Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

MICHAEL PARADISO LE SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO QUI FRAPPA JOHN GOTTI - PARTIE 2

17 Août 2013, 09:10am

Publié par Xav + A.S

MICHAEL PARADISO LE SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO QUI FRAPPA JOHN GOTTI - PARTIE 2

De retour à New-York, Michael Paradiso reprit rapidement ses activités. Trois mois après sa sortie de prison, le FBI l'enregistra dans une conversation téléphonique avec un associé de la famille Gambino : "Si j'utilise mes mains, je pourrais tuer quelqu'un. Je vais le tuer, je vais le poignarder, je vais lui couper sa putain de gorge. Quand je deviens fou, je suis une personne différente, je n'aime pas être comme ça, mais je pourrais lui arracher sa putain de tête" déclara t'il. Malgré cette conversation, Michael Paradiso n'avait jamais été inculpé dans le moindre assassinat. Le FBI savait qu'il gagnait beaucoup d'argent grâce au trafic de drogue, mais même si il le soupçonnait dans plus de 10 meurtres, il avait aucune preuve pour l'arrêter. Mais Michael Paradiso gardait ses vieilles habitudes et en Mai 2006, il fut inculpé par un grand jury fédéral pour prêt usuraire, trafic de drogue et racket. Deux associés de la familles Gambino, Frank «Frankie Fox" Romano et George Milo furent inculpés des mêmes charges et libérés sous caution. La justice arrêta aussi par la même occasion Angelo "Junior" Ruggiero fils du célèbre ami de John Gotti (voir photo) et ancien capitaine de la famille Gambino, Angelo "Couac-Couac" Ruggiero. D'après le FBI, Angelo "Junior" Ruggiero était un soldat dans l'équipe de Michael Paradiso. Un procureur fédéral déclara que ce dernier était "fou" : "Il est le seul gars que je connaisse qui a pu frapper John Gotti au visage sans en payer le prix" déclara t'il. La prison n'avait aucun effet dissuasif pour Michael Paradiso. Comme à son habitude, il fut enregistré à plusieurs reprises dès sortie de prison. Dans un de ces enregistrements, il déclara à un de ses associés, qu'il voulait tuer sa fille et son beau-fils car ces derniers lui manquaient de "respect" : "Je lui ai dit" en parlant de sa fille : "J'ai effectué 19 années en prison avec des "nègres" et j'ai passé des meilleurs Thanksgiving et fête de noël avec eux. Parce ce que à chaque fois, ton putain de mari à une mauvaise attitude envers moi et un jour je vais lui tiré dans sa putain de tête. Et tu sais quoi?, tu vas tellement me rendre fou, que je vais te tuer aussi" déclara t'il. D'après la justice Américaine, Michael Paradiso utilisait très souvent la menace physique pour arriver à ses fins. Il menaça à plusieurs reprises, des individus qui lui devaient de l'argent. Un jour il déclara à un associé, une personne âgée qui devait pas mal d'argent à Michael Paradiso : "Je vous respecte, vous êtes vieux. Mais si je n'ai pas ce que je veux, je vous coupe la tête". Contrairement à d'autres mafieux, Michael Paradiso n'avait pas peur d'utiliser la menace, même si cela pouvez l'entrainer en prison. Dans un autre enregistrement, il menaça un mauvais parieur à un membre de la famille Gambino : "Je vais tirer une balle dans la tête de ce gars. Il va pas jouer au caïd avec moi. Moi je fais ce que je dis et je m'en fous si je dois aller en prison pour ce stupide joueur". Citant 5 mois de conversations ou d'après le procureur fédéral Lipton, Michael Paradiso "discute à plusieurs reprises d’agression et d'assassinat" déclara t'il. Son avocat James DiPietro déclara à la presse "La façon de parler de mon client, à toujours était une source de préoccupation, mais c'est juste la façon dont il parle. Si vous croyez les paroles de Michael Paradiso, il n'y aurait plus beaucoup de monde en vie à New-York. On condamne les actes pas les mots et comme on entend à chaque procès contre mon client, c'est un homme qui se défoule." Condamné à 5 ans de prison, il fut libéré le 15 mai 2011. D'après le FBI, il est toujours un capitaine de la famille Gambino.

