Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

JOHN FRANZESE : LA COSA NOSTRA AVANT TOUTE CHOSE - PARTIE 3

1 Août 2020 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Dans une famille de la Cosa Nostra, il faut distinguer deux types d’individus : Les salariés, des personnes qui vont apporter énormément d’argent grâce à des fraudes sophistiquées et des crimes dit en « col blanc ». La deuxième catégorie correspond aux « gros bras », des Soldats pour la plupart du temps, qui agressent les mauvais payeurs ou exécutent des contrats pour l’intérêt de la famille. Michael Franzese faisait parti quant-à lui de la première catégorie. De part sa notoriété et en étant le fils d’un personnage emblématique de la famille Colombo, Michael Franzese a très vite compris les rouages et les principes de fonctionnement de la Cosa Nostra, fermer sa bouche, gagner de l’argent et dans cette organisation criminelle, il n’y a pas de ticket plus rapide pour monter les échelons que d’être considéré comme un « gagnant », une personne qui rapporte énormément d’argent. Étant un Soldat actif, qui ratissait tout New-York dans le but de trouver les meilleurs plans, sa vie changea radicalement après avoir fait la connaissance d’un Associé de la famille Colombo, Lawrence « Sal » Iorizzo. Lawrence Iorizzo était un personnage atypique. Mesurant plus d’un mètre quatre vingt pour plus de deux cent kilos, il pouvait manger près de neuf pizzas dans la même journée, tout en s’occupant de ses deux femmes, qui avait chacun un domicile distinct à Long-Island. Nous étions en 1981 et Michael Franzese était encore un simple Soldat, il tournait un peu en rond et Lawrence Iorizzo le contacta pour lui parler d’un stratagème pouvant lui rapporter des centaines de millions de dollars, frauder le gouvernement fédéral sur les taxes relatives à l’essence. Le but était simple : A New-York, si vous êtes un détaillant et que vous souhaitez acheter ou vendre de l’essence, vous devez payer une taxe. Cette taxe, qui est une taxe d’État, n’est payée qu’une seule fois dans la transaction, mais dans les années 1980, l’État de New-York était très « lent » pour collecter les impôts et le système était de plus en plus défaillant, ce qui ne manqua pas à certains mafieux de s’engouffrer dans la brèche. Avec l’aide de son père et de Lawrence Iorizzo, Michael Franzese créa plusieurs sociétés écrans, des entreprises fictives, comme la Galleon Holdings qui comprendra par la suite des centaines de stations services, des terminaux de stockage et des flottes pétrolières, permettant de vendre des millions de bidons d’essence à New-York, mais aussi dans d’autres États Américains, comme le New-Jersey et la Floride. Les entreprises achetaient en masse des galons d’essence à Galleon Holdings, qui centralisait les taxes pour le gouvernement fédéral, pour au final ne jamais les payer et quand l’État s’en rendait compte, la société n’existait plus. Avec ce stratagème, Michael Franzese et Lawrence Iorizzo ont pu vendre de l’essence à un prix imbattable à des stations service comme Texaco, Chevron ou encore Shell. Quant-à Michael Franzese, il gérait un peu la main d’œuvre et envoyait des Associés dans chaque stations services, des « muscles », qui lui servait à repousser la concurrence, ce qui agaçait un peu Lawrence Iorizzo qui intégrera par la suite le programme de protection des témoins : « Il menaçait tout le monde car derrière il y avait son père et tout le monde avait peur. Sans son père, il aurait été vulnérable et aurait été tabassé plusieurs fois ». Pourtant Michael Franzese a pris des décisions permettant de multiplier ses revenus en quelque semaines. En 1983, Michael Franzese pris contact avec un Michael Markowitz, un mafieux d’Europe de l’Est, qui faisait un peu le même trafic. Très rapidement, les deux hommes se mirent d’accord pour gérer ensemble ce buisiness dans son intégralité, avec un pourcentage des bénéfices plus conséquents pour la famille Colombo, forcément. Avec des centaines de millions de dollars qui arrivaient directement dans les poches de Michael Franzese, celui-ci vivait la grande vie, voitures de luxe, propriétés dans plusieurs États, une vie haut de gamme qui bascula soudainement avec l’arrestation de Lawrence Iorizzo, nous étions en 1984 et Michael Franzese était devenu un Capitaine de la famille Colombo.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :