Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

bonanno

TENTATIVE DE MEURTRE SUR UN SOLDAT DE LA FAMILLE BONANNO

2 Juin 2013, 10:34am

Publié par Xav + A.S

TENTATIVE DE MEURTRE SUR UN SOLDAT DE LA FAMILLE BONANNO

Enzo "The Baker" Stagno un "soldat" de la famille Bonanno a admis avoir échappé à une tentative de meurtre ce mercredi 29 Mai. Ce jour là, vers 6h du matin, alors que ce dernier effectué un appel téléphonique dans sa voiture, un homme s'est approché de son véhicule et a commencé à lui tirer dessus. La vitre de son explosa et Enzo "The Baker" Stagno fut légèrement blessé à cause des débris de verre. Un autre coup de feu fut tiré, mais il manqua sa cible. Enzo "The Baker" Stagno put apercevoir un homme s'enfuir en courant. Un témoin qui était à proximité, a raconté aux policiers qu'il avait vu un homme d'"origine "Africaine" monté dans un taxi. Le suspect étant toujours recherché par la police. Enzo "The Baker" Stagno fut admis à l'hôpital Saint-Luc puis interrogé par le FBI. Après avoir nié appartenir à la Mafia, il à finalement avoué qu'il était un "soldat" de la famille Bonanno. Certains journalistes se demandent même si Enzo "The Baker" Stagno n'envisagerait pas de collaborer avec la justice. En effet, avouer son appartenance à la Mafia est formellement interdit. "Une chose est sur, c'est que quelqu'un voulait le voir mort. Il nous a avoué avoir beaucoup d'ennemis" déclara un agent du FBI aux journalistes. Mais les autorités soupçonnent une possible guerre dans la Cosa Nostra entre la famille Luchesse et la famille Bonanno. En effet la famille Bonanno cherche depuis quelques temps à regarnir leur rang en initiant des nouveaux membres sans consulter les autres familles de la Cosa Nostra ce qui est formellement interdit. La famille Bonanno à connu depuis quelques années des temps difficiles. Plusieurs de ses membres sont en prison ou ont décidé de collaborer avec la justice (voir article : Une nouvelle hiérarchie pour la famille Bonanno Partie 1-2-3). La famille Lucchese qui est dirigée depuis 2012 par Steven "Wonderboy" Crea essaye quand à elle d'après les autorités de se reformer tranquillement en restant sous le radar du FBI. Le dernier meurtre commis par la Cosa Nostra à New-York remonte à 2009, le "soldat" de la famille Bonanno, Anthony Seccafico avait été tué par balles en pleine rue alors qu'il s’apprêtait à partir travailler dans son entreprise de construction.

Lire la suite

VINCENT BASCIANO DANS LA PRISON DE SUPERMAX

29 Mai 2013, 17:38pm

Publié par Xav + A.S

VINCENT BASCIANO DANS LA PRISON DE SUPERMAX

Vincent Basciano est l'ancien "Acting Boss" de la famille Bonanno. Condamné en Juin 2011 pour avoir ordonné l'assassinat de Ralph "Randy" Pizzolo, il purge actuellement une peine de prison à perpétuité dans la prison "ADX Florence - Supermax" dans le Colorado. Ce pénitencier fédéral est considéré par les autorités Américaines comme le plus dur des États-Unis. A "Florence" sont incarcérés les prisonniers jugés les plus dangereux et nécessitant un contrôle étroit. Dans les années 1990, la prison la plus répressive des États-Unis était l"USP Marion" dans l'Illinois, lieu ou l'ancien Parrain John Gotti était incarcéré. Mais les meurtres des gardiens de prison Merle Clutts et Robert Hoffman par des membres de l'"Aryan Brotherhood" à l'intérieur du pénitencier, ont obligé les autorités Américaines à construite un nouveau type de prison. L'objectif était simple, le gouvernement Américain avec "ADX Florence" voulait détruire psychologiquement n'importe quel détenu, même les plus robuste. Les prisonniers y sont enfermés 23 heures dans une cellule de 3.5 mètres sur 2 mètres. Ils ne sont pas autorisés ni à rencontrer d'autres détenus pour déjeuner ni à faire de l'exercice, ni à fréquenter un service religieux ou à participer à quelque autre activité. Dans cet "enfer" carcéral se trouve : Tyler Bingham et Barry Mills les leaders de l'"Aryan Brotherhood" , Theodore Kaczynski dit "Unabomber", Robert Hanssen, un ancien agent de la CIA qui travaillait pour la Russie, les terroristes Zacarias Moussaoui, Richard Reid. Des membres de la Cosa Nostra ont déjà été incarcérés dans cette prison comme Nicodemo "Little Nicky" Scarfo, l'ancien "parrain" de la famille de Philadelphie, ou le sont encore comme Salvatore "Sammy The Bull" Gravano et Anthony Casso des anciens repentis de la Cosa Nostra. Mais dans la prison "ADX Florence", Vincent Basciano reste un des détenus les plus surveillé. En arrivant dans la prison fédérale, l'ancien "Acting Boss" de la famille Bonanno avait été placé en isolement dans le célèbre après avoir menacé de mort un procureur de New-York, Greg Andres en charge du dossier contre la famille Bonanno. (Voir article : Une nouvelle hiérarchie pour la famille Bonanno : Partie 2). Vincent Basciano y était incarcéré dans la partie réservée aux terroristes, le "Bock H" comme on l'appelle à "Florence". Il y était enfermé plus de 23 heures dans sa cellule, avec pour seule heure de détente, une heure de marche autorisée dans une cour bétonnée et grillagée. Ses repas étaient servis directement dans sa cellule. Vincent Basciano n'avait aucun contact avec les autres prisonniers mis à part les gardiens de prison.
Au bout de quelques années et grâce à sa bonne conduite, Vincent Basciano eu le droit à quelques privilèges. Il pouvait désormais communiquer avec les membres de sa famille et sa maîtresse Debra Kalb. Une télévision en noir et blanc fut installé dans sa cellule qui diffusait des programmes religieux ou éducatifs. Vincent Basciano qui était autrefois habillé avec des costumes de luxe, porte maintenant la combinaison orange des prisonniers fédéraux. Il peut maintenant participer à des activités pédagogiques avec d'autres prisonniers, mais toujours enfermer dans une cage. "Vincent est vraiment quelqu'un de très fort mentalement. S'il y avait une personne qui pouvait s'acclimater à des conditions aussi difficile, c'était vraiment lui" déclara un proche du mafieux.Vincent Basciano veut garder son image intacte et montrer que son incarcération ne le détruisait pas psychologiquement. Pour cela, il se fit photographier par un de ses proches lors d'une visite dans la prison. Sur cette photo on peut voir Vincent Basciano, sourire aux lèvres, saluant le photographe. Ses cheveux étaient soigneusement coiffés et il avait un bronzage qui stupéfia plusieurs personnes. "Si les détenus veulent bronzer pendant leur heure quotidienne de promenade dans la "cage ouverte", ils le peuvent." déclara un porte parole du pénitencier. "Nous avons un contrat avec des coiffeurs dans l'Arizona. Les détenus peuvent se faire coiffer une fois par mois".

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO RETOURNE EN PRISON POUR VIOLATION DE SA LIBERTE CONDITIONNELLE

5 Mai 2013, 09:58am

Publié par Xav + A.S

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO RETOURNE EN PRISON POUR VIOLATION DE SA LIBERTE CONDITIONNELLE

Gerard “Gerry” Chilli, un capitaine renommé de la famille Bonanno qui dirige une équipe de mafieux dans le nord de la Floride, a été arrêté pour violation de sa liberté conditionnelle. Gerard “Gerry” Chilli était sortit de prison récemment après avoir purgé une peine pour extorsion. Ce dernier après avoir eu l'autorisation de son agent de probation pour prendre des vacances en dehors de la Floride, décida de partir voir des "vieux amis" à New-York. A son arrivé à l'aéroport, Gerard Chili était surveillé par des agents du FBI. Ces derniers virent le capitaine de la famille Bonanno monter dans la voiture d'Anthony "Fat Tony" Rabito, un membre important de la famille Bonanno qui avait servi de "Consigliere" pendant plusieurs années (voir Une Nouvelle hiérarchie pour la famile Bonanno : Partie 2). Anthony "Fat Tony" Rabito était lui aussi en conditionnelle et son agent de probation lui avait interdit de côtoyer des membres du crime organisé. Non seulement, les agents du FBI voyaient Gerard Chili monter dans la voiture d'Anthony Rabito, mais ils le virent quelques heures plus tard discuter avec Peter Lovaglio, un autre capitaine de la famille Bonanno, lui aussi en probation. De retour en Floride, Gerard “Gerry” Chilli fut arrêté par le FBI et les procureurs fédéraux décidèrent de l'inculper pour violation de sa conditionnelle. Il devra retourner à New-York dans quelques semaines, cette fois-ci pour répondre à ces accusations devant un tribunal fédéral. D'après certaines informations, les 3 membres de la famille Bonanno, risquent de retourner une nouvelle fois derrière les barreaux.

