Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

QUAND LA COSA NOSTRA VOULAIT ASSASSINER L’ANCIEN MAIRE DE NEW-YORK

5 Mars 2014, 09:40am

Publié par Xav + A.S

QUAND LA COSA NOSTRA VOULAIT ASSASSINER L’ANCIEN MAIRE DE NEW-YORK

Le 25 Février 1985, pour la première fois depuis l’existence de la Cosa Nostra aux Etats-Unis, les Parrains des cinq familles de New-York (Genovese, Gambino, Bonanno, Lucchese et Colombo) furent inculpés en vertu de la loi Rico (Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act) d’être à la tête d’une entreprise criminelle générant des milliards de dollars de bénéfices, grâce au racket, à l’extorsion et au meurtre. Après avoir payé une caution de plusieurs millions de dollars, les principaux Parrains sortirent un à un du tribunal fédéral sous les caméras des médias Américains. Anthony « Fat Tony » Salerno, l’Acting Boss de la famille Genovese (Le FBI pensait que le Parrain de la famille Genovese, était Anthony Salerno, alors qu’en réalité, c’était Vincent « The Chin » Gigante), reconnaissable pour avoir constamment un cigare coincé dans sa bouche, Paul « Big Paul » Castellano de la famille Gambino, Anthony « Tony Duks » Corallo, Boss de la famille Lucchese (Le Parrain discutait de ses affaires dans sa Jaguar, qui avait été mis sur écoute par le FBI), Carmine « The Snake » Persico (Toujours en vie, il est incarcéré dans la prison fédérale de Butner en Caroline du Nord) de la famille Colombo et Philip « Rusty » Rastelli de la famille Bonanno, étaient tous inculpés de plusieurs crimes, pouvant les amener à terminer leur vie derrière les barreaux. En raison de l’infiltration d’un agent du FBI, dénommé Joseph D. Pistone (Cf : Joseph Pistone Aka Donnie Brasco) pendant des années, au sein de la famille Bonanno, cette dernière qui était aussi très active dans le trafic de drogue, perdit son siège à la « Commission » et Philip Rastelli fut jugé séparément des autres Parrains, ce qui profita par ailleurs à la famille Bonanno de se reconstruire tranquillement pendant que les quatre autres familles étaient en pleine implosion. Cette opération contre les familles de la Cosa Nostra qui fut jugé à cette époque comme la « la plus grande attaque lancée contre les infrastructures de la Mafia » fut possible grâce à un seul homme, l’Attorney Général des Etats-Unis, Rudolph Giuliani.(voir photo) Né dans un quartier ouvrier de Brooklyn, à forte densité Italienne, à Est Flatbush, Rudoplh Giuliani avait pu s’apercevoir très jeune, comment la ville de New-York était « gangrenée » par les membres de la Cosa Nostra, qu’il pouvait voir au jour le jour dans son quartier : « Mon père disait toujours que c’était des crapules. Si tu as besoin de deux ou trois hommes pour se battre à ta place, alors tu n’es pas un homme » déclara Rudoplh Giuliani. Le procès dura près de trois mois, de Septembre à Novembre 1986 et tous furent reconnus coupable. Le 13 Janvier 1987, les principaux Parrains de la Cosa Nostra se tenaient devant le juge fédéral pour revoir leur verdict, tous sauf un, Paul « Big Paul » Castellano, qui fut assassiné avant de revoir sa peine le 16 Décembre 1985, assassiné devant le restaurant Steack House Parks à Manhattan, par un Capitaine ambitieux de la famille Gambino, John Gotti (Cf : John Gotti – Le Don en Teflon). Anthony Salerno, Anthony Corallo et Carmine « The Sanke » Persico furent condamnés avec leur bras droit à des peines de 100 ans de prison dans un pénitencier fédéral. Seul Philip Rastelli qui était jugé séparément, fut condamné à 12 ans pour racket. Sachant qu’ils allaient tous mourir en prison, les différents Parrains de la Cosa Nostra, se réunirent ensemble avec leurs avocats, dans une salle du tribunal, juste après le procès, pour un dernier repas. Attablés tous ensemble, Anthony Corallo lança le traditionnel pot Italien, « Cent'Anni » (Que l’ont puisse vivre 100 ans), son bras droit et Underboss