Lire la suite

MICHAEL PARADISO LE SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO QUI FRAPPA JOHN GOTTI - PARTIE 1

16 Août 2013, 09:05am

Publié par Xav + A.S

MICHAEL PARADISO LE SOLDAT DE LA FAMILLE GAMBINO QUI FRAPPA JOHN GOTTI - PARTIE 1

Michael "Mickey Boy" Paradiso est né à New-York en 1940, il est un membre initié de la famille Gambino depuis les années 1960. Michael Paradiso à toujours été connu des autorités pour son tempérament violent et pour sa "grande gueule". En devenant un "membre initié" de la famille Gambno, il rejoignit le club social dénommé "Bergin Hunt and Fish Club" à Ozone Park dans le Queens. A cette époque, l'endroit était dirigé par Carmine Fatico, un capitaine de la famille mafieuse qui deviendra plus tard un "mentor" pour John Gotti. Dans les années 1960, John Gotti qui était encore un associé de la famille Gambino, trainait souvent dans ce club social. Lors d'une dispute, Michael Paradiso frappa John Gotti au visage. A cette époque, aucune représailles n'eut lieu. Michael Paradiso était un membre initié de la famille Gambino et John Gotti même s'il était connu pour être un "vrai dur", n'était qu'un simple associé, ce genre de comportement était "toléré" par la Cosa Nostra. Mais c'est à cause de sa "grande gueule" que le FBI put enregistrer Michael Paradiso dans plusieurs conversations téléphoniques avec des membres de la famille Gambino. Le FBI soupçonnait le mafieux d'avoir participé à plusieurs meurtres pour le compte de la Cosa Nostra, mais il n'avait aucune preuve. A la fin des années 1980, Philip Paradiso fut arrêté par le FBI pour plusieurs meurtres. Ce dernier ne voulant pas terminer sa vie derrière les barreaux, décida de collaborer avec la justice. Une aubaine pour le FBI qui voyait en Philip Paradiso, la possibilité de mettre derrière les barreaux son frère pendant de longues années. En effet, ce dernier l'appelait régulièrement pour parler des affaires concernant la famille Gambino et Michael Paradiso se confiait beaucoup sur sa vie criminelle. Un jour, il fut enregistré en train de se vanter d'avoir participé à plusieurs meurtres à Brooklyn, il sous-entendait avoir tué un associé de la famille Gambino, Frank Morici. Ce dernier, était un associé de la famille Gambino et il ne s'entendait pas très bien avec Michael Paradiso car selon lui, il "balançait des ragots" sur sa propre famille. En 1978, un soir d'hiver, Frank Morici sortit d'un bar,à New-York c'est à ce moment là qu'il fut touché de plusieurs balles dans le corps. Michael Paradiso était fier de raconter à son frère qu'il avait tué froidement ce dernier pour lui faire plaisir : "Un matin, ils m'ont montré (la famille Gambino) une liste avec les noms d'une dizaine de personnes à exécuter. Je les ai tous tué, à commencé par Frank Morici, que j'ai tué pour toi" déclara t'il à Philip Paradiso. Pendant sa carrière criminelle, il fut arrêté à plusieurs reprises pour divers crimes (trafic de rogue, détournement, extorsion, prêt usuraire) et à chaque fois, il refusa de collaborer avec le FBI. Michael Paradadiso avait certes une "grande gueule" mais il savait la boucler devant les autorités. Il était surtout connu des autorités pour avoir déclenché une guerre entre la famille Lucchese et la famille Gambino dans les années 1980. Après la mort de Paul Castellano le 16 décembre 1985, John Gotti devint le nouveau Boss de la famille Gambino. Mais ce dernier avait enfreint une règle dans la Cosa Nostra, il avait tué un Parrain sans l'accord de la "Commission". Plusieurs familles de la Cosa Nostra dont la famille Lucchese furent choquées par cette attitude et décidèrent de se venger. Le 13 Avril 1986, une bombe explosa dans la voiture de l'Underboss de John Gotti, Franck DeCicco. La police s'attendait à une réplique de la famille Gambino, mais curieusement ce dernier ne répliqua pas. Michael Paradiso qui à cette époque, était devenu un capitaine de la famille Gambino décida de se venger par lui même sans l'accord de John Gotti. En Novembre 1986, Michael Paradiso envoya trois de ses hommes pour tuer Anthony Casso. Ce dernier reçut deux balles dans le corps mais survécut, la guerre était lancée. Anthony Casso grâce à l'aide de deux détectives de la police de New-York, élimina un par un les membres ayant participé à cette tentative d'assassinat (Voir Article : L'histoire de Louis Eppolito, officier du NYPD et acteur qui travaillait pour la famille Lucchese : Partie 1). A cette époque, Michael Paradiso venait d'être libéré de prison après avoir purgé une peine de 8 ans pour détournement de marchandise. Une fois sortie, il fut de de nouveau inculpé pour trafic de drogue grâce essentiellement aux conversations avec son frère, Philip Paradiso. John Gotti qui était très énervé par le comportement de ce dernier, décida de lancer un contrat contre lui. Le juge fédéral décida alors de refuser sa libération sous caution, pour le protéger d'un éventuel assassinat. Finalement, il fut condamné en 1987 à une peine de 19 ans de prison dans un pénitencier fédéral. Michael Paradiso accepta sa peine sans broncher. Pendant son incarcération, il fut libéré plusieurs fois en conditionnelle, en 1998, 1999 et 2000 mais au bout de quelques mois de liberté, il transgressait à chaque fois ses conditions de libération anticipée et retournait toujours en prison. Finalement en 2006 après avoir purgé la totalité de sa peine, il fut libéré de sa prison fédérale, il était alors âgé de 66 ans. A cet âge là, et après avoir passé de nombreuses années derrière les barreaux, la plupart des gangsters penseraient à prendre "leur retraite", pas pour Michael Paradiso. Ses nombreuses années en prison ne l'avaient pas calmé pour autant. A sa sortie, il décida de retourner à New-York travailler pour la famille Gambino.

