Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

John Gotti : Le Don en Teflon - Première Partie

6 Avril 2013 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Gambino

John Gotti : Le Don en Teflon - Première Partie

John Gotti est né le 24 Octobre 1940 dans le Bronx à New-York. Il est le 5 ème d'une famille qui compte plus de 11 enfants. Ses parents tous les deux d'origine Italienne immigrèrent très jeune aux États-Unis. Son père était un honnête travailleur, un ouvrier qui travaillait dur pour essayer de nourrir sa famille. D'après un enregistrement du FBI, John Gotti raconta à un membre de la famille Gambino une anecdote sur ses parents : "Mon père est né dans le New-Jersey et il n'a jamais foutu un pied de sa vie en Italie. Il n'avait jamais d'argent, il n'a jamais rien gagné et nous avons vécu dans la misère". Dès son plus jeune âge, John Gotti ou "Johnny Boy" pour ses amis se bagarrait très régulièrement. Son rêve n'était pas d'être médecin ou avocat, il voulait être quelqu'un, il voulait être un gangster. Son quartier était une zone à forte concentration mafieuse et John Gotti voyait ces hommes avec leurs cadillac et leurs bijoux aux doigts jouer aux cartes toute la nuit. Avec ses frères Peter et Richard, ils firent parti d'un gang et commencèrent à faire quelques courses pour les mafieux du coin. John Gotti séchait de plus en plus l'école et quand il se montrait, ses professeurs le considéraient comme un "gamin violent et incontrôlable". En plus de ses frères, John Gotti se lia d'amitié avec Angelo Ruggiero surnommé "Couac-Couac" car il parlait s'en arrêt mais aussi avec Wilfred Johnson. "Willie Boy" comme le surnommaient ses amis, était d'origine amérindienne ce qui provoquait les moqueries constantes dans son milieu. A cause de ses origines, Wilfred Johnson savait qu'il ne deviendrait jamais un membre initié de la Cosa Nostra, qu'il resterait toujours dans l'ombre de ses amis, en restant un simple associé.
Dans les années 60, John Gotti rencontra Victoria DiGiorgio, avec elle, il décida de passer sa vie à ses cotés. Ils se marièrent en 1962. A la naissance de leur premier enfant, John Gotti lâcha sa vie criminelle pour essayer de trouver un travail légitime. Il devint routier, mais la vie d'un honnête travailleur n'est pas la même chose que celle d'un mafieux. Les fins de mois étaient très dures pour la famille Gotti et les disputes entre John Gotti et sa femme de plus en plus fréquentes. C'est pour cela que John Gotti se retourna vers une vie criminelle et devint alors un associé dans l'équipe de Carmine Fatico. Ce dernier était connu par les autorités comme un "capitaine" important de la famille Gambino. Son frère et lui tenaient le club social "Bergin and Fish Club" à Ozone Park. Grâce à Carmine Fatico, l'activité de John Gotti commenca à augmenter et il gagnait de plus en plus d'argent. Une de ses spécialités était le détournement de marchandises à l'aéroport John F. Kennedy. Il fut arrêté lui et Angelo Ruggiero après avoir détourné des cigarettes pour un montant de plus de 50 000$ et furent condamnés à une peine de 3 ans de prison dans un établissement fédéral à Lewisburg en Pennsylvanie.
A sa sortie en 1972, John Gotti se lança dans différentes opérations. Son "protégé" Carmine Fatico fut arrête pour prêt usuraire. John Gotti n'était pas encore un membre initié de la Cosa Nostra. "Les livres" étaient fermés depuis des années et aucune adhésion n'était encore possible. En 1973, Emmanuel Gambino , le neveu du parrain Carlo Gambino fut kidnappé et abattu par un truand Irlandais nommé James McBratney. Un contrat fut lancé et John Gotti fut désigné avec Angelo Ruggiero pour l’exécuter. Le 22 mai 1973, John Gotti, Angelo Ruggiero et un associé Ralph Galione rentrèrent dans le bar ou James McBratney avait ses habitudes. Ce dernier était assis tranquillement en train de s'enfiler des bières . A cette heure de la soirée, le bar était remplit et une ambiance festive commençait à y régner. Pour les mafieux le plan était simple. John Gotti, Angelo Ruggiero et Ralph Galione devaient se faire passer pour des policiers. Ils devaient faire sortir tranquillement James McBratney pour le descendre à l'abri des témoins. Ils se présentèrent devant James McBratney et lui demandèrent de les suivre à l'extérieur du bar pour pouvoir procéder à son arrestation. Mais James McBratney ne se démonta pas devant les trois faux policiers et demanda à Ralph Galione de lui présenter son badge. Ce dernier, sorti son arme et tira plusieurs fois en l'air. James McBratney se précipita alors sur John Gotti et Angelo Ruggiero et une bagarre éclata. Ralph Galione se rapprocha donc du gangster Irlandais et l'abattit de plusieurs balles dans le corps.