Salvatore « Tom Mix » Santoro répliqua à la fin du pot : « Je pense qu’il est temps d’en célébrer un deuxième », laissant les mafieux poussaient un fou rire en plein tribunal. La réussite de ce procès, permit à Rudoplh Giuliani d’être une personnalité extrêmement populaire à New-York, et c’est tout naturellement qu’il devint le Maire de 1994 à 2001. Plusieurs années passèrent et du côté de Cosa Nostra Sicilienne, et un des membres les plus importants de l’organisation, Rosario Naimo, fut arrêté le 27 Octobre 2010, à Palerme. Rosario Naimo était un important trafiquant de drogue, qui faisait le relai entre la Cosa Nostra Italo-Américaine et Cosa Nostra Sicilienne. Ses relations lui permirent d’avoir de très bon rapports plusieurs membres de la famille Gambino à New-York. Pour éviter une longue peine de prison, ce dernier accepta de devenir un « repenti » et aida le gouvernement à résoudre plusieurs affaires liées à Cosa Nostra. Lors d’une entrevue avec des procureurs Italiens, il expliqua qu’au milieu des années 1980, et alors que Rudolph Giuliani était en pleine guerre contre les cinq familles de New-York. Toto Riina, un Parrain réputé pour son extrême violence, et chef de la famille Corleone, avait proposé son aide à la famille Gambino et aux autres familles, pour « tuer » Rudolph Giuliani. En Sicile, et surtout pendant cette période, une vague d’attentats avait éclaté à Parlerme et dans ces environs, avec une série d’assassinats contre différents mafieux, mais surtout, contre des journalistes, des policiers ou même des procureurs. Une stratégie de la terreur, que la Cosa Nostra Américaine faisait en sorte d’éviter pour ne pas attirer l’attention des policiers sur eux. Le seul fait marquant de la Cosa Nostra aux Etats-Unis, contre les forces de l’ordre fut, une bagarre, entre Daniel « Danny » Marino, un membre de la famille Gambino et un agent du FBI en 1963, à l’enterrement du père de Carmine Lombardozzi, un membre de la famille mafieuse, très influent dans le domaine du « porno ». Récemment, ce fut l’Acting Boss de la famille Bonanno, Vincent Basciano, qui fut soupçonné de vouloir lancé un contrat contre le procureur fédéral Greg Andres, alors que ce dernier était accusé de plusieurs meurtres. Mais au milieu des années 1980 et alors que la Cosa Nostra était à leur apogée, les Parrains des cinq familles, refusèrent « poliment », l’aide apportée par sa cousine Sicilienne. Pour eux, et dans leur esprit, ils étaient « intouchables » et même s’ils venaient d’être inculpés, ils étaient persuadés de se faire acquitter à la fin de leur procès, chose qui n’arrivera pas. Rosario Naimo déclara que Rudolph Giuliani, entretenait de très bon rapport avec Giovani Falcone, (célèbre procureur Italien, connu pour sa lutte Anti-Mafia, qui sera assassiné en 1992 avec sa femme et ses gardes du corps), ce qui gênait fortement Salvatore Riina. Après ces condamnations, une réunion au sommet se déroula entre les cinq familles de New-York. D’après le FBI, les différents membres présents lors de cette réunion, parlèrent pour la première fois, d’un « contrat » qui aurait pu être lancé contre Rudolph Giuliani, mais la les familles Genovese, Lucchese et Bonanno s’y opposèrent fermement, alors que John Gotti, Parrain de la famille Gambino, était d’accord sur l’idée d’assassiner l’Attorney General. L’année dernière, Rudoplh Giuliani avait été interrogé par la célèbre présentatrice Américaine, Oprah Winfrey. Dans cette interview, il avait déclaré, qu’un « contrat » de 800000 dollars, avait été lancé sur lui après les condamnations des différents Parrains et qu’une fois qu’il était devenu Maire de New-York, ce même « contrat » existait toujours, mais que la prime avait « baissé » à 400000 dollars, ce qui fit beaucoup rire Rudolph Giuliani : « J’étais un peu mal à l’aise quand j’ai appris que j’avais perdu en valeur » rigola l’ancien Maire de New-York.

