et de les rétrograder au plus bas échelon de la hiérarchie de la Cosa Nostra. Sur sa lancée, il en profita aussi pour

rétrograder Vito Grimaldi, le beau-père de Joseph Cammarano Jr et son fils Joseph. Tous les deux étaient des Capitaines, représentant la faction Sicilienne de la famille. Vito et Joseph sont les propriétaires d’une célèbre boulangerie Italienne dans le Queens la Grimaldi Bakery. Le motif ?, Michael Mancuso n’a visiblement pas apprécié la défense adoptée par

John Zancocchio et Joseph Cammarano Jr
John Zancocchio et Joseph Cammarano Jr

l’avocat de John Zancocchio, qui pour contrer la stratégie du gouvernement fédéral, qui stipulait que ce dernier était l’actuel Consigliere de la famille Bonanno, avait ironisé en déclarant qu’entre 2012 et 2018, une multitude de personnes, sauf son client, avaient eu ce poste. Cette déclaration énerva profondément Michael Mancuso qui prit cette tactique de défense comme un affront personnel, une volonté selon lui de dénigrer sa façon de gérer une famille de la Cosa Nostra. Depuis sa nomination en 2013, Michael Mancuso avait tout fait pour éviter d’avoir Joseph Cammarano Jr comme

Acting Boss. Entre 2013 et 2014, ce poste avait été occupé par Thomas « Tommy D » DiFiore, mais arrêté et inculpé pour des accusations d’extorsion et condamné à près de deux années de prison, Michael Mancuso devait alors trouver une nouvelle personne. Son choix se porta alors sur un mafieux de la vieille école, un proche de Michael Mancuso, John Palazzolo, Mais à cette époque, ce dernier était en liberté

Vito Grimaldi (à gauche) et Joseph Grimaldi (à droite)
Vito Grimaldi (à gauche) et Joseph Grimaldi (à droite)

conditionnelle après avoir purgé près de dix années pour conspiration de meurtre et il ne respecta que très légèrement les restrictions imposées par un juge fédéral. D’après les agents fédéraux, John Palazzolo avait pour habitude de communiquer assez souvent avec Anthony « Fat Tony » Rabito ancien Consigliere et le neveu de Michael Mancuso, le Soldat Frank Salerno. Les discussions portaient essentiellement sur la pression que mettait Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio pour prendre le pouvoir au sein de la famille Bonanno, une situation qui énervait profondément John Palazzolo. De plus ce dernier, n’hésitait pas à dire haut et fort qu’il utiliserait la violence pour éviter cette prise de pouvoir forcée selon lui. Cette situation inquiéta très fortement le gouvernement fédéral,qui décidera alors d’arrêter John Palazzolo, il sera condamné par la suite à une année de prison. Michael Mancuso était de nouveau dans l’impasse. Au même moment, ce dernier qui était incarcéré dans la prison fédérale de Danbury dans l'État du Connecticut, considérée pour la plupart des instances judiciaires comme un « country club », fut transféré dans un autre pénitencier fédéral, dans l’État du Texas, à Seagoville, histoire de couper un peu les ponts avec la famille Bonanno. De sa cellule, Michael Mancuso décidera alors à contrecœur,de nommer Joseph Cammarano Jr comme nouvel Acting Boss, une nomination qu’il fêtera en grandes pompes dans un célèbre restaurant Italien de New-York, entouré de son cercle rapproché, des membres de la famille Bonanno venus lui présenter « leur respect » et du FBI présent au loin pour immortaliser la scène.