Plusieurs jours passèrent et les enquêteurs, grâce à de nombreux témoins, commencèrent à retrouver les traces des coupables présumés. Ralph Galione, John Gotti et Angelo Ruggiero furent identifiés par plusieurs clients du bar dont la serveuse. Ils furent tous les trois inculpés d'assassinat, mais avant que le procès ne commence Ralph Galione fut assassiné à New-York. Carlo Gambino, le parrain de la famille qui porte son nom était très mécontent du rôle joué par Ralph Galione dans le meurtre de James McBratney. Pour lui, c'était du travail bâclé et le fait de l'avoir tué devant plusieurs témoins le mis très en colère. John Gotti et Angelo Ruggiero furent défendu par un des plus puissants avocats de tout New-York Roy M. Cohn, un avocat très connu dans le monde de la pègre. Grâce à lui, ils furent condamnés à 4 ans de prison pour homicide involontaire dans un établissement fédéral le 8 août 1977. A cette période de sa vie, ces quatre années de prison, c'était pas grand chose. Il savait qu'a sa sortie, il allait devenir ce qu'il avait toujours rêvé d'être, un Affranchi.
Le 28 Juillet 1977, John Gotti sortit de prison après avoir passé moins de deux ans derrière les barreaux. A son retour Carmine Fatico fut inculpé de prêt usuraire et condamné à une peine de probation de 5 ans. Pendant cette période, il lui était interdit de côtoyer des membres du crime organisé. John Gotti profita alors de l'occasion pour gérer le club social détenu depuis des années par les frères Fatico le "Bergin and Fish Club". Mais John Gotti bien que très respecté dans la famille Gambino était encore un simple associé et ses pouvoirs étaient extrêmement limités. Les familles de la Cosa Nostra n'avaient pas encore eu l'autorisation par la Commission de recruter de nouveaux membres. John Gotti attendit l'ouverture "des livres" pour commencer à exercer son pouvoir. John Gotti avait des gros problèmes financiers. Il gagnait beaucoup d'argent, mais il accumulait les dettes. Son souci c'était les jeux d'argent et plus particulièrement les paris sportifs. Il pouvait perdre des milliers de dollars en une soirée sur plusieurs matchs. Pour se renflouer, il empruntait de l'argent à différents usuriers. Le FBI était au courant de la vie de John Gotti, car il était sous surveillance. Des informations le concernant arrivaient directement chez eux par le biais d'une personne, un ami et un associé proche de John Gotti, Wilfred Johnson. En 1966, Wilfred Johnson était emprisonné pour vol à main armée et la famille Gambino par l'intermédiaire de Carmine Fatico son "Capitaine" aidait la famille de Wilfred Johnson pendant son incarcération. Mais au bout d'un moment, elle ne touchait plus rien et à sa sortie de prison il décida de coopérer avec le FBI et la police de New-York pour se venger de cet affront. Il renseignait régulièrement le gouvernement sur les activités de John Gotti et de son équipe, en échange de sa collaboration, plusieurs charges ou il était inculpé furent annulées . A l'été 1977, les familles pouvaient initier de nouveaux membres et John Gotti fut alors intronisé dans la famille Gambino. Pendant cette période, le Parrain de la famille Gambino Carlo Gambino décéda et sur son lit de mort il nomma Paul Castellano son neveu à la tête de la famille. John Gotti était très en colère de cette décision, il n'aimait pas Paul Castellano qu'il considérait plus comme un "gangster à col blanc" qui était né avec une cuillère en argent dans la bouche. Pour lui c'était Aniello Dellacroce l'Underboss de Don Carlo et son protégé qui aurait du être nommé à la tête de la famille Gambino.
