Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

JOHN GOTTI JR - DE L'OMBRE À LA LUMIÈRE - PARTIE 2

7 Juillet 2018, 06:28am

Publié par Xav

Curtis Sliwa et John Gotti Jr
Curtis Sliwa et John Gotti Jr

John Gotti Jr a toujours prétendu avoir quitté la Cosa Nostra en 1998 : « J’ai plaidé coupable d’une accusation que j’aurais pu battre pendant un procès. J’ai payé des millions de dollars d’amende et je suis allé en prison pendant plusieurs années à condition que le gouvernement fédéral me laisse tranquille après ma libération. Au lieu de cela, ils m’ont de nouveau inculpé en 2004 et ont essayé de convaincre les jurés que j’étais encore un membre actif de la famille Gambino ». Cette fois-ci, John Gotti Jr était inculpé de plusieurs charges fédérales, dont une tentative de meurtre portée contre Curtis Sliwa, un activiste Américain, qui avait « osé » critiquer John Gotti, en le désignant « d’ennemi public numéro 1 », lors de son émission hebdomadaire sur sa chaine radio. Un soir à Manhattan, Curtis Sliwa prit un taxi pour rentrer plus rapidement chez lui. A l’intérieur du véhicule, un individu caché à l’arrière, se redressa et lui tira dessus à plusieurs reprises à bout portant, heureusement sans gravité. Atteint de plusieurs balles, Curtis Sliwa réussi à s’enfuir avant d’alerter la police. Pour le NYPD et les agences gouvernementale, ils ne faisant aucun doute que la famille Gambino était derrière cette tentative d’assassinat. Très rapidement, Michael Yannotti, un proche de John Gotti Jr, et Soldat chez les Gambino, fut pressenti comme l’éventuel tireur, mais sans preuve, les procureurs fédéraux ne pouvaient rien faire. Même situation lors du procès de John Gotti Jr. Il y avait sans nul doute de fort soupçon sur l'ancien Acting boss de la famille Gambino, mais les preuves une nouvelle fois manquaient et au final, les jurés n’ont jamais réussi à se mettre d’accord sur un verdict. John Alite était un Associé de la famille Gambino et l’un des meilleurs amis de John Gotti Jr. Très

John Alite
John Alite

actif dans les activités criminelles et officiant par la même occasion de tueurs à gage à la solde des Gambino, John Alite n’a jamais été intronisé dans la Cosa Nostra en raison de ses origines Albanaise. En 2008, John Gotti fut de nouveau arrêté et inculpé de racket, de meurtre et de trafic de drogue. Les procureurs fédéraux pour essayer de le faire condamner définitevement, s’étaient appuyés sur le témoignage de John Alite, ce qui n’étonna pas tellement John Gotti Jr : « Je pense qu’il a toujours été un informateur du gouvernement. En

1991, Anthony « Tony Pep » Trantacosta (Soldat dans la famille Gambino), avait découvert par l’intermédiaire d’un officier corrompu du NYPD que John Alite était déjà un rat, coopérant avec la police et leur transmettant des informations » déclara John Gotti Jr. Mais alors que les mafieux de la Cosa Nostra tuent sans avertissement préalable les informateurs du gouvernement, John Gotti Jr, en raison de son amitié avec John Alite, essaya de trouver une autre solution : « Quand j’ai découvert que John Alite était un informateur, je l’ai chassé de New-York » déclara John Gotti Jr. Ce dernier en profita alors pour s’installer à Philadelphie. Quelques années plus tard, lors d’un diner avec le Capitaine Robert « Bobby Cabert » Bisaccia, qui gérait pour les Gambino le Nord de l’État du New-Jersey et qui était par la même occasion l’homme de liaison entre la famille de Philadelphie et la famille Gambino demanda à John Gotti Jr, s’il connaissait un dénommé Alletto. John Alite avait changé son nom de famille pour faire encore plus Italien et essayait toujours de s’associer à la famille Gambino sans leur permission : « Bisaccia m’a demandé si je voulais le voir mort. Je lui ai répondu que non. On a contacté la famille Scarfo qui l’a chassé de Philadelphie et il s’enfuit à Tampa » déclara John Gotti Jr. C’est en Floride que le FBI alla chercher John Alite pour le faire parler, de nouveau. C'était le procès de la dernière chance pour le gouvernement fédéral, mais toutes ces inculpations reposaient sur le témoignage de John Alite. Mais l'ancien Associé de la famille Gambino a tout de suite était étiqueté par les avocats de la défense, comme un meurtrier et un menteur professionnel. De plus, avant de se faire approcher une nouvelle fois par le FBI en Floride, John Alite avait fuit pendant plusieurs mois les autorités fédérales sur des accusations de meurtre et de racket Pendant le procès, John Alite identifia très rapidement John Gotti Jr comme le Parrain d'une organisation criminelle tentaculaire dans New-York et ses environs. Mais malgré avoir détaillé les meurtres de deux trafiquants de drogue dont John Gotti Jr était inculpé, le témoignage ne fut pas jugé crédible par les jurés, qui mirent tout de même onze jours pour déclarer John Gotti Jr non coupable.