Lire la suite

UNE NOUVELLE HIERARCHIE POUR LA FAMILLE BONANNO ? PARTIE 2

4 Mai 2013, 17:44pm

Publié par Xav + A.S

UNE NOUVELLE HIERARCHIE POUR LA FAMILLE BONANNO ? PARTIE 2

Le meurtre de Ralph Pizzolo, entraina plusieurs arrestations au sein de la famille Bonanno. Michael "The Nose" Mancuso, un capitaine très respecté qui remplaçait Vincent Basciano fut condamné à une peine de 15 ans de prison pour avoir admis sa culpabilité dans cet assassinat. En raison des nombreuses arrestations, la famille Bonanno décida de nommer Salvatore "Sal Iron Worker" Montagna. Âgé seulement de 36 ans, il fut désigné pour gérer au quotidien les affaires de la famille Bonanno. A cause de son jeune âge, les médias Américains lui donnèrent comme surnom "Bambino Boss". Salvatore "Sal Iron Worker" Montagna était né à Montréal, mais il passa une grande partie de son enfance, en Sicile, pus précisément à Castellammare del Golfo, lieu ou le "Parrain" historique de la famille Bonanno, Joseph Bonanno naquit. Quand il revint à New-York, il ouvrit une usine de métallurgie "Matrice Steel". Il était très peu connu des autorités. Il fut initié à la fin des années 1990 et devint un soldat dans l'équipe du capitaine Patrick "Patty from the Bronx" DeFilippo. Quand ce dernier fut condamnée à plus de 30 ans de prison pour meurtre, Salvatore Montagna fut promu "Acting Capo". De 2003 à 2006, fut une période très trouble pour la famille Bonanno, elle était pratiquement dévastée par les informateurs. Elle décida de changer en profondeur la réorganisation de la famille. Elle décida de mettre sa faction Sicilienne au pouvoir. Les Siciliens ou les "Zips" comme ils étaient surnommés par les autres membres de la famille Bonanno opéraient dans le "Bronx". La plupart de ses "soldats" avaient passé une grande partie de leur vie en Sicile. Pour plusieurs spécialistes, les "Zips" respectaient davantage les règles de la Cosa-Nosta. Malgré son jeune âge, Salvatore Montagna était considéré comme le responsable de cette faction et c'est pour cela qu'il fut nommé "Acting Boss" sous les ordres de Vincent Basciano qui était incarcéré. Salvatore Montagna essayait le plus possible de rester sous le "radar" du FBI. il résidait avec sa famille dans une modeste maison à Elmont dans le Long Island. Sa seule condamnation remontait à 2002. Arrêté avec son capitaine Patrick "Patty from the Bronx" DeFilippo pour jeux illégaux et prêt usuraire, il refusa de répondre devant un grand jury sur ses liens avec la famille Bonanno. Il avait refusé d'expliquer ce qu'était un "wiseguy", un affranchi. Sa seule réponse était qu'il avait entendu cette expression dans "Les Soprano" ou dans "Le Parrain". Il insista devant le grand jury en répondant que sa "mémoire était mauvaise" et qu'"il ne se souvenait même plus de la date de son mariage". Tout en rigolant il demanda au procureur de ne pas confier cette réponse à sa femme, Francesca Montagna, de peur de la vexer. Condamné pour parjure, il plaida coupable et fut condamnée à de la probation pendant 5 ans. Son avocat Joseph Mure raconta aux journalistes à la sortie du tribunal "Ce que raconte le gouvernement à son sujet est totalement faux. Je le connais personnellement comme étant un honnête travailleur et un bon père de famille".
Alors qu'il était "Acting Boss" de la famille Bonanno, le gouvernement n'arrivait pas à l'impliquer dans la moindre affaire. Mais sa condamnation pour parjure permit à l'USCIS, le Service de la Citoyenneté et de l'Immigration des États-Unis de l'extrader vers le Canada. Arrêté le 6 avril 2009 dans son entreprise "Matrice Steel", il fut détenu en attente de son extradition. Les autorités Américaines avaient expulsé Salvatore Montagna parce qu'il avait commis un crime alors qu'il avait sa carte verte depuis moins de cinq ans, ce qui constituait une violation de la loi Américaine sur l'immigration. Le gouvernement Américain profita de cette occasion pour le renvoyer vers son pays d'origine, le Canada et de le retirer des affaires de la famille Bonanno. Une fois arrivé dans son pays natal, la Mafia Italienne basé au Canada surnommé "La famille Rizzuto" était en plein conflit. Vito Rizzuto le parrain en exercice avait été arrêté en 2006 à cause du témoignage de Joseph Massino et condamné à une peine de 10 ans de prison pour sa participation dans l'assassinat de 3 capitaines de la famille Bonanno en 1981. Depuis son arrestation, une guerre interne avait éclaté dans la famille "Rizzuto" et plusieurs proches du parrain furent abattus. Le 28 décembre 2009 son fils, Nicolo avait été tué froidement dans la rue. Le 20 mai 2010 Paolo Renda son "Consigliere" disparaissait, on ne retrouvera jamais son corps. Le 10 Novembre 2010, son père Nicolo Rizzuto Sr, avait été abattu par un sniper dans sa propre maison. Cela était maintenant évident, l’incarcération de Vito Rizzuto dans une prison fédérale au États-Unis (Florence, Colorado) profitait à des membres de la pègre Italienne de régler leurs comptes avec la faction "Sicilienne" qui était au pouvoir depuis de nombreuses années. Plusieurs spécialistes du crime organisé s'interrogèrent aussi sur le rôle de Salvatore Montagna dans ces assassinats. En effet la famille Rizzuto avait toujours été très proche de la famille Bonanno.
Salvatore Montagna profita donc de ce mouvement de léthargie dans la Mafia Italienne pour essayer de prendre le pouvoir. Selon un journaliste Canadien : «Dès son arrivée à Montréal, Salvatore Montagna avait rencontré des gens d'affaires importants de la communauté italienne pour leur rappeler qu'ils n'avaient pas payé leurs dû depuis longtemps aux familles. Il avait également des liens avec New York, évidemment, mais aussi avec des familles de l'Ontario. Donc c'est quelqu'un qui a aussi des appuis». Mais son ascension au sein de la Mafia italienne au Canada fut de courte durée. Son corps avait été retrouvé le 24 Novembre 2011 dans la ville de Repentigny, au Québec. Celui-ci avait été criblé de balles, Vito Rizzuto incarcéré au moment du meurtre pouvait être selon certains journalistes à l'origine de cet assassinat. Pour plusieurs personnes, Salvatore Montagna "n'avait pas les reins assez solides malgré le fait qu'il avait des alliés très important au sein de la famille Bonanno"
Quand Salvatore Montagna fut extradé vers le Canada, la famille Bonanno décida de nommer Vincent " Vinny TV "Badalamenti comme "Acting Boss". Vincent Badalamenti était propriétaire d'un magasin d’électronique dans Brooklyn et il contrôlait un club social en plein Bensonhurst. Très peu connu lui aussi aussi des autorités, il gérait au quotidien les affaires de la famille Bonanno avec Nicholas "Nicky Mouth" Santora comme "Underboss" et Anthony "Fat Tony' Rabito comme "Consigliere". En janvier 2012, il fut accusé avec Nicholas "Nicky Mouth" Santora d'extorquer plusieurs restaurants et bars dans Brooklyn et Manhattan. Ces inculpations avaient été possibles grâce à Hector Pagan, l'ex-beau-fils d'Anthony Graziano, l'ancien "Consigliere" de la famille Bonanno. En Avril 2012 Vincent " Vinny TV "Badalamenti plaida coupable et fut condamné à une peine de 18 mois de prison qu'il purge actuellement dans le pénitencier fédéral de Fort Dix dans le New-Jersey. Il sera libérable le 16 mai 2013. Nicholas "Nicky Mouth" Santora plaida lui aussi coupable et avait été condamné à une peine de 2 ans de prison.
D'après le journaliste Américain spécialisé dans la Mafia Italo-Américaine, Jerry Capeci. La famille Bonanno nomma 3 capitaines pour gérer la famille. Les 3 mafieux en question sont : Anthony "Fat Anthony" Rabito, Vincent Asaro, et Thomas DiFiore. Le premier était déjà connu des autorités pour avoir été le "Consigliere" pendant plusieurs années de la famille Bonanno. Anthony "Fat Anthony" Rabito est quelqu'un de très respecté. Il avait été initié en 1974 et il a toujours infirmé aux médias qu'il était un homme d'affaire et non un gangster. Il est propriétaire de plusieurs restaurants et bars dans New-York. En 2005, il avait été arrête pour paris illégaux, prêt usuraire, corruption et possession d'armes. En 2007, il avait aussi été inculpé de racket, d'extorsion, fraude boursière et de trafic de drogue. En 2009, il fût libéré de prison mais sa période de probation lui interdisait de fréquenter des endroits ou se réunissaient des membres de la famille Bonanno. Cette liste comprenait le "Rao" à Harlem, le "Bamonte" à Williamsburg, le "Parkside Restaurant" à Corona et le "Don Peppe" à Ozone Park. "J'ai mangé toute ma vie dans ces restaurants. J'avais l'habitude d'y aller 3 à 4 fois par semaine" raconta Anthony "Fat Anthony" Rabito à un de ses amis "Dans un sens ça me fera économiser de l'argent". Continuant à critiquer le gouvernement : "Le gouvernement me considère comme un criminel. Je suis un proxénète?, Je suis un joueur?, je suis rien de cela". Vincent "Viny" Asaro est un capitaine de la famille Bonanno. Condamné à 12 ans de prison en 1998 pour corruption d'entreprise, il est depuis sortit et serait malgré son âge encore actif dans la famille Bonanno. Son fils Jerome« Jerry »Asaro est aussi un capitaine dans cette même famille. On sait très peu de chose sur Tommy D" DiFiore Thomas âgé de 70 ans. La famille Bonanno n'a pas encore nommé officiellement un nouveau "Boss" depuis l'arrestation de Joseph Massino en 2004.