La Cosa Nostra Italo-Américaine est très différente de la Cosa Nostra qui se trouve en Sicile. Dans les familles Italo-Américaine, toutes les origines Italienne sont acceptées. Les Napolitains, les Siciliens, les Calabrais se côtoient et font du business ensemble, chose inconcevable dans les différentes organisations criminelles en Italie. Paul Castellano était d'origine Sicilienne et John Gotti était d'origine Napolitaine et des clans à l'intérieur de la famille Gambino se formèrent. Après plusieurs réunions, Aniello Dellacroce accepta de servir un nouveau Parrain en étant nommé "Underboss", mais désormais sous les ordres de Paul Castellano.
Le 18 mars, c'était une journée très agréable pour la saison et Frank Gotti le quatrième et dernier enfant de John Gotti prit son vélo pour aller faire un tour pas très loin de chez lui. Frank Gotti était selon des sources l'enfant préféré de John Gotti, le "petit dernier". Frank Gotti roulait tranquillement sur la route derrière sa maison quand la voiture de John Favara le percuta, l'enfant mourut sur le coup. John Favara était un ami et voisin de John Gotti, il n'avait aucun lien avec le crime organisé et la famille Gambino. Il travaillait comme gestionnaire pour une entreprise de fabrication de meuble. La famille Favara s'entendait parfaitement bien avec la famille Gotti, le fils de John Favara, Scott était un ami de Frank Gotti. Ils jouaient tous les deux au baseball et les deux pères de famille allaient les voir pendant leurs compétitions. La mort de Frank Gotti fut une tragédie pour sa mère. Pendant les funérailles beaucoup de membres de la famille Gambino se déplacèrent. Le prêtre de la paroisse déconseilla à John Favara de se présenter à l'enterrement. Le 23 mars, une femme appela au domicile de John Favara et le menaça de mort. John Favara était trop naif pour se soucier de quelque chose, il ne s'imaginait pas que sa vie pouvait être en danger. Pour lui c'était un accident tragique, il n'y pouvait rien. Le 24 mars, un autre coup de fil résonna dans la maison de John Favara, au bout du fil, la même femme, les mêmes menaces. Le 13 avril, sa voiture fut volée et retrouvée quinze jours plus tard à un kilomètre de chez lui. En rentrant chez lui le soir, fatigué par sa journée de travail et épuisé moralement par cette histoire qui le rendait de plus en plus nerveux, son premier réflexe fut de regarder son répondeur. Il y avait plusieurs messages, mais l'un d'entre eux était très explicite, c'était une annonce pour un salon funéraire qui lui proposait des promotions pour un futur enterrement. Le 22 mai, le mot "assassin" fut peint sur sa voiture. John Favara était un ami d'Anthony Zippi dont le père était un "capitaine" de la famille Gambino, celui-ci le conseilla de déménager au plus vite et de partir le plus loin possible car il était en "danger". Mais John Favara ne l'écouta pas et le 28 mai, il fut attaqué à la batte de baseball par Victoria Gotti la mère de Frank Gotti. Il refusa de porter plainte contre elle et décida finalement de mettre sa maison en vente. Le 28 Juillet, trois jours avant son déménagement, John Favara fut kidnappé à son travail. Plusieurs témoins assistèrent epoustouflés à la scène. John Favara fut matraqué et jeté dans un fourgon. Il ne fut jamais retrouvé et il fut déclaré mort en 1983. D'après plusieurs témoignages quelques années plus tard, John Favara aurait été broyé avec sa voiture dans une décharge publique qui appartenait à Charles Carneglia un soldat de la famille Gambino en présence de John Gotti.