Lire la suite

LA MAFIA A CHICAGO EST TOUJOURS ACTIVE

14 Août 2013, 10:15am

Publié par Xav + A.S

LA MAFIA A CHICAGO EST TOUJOURS ACTIVE

La Outfit d'Al Capone, de Sam Giancana, ou encore de Tony Accardo est bien toujours en vie. Le FBI vient de dévoiler un enregistrement de Paul Carparelli un soldat de la Outfit qui donnait l'ordre à un associé de "tabasser" un individu qui devait de l'argent à la "famille". C'était pendant les fêtes de Noël en 2011, Paul Carparelli fut enregistré au téléphone en train de donner des conseils à un de ses associés sur la manière de récupérer une vielle dette de jeu : "C'est facile, bordel c'est super facile. Tu l'attrapes, tu lui casses sa putain de mâchoire, tu lui casses les bras et tu le laisses dans la rue. Ca te prends que 5 minutes et après tu auras ton argent pour fêter Noël". Pour le FBI, ce n'est pas la première fois que Paul Carparelli organise des attaques de ce genre contre des personnes devant de l'argent à la Outfit de Chicago . Arrêté il y a deux semaines avec 8 autres individus pour extorsion, Paul Carparelli faisait l'objet d'une enquête qui dura près de deux ans. Pendant ces deux années, la Outfit avait été infiltré par un agent du FBI, qui se faisant passé pour un associé de l'organisation, avait réussi à enregistrer des milliers d'heures de conversations de plusieurs membres de la Mafia à Chicago. Paul Carparelli qui nie toute appartenance au crime organisé, montre bien que la Outfit est encore bien vivante dans l'Etat de l'Illinois. Lors de son arrestation, le FBI trouva près de 175 000 dollars en liquide au domicile de Paul Carparelli caché dans une partie de sa maison. Les procureurs en charge du dossier ont déclaré devant la presse : "Paul Carparelli donne l'image d'un homme grossier, qui cachait des armes illégalement dans sa maison, qui vendait de la drogue et menacer des individus. Il se vantait aussi d'appartenir à la Outfit et d'avoir des relations avec les Outlaws Motorcycle Club" (Club de Motard, concurrent des Hells Angels implanté dans plusieurs pays dans monde. Les Outlaws furent fondés pendant la seconde guerre mondiale dans l’État de l’Illinois. Harry Bowman un des chefs historique fut arrêté et condamné à une peine de prison à perpétuité pour avoir tenté d'attaquer les Etats-Unis. Il purge actuellement sa peine de prison dans le pénitencier fédéral de Supermax dans le Colorado). Il connaissait bien Mike Polchan (Un chef de des Outlaws, condamné à 60 ans de prison en 2011) et Salvatore "Solly D" DeLaurentis un membre important dans de la Outfit. Lors d'un enregistrement téléphonique, il avait dit à un de ses associés d'être discret car le FBI pensait avoir détruit un équipage de la Outfit basé à Cicéro (Ancien siège d'Al Capone) :"Ils pensent qu'ils ont bien fait leur boulot, ils doivent se congratuler et boire une bonne bière" disait t'il en rigolant. D'après le FBI, le mois dernier, Paul Carparelli aurait été contacté par Salvatore DeLaurentis qui lui aurait demandé de "foutre une raclée" à un individu qui payait pas ses dettes pour la Outfit : "Ils veulent que vous attrapez le gars et que vous lui foutez une très bonne raclée" déclara Paul Carparelli dans un enregistrement téléphonique, sans savoir que l'individu au téléphone était un agent du FBI. Ce dernier, ne pouvant pas faire ce genre de chose, avait du trouver une excuse auprès du mafieux. Paul Carparelli s'en chargea alors personnellement. Dans un autre enregistrement, ce dernier rigolait sur la façon dont il avait "éclaté les côtes et la tête" avec un tuyau sur l'individu en question puis lui avait cassé le bras : "C'est ce que voulait "le client" avait précisé Paul Carparelli dans l'enregistrement. Devant le tribunal qui devait statuer sur sa liberté sous caution, le procureur Michael Donovan déclara que Paul Carparelli detestait les "rats" et qu'il pouvait faire du mal à plusieurs personnes s'il n'était pas incarcéré. Son avocat Ed Wanderling précisa que son client n'avait "ni frappé ni blessé personne". Il déclara aussi que Paul Carparelli était la seule personne à pouvoir élever son fils depuis la mort de son ex-femme et que son client avait mis en assurance sa maison en hypothèque. Finalement le juge décida de le libérer sous caution. Avant de rendre son verdict, les procureurs avaient fait écouter au tribunal une conversation de plus de 28 minutes, ou on entendait Paul Carparelli se vantait être un membre de la Outfit : "Je ne changerai pas. Pourquoi? car je suis un "homme fait" (membre de la Cosa Nostra) et que je suis fier de l'être et je le serai toute ma vie".