Lire la suite

QUELLE ISSUE POSSIBLE POUR LA COSA NOSTRA A PHILADELPHIE ?

3 Mars 2014, 09:40am

Publié par Xav + A.S

QUELLE ISSUE POSSIBLE POUR LA COSA NOSTRA A PHILADELPHIE ?

Fin Janvier, les procureurs avaient décidé d’annuler les poursuites contre Joseph Ligambi, l’actuel Acting Boss de la famille de Philadelphie (Cf : Les procureurs annulent les poursuites contre le Parrain de la Cosa Nostra à Philadelphie), et depuis son retour, certains spécialistes s’attendent à une lutte pour le pouvoir au sein de la famille mafieuse. Pourtant, une fois libéré, Joseph Ligambi a repris ses vieilles habitudes, il est retourné dans sa maison à Packer Park, un quartier se situant dans le sud de Philadelphie, et a été aperçu à plusieurs reprises en train de rouler dans une Cadillac noire dernier cri. Mais l'’histoire de la Mafia à Philadelphie, montre que les derniers Parrains ont tous eu des fins tragiques. Deux ont été sauvagement assassinés (Angelo « Gentle Don » Bruno en 1980 et Philip « Chickenman » Testa en 1981) et les quatre autres ont terminé dans une prison fédérale, condamnés à des longues peine de prison. Mais d’après les autorités, Joseph Ligambi ne serait pas comme ces prédécesseurs. En effet, il aurait confié à plusieurs personnes, qu’il voulait seulement se passer l’été à Longport, une ville dans le New-Jersey et voyager en Floride quand l’hiver sera trop froid à Philadelphie. De plus, il est considéré comme un Parrain n'utilisant la violence qu'en dernier recourt. Depuis sa prise de pouvoir à la fin des années 1990, les autorités ont comptabilisé trois assassinats liés à la Cosa Nostra, Ronnie Turchi en 1999, Raymond "Long John" Martorano en 2002 et le meurtre de John "Johnny gongs" Casasanto en 2003: « Le problème pour ces gars là, c’est que ce n’est plus comme avant. Il y a une époque, vingt mafieux pouvaient se partager une « tarte » (une part) de quarante personnes, maintenant ta vingt gars, qui se battent pour une « tarte », qui est juste assez grande pour quatre ou cinq » déclara Steve LaPenta, un ancien détective à la retraite, qui a suivi pendant des années le crime organisé à Philadelphie. La Cosa Nostra a bien survécu aux multiples procès des procureurs contre ces membres. Malgré les condamnations de l’Underboss, Joseph "Mousie" Massimino à seize ans de prison (Cf : l’Underboss de la famille de Philadelphie condamné à seize ans de prison) pour racket et de différents Soldats à des courtes peines de prison, la hiérarchie de la famille qui est composée de George Borgesi comme Consigliere et de Joseph Ligambi ont su s’en sortir. Mais de nombreuses personnes se demandent encore qui dirige vraiment la Cosa Nostra. Joseph Merlino qui fut pendant plusieurs années le Parrain, est sorti de prison il y a quelques mois et maintenant en « semi-retraite » dans l’État de Floride. Mais certains spécialistes se demandent encore si ce dernier ne tiendrait pas encore un rôle significatif dans les affaires criminelles de la famille de Philadelphie. Il faut dire, que plusieurs « personnalités » sont aujourd’hui susceptibles de reprendre le pouvoir. Outre Joseph Merlino, on parle aussi de Phillip Narducci un mafieux de la « vieille école » qui serait capable de résoudre des conflits ou Steve "Handsome Stevie" Mazzone, qui selon le FBI gérait la famille pendant l’incarcération de Joseph Ligambi. Toujours d’après Steve LaPenta, la Cosa Nostra a perdu beaucoup de terrain par rapport aux criminels russes, qui avec leurs escroqueries sophistiquées gagnent des millions de dollars avec la délinquanceen "col blanc" et ont désormais un quasi contrôle sur plusieurs casinos de la Côte-Est. Avant la Cosa Nostra à Philadelphie était craint pour