Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

LE NOUVEAU CONSIGLIERE DE LA FAMILLE GAMBINO EST ...

20 Avril 2019 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

Michael Paradiso
Michael Paradiso

Un mois à peine après le meurtre de Francesco « Franky Boy » Cali, assassiné visiblement par un déséquilibré qui flirtait avec sa propre nièce, la famille Gambino n’a pas perdu de temps et aurait nommé trois personnes susceptibles de pouvoir gérer les affaires le temps de la nomination d’un nouveau Parrain. Domenico « Italiam Dom » Cefalu et Lorenzo Mannino des membres qui exerçaient déjà une certaine influence dans les différents buisiness de la famille Gambino, ont été confirmés comme faisant partie de cette organe de direction. Mais grande surprise, le troisième homme sélectionné pour prendre la place de Consigliere, serait un Capitaine, connu pour être l’un des seuls gangsters a avoir frappé au visage John Gotti, Michael « Mikey Boy » Paradiso. Né à New-York en 1940, Michael Paradiso fut intronisé dans la Cosa Nostra au début des années 1960. Opérant depuis Brooklyn et le Queens, Michael Paradiso est connu des autorités pour son tempérament violent, mais surtout pour sa « grande gueule » et c’est à cause de cela que le FBI l’inculpa à la fin des années 1980 pour plusieurs meurtres, avec comme témoin principal, son propre frère, Philip Paradiso. En effet, ce dernier l'appelait régulièrement pour parler des affaires concernant la famille Gambino et Michael Paradiso se confiait beaucoup sur sa vie criminelle. Un jour, il fut enregistré en train de se vanter d'avoir participé à plusieurs meurtres à Brooklyn, il sous-entendait avoir tué un associé de la famille Gambino, Frank Morici. Michael Paradiso ne s'entendait pas très bien avec Frank Morici, qu'il accusait régulièrement de « balancer des ragots » sur sa propre famille. En 1978, un soir d'hiver, Frank Morici sortit d'un bar à New-York quand il fut touché de plusieurs balles. Michael Paradiso était fier de raconter à son frère qu'il avait tué pour lui faire plaisir : « Un matin, ils m'ont montré (la famille Gambino) une liste avec les noms d'une dizaine de personnes à exécuter. Je les ai tous tué, à commencé par Frank Morici, que j'ai tué pour toi » déclara t'il à Philip Paradiso qui enregistrait secrètement la conversation. Pendant sa carrière criminelle, Michael Paradiso fut arrêté à plusieurs reprises pour divers délits, comme le trafic de drogue, le détournement de camions, l’extorsion ou encore le prêt usuraire et à chaque fois, il refusa de collaborer avec le FBI. Michael Paradiso avait certes une « grande gueule » mais il savait la boucler devant les autorités. Face à autant de preuves, son procès fut expéditif et Michael Paradiso sera condamné à une peine de dix neuf années de prison, un verdict qu’il acceptera sans broncher. Pendant son incarcération, il sera accepté à plusieurs reprises pour une libération conditionnelle et à chaque fois, Michael Paradiso retourna sur la case prison, pour n’avoir pas respecté les règles imposées par la justice. Finalement, en 2006, avec les remises de peines habituelles, Michael Paradiso alors âgé de soixante six ans, fut libéré de prison et retourna à New-York, pour non pas prendre sa retraite, mais travailler de nouveau pour la famille Gambino. Michael Paradiso avait tendance à parler, à se plaindre et à n’importe qui. C’est une personne qui n’a aucun filtre et peut se confier à un Associé assis à côté de lui, comme un Parrain de la Cosa Nostra. Très rapidement, le FBI enregistra des conversations discriminantes, laissant supposer que Michael Paradiso pouvait rapidement avoir recours à la violence : « Si j'utilise mes mains, je pourrais tuer quelqu'un. Je vais le tuer, je vais le poignarder, je vais lui couper sa putain de gorge. Quand je deviens fou, je suis une personne différente, je n'aime pas être comme ça, mais je pourrais lui arracher sa putain de tête » déclara t’il à un Associé de son équipe. Quelques semaines seulement après sa libération, Michael Paradiso fut une nouvelle fois inculpé d’extorsion et de trafic de drogue. Il faut comprendre que la prison n’a aucun effet dissuasif, laissant supposer par un procureur fédéral que Michael Paradiso était simplement « fou ». Michael Paradiso l’a déjà revendiqué haut et fort qu’il passé de meilleurs moments derrière les barreaux qu’avec sa propre famille. Un soir, alors qu’il recevait sa fille et son mari, il lui déclara que son beau-fils lui manquait de « respect » tout en continuant, furieux : « J'ai effectué 19 années en prison avec des « nègres » et j'ai passé des meilleurs Thanksgiving et fêtes de Noël avec eux. Tu sais pourquoi ? parce ce que à chaque fois, ton putain de mari à une mauvaise attitude envers moi et un jour je vais lui tirer dans sa putain de tête. Et tu sais quoi ? tu vas tellement me rendre fou, que je vais te tuer aussi ». Finalement, Michael Paradiso sera condamné à cinq années de prison et comme à son habitude, à sa sortie, il retournera dans les rues de New-York, travailler pour la famille Gambino. ibéré de prison en 2011, Michael Paradiso a curieusement végéter sous le radar du gouvernement fédéral. A sa sortie de prison la direction de la famille ayant changée, Michael Paradiso a sans nul doute revu son comportement, en évitant de se faire remarquer par les autorités. Condamné à plusieurs reprises pour trafic de drogue, Michael Paradiso avait été sanctionné et rétrogradé en Soldat pendant son incarcération, mais selon le FBI, Michael Paradiso avait repris ses galons de Capitaine et était devenu un personnage important depuis quelques temps. La famille Gambino sait pertinemment que Michael Paradiso a su prouver sa valeur à la Cosa Nostra, en passant près de vingt cinq années derrière les barreaux et son respect accumulé pendant toutes ces années d’incarcération a du jouer dans la balance.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :