Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

VINCENT ASARO DEMANDE UN NOUVEAU PROCÈS

28 Avril 2018, 07:33am

Publié par Xav

Vincent Asaro
Vincent Asaro

A quelques jours de la nouvelle année, Vincent Asaro, un Capitaine de la famille Bonanno était condamné à près de huit années de prison pour incendie volontaire. Âgé de quatre vingt deux ans, il est fort probable que le mafieux, qui aura tristement marqué l’histoire de la Cosa Nostra aux Etats-Unis, termine ses jours derrière les barreaux dans une prison fédérale, quelque part aux Etats-Unis. A l’énoncé du verdict, Vincent Asaro n’a pas caché sa rancœur envers le juge. Lui qui avait réussi à se faire acquitter dans l’affaire dit de la « Lufthansa » déclara qu’il se « fichait » complètement de son verdict et que le juge l’avait « condamné à mort ». Souffrant de différents problèmes de santé, les avocats de la défense sont persuadés que leur client ne pourra pas survivre à une incarcération aussi longue. En début de semaine, les avocats du Capitaine de la famille Bonannon ont demandé à une cour d’appel de pouvoir rejuger leur client, non pas avec Allyne Ross, la juge qui avait condamné Vincent Asaro à huit années de prison, mais dans un autre district, dans un autre État, loin de New-York et surtout avec un autre magistrat. Et pour quel motif ?, pour ces derniers, la juge a condamné leur client pour son appartenance à une organisation criminelle depuis plusieurs dizaines d’années, mais aussi pour des allégations dont Vincent Asaro fut acquitté lors de l’affaire de la « Lufthansa » et dont elle fut aussi la juge dans ce dossier: « Même si le jury avait décidé d’acquitter Monsieur Asaro de toutes les charges retenues contre lui, la juge fédérale a remis en cause catégoriquement la véracité et la crédibilité des jurés présents lors de ce procès » déclara l’un de ses avocats. La juge fédérale avait prétexté que malgré son acquittement, Vincent Asaro était un « individu dangereux pour la société » et de ce fait, sa peine de prison pour incendie volontaire devait être plus longue. Pourtant, quelques semaines avant ce verdict et pour la première fois de sa longue carrière criminelle, Vincent Asaro avait décidé de plaider coupable et avoua devant la juge son acte criminel, mais les procureurs fédéraux qui n’avaient sans doute pas encore digérés l’acquittement de ce dernier dans ce fameux braquage, avait demandé à la juge de condamner le Capitaine de la famille Bonanno à près de quinze années de prison, alors que les lois en vigueur pour ce genre de délit avoisine entre les cinq et six années dans un pénitencier. Pour les avocats de la défense, ce verdict n’est qu’une simple vengeance de pouvoir enfin incarcérer définitivement Vincent Asaro, faute de ne pas avoir été capable de l’avoir fait bien avant : « Les représailles face au dernier acquittement, étaient palpables » déclara l’un des avocats de Vincent Asaro.