Lire la suite

UNE NOUVELLE HIERARCHIE POUR LA FAMILLE BONANNO ? PARTIE 1

29 Avril 2013, 17:23pm

Publié par Xav + A.S

UNE NOUVELLE HIERARCHIE POUR LA FAMILLE BONANNO ? PARTIE 1

De 1991 à 2004, les Bonanno était la seule famille de la Cosa Nostra aux Etats-Unis à ne pas avoir son Boss en prison. Le parrain de cette famille à cette époque était Joseph Massino. Mais en 2004, il fût accusé de plusieurs meurtres et décida de collaborer avec la justice (voir article Joe Massino "The Last Don"). Mais depuis que Joseph Massino devint un informateur, de nombreux capitaines se succédèrent pour essayer de gérer au quotidien les affaires de la famille Bonanno.

Entre 2003 et 2004 : Joseph Massino était en train de collaborer avec le FBI, mais personne dans la famille Bonanno était au courant que leur propre "Parrain" était devenu un "rat". Elle nomma donc Anthony "Tony Green" Urso comme "Acting Boss". Ce dernier était un ami fidèle de Joseph Massino, c'était un capitaine très respecté de la famille Bonanno et il servait de chauffeur occasionnellement au "Parrain" lors de ses déplacements. Mais sa relation avec Salvatore Vitale, ex beau frère de Joseph Massino était très tendu. Salvatore Vitale n'aimait pas trop qu'Anthony Urso puisse avoir une relation aussi étroite avec le "Boss" de la famille Bonanno et plusieurs fois il essaya de trouver des prétextes pour lancer un contrat contre lui . Arrêté en 2004 pour plusieurs affaires (meurtres et racket), Anthony Urso envoya une lettre au juge fédéral Nicholas Garaufis pour demander sa clémence. Il risquait une peine de plus de 20 ans de prison et à 69 ans, il savait qu'il pouvait mourir derrière les barreaux. C'est son avocat qui écrivit sa lettre, car le mafieux ne savait ni lire ni écrire. Dans celle-ci, il raconta "Je ne suis pas le tireur dans cette affaire (en référence à l'assassinat de Anthony "Boots" Tomasulo dont il était accusé) ni dans les autres affaires dalleurs. J'essaye depuis la mort de ce jeune homme de combattre mes démons qui sont toujours en moi". Le juge ne répondit pas à sa lettre, Nicholas Garaufis n'avais sans doute pas apprécié les derniers enregistrements qu'il venait d'entendre. En effet dans ces enregistrements, Anthony Urso prétendait que le famille Bonanno devait exécuter les enfants des membres qui avaient décidé de collaborer avec le gouvernement pour essayer d'arrêter selon lui le "fléau" qui rongeait la famille Bonanno. Anthony Urso décida finalement de plaider coupable et fût condamner à purger une peine de 20 ans de prison dans un établissement fédéral. Il se libérable en 2020.


Entre 2004 et 2009 : Quand Anthony Urso fût incarcéré, la famille Bonanno n'avait toujours pas nommé un nouveau Boss à la tête de la famille. C'est alors que Vincent "Vinny Gorgeous" Basciano, un autre capitaine de la famille Bonanno fût nommé "Acting Boss". Vincent Basciano était un capitaine très respecté de la famille Bonanno, son équipe était basé dans le Bronx. Il détenait depuis plusieurs années un salon de beauté dénommé "Hello Gorgeous" d'ou son surnom. Il était aussi très proche de Joseph Massino. Quand Vincent Basciano devint Acting Boss, le gouvernement Américain avait employé les grands moyens contre plusieurs membres de la famille Bonanno. Plusieurs de ses membres et son administration furent inculpés dans plusieurs affaires. En colère face à cette situation, Vincent Basciano en voulait à une personne en particulier, le procureur général en charge du dossier contre la famille Bonanno, Greg Andres. Quelques mois avant son arrestation, il envoya un message à Joseph Massino qui était incarcéré au Métropolitan Center en attendant son procès. Il voulait son autorisation pour lancer un contrat contre le procureur général. Ce dernier lui répondit et fit passer la réponse par l'intermédiaire d'un détective privé qui venait visiter Joseph Massino pendant sa détention et qui servait de "messager"pour la famille Bonanno. Dans son message, Joseph Massino voulait savoir si Greg Andres était "irrespectueux" envers la famille Bonanno et "ou il se rendait quand il mangeait à l’extérieur". Vincent Basciano avait tout prévu. Il voulait tuer le procureur dans le restaurant "Campagnola" ou Greg Andres avait ses habitudes. Il voulait exécuter le contrat lui même, pour soit disant montrer l'exemple devant les autres membres de la famille Bonanno. D'après Dominick Cicale un ancien "soldat" de la famille Bonanno qui avait décidé de collaborer avec la justice, Vincent Basciano avait prévu de rentrer dans le restaurant avec une casquette de baseball et d'exécuter froidement le procureur pendant son repas devant sa femme. Le problème était que le lieu ou devait être commis le meurtre appartenait à Dominick "Quiet Dom"Cirillo le "Consigliere" de la famille Genovese. Finalement, avant qu'il puisse effectuer le contrat, Vincent Basciano fut inculpé dans plusieurs affaires tenant de la loi Rico (racket et meurtre). Il fût incarcéré au Métropolitan Center en plein centre de Manhattan, la ou se trouvait justement son Boss, Joseph Massino. Pendant son incarcération, Vincent Basciano ne se doutait pas le moindre instant que Joseph Massino était en train de collaborer avec le FBI. Ce dernier en profita pour enregistrer secrètement Vincent Basciano pendant les rares moments ou il se trouvait avec son ancien bras droit. Dans ces enregistrements, Vincent Basciano reparla du procureur Greg Andres et de la volonté de celui-ci de lancer un un contrat contre lui : "Ce procureur, il a détruit la famille Bonanno, il a détruit toute notre vie. On devrait en faire un exemple en l’exécutant". Quand le gouvernement Américain apprit qu'un procureur général pouvait être exécuté, elle décida d'incarcérer Vincent Basciano dans la partie la plus dure du Métropolitan Center, appelé "Isolement Total". L'Acting Boss de la famille Bonanno était maintenant complétement isolé des autres détenus. Il était enfermé plus de 23h dans sa cellule, sans aucune possibilité d'être en contact avec sa propre famille. Ce type d’incarcération était normalement réservé aux terroristes, mais pour le gouvernement Vincent Basciano était devenu un réel danger. Quelques mois plus tard, il sera condamné à une peine de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle pour racket et meurtre, mais le gouvernement Américain n'en n'avait pas terminé avec lui.
En 2007, Vincent Basciano fût de nouveau inculpé pour le meurtre d'un associé de la famille Bonanno, Ralph "Randy" Pizzolo. Déjà condamné à la prison à vie, l'équipe de procureurs voulait maintenant que Vincent Basciano soit exécute par injection létal pour ce crime. Nicholas Garaufis le juge fédéral qui avait déjà condamné plusieurs membres de la famille Bonanno dont leur ancien Boss Joseph Massino et qui allait présider ce procès critiqua ouvertement le gouvernement de cette décision. "Cette homme sert déjà une peine de prison à vie. Essayer d'intenter un nouveau procès pour le faire condamner cette fois ci à la peine de mort, entrainerait des coûts encore plus important". Mais le gouvernement était persuader d'arriver à faire condamner à mort Vincent Basciano, pour eux, il avait un dossier solide. Pour cela, il voulait utiliser un témoin clé, Joseph Massino qui deviendra un des premiers Boss de la Cosa Nostra à témoigner dans un procès. Ils utilisèrent aussi les enregistrements entre Joseph Massino et Vincent Basciano. Dans ces derniers, on pouvait entendre clairement Vincent Basciano parler du meurtre de Ralph "Randy" Pizzolo : "J'ai donné l'ordre pour le tuer. Tu veux savoir pourquoi ?. Car c'est un gamin qui est très dangereux. Il n'écoute jamais rien et il est complétement stupide. Je pense que cette execution va en calmer certains". Ralph "Randy" Pizzolo avait été éxécuté le 30 novembre 2004 dans une zone industrielle de Williamsburg. Le procès s'ouvrit début 2011, la première personne à témoigner à la barre fût Anthony Cicale, un soldat très proche de Vincent Basciano : "J'étais un peu comme son protégé" déclara t'il, "Ralph Pizzolo a été tué, car Vincent Basciano en avait décidé ainsi tout simplement". Il raconta aussi les différents "tests" que lui faisait subir Vincent Basciano : "Il était toujours en train de me tester. Il m'avait trainé dans un bar le "Bartinis Club" à Forest Hills. Il avait demandé à sa maitresse de frotter sa jambe contre la mienne et de flirter avec moi pour voir ma réaction". Le témoin vedette en la personne de Joseph Massino arriva à la barre. Quand le procureur lui demanda qui avait décidé de tuer Ralph Pizzolo, il n'hésita pas une seconde : "Ce type au costume gris assis là m'a dit qu'il l'avait fait tuer","Il m'a dit que c'était une pourriture, un rat, un fouteur de merde, un sale gamin". Il indiqua aussi qu'il avait instauré un code entre lui et Vincent Basciano. Ce dernier était prêt selon lui à tuer n'importe qui s'il le désirait, il devait simplement utiliser le mot "Jocko" et le nom de la cible. Le 16 mai 2011, Vincent Basciano fût reconnu coupable d'avoir ordonner le meurtre de Ralph Pizzolo. Il ne restait plus qu'au jury de déterminer sa peine. Pour que Vincent Basciano soit condamné à mort, il fallait que le vote des jurés soit unanime. Le 1er Juin 2011, les jurés décidèrent de condamner une nouvelle fois Vincent Basciano à la prison à vie. Le jury prétexta que les témoins du gouvernement avaient eux aussi commis des actes horribles et qu'ils étaient pour la plupart pas emprisonnés. Vincent Basciano quitta sa cellule du Métropolitan Center à Manhattan pour être incarcéré dans la prison "Supermax" dans le Colorado. Cette prison surnommée "l'Alcatraz des Rocheuses" est un établissement fédéral de haute sécurité ou les pires criminels des États y sont incarcérés en isolement total. Vincent Basciano est détenu dans le "Bloc H" réservé aux terroristes, "l'enfer sur terre" d'après le gouvernement Américain. Mais d'après les responsables l'établissement, il s'adapterait très bien à sa nouvelle vie en prison "Vincent Basciano est une personne qui a un mental. Il faut être très fort psychologiquement pour résister à ce genre de situation" raconta un des gardiens de Supermax.