Lire la suite

JOHN GOTTI JR - DE L'OMBRE À LA LUMIÈRE - PARTIE 1

1 Juillet 2018, 05:02am

Publié par Xav

John Gotti Jr
John Gotti Jr

En 1990, John Gotti Jr, alors âgé de vingt six ans, venait d’être nommé au rang de Capitaine dans la famille Gambino. Cette nomination qui avait été approuvée par son père, John Gotti, Parrain de cette organisation criminelle, n’avait rencontré aucune opposition et pour cause, tout le monde avait peur de celui qu’on surnommait  à  cette époque : le Téflon Don. John Gotti, contrairement aux autres Boss de la Cosa Nostra, était un Parrain charismatique, flamboyant, qui adorait s'afficher devant les médias Américains, ce qui le mènera au final à sa perte. En tant que Parrain, John Gotti était craint, respecté et ne tolérait aucun écart auprès de ses membres sous peine de mort. John Gotti Jr, qui avait été intronisé dans la famille Gambino en tant que Soldat quelques années auparavant,  se souvient encore de ce moment. Il venait de rencontrer Frank LoCascio, qui deviendra par la suite le Consigliere de John Gotti, lui déclarant que désormais, il était nommé Capitaine de sa propre équipe. Dans la même soirée, au Ravenite Social Club, siège de John Gotti, Frank LoCascio présenta John Gotti Jr aux autres Capitaines de la famille Gambino qui viendront alors le saluer avec respect. En 1992, quand John Gotti fut condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, John Gotti Jr fut nommé Acting Boss de la famille Gambino. Le plan était simple. John Gotti, même incarcéré, gardait ses galons de Parrain et donnerait ses ordres par le biais de son fils, qui même après avoir été identifié comme un membre de la Cosa Nostra, avait un droit de visite au pénitencier fédéral de Marion dans l’État de l’Illinois, lieu ou il était incarcéré. John Gotti savait que son fils, en raison de son âge, aurait du mal à se faire respecter par les autres familles New-Yorkaise. Il demanda alors à un panel de Capitaines expérimentés de conseiller le nouvel homme fort de la famille Gambino dans les rues de New-York. Mais John Gotti Jr n’était pas un aussi bon « négociateur » que son père et des tensions entre plusieurs factions de la famille Gambino commencèrent à se créer. De plus, la famille Genovese, la plus puissante des familles New-Yorkaise, refusait de traiter avec lui. En 1997, lors d’une perquisition au domicile de John Gotti Jr, le FBI trouva au sous-sol, les noms des membres de la famille Gambino, mais aussi des autres familles New-Yorkaise, ayant

John Gotti Jr quitte le tribunal après avoir plaidé coupable
John Gotti Jr quitte le tribunal après avoir plaidé coupable

donné de l’argent de son mariage. On apprit alors, que Vittorio Amuso et Anthony Casso, respectivement Boss et Underboss de la famille Lucchese avaient donné près de dix mille dollars. L’Acting Boss de la famille Colombo, Victor « Little Vic » Orena, près de treize mille dollars. Joseph Massino, Parrain de la famille Bonanno près de sept mille dollars, alors que la famille Genovese ont reversé six mille dollars. Mais en fouillant de plus près le sous-sol du domicile de John Gotti Jr, et en plus de trouver près de trois cent cinquante mille dollars en liquide, les agents fédéraux découvrirent aussi une liste des nouvelles initiations effectuées par les quatre autres familles New-Yorkaise au début des années 1990, mais aussi un document à jour, de tous les membres actuels de la famille Gambino, une véritable aubaine pour le FBI. Les Parrains de la Cosa Nostra et John Gotti, depuis sa prison, fulminaient, après cette intervention, les médias Américains se moquèrent ouvertement de John Gotti Jr en le surnommant de DumbFella. Un an plus tard, John Gotti Jr sera arrêté et inculpé d’avoir extorqué plusieurs clubs de striptease à Manhattan. De plus, les procureurs fédéraux ont réussi à prouver que John Gotti Jr recevait bien directement ses ordres de John Gotti lors de ses visites en prison. Ce fut une période très compliquée. Les preuves portées contre John Gotti Jr étaient accablantes et au final, il décidera de plaider coupable moins d’une journée avant le début de son procès. Cette décision de négocier un accord de culpabilité avec la justice Américaine, fut vécu comme un trahison pour la plupart des membres de la famille Gambino. En effet, sous John Gotti, la règle était simple, « Tu veux plaider coupable, alors tu vas mourir ». Pour le Parrain de la famille Gambino, un membre de la Cosa Nostra devait accepter et effectuer sa peine comme un homme et en profitait par la même occasion d'envoyer paître le gouvernement fédéral. Mais à cette époque, John Gotti Jr était parti dans une autre optique, changer de vie et quitter la Cosa Nostra. De plus, avec cet accord de plaidoyer, John Gotti Jr évitait une peine maximale de vingt années derrière les barreaux et risquait désormais au maximum sept ans de prison, assorti d’une amende d’un million de dollars. Lors de sa comparution devant un juge fédéral, John Gotti Jr admit avoir touché des millions de dollars venant de la construction de plusieurs bâtiments de New-York, mais aussi d’avoir conspiré « avec d’autres personnes » pour extorquer en utilisant la menace, plusieurs projets immobiliers dans l’État du New-Jersey. Agé de trente cinq ans, John Gotti Jr, voulait tourner cette page obscure de sa vie et souhaitait dès sa sortie de prison, pouvoir élever ses enfants avec sa femme. Mais en 2004, soit quelques mois avant sa sortie de prison, John Gotti Jr fut de nouveau inculpé par la justice Américaine de racket, grâce au témoignage de Michael DiLeonardo, de Joseph D’Angelo et de John Alite, des amis d’enfance.

Lire la suite

<< < 1 2