Au début des années 1980, le FBI commença à s'intéresser de très près à la famille Gambino. L'agent spécial Bruce Mow fut nommé à la tête d'un escadron comprenant plusieurs agents qui furent recrutés pour surveiller en permanence les activités de la famille Gambino. Grâce aux informations données par Wilfired Johnson, le FBI mis sur écoute la maison d'Angelo Ruggiero soupçonné de faire du trafic de drogue. Son frère Salvatore Ruggiero était devenu millionnaire grâce aux stupéfiants mais recherché par la justice il était en fuite. Poursuivi depuis des années par le FBI, il fut déclaré mort lors d'un accident d'avion en 1982. Angelo Ruggiero était un soldat dans l'équipe de John Gotti qui venait d'être nommé capitaine. Il essaya de reprendre les activités de son frère, mais celui-ci était très maladroit et ne savait pas tenir sa langue. Grâce aux écoutes téléphoniques, le FBI procéda à l'arrestation d'Angelo Ruggiero, Gene Gotti et d'autres membres de la famille Gambino. Tous étaient accusés de trafic d'héroine et la famille Gambino punissait de mort tout membre qui trempé dans la drogue. Les conversations téléphonique entre Angelo Ruggiero et des membres de la famille Gambino revela autre chose. En effet une certaine tension était perceptible entre le clan Gotti et le chef de la famille Gambino, Paul Castellano. Angelo Ruggiero ne se privait pas d' insulter son Boss de tous les noms et le FBI détenait ces enregistrements. John Gotti était très en colère des arrestations des membres de son équipe. Il était en rage d'avoir payé une très grosse caution pour les libérer, mais il était surtout en colère des enregistrements ou en entendait Angelo Ruggiero essayant d'utiliser maladadroitement des codes pour parler de trafic de drogue. Depuis son enfance il lui disait toujours de tenir sa langue, mais Angelo Ruggiero était une grande gueule, il aimait se vanter de ses activités auprès d'autres membres de la famille Gambino. Angelo Ruggiero était le neveu d'Aniello Dellacroce l'"Underboss" de la famille Gambino et celui-ci le conseilla à plusieurs reprises sur sa façon de se tenir face à Paul Castellano.
En 1984, Paul Castellano le boss de la famille Gambino fut accusé de complot d'assassinat, trafic de drogue mais il fut aussi inculpé dans l'affaire de la Commission. Très énervé d'apprendre que des membres de sa propre famille trafiquaient dans la drogue, il demanda alors à son bras droit Aniello Dellacroce d'avoir les enregistrements qui lui permettraient de tuer Angelo Ruggiero, Gene Gotti et surtout John Gotti. Une conversation fut enregistrée par le FBI dans la maison d'Angelo Ruggiero. Dans celle-ci, on pouvait entendre clairement Aniello Dellacroce faire la morale à son neveu, Angelo Ruggiero : " Je ne peux pas empêcher Paul (Castellano) d'écouter les bandes. Il y reviendra jusqu'à je lui dise d'aller se faire mettre avec ces bandes, et d'arrêter de mes les casser. S'il n'arrête pas, on sait ce qui se passera, la guerre ...". Paul Castellano interdisait le trafic de drogue dans sa famille, même s'il acceptait sans sourcilier l'argent reversé par l'équipe de John Gotti.
Pour Paul Castellano l'équipe de John Gotti et le club social le "Ravenite Club" prenait trop de place. Il savait que s'il ne prenait pas une décision, une guerre interne dans la famille allait éclater. Paul Castellano pensait fermer le club social de John Gotti à la mort d'Anniello Dellacroce qui était gravement malade. Il pensait rétrograder John Gotti en simple soldat puis l'aurait déplacé dans une autre équipe. Cette décision aurait entrainé inéluctablement la fin de John Gotti, il n'aurait representé plus aucune menace pour Paul Castellano. Pour John Gotti, la haine envers Paul Castellano était de plus en plus forte. Il savait que si Paul Castellano avait ces enregistrements, son équipe allait être tué, pour lui, il n'y avait plus qu'une seule chose à faire, agir.