Lire la suite

JOSEPH D. PISTONE AKA DONNIE BRASCO

26 Mars 2013, 18:08pm

Publié par Xav

Joseph Pistone (à gauche) et Dominick Napolitano (à droite)
Joseph Pistone (à gauche) et Dominick Napolitano (à droite)

Joseph « Donnie Brasco » Pistone à rejoint le FBI en 1969. Après avoir mené plusieurs enquêtes, il fut muté en 1974 à New-York et affecté dans la brigade des détournements de camions. Pendant deux ans, il infiltra un gang qui était spécialisé dans le vol de vehicules et dans le détournement de marchandises. A la fin de cette opération, plus de trente personnes furent inculpées. A l'époque, ces arrestations furent décrites comme l'un des réseaux de voleurs de véhicules et de détournements de marchandises les plus rentables des Etats-Unis. En 1976, le FBI décida d'infiltrer la Cosa Nostra, et Joseph Pistone fut choisi pour plusieurs raisons. La première, était que Joseph Pistonne avait déjà de l'expérience dans les missions d'infiltration. La deuxième, est qu'il était d'origine Italienne et qu'il parlait couramment cette langue. Il avait grandi dans le New-Jersey et pendant son adolescence, il avait côtoyé plusieurs membres de la mafia. Un pseudonyme fut choisi et Joseph Pistone utilisa le surnom de Donnie Brasco. Le FBI effaça alors complètement toute trace sur son identité, comme s’il n'avait jamais existé et lui créa un casier judiciaire, le faisant passer pour un voleur de bijoux. L'opération consistait à infiltrer certains membres liés à la Cosa Nostra, qui détournaient près de cinq à six camions par jour dans la ville de New-York. Cette opération devait au départ durer six mois, au final elle aura duré plus de cinq ans. La première étape de son infiltration était de ne pas se focaliser sur les établissements de Little Italy détenus par la les familles New-Yorkaise, car sa présence aurait pu sembler suspecte. En effet on ne fréquente pas ces endroits du jour au lendemain sans connaitre personne, à moins d'être un touriste ou de chercher les ennuies. Il commença alors à visiter certains bars en dehors de cette zone et en profita pour louer un appartement dans un quartier fréquenté par certains membres de la Cosa Nostra. Son appartement était situé près d'un petit restaurant « Chez Carmello", d'après ses informations, ce restaurant était détenu par Joseph et Carmine Zito tous deux membres de la famille Genovese. Pendant plusieurs semaines, il prenait ses habitudes dans ce bar et repéra plusieurs des ses « cibles », souvent c'etait des membres initiés de la Cosa Nostra. A l'intérieur, généralement il buvait quelques verres et profitait par la même occasion pour voir ce qu'il se passait autour de lui. Pour Joseph Pistone, le principal était de se faire voir sans précipiter les choses et montrer qu'il était discret et qu'il ne se mêlait pas des affaires des autres. A force de se montrer, il commença à avoir des affinités avec le barman de ce restaurant, un dénommé Marty. Etre ami avec le barman d'un bar détenu par la Cosa Nostra pouvait avoir plusieurs avantages. Joseph Pistone élargissait son réseau de contacts et grâce à Marty, il côtoyait maintenant des Affranchis. Il ne discutait pas forcement avec eux, mais la plupart le connaissaient et finirent par le saluer.

Benjamin Ruggiero
Benjamin Ruggiero

A force de parler avec Marty, il lui fit comprendre que s'il il y avait possibilité de gagner un peu d'argent, il était partant. Lui et Marty trainèrent dans les clubs de New-York ou plusieurs membres initiés de la Cosa Nostra avaient leur habitude et c'est à partir de ce moment qu'il fit connaissance avec des associés de la famille Colombo. Au bout de quelques mois, la première partie de son opération était effectué, il était rentré en contact avec une bande qui détournait des marchandises dans tout New-York. Cette bande était dirigée par Joseph « Jilly » Greca un membre initié de la famille Colombo. Il en profita alors pour essayer d’être contact en permanence avec lui pour se faire dorer son image. Il était maintenant connu comme un voleur de bijoux, prêt à faire des affaires pour gagner de l'argent, un type réglo qui ne pose pas de questions et qui sait tenir sa langue. Au bout de quelques mois, il fit aussi la connaissance de plusieurs membres d'une autre famille mafieuse, les Bonanno. D'abord avec Anthony « Tony » Mirra, une brute épaisse, un tueur sans pitié, mais aussi avec un autre Soldat, Benjamin « Lefty » Ruggiero. Quand Joseph Pistonne rencontra Benjamin Ruggiero, celui-ci avait une cinquantaine d'année, il avait une grosse réputation de tueur à gages. Il venait d’être intronisé dans la famille Bonanno après avoir remboursé une grande partie de ses dettes. Benjamin Ruggiero, comme la plupart des membres de la Cosa Nostra, gérait un petit club social dans Little Italy. La routine chez Benjamin Ruggiero n'était guère différente des autres clubs sociaux des membres de la mafia. A l'intérieur, les personnes parlaient de sport, de loterie clandestine, ils parlaient d'argent tout simplement. Au fond de ce club social, se trouvait une petite salle remplie de téléphones ou les bookmakers géraient leurs paris. Joseph Pistone devint alors un Associé sous le commandement de Benjamin Ruggiero. A partir de ce moment là, tout allait être différent. Benjamin Ruggiero débuta alors ce qu'il appelait son « éducation ». Il demanda à Joseph Pistone de se raser sa moustache, de toujours bien s'habiller, mais surtout de ne jamais manquer de respect envers un autre Affranchi. Il lui expliqua le fonctionnement hiérarchique qui régnait dans la Cosa Nostra et que s'il se tenait correctement, qu'il savait se taire et ramener de l'argent, alors lui aussi pourrait devenir par la suite un membre initié de la famille Bonanno. En 1979, Carmine Galante l'Acting Boss de la famille Bonanno se fit assassiner, créant une implosion dans la famille qui était gérée à l’époque par Philip « Rusty » Rastelli. Avant le meurtre de Carmine Galante, Benjamin Ruggiero était un Soldat dans l'équipe de Mike Sabella, mais quand Philip Rastelli réaffirma son pouvoir, Mike Sabella fut rétrogradé et Dominick « Sonny Black » Napolitano le remplaça en tant que Capitaine.