Lire la suite

DANS LA FAMILLE ZOTTOLA JE DEMANDE LE FILS ANTHONY

23 Juin 2019, 06:26am

Publié par Xav

Sylvester Zottola
Sylvester Zottola

Lorsque Sylvester Zottola, un ancien Associé de la famille Bonanno fut assassiné devant un McDonald’s du Bronx, on aurait généralement pu penser que ce meurtre était lié de près ou de loin au crime organisé, aux familles de la Cosa Nostra. Après l’arrestation de deux membres des Bloods, on aurait pu aussi penser, que les auteurs de cet assassinat avaient été recrutés par des groupes criminels venant des Balkans, ou Sylvester Zottola avait rencontré avec eux par le passé, certaines tensions pour des histoires de machines à sous. Finalement la réalité est tout autre et après des mois d’enquête, les procureurs fédéraux sont désormais persuadés que le cerveau dans cette affaire ne serait que son propre fils, non pas Salvatore Zottola, qui avait été lui aussi victime d’une tentative d’assassinat, mais de son deuxième fils, Anthony âgé de quarante et un an. Sylvester Zottola était un ancien Associé de longue date de la famille Bonanno. Jamais intronisé dans la Cosa Nostra, il entretenait pour autant des très bonnes relations avec l’ancien Acting Boss, Vincent « Vinny Gorgeous » Basciano, désormais incarcéré. Mais au fil des années, l’influence de Sylvester Zottola dans son quartier d’origine était de plus en plus compromise. L’installations de gangs rivaux, la plupart venant de l’Europe de l’Est, avait vu à cette époque Sylvester Zottola se battre pour la moindre parcelle de son territoire. Pour la police locale, le meurtre de Sylvester Zottola n'a pas été une réelle surprise, dans le sens ou l'ancien Associé de la famille Bonanno avait survécu depuis quelques mois à plusieurs tentatives contre sa vie.  Un jour, alors que Sylvester Zottola rentrait chez lui, il fut poignardé à plusieurs reprises par des individus qui l’attendaient à l’intérieur. Par la suite, Sylvester Zotolla utilisa son arme à feux pour faire fuir des individus qui rodaient devant son domicile, une scène qui le fera inculpé par la justice pour possession illégale d’arme à feux. Les enquêteurs ont commencé à 

Anthony Zottola
Anthony Zottola

s'intéresser à Anthony Zottola juste après l’arrestations de Dawshan « Shell » Shelton, un membre des Bloods, inculpé quant-à lui de complot de meurtre. Après avoir inspecté son téléphone portable, ils constatèrent plusieurs échanges entre les deux protagonistes. La scène se déroula en Novembre 2017. Sylvester Zottola qui conduisait une camionnette fut arrêté par un homme masqué qui pointa son arme sui lui. Miraculeusement, Sylvester Zottola réussit à s'enfuir avant que l'individu ne puisse utiliser son arme. Moins d’une heure après cette tentative de meurtre avortée, Dawshan Shelton envoya un message à Anthony Zottola, lui demandant s’il pouvait faire sortir de chez lui « l’acteur » (Sylvester Zottola). Quelques semaines plus tard, le jour de Noël, Anthony Zottola envoya un message à Dawshan Shelton, lui certifiant que son père retournerait à domicile dans deux jours et qu’il fallait « conclure la scène », cela se terminera au final par l’agression au couteau sur Sylvester Zottola. Par la suite Anthony Zottola, qui voulait sans doute en finir, demanda à Dawshan Shelton de coordonner le même jour une attaque contre son père et son frère. Les membres des Bloods acceptèrent le contrat, mais préférèrent s'en prendre en premier à Salvatore Zottola, pensant que cette nouvelle attaque allait faire sortir pour bon le patriarche de la famille. En Juillet dernier, quand son frère Salvatore survécut miraculeusement à une tentative de meurtre, Anthony Zottola, qui était toujours en contact avec les membres des Bloods, envoya un autre message : « Vous lui avez fait seulement mal à la tête » déclara t’il. L’inculpation d’Anthony Zottola fut ordonnée ces derniers jours et la perquisition de son domicile permit aux autorités de trouver près de centre trente mille dollars en liquide. Anthony Zottola qui est propriétaire de nombreux immeubles et appartements à New-York, fut incarcéré sans caution possible, il décida de plaider non-coupable lors de sa première comparution devant un juge fédéral.

