Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

LES SURNOMS DANS LA COSA NOTRA - PARTIE 3

16 Septembre 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

Joseph Pistone l'ancien agent du FBI qui avait infiltré la famille Bonanno déclara « Vous pouvez dire ce que vous voulez sur les membres de la Cosa Nostra, mais ils ont toujours obtenu les meilleurs surnoms ». Joseph Pistonne raconta qu'une fois qu'un membre la mafia avait un surnom, il le gardait toute sa vie : « Tout le monde à un surnom. C'est peut-être quelque chose que vous obtenez pendant votre adolescence ou plus tard. Une fois que vous avez un surnom, vous pouvez plus vous en débarrasser. Vous pouvez côtoyer un gars pendant plus dix ans sans connaitre son nom de famille, mais seulement en l'appelant toujours par son surnom ». Quand l’ancien Underboss de la famille Bonanno, Salvatore « Good Looking Sal » Vitale, qui a reçu son surnom ironiquement car il n’était pas très beau, commença à témoigner avec le gouvernement fédéral, les procureurs étaient euphoriques et pourtant. Pourtant voir un Underboss de la Cosa Nostra décidait de collaborer, cela n’arrive pas tous les jours, mais les procureurs ont très vite compris que Salvatore Vitale ne connaissait pratiquement aucun nom et parlait des mafieux que par leur surnom, un problème de taille qui pourrait être embarrassant devant un jury populaire. A un moment donné, Salvatore Vitale parle d’une réunion entre les Bonanno et Colombo, en indiquant que c’est ce jour là, qu’il avait appris que « Wild Bill » avait disparu, sous entendait William Cutolo, ancien Underboss de la famille Colombo en 1999 et que Joel Wawerly, sous entendait encore, Joel Cacace venait d’être nommé Consigliere. Le témoignage de Salvatore Vitae, bien que très intéressant pour les procureurs, posait un réel problème pour le gouvernement fédéral, mais dans le monde souterrain de la Cosa Nostra, ne pas savoir le nom exact d’un individu est aussi une stratégie à part entière, pour ne pas donner trop d’informations aux autorités en cas d’arrestation :

Joseph « Junior Lollipops » Carna : L’ancien Capitaine de la famille Colombo a obtenu son surnom grâce à son père, qui détenait un restaurant à Brooklyn surnommé le « Lolly’s ». Joseph Carna a longtemps été soupçonné d’être l’un des auteurs de deux assassinats en 1982, dans un quartier résidentiel de Brooklyn, renommé par la suite, par la police, comme le « Deep Throat Killings ». A cette époque, Joseph Peraino Sr, impliquait dans le célèbre film pornographique « Deep Throat » était dans la ligne de mire des Colombo, qui le soupçonnait de garder une partie des bénéfices engendrait par ce film, qui sera un véritable carton. Ce dernier sera assassiné devant une maison, mais les impacts de balle toucheront involontairement une femme qui était en train de ranger son linge. En 2013, Joseph Carna sera condamné à six mois de prison pour blanchiment d’argent, il décédera trois mois plus tard de cause naturelle, il avait soixante et onze ans

Dominick « Baldy Dom » Canterino : L’Ancien Capitaine de la famille Genovese a obtenu son surnom car il perdait ses cheveux. Dominick Canterino, qui était un proche de Vincent Gigante, dirigeait une équipe de Soldat à Greenwich Village. Dans différents enregistrements dévoilés par le FBI, Dominick Canterino s’étaient plaint de sa difficulté de devoir gérer sa maitresse et sa femme pendant les vacances. Inculpé dans l’affaire dit des « Windows Case », il fera une crise cardiaque avant le procès et décèdera peu de temps après.

Anthony « Gaspipe » Casso : Ancien Underboss de la famille Lucchese, Anthony Casso a reçu son surnom en référence à son père, Michael qui se faisait appeler « Leadpipe » car il transportait des tuyaux de plomb et qu’il raccordait des connexions au gaz illégalement. Anthony Casso n’a jamais aimé ce surnom et seulement certains membres proches pouvaient l’appeler par un diminutif « Gas ». Anthony Casso, qui devient Underboss de la famille Lucchese au courant des années 1990, restera comme un individu paranoïaque, manipulateur, un tueur, soupçonné dans plusieurs dizaines de meurtre. Après avoir été arrêté et inculpé de plusieurs charges fédérales tenant de la loi Rico, Anthony Casso décidera de collaborer avec les autorités, mais ce dernier profitera de la protection du gouvernement pour enfreindre plusieurs fois les règles en prison. Exclu de programme de protection, il sera condamné par la suite à une peine de prison à perpétuité incompressible, qu’il purge actuellement dans le pénitencier fédéral de Tucson dans l’État de l’Arizona.

Philip « Rusty » Rastelli : Il a été le Parrain de la famille Bonanno jusqu'à sa mort en 1991, mais en réalité, Philip Rastelli n’a pas tellement profité de son pouvoir dans les rues de New-York. Moins de quatre ans en près de dix huit ans de règne, d’ou son surnom « Rusty », dit la rouille, car il a passé pratiquement la moitié de sa vie derrière les barreaux. Mais même derrière les barreaux, Philip Rastelli était craint et respecté. En 1962, sa femme a été abattue par des individus. Assassiner la femme d’un membre de la Cosa Nostra équivaut automatiquement à une condamnation à mort, mais quand ce contrat provient du mari lui-même, la fin est souvent différente. Connie Rastelli était une dur à cuire, elle aurait surement été intronisé dans la Cosa Nostra si elle n’avait pas été une femme. Cette dernière était loin d’être blanc comme neige dans les activités criminelles de son mari, aurait tenu les livres de compte de la famille et aurait même servit de chauffeur pendant des braquages. Mais malgré l’aide de tous les jours apportés par sa femme, Philip Rastelli avait comme pratiquement tous mafieux, une maitresse, une chose que Connie n’accepta pas. Un soir, dans une rue de Brooklyn, elle déchargea une arme à feux près de son mari et le frappa plusieurs fois au visage, le menaçant d’aller tout raconter au FBI, ce qu’elle fera par la suite entrainant sa mort quelques années plus tard. Philip Rastelli a fini par sortir de prison, nous étions en 1984 et l’affaire Donnie Brasco touchait à sa fin. Quand Joseph Pistonne se retira de la famille Bonanno, une vague d’arrestations s’en suivit et Philip Rastelli sera de nouveau arrêté et condamné de racket. Il sera de nouveau libéré de prison en Juin 1991, quelques jours avant son décès à l’âge de soixante treize ans.

Jack « The Kid » Giacalone :Il dirige actuellement l’une des familles les plus cloisonnée de la Cosa Nostra, la famille de Détroit. Fils de Vito Giacalone et neveu d’Anthony Giacalone, des personnalités influentes de la famille de Détroit, soupçonnés dans la disparition de James Hoffa, c’est tout naturellement que Jack Giacalone se fit une place dans la Cosa Nostra. Pour les autorités fédérales, Jack Giacalone est invisible, gère ses affaires dans l’ombre, sous le radar du FBI, avec une seule condamnation à deux années de prison à la fin des années 1980. A sa sortie, il continua à gravir un à un les echelons de la famille de Détroit jusqu'à devenir le Parrain officiel suite au décès de Giacomo Tocco en 2014. Son surnom ? celui-ci a été donné par son oncle, Anthony Giacalone, qu’il le surnommait « The Kid » en référence à la passion de Jack Giacalone, quand il passait, plus jeune, ses journées devant les films retraçant le célèbre personnage de Billy the Kid.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :