Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

HISTOIRE DE LA COSA NOSTRA - PARTIE 2

30 Juin 2019, 07:10am

Publié par Xav

John Alite
John Alite

John Alite savait instinctivement que l’assassinat de Frank Cali n’avait pas été orchestré par la Cosa Nostra. Il le savait, car dans sa longue carrière criminelle, l’ancien Associé de la famille Gambino a participé à des dizaines d’assassinats pour le compte de la famille mafieuse bien entendu, mais aussi pour son ex meilleur ami, John Gotti Jr. John Alite savait que si vous vouliez réussir ce genre de coup et qui plus est sur un Parrain de la Cosa Nostra, il fallait au moins deux voitures, trois de préférence sur les lieux, une à chaque coin pour éviter que la cible ne puisse s’échapper. John Alite était un criminel endurci, bien ancré dans la famille Gambino, mais ses origines Albanaise, ne pouvaient faire de lui un membre intronisé de la Cosa Nostra. Inculpé de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO, dont le meurtre, John Alite après avoir essayé de s’échapper à la police en s’enfuyant au Brésil, décidera de coopérer avec les autorités fédérales. Dans les différents procès fédéraux dans lesquels John Alite a pu participer en tant que témoin, son témoignage ne fut pas jugé tellement crédible, mais ses connaissances sur la Cosa Nostra en firent par la suite, un invité de choix pour plusieurs médias Américains. Depuis des années, John Alite se livre à une nouvelle guerre, non pas dans les rues, mais cette fois-ci sur les réseaux sociaux, entre lui et le clan Gotti et en particulier avec John Gotti Jr. Alors que John Gotti Jr le traite de « sale rat », John Alite considère l’ancien homme fort de la famille Gambino de « stupide », qui a profité de la popularité de son père pour se hisser au pouvoir. John Alite ne sent pas réellement menacé et se promène encore tranquillement dans les quartiers de son adolescence. L’ancien Associé de la famille Gambino a grandi dans la pauvreté dans le Queens. Dès son adolescence, John Alite qui travaillait dans une petite épicerie, était payé gracieusement par des membres de la famille Lucchese qui lui demandaient d’effectuer quelques « courses ». Au fil des années et après sa rencontre avec le clan Gotti, John Alite monta en puissance. Il commençait à gagnait beaucoup d’argent et était désormais considéré comme un peu l’homme à tout faire de la famille Gambino, prêt à utiliser la violence et même assassiner des personnes pour le compte de la Cosa Nostra. Mais du jour au lendemain, quand John Alite parti au Brésil pour échapper aux agents fédéraux, il déclara avoir entendu que John Gotti Jr était un informateur et que plusieurs de ses Associés étaient emprisonnés. Son avocat qui était en contact avec lui, lui certifia qu’il était impossible de gagner un procès : « Vous avez des dizaines de membres de la Cosa Nostra qui déclarent que vous êtes un tueur » stipula son avocat. C’est pour ce motif que John Alite décidera de passer un accord avec les procureurs fédéraux. Une offre en or. John Alita plaida coupable de meurtre et de vol qualifié et en échange de son témoignage, il sera condamné à une peine dérisoire, dix années de prison. Aujourd’hui, John Alite est persuadé que les familles de la Cosa Nostra sont retournées aux anciennes valeurs, celle du secret : « La plupart des familles sont désormais gérées par des Siciliens et elles sont retournées sous terre ». La Cosa Nostra est selon lui, en « reconstruction » : « Si vous voulez une structure fiable, vous ne pouvez pas laissez certaines choses continuer. Vous ne tuez pas les procureurs, vous ne tuez pas les policiers, vous ne tuez pas les journalistes et vous ne tuez pas les femmes. Toutes ces règles ont été mises en place dans un seul but : garder la structure intacte et semer la peur. Vous savez c’est comme un immeuble, si le béton s’effrite, ça tombe. Les familles de la Cosa Nostra sont encore intégrées dans la construction, dans les ports maritimes et ils sont toujours à Wall Street ». La seule chose selon lui qui pourra faire revenir la Cosa Nostra vers ses anciens démons et si le meurtrier de Frank Cali est reconnu coupable et envoyé en prison dans la population générale : « S’il est placé sans protection, vous allez voir le géant endormi se réveiller et vous allez voir que la Cosa Nostra existe toujours aux Etats-Unis ».