Lire la suite

ANTHONY GRAZIANO ANCIEN CONSIGLIERE DE LA FAMILLE BONANNO VIENT DE DÉCÉDER

25 Mai 2019, 16:45pm

Publié par Xav

Anthony Graziano
Anthony Graziano

Anthony « TG » Graziano, ancien Consigliere de la famille Bonanno vient de décéder, il était âgé de soixante dix huit ans. Anthony « TG » Graziano a toujours été considéré comme un dur à cuir dans la famille Bonanno. Intronisé dans la Cosa Nostra au milieu des années 1970, il devint rapidement, un Capitaine influent dans les années 1980. Fidèle à son serment d’allégeance, Anthony Graziano était un individu extrêmement respecté, brutal, impliqué dans de nombreux assassinats liés à la famille Bonanno. En 1990, Anthony Graziano sera condamné à cinq années de prison pour évasion fiscal, une peine qu’il purgera au pénitencier fédéral de Loretto dans l’État de la Pennsylvanie. Quelques heures avant que le juge ne puisse rendre son verdict, Anthony Graziano avait déclaré, sans jamais confirmer sa présence dans la famille Bonanno, que ce dernier gagnait son argent légalement : « Je suis un courtier, je travaille avec certaines personnes ». Pendant son incarcération, Anthony Graziano était un peu le chef de la prison. Accompagné de différents Associés ou membres de la Cosa Nostra, ce dernier n‘hésitait pas à narguer les gardiens de prison en les provoquant du regard ou en se moquant ouvertement d’eux lors des différentes promenades, un comportement qui fit l'admiration des prisonniers de la prison. A sa sortie en 1993, il se rapprocha du nouveau Parrain, Joseph « The Ear » Massino, et devint rapidement un membre clé de cette organisation criminelle, en étant promu au début des années 2000, au poste de Consigliere. Mais en Juillet 2003, Anthony Graziano sera inculpé de racket, de conspiration dans deux assassinats liés à la famille Colombo et condamné à neuf ans de prison. A l’énoncé du verdict, Anthony Graziano ironisa auprès des procureurs qui l’avaient inculpé : « Si j’avais été plus jeune, j’aurai gagné cette affaire ».  Malgré sa condamnation, sa position dans la famille Bonanno ne fut pas mise à mal, il gardera même ses fonctions de Consigliere, seulement d’autres éléments qui interviendront pendant son incarcération, feront que TG, comme il est surnommé dans le milieu, deviendra par la suite un membre lambda de la famille Bonanno. Le motif de cette rétrogradation ? l’affichage de ses trois filles dans une émission de téléréalité, Mob Wives. Lana, Jennifer et Renée ont tous été mariées avec des membres de la famille Bonanno. La première Lana fut l’épouse pendant quelques années de l’actuel Consigliere de la famille Bonanno, John « Porky » Zancocchio. A cette époue, Anthony Graziano est une personne important dans l’organsiation familiale et John Zancocchio en profita pour augmenter son influence chez les Bonanno. Mais son mariage avec Lana se passait très mal. Caractérielle, Lana n’hésitait pas à menacer son mari et pire encore, de l’insulter devant des membres de la famille Bonanno, une situation que John Zancocchio ne pouvait plus supporter et décidera de divorcer deux années plus tard. Anthony Graziano savait que cette émission de téléréalité pouvait être néfaste pour son buisiness et décida tout simplement de couper avec les ponts avec ses trois filles. A sa sortie de prison en 2011, Anthony Graziano retourna dans les rues de New-York et réintégra les rangs de la famille Bonanno. Sous étroite surveillance, Anthony Graziano essaya de se faire discret et passer par son propre beau-fils, le mari de sa fille Renée, Hector Pagan. Alors certes, Anthony Graziano était en froid avec ses trois filles, mais le buisiness passait avant tout et l’ancien Consigliere de la famille Bonanno, pensait qu’en travaillant en étroite collaboration avec son propre beau-fils, cela lui éviterait des ennuis avec les services de police, il se trompa. En effet, Hector Pagan, considéré comme un Associé dans la famille Bonanno, collaborait avec le gouvernement fédéral et enregistrer Anthony Graziano entrain d’extorquer des individus. Des enregistrements compromettants qui feront condamner Anthony Graziano à dix neuf mois de prison pour racket et extorsion. 

