Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

LA DURE REALITE DES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA - PARTIE 2

24 Juin 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Divers

LA DURE REALITE DES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA - PARTIE 2

James Tartaglione (voir photo) était un ancien "capitaine" de la famille Bonanno qui en 2003 décida de collaborer avec la justice. Lors d'un procès contre plusieurs membres de la Cosa Nostra, il expliqua en détail les différences que pouvaient avoir certains membres de la Mafia. "Il y a des personnes qui sont initiés dans la Cosa Nostra qui sont très intelligentes et qui gagnent beaucoup d'argent. Il savent comment rapporter des millions de dollars à la famille. La plupart d'entre eux gèrent des entreprises légales. Ensuite, vous avez les "durs", qui une fois sortie de prison, pourraient tuer une personne sur une simple demande de leur supérieur" déclara t'il. Il n'est pas évident pour les autorités de savoir combien touche un soldat ou un capitaine d'une famille de la Cosa Nostra. La plupart cache leurs revenus pas seulement aux autorités fiscales qui pourraient saisir une partie de leurs biens mais le plus souvent à leur propre famille mafieuse. Les familles de la Cosa Nostra sont très hiérarchisées et marche de façon pyramidale. Un simple "associé" va verser un pourcentage de ses bénéfices à son supérieur direct qui majoritairement est un "soldat" de la famille. Ce dernier, doit rendre des comptes en versant lui aussi un pourcentage de ses revenues à son "capitaine", qui ce dernier après avoir accumulé tout l'argent, donne une partie à la hiérarchie de la famille. Le pourcentage des bénéfices que doit reverser un membre de la Cosa Nostra n'est pas vérifiable, cela varie d'une famille à une autre. Les parrains de chaque famille touchent une prime de Noël de chacun de leurs membres. Paul Castellano qui était le Boss de la famille Gambino dans les années 1980, réclamait 10 000 dollars à chacun de ses 20 capitaines. John Gotti n'exigeait "que" 3000 dollars.

LA DURE REALITE DES MEMBRES DE LA COSA NOSTRA - PARTIE 2

Joseph DeFede était l'ancien "Acting Boss" de la famille Lucchese de 1994 à 1998. Ce dernier décida de collaborer avec la justice, car Vic Amusso le Boss en exercice. Joseph DeFede (voir photo) avait exigé à chacun de ses membres, de mettre 1000 dollars tous les mois dans le "coffre" de la famille. L'argent récolté allait servir pour payer les avocats ou les frais de justices des membres inculpés par la justice. Il témoigna lors d'un procès qu'il touchait plus d'un million de dollars par an en étant "Acting Boss" de la famille Lucchese. En décembre 2003, Vincent Basciano qui venait d'être nommé "Acting Boss" par Joseph Massino (Une nouvelle hiérarchie pour la famille Bonanno : Partie 1) discuta avec Anthony Urso et James Tartaglione. Vincent Basciano déclara : "Comme j'ai dis à Tony (Anthony Urso), je vais pas taxer les membres qui font le "boulot" (sous-entendais, qui exécutait les contrats). Je laisse les "Salariés" de la famille me reverser une partie de leur argent". James Tartaglione souligna lors de cette soirée, qu'il fallait des gens avec des compétences différentes pour former une famille unie : "Vous avez besoin de choses différentes pour faire une bonne "soupe" déclara t'il. Carmine Russo et Elio Albanese sont deux "soldats" de la famille Genovese. Les deux hommes étaient connus des autorités comme des "voleurs professionnels". Carmine Russo vivait encore chez sa mère dans Mulberry Street. Mais malgré tout l'argent récolté, les deux mafieux avaient du mal à joindre "les deux bouts". Pour eux tout était bon pour gagner de l'argent. Lors du 04 juillet, fête nationale aux États-Unis, Carmine Russo et Elio Albanse vendait à des personnes des feux d'artifice. Mais leurs petites escroqueries ne durèrent que quelques années. Carmine Russo fut arrêté et condamné à 57 mois de prison dans un pénitencier fédéral. Le juge le condamna aussi à une amende de 7500 dollars. Mais Carmine Russo faisait face comme à son habitude à de grosses difficultés financières et proposa au juge de payer son amende en plusieurs fois, à hauteur de 50 dollars tous les mois.

Partager cet article