Lire la suite

UN ANCIEN TUEUR A GAGES DE LA OUTFIT RACONTE SA VIE DANS LA MAFIA - PARTIE 3

13 Août 2013, 10:38am

Publié par Xav + A.S

UN ANCIEN TUEUR A GAGES DE LA OUTFIT RACONTE SA VIE DANS LA MAFIA - PARTIE 3

Lors de l'interview d'Harry Aleman, Nicholas Calabrese, un soldat de la Outfit venait de collaborer avec le FBI. Harry Aleman déclara qu'il avait passé quelques temps avec Nicholas Calabrese dans la prison fédérale de Pékin dans l'Etat de l'Illinois. Il décrit ce dernier comme "un gars ordinaire", s'empressant d'ajouter qu'il n'"était pas ami avec lui. La dernière fois que j'ai entendu parler de lui, c'était dans votre journal". A cette époque, Harry Aleman ne savait pas s'il allait être accusé de quoi que ce soit "Qui sait ce qu'il peut dire ou ce que le gouvernement veut lui faire dire". Pour ce point, le procureur fédéral Mitch Mars déclara : "Nous disons jamais à aucun témoin de dire quelque chose sur un accusé. Cela pourrait être dévastateur pour nous. Nicholas Calabrese dira ce qu'il a envie de dire". Harry Aleman regarde le sol quand le journaliste commence à lui parler de Frank Calabrese Sr, déclarant seulement "Si vous voulez des réponses, aller lui parler". Il eut la même réaction quand le journaliste lui parla de John "No Nose" Difronzo le Boss actuel de la Outfit : "Je ne sais pas ce que fait cette personne". Il ajouta seulement que le fait que Nicholas Calabrese décide de collaborer est l'une des raisons pour laquelle la Outfit décide de moins recruter de nouveaux membres. "Pour moi, il se passe plus rien à Chicaco, plus d'impôt de rue, plus d'extorsion de fond, il ne se passe plus rien du tout. La nouvelle génération ne veut plus prendre le risque d'appartenir à la Outfit et de terminer comme moi. Ils préfèrent faire des études dans des universités. Il y a plus de jeux, plus de bookmakers. Si il y a des paris, c'est seulement avec les "Juifs" dans le nord de l’État. Vous avez pas remarqué, que les membres de la Outfit qui sont enfermés récemment, le sont à cause de leurs actions passé et non par rapport à ce qui se passe aujourd'hui.". Même si ce que dit Harry Aleman est en partie vraie, Jimmy Marcello et son frère Michael "Mickey" Marcello deux membres très important de la Outfit avaient été accusés par le FBI d'avoir été impliqués dans une opération de jeux ces dernières années. Harry Aleman admet volontiers connaitre les membres de la Outfit accusés dans l'Operation "Secrets de famille". Concernant les frères Marcello, Harry Aleman pense que les accusations portées par le FBI sont inconcevables "Mickey (Michael Lombardo) est un mec réglo. Son frère et lui ne feraient pas quelque chose d'aussi stupide. Ils ont beaucoup d'entreprises et beaucoup de restaurants. Ils n'ont pas besoin de ça pour vivre". Lors de l'interview, Joey "The Clown" Lombardo un membre important de la Outfit, était toujours en cavale. Il avait pris la fuite avant son arrestation par le FBI. Harry Aleman déclara au journaliste : "Joey qui s'est enfui?. Tant mieux, j'espère qu'ils le trouveront jamais, car c'est vraiment un bon gars. Il a aidé beaucoup de monde dans le quartier". Pour Harry Aleman, le FBI a tendance à considérer les membres de la Outfit comme des "monstres" alors que la plupart avaient aidé énormément de personnes dans leur jeunesse, en leur prêtant de l'argent ou en leur trouvant du travail. Harry Aleman confia au journaliste avoir très peu de regrets. Il indiqua que son son père était un criminel, "un voleur". Mais ce qui le fascinait le plus, c'était les personnes habillés en costume chic qui agissaient comme des "Robins des Bois" en protégeant le quartier, en payant les factures de famille n'ayant pas beaucoup d'argent. Il adorait ce genre de choses. "Le seul regret que j'ai, c'est de ne pas être avec ma famille, de ne pas être avec mes petits enfants". La famille est un thème récurent chez Harry Aleman, pas la "famille" dans le sens "Mafia" mais sa vraie famille. Le FBI pensait qu'il utilisait cette image d'une homme dévoué à sa famille pour adoucir sa réputation de tueur à gages. Quand son père était en prison, Harry Aleman logeait chez sa tante Gloria, la femme de Joseph Ferriola l'ancien Boss de la Outfit. De cette façon, il s'était rapproché énormément de ce dernier et de ses activités. Harry Aleman avait tenté à plusieurs reprises de ne pas se montrer comme un homme violent mais plusieurs rapports de la police, montraient le contraire. Pendant des années, la police de Chicago l'accusait d'utiliser la violence pour récupérer des dettes de jeux. Un jour, il avait poussé une femme à travers la vitre d'un magasin et avait frappé par la même occasion le fils d'un commandant de police qui était intervenu. A la fin de l'interview, Harry Aleman était inquiet des répercutions que pouvait avoir cet entretien. Il déclara ne pas trop croire en une libération conditionnelle "Je pense que je vais devoir m'occuper de ma famille en prison pour le restant de mes jours. J'ai l'amour de mes enfants, que pourrai-je demander de plus?. Bien sûr il serait plus agréable d'être avec eux...". Harry Aleman mourut d'un cancer du poumon en 2010 dans le centre correctionnel de Galesburg ou il était incarcéré.

Lire la suite

UN ANCIEN TUEUR A GAGES DE LA OUTFIT RACONTE SA VIE DANS LA MAFIA - PARTIE 2

12 Août 2013, 09:55am

Publié par Xav + A.S

UN ANCIEN TUEUR A GAGES DE LA OUTFIT RACONTE SA VIE DANS LA MAFIA - PARTIE 2

Le centre correctionnel de Galesburg ou était incarcéré Harry Aleman, est une prison d’État de sécurité moyenne. Elle se trouve dans l’État de l'Illinois, à 3 heures de Chicago. L'interview se déroula dans une petite pièce ou se trouve un petit bureau avec une machine à écrire, un téléphone et quelques classeurs rangés sur une étagère. Harry Aleman est vêtu de la combinaison bleue des prisonniers de l'Illinois. Parfois il y a un garde qui montre sa tête mais généralement Harry Aleman et cela malgré sa réputation de tueur à gages, n'est pas considéré comme quelqu'un de violent par les services pénitentiaires. L'interview s'était déroulé en 2006 et à cette époque, Harry Aleman était âge de 66 ans. Souriant, il arriva très détendu dans la pièce ou allait se dérouler l'entretien. Il commença à parler que son petit fils était venu le voir dans la semaine en prison "C'était quelque chose à voir" déclara t'il. Parla de l'ouragan qui s'était passé en Nouvelle-Orléans "C'est une putain de honte", puis du film de Mel Gibson "La Passion du Christ" : "Ce mec là, il avait des couilles (parlant de Jésus)" et aspire à la liberté et à sa vie derrière les barreaux : "Ma famille me soutient". Le journaliste commença à lui parler de la Outfit, il déclara : "C'est fini. Tout cela est terminé", tout en continuant à stipuler qu'il n'avait jamais tué personne de sa vie même si le FBI le soupçonne d'avoir participé à plus de 10 assassinats. Pour lui, son avocat va bientôt montrer à un juge de nouvelles preuves prouvant son innocence dans le meurtre de William Logan en 1977. Les autorités Américaines avaient déclaré à plusieurs reprises que les allégations de Harry Aleman étaient "ridicules" : "Je pense qu'il est persuadé d'être une victime. Ce genre de chose arrive souvent à des prisonniers qui sont incarcérés depuis plusieurs années comme Harry Aleman" déclara le procureur Scott Cassidy. "Il y avait des preuves irréfutables montrant que Harry Aleman était un tueur à gages pour la Outfit et je pense qu'au fond de lui, il adorait son rôle" rajouta t'il. Harry Aleman maintient devant le journaliste qu'il n'a pas tué William Logan, que c'est le FBI qui à lui a mis le meurtre sur son dos pour qu'il termine sa vie derrière les barreaux : "Je suis une cible pour eux. Je ne sais pas ce qui se passe dans leur tête (en parlant du FBI). Tant que je suis en vie, ils vont toujours continuer à m'inculper pour ce meurtre". déclara t'il. Pendant le procès qui s'était ouvert en 1997 pour le meurtre de William Logan, les avocats d'Harry Aleman avaient essayé montré que c'était William "Butch" Petrocelli le meurtrier dans cette histoire. Ce dernier qui était d'après Harry Aleman son "meilleur ami",son "partenaire" dans la Mafia, était aussi un tueur à gages réputé dans la Outfit de Chicago. De plus d'après certains médias, il avait eu une liaison pendant un moment avec la femme de William Logan. Pour Harry Aleman, William Petrocelli avait été exécuté quelques années plus tard, car la Outfit soupçonnait ce dernier de collaborer avec la justice. La justice Américaine n'a pas voulu commenter cette information. Pour Harry Aleman : "Le gouvernement veut que tout le monde devient un mouchard. Moi j'en deviendrai jamais un, je ne veux pas semer la honte dans ma famille".