Lire la suite

LA TENTATIVE D'ASSASSINAT D'UN CHEF MAFIEUX DE L'ONTARIO COMMANDITÉ PAR LES FAMILLES DE LA COSA NOSTRA ?

4 Mai 2019, 16:22pm

Publié par Xav

Pat Musitano
Pat Musitano

Le 25 Avril dernier, Pat « Fat Pat » Musitano, chef d’une faction mafieuse affiliée à la Ndrangheta basée à Hamilton dans l’Ontario, fut victime d'une tentative d'assassinat devant le bureau de son avocat. Au vu des tensions actuelles et plus particulièrement dans la région de l’Ontario, ou trois factions mafieuses, les Luppino, les Papalia et les Musitano se disputent ce territoire, on pourrait penser qu’une guerre entre faction a lieu actuellement dans un seul but, prendre le pouvoir. Mais en raison des arrestations récentes dans la famille de Buffalo, dont Giuseppe Violi et son frère Domenico qui se sont exilés  à Hamilton après l'assassinat de leur père Paolo, la question que tout le monde se pose est « Les familles de la Cosa Nostra peuvent-elles être derrière cette tentative d'assassinat ? ». Le premier, qui aurait refusé une intronisation dans la famille Bonanno, purge actuellement une peine de seize années de prison pour trafic de cocaïne et de fentanyl suite à l’opération « Otremens ». Le Second, fraichement nommé Underboss de la famille de Buffalo, fut arrêté dans une opération conjointe lancée par le FBI et la GRC, la police Canadienne, des inculpations qui permirent d’entendre par la suite des enregistrements effectués par un informateur du gouvernement, un Soldat de la famille Bonanno, Vincent Morena. Le scénario le plus envisageable serait que les familles Luppino et Papalia, rivales de la famille Musitano et affiliées avec des familles de la Cosa Nostra, seraient à l’origine de cet assassinat. Une théorie plus que probable, mais l’ordre d’exécuter Pat Musitano serait-il venu de New-York ? de la famille Bonanno ?, qui a toujours eu un pied-à-terre au Canada ou de la famille Buffalo ? Petit retour en arrière. En Septembre 2017, Vincent Morena qui avait décidé de collaborer avec les autorités après une arrestation pour trafic de cocaïne, fut intronisé dans la famille Bonanno. Ce jour là, sur le territoire Canadien, le Capitaine Damiano Zummo, initia sans le vouloir un informateur du gouvernement dans les rangs de la famille Bonanno. La cérémonie en elle même fut assez anecdotique, loin des rites d'intronisation voulus et souhaités par cette organisation criminelle. Mais en étant devenu un Soldat de la Cosa Nostra, Vincent Morena avait une facilité d'accès envers les autres membres qui était beaucoup plus facile, les gangsters se dévoilant plus facilement devant un membre fait de leur organisation, que devant un simple Associé. Ces enregistrements furent capitaux pour les autorités Américaines et Canadiennes, qui comprirent rapidement que la famille de Buffalo, qu’elle pensait défunte, était toujours bien active et pire encore, qu’elle s’était renforcée. Rapidement, Vincent Morena interrogea Domenico Violi sur la situation actuelle de la famille Musitano ou quelques mois auparavant, Angelo Musitano avait été abattu devant son domicile. Domenico Violi certifia que le meurtre d’Angelo Musitano était un « message pour Pat », pour lui démontrer que désormais, ses jours étaient comptés. Il ajouta par la même occasion, « qu’avant Noël », Pat Musitano serait « parti », sous-entendait, être assassiné. Ces enregistrement ont prouvé aux autorités, que la famille Bonanno avait une relation assez particulière avec la famille de Buffalo, désormais gérée par Joseph Todaro Jr. Alors même si ce dernier se défend farouchement d’être le Parrain d’une famille de la Cosa Nostra, il est clair que la famille de Buffalo a toujours eu des liens très étroits avec la famille Luppino et il serait possible qu’elle aurait aidé cette dernière pour planter les derniers clous au cercueil de la famille Musitano. La famille Bonanno, a quant-à elle, toujours eu des liens historiques avec le Canada, en particulier avec la famille Rizzuto, ou son ancien Parrain, Vito Rizzuto était un membre intronisé des Bonanno. Depuis, son influence sur ce territoire à certes diminué, mais une intronisation d’un membre de la famille Bonanno sur le sol Canadien pourrait démontrer par la suite, que les Bonanno veulent contribuer à la reconstruction de certains business, en soutenant cette fois-ci, des membres de factions affiliés à la Ndrangheta.

