Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

NICHOLAS SANTORA ANCIEN UNDERBOSS DE LA FAMILLE BONANNO VIENT DE DÉCÉDER

28 Octobre 2018, 18:41pm

Publié par Xav

A une époque, le Capitaine de la famille Bonanno, Nicholas « Nicky The Mouth » Santora était un mafieux dans le milieu sur « qui on pouvait compter ». Intronisé au milieu des années 1970, il fut placé dans un équipage historique de la famille Bonanno, celui de Dominick « Sonny Black » Napolitano. Mais après l’opération Donnie Brasco, Nicholas Santora qui venait d’être nommé Capitaine, fut rapidement mis en accusation avec la plupart des membres de l’équipage de Dominick Napolitano. Inculpé de racket, de trafic de drogue et jeux illégaux, Nicholas Santora sera condamné à une peine maximale de dix années de prison dans un pénitencier fédéral, le mafieux accepta sa peine sans broncher, il savait que dès sa sortie, sa position au sein des Bonanna serait renforcée. Libéré au début des années 1990, Nicholas Santora reprit son rôle de Capitaine, et avec l’aide d’Anthony « Fat Tony » Rabito, un autre Capitaine de la famille Bonanno, développa certains rackets dans les secteurs de Brooklyn et du Queens. Au début des années 2000 et après la défection de Joseph Massino, la famille Bonnanno était en pleine implosion. Anthony Rabito et Nicholas Santora qui évitèrent à eux deux la plupart des inculpations, furent nommés respectivement Consigliere et Underboss. Mais la vie d’un Underboss de la Cosa Nostra n’est pas toujours aussi facile. On pourrait croire, qu’au vu sa position au sein des Bonanno, Nicholas Santora gagnait énormément d’argent, en prenant un pourcentage des bénéfices venant des différentes équipes basées sur le terrain, mais curieusement Nicholas Santora a toujours vécu dans une certaine pauvreté. Empruntant beaucoup d’argent, l’Underboss de la famille Bonanno avait pris l’habitude ne jamais rembourser ses dettes. De plus, n’ayant pas un

Nicholas Santora
Nicholas Santora

sous en poche, Nicholas Santora s’habillait avec des costumes bon marché, des pantalons deux fois trop court, ou portait à son poignet une montre pour enfant. Par la suite, Nicholas Santora fut rétrogradé et devint de nouveau un Capitaine, placé dans ses anciens secteurs. Malgré le fait que Nicholas Santora fut relativement épargné après la désertion de plusieurs membres de la famille Bonanno, dont son Parrain, Joseph Massino, Nicholas Santora à partir du milieu des années 2000 enchaina une série d’inculpations, qui l’amèneront à plusieurs séjours en prison, plus ou moins long. Mais en 2013, Nicholas Santora qui purgeait une peine de vingt quatre mois de prison pour extorsion de fond, fut de nouveau inculpé pour charges fédérales tenant de la loi RICO. Ces arrestations avaient mis en évidence la difficulté pour Nicholas Santora de gérer son équipe composée selon lui de « clowns ». Des enregistrements dévoilés lors des différentes comparutions des accusés dans un tribunal fédéral, ont dévoilé que Nicholas Santora passait son temps à recadrer un Soldat dénommé Vito Badamo, qui faisait déjà office d’Acting Capo et lui demandait de racketter les commerçant du San Gennaro, la fête annuelle Italienne, se déroulant dans la Little Italy de Manhattan. Incarcéré, Nicholas Santora fut fidèle à lui même, refusant la moindre proposition venant des procureurs fédéraux, quelques mois plus tard, le procès sera finalement annulé faute un accord unanime de la part des jurés. La plupart des inculpés dans cette affaire seront alors libérés sous caution, en attendant un prochain procès qui n’a toujours pas été fixé, sauf deux personnes, Anthony « Skinny » Santoro, un Soldat et Nicholas Santora, qui virent leur demande de caution rejetée, en raison de leur dangerosité. Avec l’aide de ses avocats, Nicholas Santora fit appel et demanda à la cour suprême de statuer sur une possible de libération sous cautions pour un motif non négligeable, les divers problèmes de santé dont souffraient le mafieux à cette époque. Problème de tension, Nicholas Santora souffrirait aussi de vertige, qui aurait entrainé des lésions cérébrales en raison des différentes chutes effectuées pendant son incarcération, une expertise qui sera contredit par le médecin de la prison lors d’une autre audience de libération. Lors de cette même audience, la  fille de Nicholas Santora avait témoigné stipulant que son père, qui était incarcéré à cette époque dans la prison de Rikers Island était tombé « plus d’une douzaine de fois. Je l’ai regardé se détérioré littéralement ». Finalement, le Capitaine de la famille Bonanno sera libéré sous caution en 2016. Mais depuis sa sortie, Nicholas Santora aurait été dans l’impossibilité de communiquer, entrainant son hospitalisation. Alors qu’un procès était intenté contre les services pénitenciers de l’État de New-York pour mauvais traitement, Nicholas Santora décèdera finalement cette semaine, en dehors du système carcéral Américain.