sa capacité à utiliser la violence n’ importe où et n’importe quand. Maintenant, une série de déconvenue ont « entaché » sa « suprématie » dans le crime organisé à Philadelphie. Par exemple, le dernier meurtre lié à la Mafia Italo-Américaine, se déroula en Décembre 2012, avec l’assassinat d’un Associé de la famille mafieuse, Gino DePietro, qui visiblement collaborait avec la justice Américaine (Cf :Gino Depietro collaborait bien avec la justice), par le Soldat Anthony Nicodemo. Cet assassinat, fut considéré par plusieurs journaux Américains, comme le « hit » le plus stupide organisé par la Cosa Nostra. En effet, le Soldat Anthony Nicodemo, fut arrêté trente minutes après le meurtre à son domicile. D’après la police, ce dernier aurait utilisé son propre véhicule, qui a été retrouvé devant sa maison, avec à l’intérieur l’arme du crime : « C’est un des crimes les plus stupide jamais réalisé. Personne ne va commette un meurtre et retourne chez lui directement avec le véhicule et l’arme qu’il a pu utiliser pendant l’assassinat » déclara un agent de police. Le procès d'Anthony Nicodemo, qui est maintenu sans caution possible se déroulera en Mai prochain, mais il est fort probable que ce dernier termine sa vie derrière les barreaux. Puis il y a eu les enregistrements du Soldat, Damion Canalichio qui fut condamné à onze ans et demi dans un pénitencier fédéral pour racket, lors du premier procès fin 2012. Dans ces enregistrements, on pouvait entendre ce dernier se plaindre d’un Associé de la famille de Philadelphie, qui causé beaucoup de problèmes dans le club social de Marty Angelina un Capitaine de la Cosa Nostra. Il traita ouvertement ce dernier de « putain junkie », ce qui montre une fois de plus, l’ambiance tendu entre les différents membres de la famille. Ironiquement, Damion Canalichio avait déjà été condamné par le passé, à deux reprises pour trafic de drogue. L’assassinat d’Angelo « Gentle Don » Bruno, le Parrain de la famille de Philadelphie de 1959 à 1980, a complètement changé l’image de la Cosa Nostra. A partir de ce moment là, plusieurs membres de cette même famille ont décidé de collaborer avec la justice. Cela a commencé avec Nicholas "Nicky Crow" Caramandi, un ancien tueur à gages à la solde Nicodemo Scarfo Sr, Andrew « Tommy Del » DelGiorno, un Capitaine très respecté, puis honte suprême pour une famille de la Cosa Nostra, Ralph Natale, qui fut le Parrain de 1995 à 1999, qui pour éviter une longue peine de prison décida de collaborer avec la justice. Aujourd’hui, le "respect" se calcule au nombre d'années de prison qu'on pu faire les membres de la Cosa Nostra et en leur capacité à "respecter l'omerta". Joseph Ligambi, l'Acting Boss, qui est âgé de 74 ans, aura passé près de douze ans derrière les barreaux, dix ans pour le meurtre de Frank "Frankie Flowers" D'Alfonso, dont sa condamnation fut annulée par la suite et deux ans pendant ces multiples procès de Mai 2011 à Décembre 2013. Son neveu, George Borgesi, considéré comme étant le Consigliere de la famille de Philadelphie, aura passé près de quatorze ans derrière les barreaux pour racket, comme son ami Joseph Merlino. D’après Phil Leonetti, un ancien Underboss de la famille qui devint un collaborateur pour la justice, l’homme à surveillé est bien Phil Narducci. Ce dernier, est aujourd’hui âgé de 52 ans, et a déjà passé plus de vingt ans derrière les barreaux, après sa condamnation en 1987 à quarante ans de prison. D’après le FBI, Phil Narducci a toujours considéré la « génération » de Joseph Merlino ou George Borgesi comme des « crétins » qui ont profité du vide crée par la condamnation de Nicodemo Scarfo Sr à la prison à perpétuité, pour se « hisser » au pouvoir.