Lire la suite

UN ANCIEN TUEUR A GAGES DE LA OUTFIT RACONTE SA VIE DANS LA MAFIA - PARTIE 1

11 Août 2013, 10:03am

Publié par Xav + A.S

UN ANCIEN TUEUR A GAGES DE LA OUTFIT RACONTE SA VIE DANS LA MAFIA - PARTIE 1

Harry Aleman était connu des autorités pour avoir été pendant des années un tueur à gages pour la Outfit de Chicago. Son surnom était "Hook" mais le FBI le surnommait "The IceMan" pour sa brutalité et pour les crimes odieux qu'il avait pu commettre pendant sa toute sa carrière criminelle. Harry Aleman est né le 19 Janvier 1939 à Taylor Street près de Chicago. Il est le fils de Louis Aleman et de Virginia Baratta. Taylor Street est un quartier à forte densité Italienne, complètement sous contrôle de la Outfit. Pourtant cela n’empêcha pas Harry Aleman de se détourné d'une vie criminelle et d'être diplôme de l'université. Mais ce dernier ne gagnait pas beaucoup d'argent et avait du mal à terminer les fins de mois. L'oncle d'Harry Aleman n'était autre que Joseph Ferriola l'ancien Boss de la Outfit de 1986 à 1989 qui au début des années 1960 était déjà un membre très influent de la Mafia à Chicago. Il était un tueur craint, très respecté, capitaine de sa propre équipe à Cicero dans l'Illinois. Cette ville était réputé à une époque pour avoir été un des repères d'un ancien parrain célèbre de la Outfit, Al Capone. Harry Alleman voyait son oncle vivre dans une maison à plus de 500 000 dollars, qui partait en vacances dans sa résidence secondaire en Floride ou dans son chalet près du lac Green dans le Wisconsin. Cette vie lui plaisait et il commença petit à petit à faire des affaires avec la Outfit. Au début des années 1960, Hary Alleman fut arrêté plusieurs fois pour cambriolage, vol à main armée, agressions et à chaque fois il fut acquitté de toute les accusations retenues contre lui. Au début des années 1970, Harry Aleman et deux membres de la Outfit, William Petrocelli (Voir article : La vie de Frank Calabrese Jr dans la Outfit - Partie 3) et Gerald Scarpelli forçaient les bookmakers de Chicago à verser une taxe sur les revenues engendrés grâce aux paris sportifs. En 1972, il fut accusé d'avoir tué un membre des "Teamters", William Logan. La Outfit avait décidé de lancé un contrat contre ce dernier car il empêchait des membres de la Mafia de détourner des camions. Deux témoins avaient vu Harry Aleman commettre le meurtre et les procureurs pensaient avoir un dossier solide pouvant permettre d'envoyer ce dernier derrière les barreaux pour le restant de sa vie. Mais la Outfit avait tout prévu et grâce à ses relations dans la politique, la Mafia voulait soudoyer le juge Frank Wilson en lui offrant 10 000 dollars pour qu'il acquitte Harry Aleman. La Outfit demanda alors à Robert Cooley, un avocat qui défendait les membres de la Mafia, d'approcher le juge Frank Wilson en lui proposant beaucoup d'argent s'il déclaré non-coupable Harry Aleman des accusations de meurtre. Après avoir paniqué, il fini par accepter et à la surprise générale, en mai 1977, le juge Frank Wilson acquitta Harry Aleman du meurtre de William Logan. Ce dernier sortit en triomphe du tribunal, mais sa joie fut de courte durée. En 1978, grâce à la loi "Rico" (Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act), il fut condamné à une peine de 30 ans dans un établissement fédéral pour avoir orchestré plusieurs cambriolages. Le 28 Avril 1989 après 11 ans derrière les barreaux, Harry Aleman fut libéré de prison. Mais à la fin des années 1980, la police de Chicago, aidé du FBI, avaient commencé à travailler sur l'"Opération GamBat". Cette enquête visait des décennies de corruption dans la ville de Chicago en rapport avec la Outfit. Pour cela le gouvernement avait un témoin capital, l'avocat de la Mafia depuis des dizaines d'années, Robert Cooley. Ce dernier avait décidé de collaborer avec la justice en raison du dégout qu'il éprouvait pour les meurtres liés à la Outfit. Sa coopération avec la justice permit d arrêter plusieurs hommes politiques, des juges (Le juge Frank Wilson se suicida dans sa maison en Arizona en 1991) , des policiers et des membres de la Outfit. Mais surtout, grâce au témoignage de Robert Cooley, Harry Aleman fut rejugé du meurtre de William Logan, une première dans l'histoire de la justice Américaine. Ce dernier était incarcéré depuis 1991, après avoir été condamné à une peine de 12 ans de prison pour avoir extorqué de l'argent à des bookmakers.En 1997, il fut de nouveau jugé pour le meurtre de William Logan et fut déclaré coupable. Harry Aleman fut condamné à purger une peine de 300 ans de prison dans un pénitencier d’État.