Joseph Pistone et Dominick Napolitano
Joseph Pistone et Dominick Napolitano

Dominick "Sonny Black" Napolitano était un membre très influent et très respecté de la famille Bonanno. Joseph Pistone raconta que Dominick Napolitano « inspirait la confiance, le pouvoir et la maîtrise absolue mais jamais l'arrogance ». C'était un homme d'une grande loyauté, très observateur et coriace aussi, capable de tuer sur le champ celui qui le trahissait. Il s’intéressa dès son plus jeune âge au monde de la rue. Il raconta son parcours criminel qui débuta dès l'adolescence : « Moi, ça ne m’intéressait pas de rentrer dans la Cosa Nostra, je me débrouillais très bien tout seul, le problème est qu'au bout d'un moment, je ne pouvais plus rien faire sans l'accord du chef de bande ». Il donnait à Joseph Pistone des informations sur la situation actuelle des cinq familles de New-York et laissa entendre qu'une lutte pour le pouvoir faisait rage au sein de la famille Bonanno. « Tout ça, c'est une question de force et de pouvoir, et aussi de dureté. C'est comme ça qu'on fait son chemin » raconta t'il. C'était un des thèmes favoris de Dominick Napolitano, il pouvait raconter pendant des heures sa vie dans la mafia et ce qu'il pouvait ressentir : « Chaque jour est une lutte, car tu ne sais jamais qui cherche à te supprimer. Tous les jours il y a quelqu'un qui veut t'éliminer pour prendre ta place. Chaque jour est un combat pour conserver son pouvoir et sa position » conclua t'il. Quand il était avec d'autres Affranchis, Dominick Napolitano se comportait en tant que Capitaine, est inspirait le respect. Mais quand il était avec Joseph Pistone, il se confiait beaucoup sur vie personnel, sur ses gamins, il le considérait vraiment comme un « frère ». Plusieurs fois Joseph Pistone dormit dans l'appartement de Dominick Napolitano, pour leur anniversaire, ils s'offrirent mutuellement des cadeaux, une certaine complicité s'installa alors entre les deux hommes. Avec l'aide de Dominick Napolitano et de Benjamin Ruggiero, Joseph Pistone se lança dans plusieurs opérations dans différents États. La première était basée à Milwaukee, Benjamin Ruggiero et lui se lancèrent dans une opération de machines à sous avec l'aide du Parrain local Frank « Mr Big » Balistrieri. La deuxième, la plus importante, était basée en Floride. Cet Etat était un territoire dit « ouvert » pour les différentes familles de la Cosa Nostra, ce qui signifiait que tout le monde était autorisé à y faire du buisness sans y être dérangé. Mais une partie de la Floride était quand même dirigée par un Parrain de la Cosa Nostra très puissant à cette époque, Santo Trafficante Jr. Joseph Pistone, Dominick Napolitano et Benjamin Ruggiero reprirent, avec l’accord de Santo Trafficante Jr, un bar dénommé le King's Court dans la région de Tampa. Pendant cette opération Joseph Pistone travaillait avec un autre agent du FBI sous couverture, Tony Rossi. Le King's Court était un bar qui faisait aussi office de mini-casino pendant certaines soirées, ce qui rapportait beaucoup d'argent pour la famille Bonanno.

A New-York, les tensions dans la famille Bonanno devinrent de plus en plus importantes. Après la mort de Carmine Galante, la famille était divisée en deux clans. L'un d'entre eux soutenait le Boss en exercice Philip Rastelli. Elle était composée en autre de Joseph Massino, Dominick Napolitano, Benjamin Ruggiero. De l'autre côté il y avait trois capitaines, Alphonse « Sonny Red » Indelicato , Philip Giacconi et Dominick Trinchera, des mafieux très puissants, qui étaient contre la situation actuelle de la famille Bonanno. En 1981, un plan fut mis en place par les « loyalistes » de Philip Rastelli pour tuer les trois capitaines rivaux. Au mois de Mai, Alphonse Indelicato, Philip Giaccone et Dominick Trinchera furent convoqués pour une réunion de « conciliation » dans une maison à Brooklyn. En arrivant sur place, une embuscade fut lancée et les trois capitaines de la famille Bonanno furent exécutes, leurs corps découpés et jetés dans un terrain vague à Ozone Park dans le Queens. Les tensions redescendirent et Joseph Pistone devint un associé très important de la famille Bonanno. Dominick Napolitano l'avait même proposé pour devenir un Affranchi. Lors d'une journée ou Sonny Black et Joseph Pistone étaient sur le toit en train de nourrir les pigeons du capitaine de la famille Bonanno, celui-ci déclara : "Je vais présenter ta candidature dès que le vieux sortira (Philip Rastelli). Je t'aime comme un frère. Tu es le seul de toute la bande à qui je peux faire confiance" Après ses assassinats, le FBI commença à s'inquiéter sur la sécurité de son agent et décida finalement d'arrêter l'opération, le 26 juillet 1981. Doug Fencl, Jim Kinne et Jerry Loar, trois agents du FBI qui coordonnaient l'opération Donnie Brasco se présentèrent au Véteran Social Club, le club social détenu par Dominick Napolitano. Ce dernier était un gangster de la vielle école, il côtoyait régulièrement ses agents qui le surveillaient en permanence : « Ce sont des vrais professionnels, ils sont toujours réglos avec moi » avait t’il déclara à Joseph Pistone. Les trois agents rentrèrent dans le bar, à l'intérieur Dominick Napolitano était entouré de toute son équipe. Les agents montrèrent des photos de Joseph Pistone en tenue d'agent du FBI et lui demandèrent s'il connaissait cette personne. Sa réponse fut catégorique : « Je ne connais pas ce gars là, mais si je le croise, je saurai que c'est un agent du FBI. Merci du tuyau. » La première réaction de Dominick Napolitano fut d'avertir sa garde rapprochée de la visite des agents du FBI. Pour lui c'était un coup du gouvernement pour le déstabiliser. Il était persuadé que Joseph Pistone n'était pas un agent double, qu'il s'était fait kidnappé ou même qu'on lui avait fait un lavage de cerveau. Pour lui ce n'était pas possible qu'une personne aussi proche de lui depuis des années, puisse être un agent du FBI. Les jours qui suivirent la visite des agents du FBI, Dominick Napolitano et son équipe refusèrent d'ébruiter l'affaire et Benjamin Ruggiero accompagné de plusieurs Associés se déplacèrent en Floride pour explorer l’État de fond en comble. Ils interrogèrent différents témoins qui étaient en contact avec Joseph Pistone pendant sa mission, mais aucun ne savaient où il était. Ils envoyèrent des hommes dans différents États, en Californie, à Milwaukee, à Chicago pour essayer de retrouver sa trace. Au bout de quelques semaines, Dominick Napolitano se rendit à l'évidence, Joseph Pistone avait complétement disparu. Il appela Santo Trafficante Jr pour l'informer de la visite des agents du FBI dans son club social. Il passa le message aussi à Philip Rastelli, Boss de la famille Bonanno à cette époque qui était incarcéré, mais aussi à Paul Castellano, Boss de la famille Gambino et chef de la Commission. Celle ci décida de mettre un contrat de 500 000 $ sur la tête de Joseph Pistone. Le 14 août 1981, une réunion fut organisée dans le New-Jersey, tous les membres importants de la famille Bonanno étaient convoqués dont Dominick Napolitano. Le FBI était mis au courant d'un contrat lancé sur Dominick Napolitano et Benjamin Ruggiero. Pour les deux mafieux, le choix était simple, mourir ou collaborer avec le gouvernement. Les membres initiés de la Cosa Nostra ne doivent en aucun cas côtoyer ou parler de leurs activités avec des agents du gouvernement sous peine de mort. Tous les deux choisirent la première solution. Le FBI réussit à arrêter Benjamin Ruggierio à la sortie de son appartement alors qu'il s'apprêtait à partir à une réunion qui l'aurait amené à une mort certaine. Pour Dominick Napolitano, cela fût plus compliqué : « Dans sa branche Dominick Napolitano était un vrai professionnel, un type très loyal » déclara Joseph Pistone, celui-ci l'aimait vraiment beaucoup mais son métier consistait à mettre des criminels derrière les barreaux et non se lier d'amitié avec des mafieux. Joseph Pistone était heureux d'avoir fait un excellent travail, mais il avait aussi le mauvais pressentiment que les personnes qu'il avait côtoyé depuis plus de cinq ans allaient se faire descendre. La petite amie de Dominick Napolitano raconta au FBI que Sonny Black lui avait dit qu'il aimait bien Joseph Pistone et que ses sentiments envers lui ne changeraient pas, qu'il avait fait simplement son boulot et qu'il l'avait bien fait.