Le 2 décembre 1985, Aniello Dellacroce mourut et le clan Gotti reçu sans le vouloir un pretexte pour lancer un contrat contre leur Boss, Paul Castellano. Ce dernier ne se présenta pas à l'enterrement de son bras droit. Il affirmait qu'il voulait éviter la surveillance du FBI pendant qu'il était mis en examen pour plusieurs affaires dépendant de la loi RICO. Pour remplacer Aniello Dellacroce, il nomma son chauffeur et garde du corps Thomas Bilotti comme "Underboss", ce qui renforça de plus en plus la colère grandissante dans sa propre famille. Avec Thomas Bilotti, il s'apprêtait à démanteler un par un les membres de l'équipe de John Gotti pour les réaffecter avec différents "Capitaines". Paul Castellano fixa une réunion au 16 décembre avec les membres de l'équipe Gotti et ses lieutenants pour parler des modifications à venir dans la famille Gambino. La réunion allait se dérouler au "Sparks Steak House" en plein centre de Manhattan. Sans le vouloir, il fixa lui même la date de sa mort.
John Gotti passa à la vitesse supérieur, il consulta plusieurs membres hauts placés de la famille Gambino, Joseph Armone un capitaine très respecté, Salvatore Gravano, Franck DeCicco, Roberto DiBernardo et Joseph N. Gallo le "Consigliere" de Paul Castellano. Tous furent d'accord de lancer un contrat contre le Boss de la famille Gambino. Pour eux Paul Castellano était entrain de "couler" la famille Gambino par ses décisions. Le problème était qu'on ne tuait pas un Parrain de la Cosa Nostra sans l'accord de la Commission, mais John Gotti décida de passer cette étape. Il donna l'ordre à ses "tueurs" de liquider Paul Castellano le 16 décembre 1985. Cette date convenait parfaitement au plan fixé par John Gotti, cela se déroulerait huit jours avant les fêtes de Noël, en plein centre de Manhattan. Des milliers de personnes seraient présentes en train de faire leurs courses et les tueurs pourraient en profiter pour se fondre dans la foule une fois le contrat exécute.
Le 16 décembre 1985, il faisait très froid ce soir là à New-York. Les illuminations de Noël donnaient un air de fête dans le quartier. Malgré les températures négatives, la rue était bondée, les gens arpentaient les différents magasins à la recherche de leurs derniers cadeaux avant les fêtes. La réunion devait avoir lieu au restaurant le "Sparks Steak House" en plein centre de Manhattan. C'était un restaurant huppé, ou les hommes d'affaires venaient y manger tout en parlant de leurs business. Situé dans un quartier chic à coté des boutiques de luxe, c'était le genre d'endroit que Paul Castellano affectionnait. Il avait une table réservée pour lui spécialement à chaque fois qu'il s'y presentait. Il adorait ce restaurant ou la cuisine était selon lui parfaite, mais il aimait surtout y venir pour parler "affaires" et il pouvait en parler pendant des heures. C'était un criminel à col blanc et pour certains membres de la famille Gambino, Paul Castellano se considérait plus comme un chef d'entreprise qu'un Parrain d'une famille mafieuse. Paul Castellano voyait en John Gotti comme un petit voyou car il faisait dans le détournement de camion. Il ne comprenait pas la mentalité de certains gangsters de sa famille, obligés de commettre des cambriolages ou des petits larcins pour essayer de survivre, de faire vivre leur famille tout simplement. Pour Paul Castellano, un membre initié doit se tenir comme un homme respectable et arrêter de se comporter comme un voleur de bas étage. Un membre de la Cosa Nostra doit selon lui se lancer dans des opérations plus importantes comme le racket. Lors de cette réunion, outre le fait qu'il devait expliquer les changements dans sa famille, Paul Castellano devait aussi rendre hommage au fils d'Aniello Dellacroce. Il avait prévu aussi d'annoncer la nomination de Thomas Billoti en tant que patron suppléant si celui-ci était incarcéré.