Lire la suite

PEINE CONFIRMÉE POUR VINCENT ASARO

28 Avril 2019, 07:43am

Publié par Xav

Vincent Asaro
Vincent Asaro

La deuxième cour d’appel du circuit de Manhattan a confirmé la peine de huit années de prison pour incendie volontaire pour le Capitaine de la famille Bonanno, Vincent Asaro. En Juin 2017, ce dernier avait pour la première fois de sa longue carrière criminelle, décidé de plaider coupable pour éviter de terminer sa vie derrière les barreaux. Devant la juge fédérale, Vincent Asaro, bras croisés, avait déclaré : « J’ai demandé à une personne de bruler sa voiture, J’ai pris des dispositions pour que mon ordre soit effectué ». Cette mise en scène avait fortement déplu à Vincent Asaro, mais pour son avocate, il était nécessaire que le Capitaine de la famille Bonanno puisse reconnaitre ses crimes pour éviter une longue peine de prison. Mais lors du verdict, la juge fédérale décida d’accepter cet accord de plaidoyer, mais aussi de prendre en compte une partie des remarques des procureurs fédéraux, qui demandaient que la juge puisse utiliser, lors de son verdict, l’ensemble du passé criminel de Vincent Asaro. Les procureurs qui étaient encore énervés d'avoir perdu un procès contre le Capitaine de la famille Bonanno quelques mois auparavant, avaient souligné dans leur rapport final, que Vincent Asaro avait participé au fameux casse dit de la Lufthansa et même si ce dernier avait été déclaré non-coupable lors de cette affaire. Furieux, les avocats de Vincent Asaro avaient stipulé par la suite que : « Même si le jury avait décidé d’acquitter Monsieur Asaro de toutes les charges retenues contre lui, la juge fédérale a remis en cause catégoriquement la véracité et la crédibilité des jurés présents lors de ce procès ». La peine maximale pour un incendie volontaire est de cinq à six années de prison. En acceptant de plaider coupable, Vincent Asaro espérait pouvoir sortir du tribunal en homme libre, pensant que la juge allait prendre compte ses mois de détention depuis son inculpation. Les avocats de la défense ont donc fait appel de ce verdict, mais le panel de trois juges a conclu que le jugement rendu en 2017 contre le Capitaine de la famille Bonanno était « juste » et que la juge avait bien fait de citer des crimes antérieurs dans la prononciation de son verdict. Car même si ces délits n’ont pas été commis personnellement par Vincent Asaro, ils ont été orchestrés par plusieurs de ses Associés : « Ces anciennes infractions ont néanmoins éclairé la juge pour confirmer que Vincent Asaro était un individu dangereux pour notre société et pour notre communauté » déclarèrent les juges dans leur rapport. Revenant sur son dernier crime, l’incendie volontaire d’un véhicule appartenant à un individu qui lui aurait coupé la route dans les rues de New-York, les juges stipulèrent que ce : « crime n’était pas simplement un accès de colère incontrôlé, mais un exemple de la capacité de Vincent Asaro à exercer son pouvoir dans ce monde souterrain pour intimider et nuire des citoyens respectueux de la loi ». Vincent Asaro est actuellement incarcéré dans la prison fédérale de sécurité moyenne de Loretto dans l’État de la Pennsylvanie, sa date de sortie est prévue le 22 mai 2022, il aura alors quatre vingt sept ans.