Au début des années 2000, une opération de grande envergure fut lancée contre la famille Bonanno. La plupart des membres inculpés décidèrent de collaborer avec les autorités, l’un d’entre eux Frank « Curly » Lino un Soldat de la famille Bonanno qui s'était sauvé lors du massacre des trois capitaines rivaux, raconta en détail le meurtre de Sonny Black. Ce jour là, il alla chercher Dominick Napolitano dans un restaurant de Brooklyn pour l'amener directement dans une maison de Staten Island pour assister à la réunion organisée par la famille Bonanno. Convoqué à cette réunion, Dominick Napolitano savait pertinemment qu'il allait mourir. Il donna ses bijoux et autres objets de valeurs à son barman et ami de son club social et lui demanda de nourrir ses pigeons sur le toit de son immeuble. Une fois sur les lieux, Frank Lino le poussa dans les escaliers menant au sous-sol. En bas, deux Soldats de la famille Bonanno l'attendaient. Dominick Napolitano se redressa péniblement et se mis à genoux face à ses bourreaux. L'un d'entre eux tira sur lui, mais l'arme s'enraya, Dominick Napolitano adressa alors à ses meurtriers : « Tirez une autre fois, mais ne me manquez pas », quelques secondes plus tard Dominick Napolitation fut criblé de balles. Quelques mois plus tard, le procès contre les membres de la famille Bonanno s'ouvrit à New-York. Benjamin Ruggiero, le mafieux qui avait accompagné pendant plus de cinq ans Joseph Pistone dans la famille Bonanno secoua la tête. Benjamin Ruggiero était persuadé que Joseph Pistone ne viendrait pas témoigner contre lui et ses collègues mafieux. Il avait dit à son avocat : « Jamais il ne témoignera contre nous ». Mais après avoir vu Joseph Pistone témoigner à la barre, il raconta à son compagnon de cellule : « Même si c'est la dernière chose que je ferai dans ma vie, j'aurai ce fils de pute de Donnie ». Benjamin Ruggiero savait qu'il avait commis une grave erreur en aidant un agent du FBI à infiltrer l'organisation mafieuse. Il savait qu'un contrat avait été lancé contre lui par la famille Bonanno mais Benjamin Ruggiero était un gangster de la vieille école. Plusieurs fois, il refusa de collaborer avec le gouvernement fédéral, préférant faire son temps en prison et fut condamné à une peine de plus de vingt ans de prison dans un établissement fédéral. Joseph Pistone raconta que des personnes comme Benjamin Ruggiero et Dominick Napolitano « appartiennent à un monde à part ou le crime est acceptable, normal et même honorable ». Les mafieux considèrent que collaborer avec la police ou la justice est une faute, un crime. Quand un Affranchi renie son serment envers sa famille, il est déshonoré par tout le monde, il perd tout son respect et perdre son respect pour eux ça c'est pire que la mort. Ironiquement, Benjamin Ruggiero était sous la protection du gouvernement pendant toute son incarcération. Il décéda d'un cancer du poumon en 1994 chez lui à New-York après avoir été libéré de prison en 1992. Le 12 Août 1982, le corps de Dominick Napolitano fût retrouvé au fond d'un ruisseau à Staten Island. Son cadavre était dans un état de décomposition avancé, celui-ci se trouvait à l'intérieur d'un sac mortuaire. Il avait été tué par balle, ses mains coupées signe qu'il avait violé les règles de la pègre en serrant la main d'un agent du FBI. Pendant plusieurs années personne ne fut accusé du meurtre de Dominick Napolitano jusqu'en 2004 ou Salvatore Vitale ancien Underboss de la famille Bonanno témoigna devant la justice. Il raconta que Joseph Massino et lui qui était à l'époque un puissant capitaine de la famille Bonanno étaient partis faire une ballade. Ce dernier lui avait déclaré : « Je dois lui donner un reçu (lancer un contrat) pour cette affaire Donnie Brasco ». Pour Joseph Massino, l'ancien Boss de la famille Bonanno qui décida de collaborer avec la justice, Dominick Napolitano avait été exécute car il essayait de prendre le pouvoir au sein de la famille Bonanno. Selon plusieurs sources dont celle de Joseph Pistone, une grande rivalité avait surgi entre Joseph Massino et Dominick Napolitano après l'exécution des trois capitaines. Joseph Massino avait « baclé » le travail après le meurtre des membres de la famille en Mai 1981. En effet, les corps avaient été retrouvés quelques jours plus tard dans un terrain vague, ce qui avait provoqué la colère de Dominick Napolitano et de Philip Rastelli. Avec le Parrain en prison, Dominick Napolitano servait d'Acting Boss ce qui déplaisait fortement à Joseph Massino. Aujourd'hui, Joseph Pistone vit encore sous une fausse identité quelque part aux Etats-Unis. A chaque déplacement, sa famille et lui prennent des noms différents. Quand ils rencontrent des personnes, ils sont obligés de mentir sur leur passé. Joseph Pistone et sa famille ont déménagé plus de six fois dans différents États. Il ne font pas partis du programme de protection des témoins. Il quitta le FBI en 1986. Pour lui sa mission restera inachevée dans le sens ou il aurait pu être initié dans la famille Bonanno. Il déclara à un journaliste Américain : « Vous imaginez, s'ils avaient découvert qu'un agent du FBI avait été intronisé dans leur famille, cela aurait été la honte suprême pour la famille Bonanno. Si j'avais été initié dans la famille Bonanno, j'aurai pu assister à des réunions avec des membres de différentes familles. Des lors que vous êtes un vrai membre, personne, aucune organisation ne peut empiéter sur le territoire d'un affranchi sans autorisation, il est intouchable. Il ne peut être forcément aimé, il peut même être haï, mais il est toujours respecté ». Joseph Pistone raconta qu'il était déjà retourné plusieurs fois sur les lieux ou il avait passé plus de six ans de sa vie dans la Mafia et en particulier à Mulberry Street. D'après lui, plusieurs personnes l'avaient reconnu et lui avaient dit de partir d'ici car il avait causé beaucoup d'ennuis à la communauté. Il intervient encore assez régulièrement comme un spécialiste de la Cosa Nostra dans différentes émissions ou dans des congrès. Il est devenu un des agents du FBI les plus respectés dans sa profession. Pendant toutes ses années, Joseph Pistonne se souvient encore de ce que lui disait Benjamin Ruggiero pendant son infiltration : « Tu sais Donnie, ce qui est formidable quand tu es un Affranchi, c'est que tu peux voler, tricher et tuer et tout ça en toute légalité ».