Lire la suite

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE GAMBINO PLAIDE COUPABLE

8 Août 2013, 07:54am

Publié par Xav + A.S

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE GAMBINO PLAIDE COUPABLE

Richard Uva un associé de la famille Gambino opérant dans le Connecticut, a décidé de plaider coupable d'extorsion. Richard Uva avait été arrêté en 2011 dans une grosse opération lancée par le FBI dans l’État du Connecticut visant spécialement la famille Gambino, cette dernière a toujours été présente dans cet Etat. Pendant des années elle était était dirigée par Anthony "The Genius" Megale, un capitaine très respecté de la famille mafieuse. Arrêté en 2004, il avait décidé de plaider coupable en 2006 pour des accusations d'extorsion. Condamné à 11 ans de prison, il purge actuellement sa peine de prison dans le pénitencier fédéral d'Allenwood en Pennsylvanie. Sa date de sortie est prévue pour Décembre 2014. Après son incarcération, Anthony Megale avait été remplacé par Dean DePreta (Voir Photo), qui avait lui aussi plaidé coupable de toutes les accusations retenues contre lui le 05 juin 2013 (Voir Article : Un soldat de la famille Gambino plaide coupable). Ce dernier avait été arrêté en même temps que Richard Uva qui lui servait de "bras droit" dans les opérations ainsi qu'une vingtaine d'associés de la famille Gambino. Le FBI avait déclaré que Dean Depreta se déplaçait personnellement à New-York pour remettre une partie de ses bénéfices à la hiérarchie de la famille Gambino. Les procureurs fédéraux avaient déclaré que Richard Uva était le "Chef d’opération" pour les opérations de jeux contrôlée par la famille Gambino. Ce dernier gérait un site de paris, les bookmakers dans la ville de Stamford ainsi que plusieurs clubs de cartes ce qui avait engendré des millions de dollars à la famille Gambino. En plaidant coupable, Richard Uva peut être condamné au maximum à une peine de 51 mois de prison ainsi qu'une amende de 75000 dollars. Il renonça par ailleurs à près de 87 268 dollars, soit plus de la moitié de la somme retrouvée chez lui lors de son arrestation le 28 Avril 2011. Il recevra sa peine de prison le 24 Octobre par le juge fédéral Thomas P. Smith.

Lire la suite

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO CONDAMNE A 18 MOIS DE PRISON

7 Août 2013, 10:46am

Publié par Xav + A.S

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE BONANNO CONDAMNE A 18 MOIS DE PRISON

Gerard “Gerry” Chilli est un capitaine de la famille Bonanno qui opère spécialement dans l’État de Floride. Ce dernier venait de sortir d'une prison fédérale après avoir purgé une peine pour extorsion. Gerard Chili était un homme libre, mais il devait justifier ses déplacements auprès de son agent de probation et surtout de ne pas côtoyer des membres de la Cosa Nostra. Mais la plupart des activités de Gerard Chilli se limitaient à rester chez lui ou aller faire quelques courses. En décembre 2012, il avait demandé à son agent de probation de prendre quelque vacance à New-York pour rejoindre sa famille, sans stipuler bien sûr que c'était de la famille Bonanno qu'il parlait. Malheureusement à son retour en Floride, Gerard Chilli eut la mauvaise surprise d'être accueilli par des agents du FBI à son arrivé à l'aéroport (Voir Article : Un capitaine de la famille Bonanno retourne en prison pour violation de sa liberté conditionnelle). Retour à la case tribunal pour Gerard Chili, qui se présenta devant le juge fédéral Sterling Johnson début Août pour recevoir sa peine de prison. La décision de ce dernier ne se fit pas attendre et il condamna le capitaine de la famille Bonanno à 18 mois de prison dans un pénitencier fédéral. L'équipe de procureur avait démontré que ce voyage à New-York pour rencontrer des membres de la famille Bonanno était une "violation très grave de sa libération conditionnelle et que cela ne pouvait pas être prise à la légère". Le procureur Nicole Argentieri avait demandé au juge de condamné Gerard Chili à une peine maximale de 24 mois de prison pour ce délit. L'avocat du capitaine de la famille Bonanno avait joué sur le fait que la rencontre de son client avec des membres de la famille Bonanno n'était que pur hasard et que malheureusement pour lui, ces derniers s'étaient trouvés sur le même chemin que Gerard Chili. A son arrivé à l'aéroport à New-York, Gerard Chili avait été accueilli par John Lombardo un associé de la famille Bonanno. A la sortie du terminal, ce dernier était monté dans la voiture d'Anthony "Fat Anthony" Rabito, qui à cette époque, faisait partie de la hiérarchie de la famille Bonanno (Voir Article : Une Nouvelle hiérarchie pour la famile Bonanno : Partie 2). Quelques jours plus tard, Gerard Chili passa près de deux heures dans un restaurant du Queens ou il rencontra de nouveau Anthony Rabito ainsi que d'autres membres de la famille Bonanno comme Thomas "Tommy D" DiFiore l'actuel Underboss de la famille mafieuse (Voir Article :Michael "The Nose" Mancuso nouveau Boss de la famille Bonanno). Puis le lendemain de cette réunion, Gerard Chili rencontra une nouvelle fois Thomas DiFirore pendant plusieurs heures avec cette fois-ci encore plus de membres de la famille Bonanno dans un restaurant à Staten-Island denomé le "Z2 Lounge". Le 02 Janvier, avant de repartir pour la Floride, Gerard Chili en avait profité pour saluer le soldat de la famille Bonanno Joseph Sabella dans le restaurant "Bella Mama" à Staten Island, détenu par un membre de la famille mafieuse, John "Porky" Zancocchio. Pour le gouvernement fédéral, la peine de prison pour Gerard Chili est largement mérité. Quand il sortira de prison, ce dernier aura l'avantage de ne plus avoir aucune restriction et pourra côtoyer de nouveaux ses anciens associés même si Gerard Chili promit devant le tribunal qu'il ne retournera plus jamais de sa vie à New-York