Lire la suite

LES PROCUREURS RACONTENT LA VIE DE NICODEMO SCARFO JR DANS LA COSA NOSTRA LORS DE SON PROCES

1 Mars 2014, 09:40am

Publié par Xav + A.S

LES PROCUREURS RACONTENT LA VIE DE NICODEMO SCARFO JR DANS LA COSA NOSTRA LORS DE SON PROCES

Le procès de Salvatore Pelullo et de Nicodemo Scarfo Jr (voir photo) arrive déjà à sa septième semaine, et pour les procureurs, il est temps de raconter en détail la vie très mouvementée du Capitaine de la famille Lucchese. Ce dernier qui est aujourd’hui âgé de 47 ans est accusé par la justice Américaine d’avoir racketté avec l’aide de son associé, près de 12 millions de dollars pendant plusieurs années à une société cotée en bourse dénommée, « FirstPlus » se trouvant au Texas (Cf : le procès de Nicodemo Scarfo Jr continue). Nicodemo Scarfo Jr est le fils d’un ancien Boss de la famille de Philadelphie dans les années 1980, un Parrain connu des autorités comme étant un des Boss de la Cosa Nostra les plus sanguinaires, Nicodemo Scarfo Sr. Ce dernier qui est aujourd’hui âgé de 84 ans, purge actuellement une peine de prison à perpétuité dans le centre médical fédéral de Butner en Caroline du Nord, qui malgré son incarcération, fut au centre des débats qui se déroulèrent en milieu de semaine : « Vous savez que mon client avait faillit se faire tuer en 1989 ? » déclara l’avocat de Nicodemo Scarfo Jr, Michael Riley, à son propre agent de probation, Sharon O'Brien. L’avocat de la défense, faisait référence à la tentative d’assassinat orchestré par des membres de la famille de Philadelphie, contre le fils de l’ancien Parrain, le soir d’Halloween dans le restant Dante & Luigi (Cf : La femme d’un Capitaine de la famille Lucchese admet avoir fraudé le fisc Américain). Cette tentative de meurtre envers Nicodemo Scarfo Jr, envoyait un message clair, la famille de Philadelphie en avait assez de l’ère Scarfo, car pour les autorités, le fils du célèbre Parrain avait l’intention de prendre le pouvoir après l’incarcération de son père. De sa prison fédérale ou il était incarcéré, Nicodemo Scarfo Sr pris alors les devants et demanda à la famille Lucchese de New-York, d’initier son fils dans leur rang. La technique employée par l’avocat de Nicodemo Scarfo Jr est de démontrer au jury que son client a toujours eu des ennuis avec la justice, non pas parce qu’il est un membre de la Cosa Nostra, mais en raison de son nom de famille. En effet, les procureurs fédéraux ont toujours considéré son père comme étant un « psychopathe » ayant un penchant important pour la « violence » et toujours d'après son avocat, si son client a faillit être assassiné en 1989, c'est en raison notamment, des nombreux ennemis que pouvait avoir son père à cette époque.. Toujours d’après Michael Riley, les procureurs ont fait planer le « spectre » de la Mafia pour essayer de rendre ce procès plus « spectaculaire », car selon lui, sans ce sujet, cette affaire serait tombée à l'eau. Contre-attaque des procureurs qui déclarèrent que Nicodemo Scarfo Jr, utilisait ses relations au sein de la Cosa Nostra, pour arriver à ses fins et détourner des millions de dollars de l’entreprise « FirstPlus », mais ironiquement, dans les enregistrements audio que passèrent ces derniers pendant le procès, ce sont plus Salvatore