Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

FRANK LOCASCIO ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE GAMBINO EST DÉCÉDÉ

10 Octobre 2021, 16:26pm

Publié par Xav

En pleine bataille juridique dans l'optique de pouvoir sortir sortir de prison, l’ancien Underboss de la famille Gambino, Frank “Frankie Loc” LoCascio, est décédé dans le pénitencier fédéral de Devens, un institut médical basé dans l’État du Massachusetts, il avait quatre vingt neuf ans. Au début des années 1990, après avoir été reconnu coupable de racket et de meurtre, Frank LoCascio se lança dans une diatribe contre le gouvernement, vantant les mérites de son Parrain, John Gotti : “Je suis coupable d’être un bon ami de John Gotti”, tout en précisant : “S’il y avait plus d’hommes comme John Gotti, nous aurions un meilleur pays”. Pourtant la relation entre les deux hommes n’a jamais été évidente. En effet, quand Frank LoCascio, John Gotti et Salvatore Gravano se retrouvent, ensemble, au Métropolitan Center après leur arrestation, une altercation entre les deux hommes, pour une histoire d’oranges volées à la cantine de la prison, met le feu au poudre. John Gotti s'en prendra très ouvertement à Frank LoCascio et le réprimandera très sévèrement devant certains prisonniers. Vexé d’avoir été humilié de la sorte devant certains prisonniers, Frank LoCascio aurait déclaré à Salvatore Gravano, qu’il souhaitait “tuer” John Gotti, après le procès, une fois qu'ils seront acquittés. Malgré cet épisode et après avoir reçu la certitude, par le bai de ses avocats, que le Parrain de la famille Gambino le critiquait ouvertement, Frank LoCascio n’aura jamais sourcillé une seule fois et aura tenu son serment d'allégeance à la Cosa Nostra jusqu'à la fin de sa vie. Frank LoCascio acceptera donc sa peine sans broncher, mais attendra le décès de John Gotti en 2002, pour se lancer dans une bataille judiciaire avec l'aide d'une ancienne juge fédérale.

Le but de cette manœuvre, faire sauter sa condamnation dans le meurtre du Soldat Louis DiBono, assassiné par John Gotti pour ne pas s’être présenté plusieurs fois à ses convocations. Lors des enregistrements dévoilés par l’équipe de procureurs, après les arrestations, le cas de Louis DiBono est souvent évoqué par John Gotti. A cette époque, la hiérarchie de la famille Gambino effectuait les réunions de "direction" dans un petit appartement, appartenant à une personne âgée, juste au-dessus du Ravenite Social Club, le quartier général de la famille Gambino. L’intérieur sera par la suite sonorisé par le FBI. Pour John Gotti, Louis DiBono devait payer son “manque de respect” pour ne pas s'être présenté plusieurs fois à des réunions dites de "conciliation". Pour le juge fédéral Leo Glasser, le silence assourdissant de Frank LoCascio, qui n’a jamais prononcé un seul mot pour essayer de le sauver Louis DiBono, valait sans nul doute une culpabilité dans ce meurtre : “Par son silence, Frank LoCascio a approuvé le contrat” déclara le juge Leo Glasser. Pourtant, lors d’un enregistrement effectué en Décembre 1989, on pouvait entendre Frank LoCascio déclarer que Louis DiBono allait donner près de cinquante mille dollars à John Gotti pour « calmer le jeu », une offre que John Gotti refusa d’un revers de la main. C’est sur cette conversation et sur cet enregistrement en particulier que l’équipe de la défense tente depuis des mois de “renverser” cette condamnation.

Le juge fédéral Leo Glasser avait d’abord rejeté complètement tous les motifs abordés par la défense afin d'éviter un nouveau procès, avant qu’une cour fédérale ne donne un dernier espoir à Frank Locascio. Dans ce rapport, trois juges avaient décidé que les nouvelles déclarations venant de Salvatore Gravano devaient être prises en compte, car ils pouvaient jouer sur “une future liberté” de Frank LoCascio. Nous étions alors en Mai 2021 mais c’était déjà trop tard pour l’ancien Underboss de la famille Gambino. Frank LoCascio aura passé près de trente et un an derrière les barreaux et son influence au sein de la famille Gambino restait encore intacte. En Décembre 2019, deux Capitaines de la famille Gambino, Andrew Campos et Richard Martino sont arrêtés et que trouve le FBI pendant les perquisitions ?, une photo prise en prison des deux mafieux avec Frank LoCascio. Richard Martino était loin d’être un inconnu dans la famille LoCascio. En 1996, Richard Martino s'était associé avec le fils de Frank LoCascio, Salvatore, un Soldat, tout comme lui, dans l’ouverture de sites pornographiques. Selon le gouvernement fédéral, cette escroquerie avait touché des milliers de personnes à travers les États-Unis, l’Europe et l’Asie rapportant près de sept cent cinquante millions de dollars à la famille Gambino. Chez les LoCascio la Cosa Nostra se transmettait de père en fils.