Lire la suite

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE COLOMBO PROMET AU JUGE DE NE PAS MENACER LE JURY DANS SON NOUVEAU PROCES

5 Août 2013, 17:07pm

Publié par Xav + A.S

L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE COLOMBO PROMET AU JUGE DE NE PAS MENACER LE JURY DANS SON NOUVEAU PROCES

Joel "Joe Waverly" Cacace était l'ancien Acting Boss de la famille Colombo au début des années 2000. Son règne à la tête de la famille mafieuse fut de courte durée, car en 2003, la justice Américaine inculpa ce dernier de plusieurs meurtres. Après avoir accepter de plaider coupable, il fut condamné à une peine de 20 ans de prison qu'il purge actuellement dans la prison fédérale de Beaumont au Texas. En 2008, alors qu'il était incarcéré, il fut inculpé d'avoir commandité le meurtre d'un ancien policier du NYPD, Ralph Dols. Joel Cacace avait lancé un contrat contre ce dernier, car il sortait avec son ex-femme. Le meurtre de Ralph Dols avait choqué une grande partie de la population et le procureur général Eric Holder avait réclamé la peine de mort pour l'ancien Acting Boss de la famille Colombo. Mais en Mai 2012, Thomas Gieoli un des tueurs présumé avait été acquitté de l'assassinat de Ralph Dolls. Face à ce retournement de situation, Eric Holder avait déclaré qu'il ne demanderait qu'une peine de prison à perpétuité si Joel Cacace était reconnu coupable (Voir article : Le gouvernement ne demandera pas la peine de mort pour Joel Cacace). Son procès devrait s'ouvrir très prochainement, mais les procureurs fédéraux en charge du dossier contre Joel Cacace ont demandé au juge fédéral de faire la sélection du jury à huit clos. Pour les procureurs, l'ancien Acting Boss de la famille Colombo est considéré comme quelqu'un "d'extrement dangereux". Les avocats de Joel Cacace ont tout de suite fait appel de cette demande en déclarant que leur client était devenu si "faible" qu'il ne pouvait plus faire ce genre de chose. Ils affirmèrent même que Joel Cacace et ses associés ne feraient pas de "mal à une mouche". S'il était reconnu coupable, Joel Cacace qui est aujourd'hui âgé de 72 ans, terminerait sa vie derrière les barreaux. Sa date de sortie étant prévue en 2020, il aura alors 81 ans.

