Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

JOSEPH MASSIMINO VA DEVOIR ENCORE ATTENDRE

10 Juin 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

JOSEPH MASSIMINO VA DEVOIR ENCORE ATTENDRE

Joseph "Mousie" Massimino l'Underboss de la famille de Philadelphie va devoir encore attendre quelques semaines pour savoir à combien d'années de prison il sera condamné. Le juge fédéral, Eduardo Robreno a en effet décidé de repousser le verdict au 11 Juillet prochain. Très connu du FBI depuis de nombreuses années, Joseph Massimino a passé plus de 20 ans de sa vie d'adulte derrière les barreaux. Sa dernière condamnation remontait à 2004 ou il avait purgé une peine de 5 ans de prison pour racket et prêt usuraire. Relâche en 2009, il avait rapidement repris ses activités dans la rue et était devenu l'Underboss de la famille de Philadelphie. Joseph Massimino avait été arrêté le 23 mai 2011 pour des accusations de racket en même temps que plusieurs membres de la famille mafieuse. Depuis son arrestation en Mai 2011, Joseph Massimino était restait incarcéré avec les autres membres inculpés dans cette affaire. En Février 2013 après plusieurs mois de procès, Joseph Massimino avait été condamné pour conspiration de racket en même temps qu'un soldat de la famille de Philadelphie Damion "Dame" Canalichio et d'un associé, Gary Battaglini. Dans le même procès, le "Boss" de la famille Joseph "Uncle Joe" Ligambi et le consigliere en exercice George Borgesi avaient été déclarés non coupable de plusieurs chefs d'inculpation (voir article : George Borgesi traite un procureur). Pendant tout le procès, ce dernier s'était moqué à plusieurs reprises de l'équipe de procureur en charge du dossier. Le Jury avait mis plusieurs semaines pour se mettre d'accord sur un verdict contre les différents accusés et Joseph Massimino s'amusait de cette situation. A un moment, ce dernier lança à ses amis mafieux :

- "Gardez les boissons au frais, on va bientôt sortir et fêter ca"
Puis se tournant vers le procureur John S. Han, il l'interpella :
- "Hey John, tu viendras me raccompagner à la maison, ou on ira faire un tour si tu veux".
Puis il continua avec un agent du FBI présent dans la salle
- "Ca va Franck ?, tu m'as l'air un peu pâle aujourd'hui".
Puis viens le tour d'un autre agent Jack Martinelli ou Joseph Massimino se moqua de lui ouvertement dans la salle d'audience :
- "Tu étais ou? ou est Augie ? (en référence à l'agent spécial John Augustine), la prochaine fois tu oublieras pas de cirer mes chaussures".
Pour l'Underboss de la famille de Philadelphie, tous les jours du procès étaient un spectacle. Vers la fin, les délibérations des jurés étaient tellement longue que Joseph Massimino s'exclama :
- "Ils sont tellement perdus, qu'ils ont demandé une boussole. Ils sont en plein désert".

Mais aujourd'hui, Joseph Massimino attend patiemment dans sa cellule la détermination de sa peine. Son avocat, Joseph Santaguida, à envoyé une lettre au juge demandant à ce que son client ne soit condamné qu'a une peine maximale de six ans de prison. Malgré ses nombreuses condamnations dans le passé, son avocat demande au juge de ne le condamner qu'a une courte peine d'emprisonnement. Pour lui son client n'avait été reconnu coupable d'aucun acte de violence. "Le gouvernement est obligé de montrer mon client comme quelqu'un de dangereux, même s'il n'a été reconnu coupable que de racket. Ils ont dépensé des millions de dollars sur le dos du contribuable. Infliger une peine légère les embêterait" déclara l'avocat de Joseph Massimino. Les procureurs n'ont pas encore demandé au juge une peine particulière pour l'Underboss de la famille de Philadelphie. Mais d'après certains journalistes, les procureurs demanderont plus d'une dizaine d'années derrière les barreaux vu le passé criminel de Joseph Massimino. Le procureur fédéral John S. Han avait déclaré : "Joseph Massimino à commis une panoplie de crimes pendant toute sa vie. Il ne s'est jamais laissé décourager par les nombreuses années de prison. Il a montré à plusieurs reprises qu'il refusait d’obéir à la loi".

Partager cet article