Lire la suite

JOE MASSINO "THE LAST DON"

21 Février 2013, 06:51am

Publié par Xav + A.S

JOE MASSINO "THE LAST DON"

Joseph Massino est né le 10 Janvier 1943.Ses surnoms sont "Big Joey" (en raison de son poids) "The Ear" ("l'Oreille", parce qu'il demandait aux membres de la famille Bonanno de se toucher l'oreille au lieu de mentionner son nom) mais aussi "The Last Don" car il était le seul patron de la Cosa Nostra à ne pas encore être en prison. La carrière criminelle de Joe Massino commença en 1970. Comme la plupart des futurs mafieux, il devient un associé de la famille Bonanno sous les ordres de Philip Rastelli et s'adonna à différents trafics. Son ami Duane Leiseheimer et lui commencèrent à détourner des camions et à récupérer toutes sortes de marchandises (vêtements, télévisions etc...). Ils se faisaient en moyenne près de 2000 $ par nuit. Big Joe attendit jusqu'en 1977 avant d'être enfin initié dans la famille Bonanno. Une cérémonie qui fut présidée par Carmine Galante, le Boss de la famille à cette époque.
Après la mort de Carmine Galante le 12 juillet 1979, Joe Massino commença à prendre de l'importance dans la famille. Sa progression fut fulgurante. Il gravit les échelons du crime organisé très rapidement et la même année, il passa "Capitaine". Après la fin de la mission "Donnie Brasco", en référence à un agent du FBI connu sous le nom de Joe Pistone qui infiltra la famille Bonanno pendant plus de 6 ans, plusieurs capitaines furent inculpés de conspirations de rackets. Joseph Massino fut avertit de son arrestation prochaine et fut forcé de prendre la fuite en 1982.Il se livra finalement à la police 2 ans plus tard en 1984 et fut condamné en 1987 à 10 ans de prison pour violation de la loi RICO*.
A sa sortie de prison en 1992 et après la mort de Philip Rastelli, Joseph Massino devient à 48 ans le Boss de la famille Bonanno et nomma dans la foulée son beau-frère Salvatore Vitale comme "Underboss". "Big Joey" essaya de reconstruire tant bien que mal la famille Bonanno. Il avait perdu leur siège a la "commission"** à cause d'une guerre interne et en raison de la participation des Bonanno dans le trafic de drogue. Il prit de nombreuses précautions pour éviter d'attirer le FBI dans les affaires quotidiennes de la famille.Il demanda par exemple aux membres de sa "famille" de ne jamais prononcer son nom mais seulement de se toucher l'oreille. Il ferma une grande partie des clubs sociaux qui étaient surveillés et connus des autorités. Il organisa d'ailleurs plusieurs réunions dans différents États des États-Unis et même dans plusieurs pays. Après l'affaire "Donnie Brasco" et pour limiter les risques d'infiltration dans sa famille, Joseph Massino ordonna qu'un futur membre initié devait être connu depuis au moins 8 ans par un membre des Bonanno et encouragea même les capitaines de sa famille à initier leur fils pour éviter toute idée de collaborer avec la Justice. Il ordonna aussi aux "capitaines" de la famille Bonanno de n'avoir aucun contact entre eux pour que chaque équipe fonctionne de façon autonome. Il était différent des précédents parrains comme John Gotti*** qui adorait se montrer devant les médias. Joseph Massino faisait plus figure d'un parrain à l'ancienne.
Il vivait avec sa femme Josephine dans une modeste maison à Howard Beach et tenait un restaurant " Le Casablanca". Joey adorait cuisiner et plusieurs stars de cinéma prirent le temps de manger dans son restaurant. Pour essayer de contrer l'avancée de Joseph Massino, le FBI décida de s'en prendre à l'administration de la famille Bonanno. Anthony Spero ancien consigliere fut condamné à 2 ans de prison en 1995 pour prêt usuraire et à la prison à perpétuité en 2002 pour meurtres. Anthony Graziano le remplaça mais fut aussi condamné pour racket à 10 ans de prison en 2002 (voir article - un membre de la famille Bonanno mis au placard à cause de sa fille). Jusqu'en 2002, aucun membre des Bonanno n'était devenu informateur pour le gouvernement et Joseph Massino aimait bien se vanter de ce genre de chose auprès des autres familles de la Cosa Nostra. Mais cette même année, Frank Coppa, Richard "Shellackhead" Cantarella et Joseph D'Amico des capitaines de la famille Bonanno décidèrent de collaborer avec le gouvernement.
Le premier était un ami intime de Joseph Massino. Ils partirent plusieurs fois en vacances ensemble. Condamné à 7 ans de prison pour fraude en 2002, le gouvernement l'inculpa de nouveau pour racket quelques mois plus tard. S'il était reconnu coupable, il pouvait faire face à la prison à perpétuité et Frank Coppa ne supportait plus la vie derrière les barreaux. "J'en ai soupé de la prison" dit-il au FBI. Il avait entamé son dernier séjour en prison en sanglotant devant les détenus. Une fragilité qui le fit devenir la risée dans son entourage. Le FBI décida de l'utiliser pour faire tomber Joe Massino.
Richard Cantarella était un puissant capitaine de la famille Bonanno, il avait été impliqué dans le meurtre de Anthony Mirra en 1982. En 2002 il fut inculpé dans plusieurs affaires (racket, fraude, incendie volontaire, enlèvement). Son fils Paul et sa femme Lauretta furent aussi inculpés de racket. Quand Richard Cantaralla apprit que Frank Coppa était devenu "un rat", il décida lui aussi de devenir un témoin pour le gouvernement. Joseph "Joe Moak" D'Amico était le neveu de Anthony Mirra. Il fut impliqué lui aussi dans son assassinat. Par peur de voir son cousin Richard Catarella divulguer des informations à ce sujet, il décida de parler avec le gouvernement. Grâce aux défections de plusieurs membres de la famille Bonanno, le FBI avait assez de preuves pour arrêter Joseph Massino.
Le 9 janvier 2003, Joseph Massino est arrêté dans sa maison de Howard Beach. Il était déjà debout et attendait visiblement depuis quelques heures les agents du FBI. Habillé d'une veste de jogging, il n'avait ni montre au poignet ni argent sur lui. Il savait depuis quelques jours qu'on allait l’arrêter et il savait qu'une fois qu'on l'aurait jeté en prison, il aurait été dépouillé de tous ses objets personnels. Inculpé de racket et du meurtre de Dominic Napolitano, il fut emprisonné au "Métropolitan Center" en attente de son procès. Le même jour deux capitaines de la famille Bonanno, Frank Lino et Daniel Mongelli furent aussi appréhendés.
Pendant ce temps, trois autres membres de la famille Bonanno acceptèrent de collaborer avec la justice.
Le premier était James "Big Lou" Tartaglione un "Capitaine" qui anticipa sa mise en accusation en se présentant de lui même au FBI et accepta de porter un micro pour enregistrer ses collègues Mafieux.
Le second allait être destructeur pour Joseph Massino. Son beau beau-frère et l"Underboss" de la famille Bonanno Salvatore "Good Looking Sal" Vitale**** décida de collaborer avec le FBI. Avant son arrestation Joseph Massino avait déjà soupçonne que son beau-frère commencé à devenir un informateur car celui-ci avait plaidé coupable à une accusation de prêt usuraire et en attente de son jugement, il avait été placé en résidence surveillée. Lors de son arrestation, le FBI démontra le danger que pouvait représenter son beau frère à son égard. Ils lui firent comprendre qu'un contrat sur sa vie était envisageable. En effet Vincent Basciano un "capitaine" de la famille Bonanno qui venait d'être nommé "Acting Boss" par Joseph Massino demanda à celui ci l'autorisation de le tuer car il pensait qu'il allait devenir lui aussi un "rat". Il voulait effectuer le "contrat" à la sortie de sa salle de sport ou Salvatore Vitale avait l'habitude d'aller s'entrainer. Joseph refusa, surement par rapport aux conséquences que pouvait avoir cette éxécution dans sa propre famille, et surtout envers sa femme Josephine, soeur de Salvatore Vitale. Il se sentait déjà depuis quelques temps mis à l'écart par son propre Boss et qui après avoir appris les défections de Frank Coppa et Richard Cantalla décida lui aussi de devenir un informateur.
Le troisième fut Duane Leiseheimer un associé et ami de longue date de Joseph Massino. Son absence de sang italien l'empêcha de devenir un membre initié de la famille Bonanno. Inculpé de racket il accepta d'emblée l'offre du FBI de collaborer pour éviter un long séjour en prison.Frank Lino un ancien capitaine assista médusé de voir tous ses anciens amis mafieux retourner leur veste et par peur d'avoir de nouvelles charges se rajouter contre lui, décida lui aussi de traiter avec le gouvernement.