Lire la suite

L'HISTOIRE DE LOUIS EPPOLITO OFFICIER DU NYPD ET ACTEUR QUI TRAVAILLAIT POUR LA FAMILLE LUCCHESE - PARTIE 3

4 Août 2013, 09:43am

Publié par Xav + A.S

L'HISTOIRE DE LOUIS EPPOLITO OFFICIER DU NYPD ET ACTEUR QUI TRAVAILLAIT POUR LA FAMILLE LUCCHESE - PARTIE 3

Septembre 1986 : James Hydell était un associé de la famille Gambino qui avait participé à la tentative d'assassinat contre Anthony Casso. Burton Kaplan déclara que ce dernier lui avait transmis une enveloppe avec les noms et les photos des personnes qui avaient participé a cette tentative de meurtre. Burton Kaplan donna alors les noms aux deux détectives qui utilisèrent tout simplement le base de donnée de la police de New-York pour retrouver les coupables. James Hydell, vivait encore chez sa mère dans une maison à Staten Island, mais les deux policiers le trouvèrent dans une laverie à Brooklyn. Stephen Caracappa et Louis Eppolito l’emmenèrent dans un endroit isolé et assommèrent l'associé de la famille Gambino. Ils ne restaient plus qu'aux deux policiers de ramener James Hydell vivant à Anthony Casso. Ce dernier tortura James Hydell afin qu'il révèle le nom de ses complices. Avant de mourir, il demanda à Anthony Casso de jeter son corps dans la rue pour que sa mère puisse toucher son assurance vie mais l'Underboss de la famille Lucchese n'accorda pas cette dernière faveur à James Hydell. Son corps ne fut jamais retrouvé.
Décembre 1986 : Nick Guido était un associé de la famille Gambino qui avait participé à la tentative d'assassinat contre Anthony Casso. Grâce à la base de donnée de la police de New-York, Stephen Caracappa et Louis Eppolito transmirent à la famille Lucchese l'adresse de Nicholas Guido, un jeune homme de 26 ans qui travaillait dans les télécoms. Ce dernier portait le même nom que l’associé de la famille Gambino mais n'avait aucun lien avec le crime organisé. L'assassinat se passa le jour de Noël, en 1986. Pauline Pipitone la mère de Nicholas Guido était en train de laver la vaisselle. Son fils était devant chez elle et il montrait à son oncle la toute nouvelle voiture qu'il venait de s'offrir. Nicholas Guido travaillait dur et malgré son maigre salaire, il avait réussi à s'acheter la toute nouvelle Nissan Maxima. En un instant une voiture s'arrêta devant Nicholas Guido et un de des passagers lui tira plusieurs balles dans le corps. Personne ne fut jamais arrêté pour ce meurtre.
Octobre 1987 : John "Otto" Heydel était un associé de la famille Lucchese et faisait parti d'une équipe de cambrioleur dénommée le "Bypass Gang". Il fut assassiné alors qu'il changeait son pneu de voiture dans une rue à Brooklyn. Stephen Caracappa et Louis Eppolito avaient confirmé à Anthony Casso que ce dernier collaborait avec la police depuis plusieurs mois.
Février 1990 : Anthony DiLapi était un soldat de la famille Lucchese. Son oncle était Salvatore Santoro l'ancien Underboss de la famille mafieuse. Anthony DiLapi contrôlait pour la famille Lucchese le célèbre syndicat des camionneurs, les "Teamster" à New-York. Après être sorti de prison, le mafieux fut convoqué par Anthony Casso à une réunion. En effet, à cette période, Vittorio "Little Vic" Amuso le Boss de la famille Lucchese et son Underboss Anthony Casso devenaient de plus en plus paranoïaques. Ils avaient décidé de lancer plusieurs contrats contre des membres de la famille mafieuse qu'ils soupçonnaient soient de collaborer, ou de ne pas être assez fidèle à la hiérarchie de la famille Lucchese. Anthony DiLapi pensait qu'en allant à cette réunion il ne reviendrait pas vivant. Il décida alors de s'enfuir loin de New-York et déménagea sur la côte Ouest. Anthony Casso se senti humilié que ce dernier puisse refuser de se présenter. Il demanda alors de l'aide aux deux policiers. Après quelques semaines de recherche, ils finirent par le retrouver à Reseda en Californie. Anthony Casso demanda à Joseph "Little Joe" D'Arco qui deviendra plus tard l'Acting Boss de la famille Lucchese d’exécuter le contrat. Le 06 février 1990, en sortant de son garage Anthony DiLapi reçut 5 balles dans le visage et 4 balles dans le corps.
Mai 1990 : James "Jimmy" Bishop un associé de la famille Lucchese, un représentant syndical du local 137 "Painters Union", est retrouvé mort après que Stephen Caracappa et Louis Eppolito confirmèrent à Anthony Casso que ce dernier collaborer avec la justice dans une enquête de corruption. Alors qu'il venait de rentrer dans sa voiture, un individu s'approcha de lui et lui tira plusieurs balles dans la tête.
Aôut 1990 : Bruno Facciolo était un soldat de la famille Lucchese. Il était un des tueurs à gages le plus redouté de la famille mafieuse. Son capitaine n'était autre que Paul Vario (Joué par Paul Paul Cicero dans les Affranchis). D'après les informations de Stephen Caracappa et Louis Eppolito, Bruno Facciolo avait commencé à collaborer avec le FBI. En apprenant cette nouvelle, Anthony Casso demanda à Louis Daidone qui deviendra un membre important de la famille Lucchese quelques années plus tard de se charger du contrat. Bruno Facciolo fut convoqué à une réunion à Bensonhurst. En arrivant sur les lieux, Louis Daidone le poignarda et lui tira plusieurs balles dans le corps. Comme pour montrer qu'il parlait avec le FBI, Louis Daidone avait mis un canari mort dans sa bouche. Ironiquement Stephen Caracappa et Louis Eppolito s'étaient trompés, Bruno Facciolo ne collaborait pas avec le FBI.
Novembre 1990 : Edward “Eddie” Lino (voir photo) était un capitaine de la famille Gambino qui avait participé au meurtre de Paul "Big Paul" Castellano le Boss de la famille Gambino et son Underboss Thomas Bilotti en 1985. Il était le cousin de Frank Lino un capitaine de la famille Bonanno. Le 06 Novembre 1990, Stephen Caracappa et Louis Eppolito avaient suivi Edward Lino depuis son club social dénommé le "Cabrini Social Club" à Bensonhurst. Roulant dans sa Mercedes Classe S, Edward Lino arrêta sa voiture près de Brighton Beach. Ce dernier fut surpris de voir un individu s’avançait vers lui à toute vitesse. Malheureusement pour Edward Lino, avant que ce dernier ne puisse enlever sa ceinture, Stephen Caracappa lui tira plusieurs balles dans le corps. Le lendemain de sa mort, les journaux Américains faisaient les gros titres. En Novembre 1990, Burton Kaplan était hospitalisé et il raconta devant le tribunal que le 07 Novembre, le lendemain du meurtre de Edward Lino, Louis Eppolito était venu le voir à l'hôpital. Tout souriant il avait jeté le journal sur Burton Kaplan et avait déclaré "Nous l'avons fait". Les deux policiers touchèrent chacun près de 65 000 dollars de la part de la famille Lucchese pour ce contrat..
Mai 1991 : Bartolomeo "Bobby" Boriello était un soldat de la famille Gambino qui avait été impliqué dans la tentative d'assassinat contre Anthony Casso. Stephen Caracappa et Louis Eppolito avaient fourni à Anthony Casso un enregistrement ou on entendait ce dernier menaçait l'Underboss de la famille Lucchese et sa famille. Anthony Casso lança alors un contrat contre Bartolomeo Boriello et les deux policiers lui fournirent son adresse grâce à la base de donnée de la police de New-York.
Le 06 Avril 2006, le jury ne mis que quelques heures pour déclarer Stephen Caracappa et Louis Eppolito coupables de de tous ces meurtres. A l’énoncé du verdict la fille de Louis Eppolito, Andrea Eppolito hurla dans la salle d'audience, "Papa, c'est n'est pas fini!". L'avocat de Louis Eppolito n'était autre que Bruce Cutler, célèbre pour avoir défendu pendant des années l'ancien parrain de la famille Gambino John Gotti. Il déclara à la presse : "Ce qu'on vient de voir aujourd'hui, ce n'est pas la justice". Le 06 Mars 2009, Stephen Caracappa et Louis Eppolito furent condamnés à une peine de prison à perpétuité sans espoir de libération conditionnelle. Devant le juge, Louis Eppolito déclara "Le gouvernement fédérale peut prendre ma vie. Je suis un homme, ils ne peuvent pas prendre mon âme, ma fierté, ils ne peuvent pas prendre ma dignité. J'étais un honnête policier, je n'ai enlevé personne, je n'ai fais de mal à personne. J'ai jamais fais tout ça". Stephen Caracappa est emprisonné dans la prison fédérale de Coleman en Floride. Ironiquement, le Boss de la famille Lucchese, Vittorio «Little Vic" Amuso qui avait été condamné à perpétuité, était incarcéré dans le même établissement que l'ancien policier. Louis Eppolito purge sa peine de prison à perpétuité dans la prison fédérale de Tucson en Arizona.

Lire la suite