Lire la suite

L'ACTING BOSS ET LE CONSIGLIERE DE LA FAMILLE BONANNO ACQUITTÉS

16 Mars 2019, 16:05pm

Publié par Xav

John Zancocchio et Joseph Camarrano Jr
John Zancocchio et Joseph Cammarano Jr

Alors que la famille Gambino venait de perdre son Parrain, assassiné devant son domicile de Staten-Island, la famille Bonanno a connu quant-à elle, une très bonne semaine. Depuis deux semaine, au tribunal fédéral de Manhattan, se tenait le procès de deux membres de la famille Bonanno et pas n’importe lesquels, Joseph « Joe C » Cammarano Jr et John « Porky » Zancocchio, considérés respectivement comme l’Acting Boss et le Consigliere de cette organisation criminelle. Pendant le procès, la défense affirma que la Cosa Nostra avait été démantelée depuis longtemps, que leurs clients étaient accusés seulement en raison de leur origine Italienne. Cette stratégie un peu farfelue marcha à merveille devant les jurés qui décideront d’acquitter les deux accusés. Les procureurs fédéraux avaient essayé tout au long de procès, de démontrer que que Joseph Cammarano Jr et Joseph Zanocchio ont « travaillé avec d’autres membres de la Cosa Nostra », pour commettre divers crimes dont l’extorsion, le prêt usuraire, le trafic de drogue ou encore la fraude bancaire. Pour essayer de corroborer leurs propos, les procureurs avaient fait appel à deux anciens membres de la Cosa Nostra, le Capitaine, Peter « Pug » Lovaglio, et l’Associé Steven Sabella. Le premier est un ancien criminel notoire, qui après avoir décidé de collaborer avec les autorités, a été appelé par les procureurs fédéraux pour intervenir dans différents procès, sans jamais réussir à convaincre un juré populaire. Considéré pour être un individu peu crédible et un menteur invétéré, Peter Lovaglio était intervenu dans ce procès pour identifier formellement les deux accusés comme des membres intronisés de la famille Bonanno. Le deuxième témoin, Steven Sabella, un ancien propriétaire de boites de nuit déclara quant-à lui, qu’il s’était fait frapper par John Zancocchio lors d’une soirée un peu trop arrosée. Le problème pour les procureurs fédéraux, est que quelques jours avant l’ouverture de ce procès, Steven Sabella, avait insulté et menacé à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux la famille de John Zancocchio, perdant ainsi tout crédibilité. Pendant le témoignage de Steven Sabella, les avocats du Consigliere de la famille Bonanno avaient reconnu à demi-mots les coups portés par leur client, mais affirmèrent que ce dernier s’était défendu pour l’honneur de la famille Zancocchio et non pourcelle de la famille Bonanno. Les avocats de Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio avaient aussi centralisé leur défense, sur le fait que le jury ne devait pas condamner leur client en raison de leur ressemblance avec des gangsters du grand écran : « Le fait de ressembler à un casting pour un film sur la mafia, ne fait pas de vous un membre d’une organisation criminelle » déclara l’un des avocats. Le procès aura duré moins de deux semaine et le jury n’a mis qu’une demi journée pour délibérer et rendre un verdict unanime sur la non culpabilité des deux accusés. Elizabeth Macedonio, l’avocate de Joseph Camarrano Jr, connu pour avoir défendu le Capitaine de la famille Bonanno, Vincent Asaro lors de son procès sur le fameux casse de la Lufthansa, déclara qu’elle « n’était pas surprise par ce verdict. Le gouvernement fédéral a inculpé nos clients sans aucune preuve et le jury a rapidement compris qu’il y avait aucune culpabilité. C’est la première fois que je vois un jury être aussi attentif lors des débats, prenant des notes et j’en suis très satisfaite ». Joseph Cammarano Jr et John Zancocchio sont sortis du tribunal fédéral de Manhattan avec un grand sourire, s’apprêtant surement à rejoindre, Michael « The Nose » Mancuso, le Parrain de la famille Bonanno, qui est sorti le 12 Mars dernier d’une maison de transition à New-York.