Le procès contre "Big Joey" s'ouvrit le 24 mai 2004. "Good Looking Sal" était devenu "Good Looking Rat" et parla avec le FBI. Et comme tous témoins qui décident de collaborer pour avoir une réduction de peine, Salvatore Vitale deballa son sac. Il expliqua sa decision de se retourner contre son « ex » beau frere et froidement il raconta au procureur Greg Andrews sa vie criminelle à coté de Joseph Massino, des meurtres qu'il avait commis pour la famille Bonanno et expliqua comment "Big Joe" l'avait fait rentrer dans la Mafia en le faisant devenir un "membre initié" de la Cosa Nostra. "J'étais l'Underboss de la famille Bonanno" "Il m'a appris à nager et à tuer. Chaque dollars que je récoltais, je le partageais avec lui comme n'importe quel "affranchi". "J'avais le titre de Sous-Chef mais je me sentais mis à l'écart, j'avais peur qu'une fois incarcéré on laisse ma famille de coté". Joseph Massino lui interdisait par ailleurs de traiter directement avec les différents "capitaines" de la famille Bonanno. Assis dans le tribunal, Joséphine la sœur de Salvatore Vitale essaya de contenir ses nerfs.Les jurés mirent moins de 5 jours pour déclarer Joseph Massino coupable de toutes les chefs d'inculpations retenus contre lui. Les US Marshall raccompagnèrent Joseph Massino vers sa cellule quand il se retourna pour leur dire "Je voudrais rencontrer des agents du FBI ou des procureurs". "Big Joey" était prêt à collaborer avec la justice.
Joseph Massino risquait la peine de mort pour tous ces meurtres mais aussi que le FBI saisisse tous ses biens. La maison ou sa femme habitait dans Howard Beach, son restaurant mais aussi la maison de sa mère. C'est pour cela qu'il décida de plaider coupable de toutes les accusations et de collaborer avec la justice. Il enregistra secrètement des membres de la famille Bonanno qui étaient incarcérés avec lui au Metropolitan Center dont Vincent Basciano qui venait de se faire arrêter.Dans ces conversations on pouvait entendre clairement "Vinny Gorgeous" essayer de persuader son boss de lancer un contrat contre un associé de la famille Bonanno Randolph Pizzolo mais aussi sur le procureur fédéral Greg Andrews en charge du dossier. Ces enregistrements permirent au parrain d'éviter la peine de mort et de laisser sa femme et sa mère tranquille en ne saisissant qu'une partie de ses biens. Renié par sa famille. Il purge actuellement plusieurs peines de prison à perpétuité dans un lieu tenu secret par la gouvernement. Il aura peut être l'espoir de sortir un jour mais à condition d'aider le gouvernement à lutter contre le crime organisé.
Mais le témoignage de Joseph Massino permit au FBI et au gouvernement Américain d'en apprendre plus sur la vie que pouvait avoir un parrain de la Cosa Nosta. Les déclarations de Joe Massino ont fortement incité les procureurs à vouloir inculper Vincent Basciano pour le meurtre de Randolph Pizzolo. Ils voulaient appeler à la barre "Big Joey" pour le faire cette fois-ci condamné à mort. Vncent Basciano purgeant déja une peine à perpétuité dans une prison fédérale.
Joseph Massino fut surnommé à ce moment la "Le Canari" ou"Le Capo Di Tutti Rati" par les médias. Il devient le premier Parrain de la Cosa Nostra aux Etats-Unis à témoigner lors d'un procès. Quand le procureur demanda à Joseph Massino quels étaient ses pouvoirs en tant que Boss de la famille Bonanno. Il répondit sans aucune hésitation : "Gerer la famille, faire et défaire les capitaines, les meurtres". ll a également expliqué devant les jurés : “On ne parle jamais dans un club, on ne parle jamais dans une voiture, on ne parle jamais sur un portable, on ne parle jamais au téléphone, on ne parle jamais dans sa maison.”. Il enfonça aussi son ancien "ami" quand le procureur lui demanda qui lui avait demandé de tuer Randolph Pizzolo. Il rétorqua «Ce type au costume gris assis là m’a dit qu’il l’avait fait tuer" en référence à Vincent Basciano "Il m’a dit que c’était une pourriture, un rat, un fouteur de merde, un sale gamin». Quand Greg Andrews demanda ce qu'espérait Joseph Massino en témoignant contre ses anciens "collègues", il répondit "Voir la lumière au bout du tunnel". Son témoignage ne permis finalement pas de condamner Vincent Basciano à la peine de mort et il fut de nouveau condamné à la prison à perpétuité sans aucune chance de libération conditionnelle. Il purge actuellement sa peine dans la prison "Supermax" dans le Colorado.
Aujourd'hui âgé de 70 ans, Joseph Massino continue à intervenir régulièrement dans différents procès liés à la Cosa Nostra. Dernièrement il a témoigné au procès d'un "capitaine" de la famille Genovese Anthony Romanello.

* La Loi Rico : C'est une loi fédérale qui prévoit de longues peines de prison pour des actes accomplis dans le cadre du crime organisé. Elle se concentre spécifiquement sur le racket et permet à un dirigeant d'une famille d'être condamné pour des crimes dont il n'a pas forcément participé mais qu'il aurait supervisé.

** : La Commission regroupe les cinq familles de la Cosa Nostra Italo-Américaine ainsi que la Outfit de Chicago. Elle se rassemble quand il faut prendre des décisions importantes.

*** John Gotti fut le parrain de la famille Gambino de 1986 à 1992. Surnommé The Dapper Don et The Teflon Don ou Johnny Boy. Il était connu pour sa capacité à éviter les condamnations et par sa notoriété dans les médias ce qu'il l'amena d'une certaine facon à sa chute. Condamné en 1992 à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionelle, il mourra en prison d'un cancer de la gorge en 2002.

**** Salvatore "Good Looking Sal" Vitale était l'Underboss de la famille Bonanno qui est devenu un collaborateur pour la justice Américaine. Depuis qu'il est devenu un "repenti" Salvatore Vitale témoigna contre plus de 51 personnalités du crime organisé et entra dans le programme de protection des témoins avec sa famille. Il est prévu qu'il intervienne dans le procès contre Thomas Géoli ancien Acting Boss de la famille Colombo.

Lire la suite

UN MEMBRE DE LA FAMILLE BONANNO "MIS AU PLACARD" A CAUSE DE SA FILLE

6 Février 2013, 19:22pm

Publié par Xav + A.S

UN MEMBRE DE LA FAMILLE BONANNO "MIS AU PLACARD" A CAUSE DE SA FILLE

Anthony "TG" Graziano est connu depuis des années par le FBI comme un membre important de la famille Bonanno. Il occupe depuis 2001 le poste de "Consigliere", mais depuis quelques temps Anthony fait fasse à de multiples problèmes. Il fut condamné en 2003 à un total de plus de 20 ans de prison pour racket fédéral et complot pour assassinat ou il sortit en 2011 pour raison de santé.

Pendant son incarcération sa fille Renée Graziano fut l'héroine d'une série tv "Wives Mob" qui suit la vie de femmes dont leur famille ont des liens avec la Mafia. Son ex petit ami Hector Pagan apparu d'ailleurs plusieurs fois à l'écran.

Hector était un associé* de la famille Bonanno. Attrapé pour traffic de drogue, il fut forcé de devenir un informateur pour la DEA afin d'éviter une peine de 50 ans de prison .C'est donc pour alléger sa peine, qu'il porta un micro et enregistra son beau-père et d'autres hauts responsables de la famille Bonanno lors de plusieurs réunions ou Anthony essayait de récupérer une dette de jeu de plus de 150 000 $ ce qui le renvoya en prison pour 19 mois en Avril 2012. Il provoqua aussi l'arrestation de plusieurs autres membres comme Vincent "Vinny Tv" Badalamenti et Nicholas "Nicky Mouth" Santora considérés respectivement comme l'Acting Boss et Underboss des Bonanno.

Pourtant "TG" a tout fait pour être distant de sa fille et de la série, sa fille Renée disant même qu'elle n'avait plus de contact avec son père depuis le lancement de l'émission. . Cela en était trop pour la famille Bonanno qui décida de "dépouiller" Anthony Graziano de toutes ses responsabilités et de tous ses droits. "Cela ne veut pas dire non plus qu'il ne sera plus actif, par contre ca veut dire que certains membres ne traitreront plus avec lui" dit un officier de police. Mais une perte de responsabilité signifie automatiquement une baisse non négligeable de revenu.

Un procureur fédéral spécialisé dans les affaires sur la Mafia allant même jusqu'a dire que cela était une sanction terrible pour un "affranchi"et que parfois un tel coup pouvait donner raison a un mafieux de "retourner sa veste"

* Etre un associé dans une famille mafieuse comme les Bonanno signifie une personne qui est liée à la Mafia qui fait des affaires avec des membres de la famille mais qui n'est pas encore initiée. Aux Etats-Unis pour être membre a part entière de la Cosa Nosta, il faut que le père du futur membre soit d'origine Italienne. La plupart des associés que comportent les familles mafieuses ne sont pas forcement tous d'origine Italienne.

Lire la suite

<< < 10 11 12 13 14 15