Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

VINCENT ESPOSITO FILS DE L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE GENEVOSE CONDAMNÉ À DEUX ANS DE PRISON

23 Juillet 2019, 16:10pm

Publié par Xav

Vincent Esposito
Vincent Esposito

Inculpé en Janvier 2018 sur des accusations de racket fédéral, Vincent Esposito plus connu pour être le fils de l’ancien Parrain de la famille Genovese, Vincent « The Chin » Gigante, avait trouvé un an plus tard, un accord de plaidoyer avec les procureurs fédéraux. Cet accord, assez avantageux pour Vincent Esposito, prévoyait que ce dernier reconnaisse qu’il avait utilisé différents stratagèmes pour extorquer des paiements annuels à des responsables syndicaux, en les menaçant de leur faire perdre leur emploi s’ils ne cédaient pas aux chantages des membres de la famille Genovese. Bien qu’il ne soit pas officiellement considéré comme un membre intronisé de cette organisation criminelle, son influence dans les rues de New-York, en raison de ses liens de parenté avec Vincent Gigante, en fait selon les autorités, un membre incontournable dans la famille Genovese. La semaine dernière devant un juge fédéral, les procureurs essayèrent de convaincre le magistrat de la nécessité d'incarcérer Vincent Esposito, présent dans le tribunal. Pour le procureur fédéral, le fils de Vincent Gigante mérite au moins deux années de prison pour près de « seize années d’extorsion » sans interruption. A la base, les avocats de la défense avaient déclaré que l'incarcération de Vincent Esposito n'était pas nécessaire car il aurait accepté, avec cet accord de plaidoyer, la confiscation de plusieurs millions de dollars. Cette stratégie adoptée par la défense énerva profondément le procureur fédéral, qui déclara qu’il ne pouvait y « avoir une justice pour les riches et une autre pour les pauvres », ajoutant que la peine de prison demandée ne pouvait « ni être achetée, ni être vendue ». Justifiant de la nécessité d’incarcérer Vincent Esposito pour ses crimes, pour « le dissuader » à l’avenir, il stipula que ce dernier, après l’incarcération de son père au

Vincent Gigante
Vincent Gigante

début des années 2000, avait commencé à travailler pour la famille Genovese. Tout au long de sa longue carrière criminelle, il aurait intimidé voire violenté certaines sections syndicales liées à la construction et même son propre neveu Vincent Fyfe, président du syndicat des travailleurs pour l’alimentation et le commerce. De plus, le procureur fédéral déclara que Vincent Esposito avait menti aux agents de probation en leur indiquant qu’il travaillait comme « vendeur à temps partiel » sans précisé, qu’en réalité il ne travaillait pas, mais qu’il touchait bien un salaire à « six chiffres » par an dans le cadre d’un emploi « no-show ». Le procureur fédéral certifia que dans l’accord de plaidoyer signé par Vincent Esposito avec le gouvernement fédéral, ce dernier risquait une peine comprise entre vingt quatre et trente mois de prison. Alors même si Vincent Esposito n'a par le passé jamais été condamné et que c’est sa première condamnation, le fait d’éviter la prison pour seul motif d’avoir permis au gouvernement fédéral de confisquer près de 3,8 millions de dollars serait un comble surtout qu’une grosse partie de cette argent a été gagné illégalement. Les avocats de la défense ont aussi joué sur le fait que le nom de son père planait constamment au dessus de sa tête et que d'office, il se faisait cataloguer. Le juge fédéral déclara qu'après de le décès de Vincent Gigante dans une prison fédérale, Vincent Esposito avait continué à travailler pour le compte de la famille Genovese et n'avait eu besoin de personne pour continuer à s'enrichir grâce au racket et à l'extorsion. Pour ces motifs, le juge fédéral suivit en partie les réquisition des procureurs et condamna Vincent Esposito à près de deux années de prison, avec obligation de se présenter dans a prison fédérale choisie par le BOP sous les quarante cinq jours.