Lire la suite

PROCÈS DE LA FAMILLE BONANNO : LE TÉMOIGNAGE DE STEVEN SABELLA REMIS EN CAUSE PAR LA DÉFENSE

9 Mars 2019, 08:41am

Publié par Xav

John Zancocchio
John Zancocchio

Steven Sabella, un ancien Associé de la famille Bonanno, est venu en début de semaine, apporter son témoignage contre l’un des accusés vedettes de ce procès, le Consigliere, John "Porky" Zancocchio, Au début des années 2010, Steven Sabella gérait plusieurs boites de striptease et côtoyait de temps en temps les membres de la famille Bonanno qui venaient en début ou en fin de soirée, pour y faire la fête ou boire un verre. Steven Sabella était identifié comme un Associé de la famille Bonanno, mais mise à part son supérieur, le Soldat Joseph « Joe Valet » Sabella, un individu qui n’a aucun lien de parenté avec ce dernier, Steven Sabella n’a jamais tellement cotoyé s’était jamais approché des pontes de la famille Bonanno. Un soir, alors que Steven Sabella travaillait dans l’un de ses clubs, John Zancocchio arriva avec Steven Sabella et le Capitaine, Gerard « Jerry » Chili. John Zancocchio était visiblement très énervée et n’appréciait pas tellement l’humour de Steven Sabella. John Zancocchio était selon des proches, contrarié par une rumeur à son encontre qui aurait été propagé par qui ? par Steven Sabella. Au bout d’un moment, et après une nouvelle mauvaise blague sur John Zancocchio ce dernier se retourna vers l’Associé de la famille Bonanno et le frappa dessus à plusieurs reprises. En tant qu’Associé, Steven Sabella, savait pertinemment qu’il était interdit de frapper un membre intronisé de la Cosa Nostra et mise à part se défendre pour éviter les coups, ce dernier ne pouvait pas faire grand chose. Nez ensanglanté, œil au beurre noir, lèvre fendue et des dents ébréchées, Steven Sabella était visiblement mal en point, mais les coups cessèrent quand Gerard Chili empêcha John Zancocchio de frapper l’Associé de la famille Bonanno  sur la têteavec une chaise. Quand le procureur demanda à Steven Sabella ce qu’il pensait de John Zancocchio : « Je ne peux plus le supporter ». Ce dernier ne témoigna pas tout de suite avec les autorités, il savait que dans ce milieu que collaborer avec les autorités, pouvaient mener à de gros problèmes, surtout que Steven Sabella avait des entreprises à gérer. Mais au fil des mois et après cette altercation, l’Associé de la famille Bonanno déclara qu’il avait perdu beaucoup d’argent avec ses différentes affaires et que son activité dans l’usure et les paris sportifs avaient baissé de régime depuis son altercation avec John Zancocchio. La défense essaya de discréditer le plus possible le témoin du gouvernement en déclarant au jury, que Steven Sabella avait spécifié aux autorités, lors de sa coopération, qu’il était dépendant à la cocaïne et qu’il en achetait en moyenne pour près de quatre cent dollars par semaine. Le but de cette manœuvre est particulièrement simple : Convaincre le jury que ce témoignage ne peut être crédible, surtout quand il provient d’un toxicomane. Les avocats s’attardèrent aussi sur les publications insultantes de Steven Sabella sur le profil Facebook de la fille de John Zancocchio. Des insultes, mais aussi des menaces sur l’actuel Consigliere de la famille Bonanno. Les publications ayant eu lieu pendant la coopération de Steven Sabella et quelques jours seulement avant l’ouverture de ce procès, les avocats ont demandé si son accord n’avait pas « été déchiré » face à un tel comportement. La réponse de Steven Sabella fut catégorique : « Non ce ne fut pas le cas ».