John Gotti arriva avec Salvatore Gravano en avance près du restaurant. Ils étaient là en observateur, pour voir si tout se déroulait comme prévu. John Gotti essaya de trouver une place assez près du lieu de rendez-vous pour essayer de voir son équipe en position. Celle-ci était composée de Vincent Artuso, Salvatore Scala, Edward Lino et John Carneglia. Tous les quatre étaient vêtus de "Trench-coat" et de chapkas noires. Ils étaient tous habillés de la même façon pour semer la confusion chez les témoins après la fusillade. Ils étaient positionnés juste devant le restaurant, attendant la voiture de Paul Castellano. La tension était palpable, ce contrat était très important. Si celui-ci échouait, une guerre allait forcément éclater dans la famille Gambino et John Gotti aurait été le premier visé. Il en était conscient, mais pour lui, cela en valait la peine, si Paul Castellano était éxécuté, il deviendrait alors le Boss de la famille Gambino. John Gotti était toujours très en colère de la nomination de Paul Castellano à la tête de la famille Gambino. Pour lui, Paul Castellano representait un monde trop éloigné de sa vie et des membres initiés de la famille. John Gotti avait vécu et avait fait "ses armes" dans la rue. Il vivait dans une modeste maison à Ozone Park alors que Paul Castellano trônait depuis son manoir nommé la "Maison Blanche" dans Staten Island. Il était 18h et les lieutenants de Paul Castellano, la plupart complice dans ce contrat commencèrent à arriver et rentrèrent dans le restaurant. Paul Castellano était en retard, le trafic à cette heure de la journée était dense et Thomas Billoti faisait de son mieux pour arriver à l'heure au rendez-vous. La Lincoln de Paul Castellano s'arrêta à un feu rouge juste à coté ou la voiture de John Gotti était garée. Pendant un moment John Gotti et Salvatore Gravano hésitèrent à faire feux sur Paul Castellano et son chauffeur, mais ils préférèrent continuer leur plan et laisser leur équipe agir.
Paul Castellano alluma le "plafonnier" de sa voiture et discuta un instant avec son chauffeur Thomas Billoti. Il discutait surement de son après-midi à faire les boutiques pour Noël avec sa famille ou de son dernier rendez avec son avocat. Il voulait à partir de maintenant profiter de chaque instant. Il venait de payer une caution de quatre millions de dollars pour sortir de prison et il savait qu'il pouvait terminer sa vie derrière les barreaux. La Lincoln arriva devant le restaurant. Thomas Billoti se gara en double file le temps d'ouvrir la porte à Paul Castellano, mais celui-ci pressé d'assister à la réunion descendit de la voiture par lui même. Paul Castellano ne remarqua pas les "tueurs" s'avancer vers lui, il ne se méfiait pas le moindre instant qu'une chose pareil pouvait lui arriver. Pourquoi se méfierait-il, il était le Parrain de la famille Gambino et le chef de la Commission et pour tuer un patron il faut l'accord de cette dernière. Paul Castellano sortit de son véhicule, quand deux hommes s'approchèrent de lui à toute vitesse. En une fraction de seconde, il comprit ce qui lui arrivait, mais il était déjà trop tard. Des coups de feu retentirent et Paul Castellano fut touché à la poitrine et tomba sur le sol. Encore en vie, allongé par terre, Paul Castellano vivait ses derniers instants. Un tueur s'approcha de lui et l'exécuta d'une balle dans la tête. Thomas Billoti remarqua que celui-ci était à terre mais avant qu'il ne puisse dégainer son arme, deux gangsters s'avancèrent vers lui et le tuèrent. Dans ce quartier, la population n'était pas habituée à ce genre de règlement de compte. La plupart s'enfuirent, d'autres restèrent bouche bée, pétrifiés après avoir vu ce qu'il venait de se passer. L'incident avait duré quelques secondes, mais les tueurs étaient déjà loin, ils avaient disparu dans la nuit, loin de la scène. Au loin, on pouvait entendre les pompiers et la police arriver sur les lieux. La voiture de John Gotti passa lentement à coté du corps des deux mafieux et s'en alla. Paul Castellano et Thomas Billoti gisaient dans une marre de sang. Les premières stations de radio annonçaient déjà la nouvelle : "Une fusillade a éclaté en plein centre de Manhattan, l'une des victimes serait le célèbre chef de la famille Gambino, Paul Castellano". John avait réussi son pari, renverser son ennemi juré et se dresser à la tête d'une des familles les plus puissantes de la Cosa Nostra. Avec John Gotti à sa tête, la famille Gambino allait rentrer dans une nouvelle ère.

Partager cet article