Pelullo, l’Associé de Nicodemo Scarfo Jr, qui était en train de se vanter de ses « relations » présumées avec plusieurs familles de New-York et qui menaçait à nombreuses reprises différents individus de l’entreprise. Le procès contre les deux mafieux pourraient prendre des mois, et en attendant, Salvatore Pelullo et de Nicodemo Scarfo Jr sont incarcérés sans caution possible. Si le jury décidait de les reconnaitre coupable, les deux accusés risqueraient jusqu’à près de trente ans dans un pénitencier fédéral. Dans cette affaire, Nicodemo Scarfo Sr et l’ancien Boss de la famille Lucchese, Vittorio "Vic" Amuso, incarcérés tous les deux dans des prisons fédérales, furent accusés par la justice Américaine, d’avoir aidé Nicodemo Scarfo Jr à prendre le contrôle de la société. Les deux anciens Parrains ne furent pas poursuivis, étant condamnés tous les deux à des peines de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, la justice Américaine avait préféré ne pas les poursuivre, pour ne pas engendrer des frais de justice supplémentaires. Mais malgré cela, les procureurs ont voulu démontré que Nicodemo Scarfo Jr, ainsi que son Associé, Salvatore Pellulo étaient partis rendre visite plusieurs fois à Nicodemo Scarfo Sr, qui était à cette époque, incarcéré dans une prison fédérale à Atlanta dans l’État de Géorgie. D’après les procureurs, l’ancien Parrain a conseillé à plusieurs reprises son fils, sur le rachat de la société « First Plus » et dans la manière dont ou il pouvait se faire de l’argent en vidant les caisses de l’entreprise. Nicodemo Scarfo Sr, en a aussi profité pour donner son point de vue dans plusieurs lettres adressées à son fils, sur certains membres de la famille Lucchese, implantés dans l’État du New-Jersey, comme Ralph Perna et les frère Tacceta (Michael et Martin Taccetta). D’après le FBI, Nicodemo Scarfo Jr est un membre de la famille Lucchese, faisant ses affaires principalement dans cet État, mais ce dernier doit rendre des comptes à un homme, Ralph Perna, un Capitaine très influent et très respecté de la famille mafieuse. Ralph Perna avait repris les affaire de Michael et Martin Tacceta, qui pendant des années, contrôlaient les affaires de la famille Lucchese dans le New-Jersey avant que ces derniers ne soient condamnés à des lourdes peines de prison pour racket. La particularité de Ralph Perna, c’est qu’il a fortement impliqué ses fils, John et Joseph Perna dans ses affaires illégales (John et Joseph Perna seront initiés dans la famille Lucchese le 10 Novembre 2007, dans une cérémonie qui s’était déroulé dans la maison familiale de Ralph Perna : Cf : Initiation dans la Cosa Nostra), ce qui pouvait créer certaines tensions entre la famille Perna et Nicodemo Scarfo Jr. Dans cette lettre, Nicodemo Scarfo Sr mettait en garde son fils sur ses « collègues » mafieux : « Mon cher fils, Ralph Perna et les Tacceta sont des rats, et les plus jeune (John et Joseph PErna) sont des rats qui ont été glorifiés et qui sait ce qu’ils vont faire plus tard, car ce sont des menteurs ». Le procureur fédéral se moqua un peu de cette lettre envoyée par l’ancien Parrain, car pour lui, ce dernier à toujours pris l’habitude de considérer les personnes avec qui il faisait affaire comme des « rats ».

Lire la suite

<< < 1 2