Lire la suite

PROCÈS DE LA FAMILLE BONANNO : LA DÉFENSE CONTRE-ATTAQUE

1 Mars 2019, 17:32pm

Publié par Xav

Joseph Cammarano Jr
Joseph Cammarano Jr

Les plaidoiries de la défense ont commencé et l’avocate de Joseph Cammarano Jr, n’avait qu’un seul objectif, essayer de casser le mythe de la mafia. L’Acting Boss de la famille Bonanno qui fut exceptionnellement libéré de prison pendant son procès, ne doit pas être jugé en raison de  « son physique provenant d’un film de gangster » déclara son avocate. Cette dernière exhorta les jurés de la cour fédérale de Manhattan, de ne pas croire les « histoires fantaisistes » des procureurs fédéraux et de ses principaux témoins, alors que Joseph Cammarano Jr, paisible, l’écoutait attentivement à la table de la défense : « Il était une fois cette chose que l’on appelé mafia, mais pas aujourd’hui, désormais cela est fini » déclara t’elle, tout en continuant : « Le fait de paraître dans un tribunal habillé comme un gangster, ne fait pas de vous un membre identifié de la mafia. Ne soyez pas distrait, ne laissez pas votre vision que vous avez des films de gangsters, prendre le dessus sur vous ». Habillé d’un costume bleu marine, d’une chemise claire, les cheveux peignés en arrière, Joseph Cammarano pourrait être le portrait craché de de Billy Batts, joué par Frank Vincent dans le film de Martin Scorsese, Goodfellas, sauf que désormais la réalité a rattrapé la fiction. Joseph Cammarano Jr est identifié depuis des années, comme un membre intronisé de la Cosa Nostra, comme son père auparavant, Joseph Cammarano Sr. Inculpé de plusieurs charges fédérales, l’Acting Boss de la famille Bonanno a répondu facilement, à la sortie du tribunal, aux questions des journalistes, lui demandant si ce dernier ressemblait à un gangster : « Non » déclara t’il en rigolant : « Ce n’est pas de ma faute si je porte la carte de l’Italie sur mon visage ». Le discours des procureurs fédéraux est forcément différent. Pour ces derniers, Joseph Cammarano Jr et son acolyte, John « Porky » Zancocchio, identifié quant-à lui, comme l’actuel Consigliere de la famille Bonanno, ont « dirigé une organisation criminelle sophistiquée, qui utilisait l’intimidation, les menaces ou encore la violence pour arriver à leur fin ». Pour justifier de leurs propos, les procureurs fédéraux ont

John Zancocchio
John Zancocchio

commencé à faire appel à leur premier témoin, l’ancien Capitaine, Peter « Pug »

Lovaglio. Ce dernier viendra témoigner pendant plusieurs jours lors de ce procès, pour raconter son passé criminel dans la famille Bonanno. Dès les premières minutes de son interrogatoire, il identifia formellement Joseph Cammarano Jr comme l’actuel Acting Boss de cette organisation criminelle et déclara que sa nomination avait été effectuée dans un garage désaffecté à New-York. Il raconta aussi son long casier judiciaire, y compris ses condamnations pour blanchiments d’argent et fraude boursière. L’avocate de Joseph Cammarano Jr se jeta alors sur l’occasion, pour envoyer les premières salves contre cet ancien renégat : « Monsieur Lovaglio a déjà menti à maintes reprises, il n’est plus crédible », ajoutant que par le passé, il avait déjà aveuglé « un ancien officier à la retraite de la police de New-York ». Pour John Zancocchio cela fut quelque peut différent. Son avocat reconnaît que son client et deux autres individus non identifiés, avaient agressé Steven Sabella, mais c’était en raison des commentaires racistes qu’avaient fait l’objet le petit fils de John Zancocchio sur les réseaux sociaux : « Il ne l’a pas fait pour la famille Bonanno, mais pour la famile Zancocchio. Je peux comprendre que certains d’entre vous, vont penser qu’il n’aurait pas dû frapper cette personne, mais ce n’est pas un délit de racket » déclara son avocat.

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>