Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

VINCENT BASCIANO ESPÈRE FAIRE ANNULER SES CONDAMNATIONS

21 Janvier 2018, 08:21am

Publié par Xav

Vincent Basciano
Vincent Basciano

Le cas Vincent « Vinny Georgeous » Basciano, l’ancien Acting Boss de la famille Bonanno, est un véritable casse tête pur les procureurs fédéraux. Après la défection de son Parrain, Joseph « The Ear » Massino au début des années 2000, la justice Américaine en avait profité pour inculper Vincent Basciano pour le meurtre de Frank Santoro, un Associé de la famille Bonanno, soupçonné d’avoir voulu kidnapper l’un des fils de l’ancien Acting Boss de la famille Bonanno. Pour cet assassinat, il sera condamné à la perpétuité, mais les procureurs fédéraux n’en avaient pas terminé avec lui. Avec le témoignage de Joseph Massino, les procureurs fédéraux voulaient désormais le voir dans le couloir de la mort, essayant cette fois-ci, de le faire condamner pour l’assassinat de Randolph Pizzolo, lui aussi Associé de la Cosa Nostra, devenu « ingérable » selon les déclarations de Vincent Basciano. Le rêve de Randolph Pizzolo était de devenir un membre intronisé de la Cosa Nostra, mais sa grande gueule en a finalement décidé autrement. Irrespectueux envers sa hiérarchie, violent et paranoïaque, il avait tiré dans les genoux de son meilleur ami à la sortie d’un bar, pour un motif qui reste encore inconnu. La famille Bonanno, agacé, avait fermé les yeux sur cet acte, Dans la Cosa Nostra, on pardonne plus facilement à un Associé, qu’à un membre intronisé. Mais un soir, alors que Randolph Pizzolo mangeait dans un restaurant très apprécié des familles de New-Yorkaise, il s’était vanté devant plusieurs personnes, qu’il était le « seul véritable tueur » de la famille Bonanno. Pour Vincent Basciano, cette énième provocation avait scellé le destin de son ancien protégé et ordonna son exécution. Pour essayer de l’appâter, Randolph Pizzolo avait été convoqué à une réunion d’affaire dans une zone industrielle de Greenpoint à Brooklyn. En arrivant sur les lieux avec sa voiture de marque Allemande, l’Associé de la famille Bonanno fut accueilli par Anthony Aiello, fraichement nommé Soldat et Anthony Indelicato, fils de l’ancien Capitaine de la famille Bonanno, Alphonse « Sonny Red » Indelicato. Au bout de quelques minutes, Anthony Aiello, pour prouver une nouvelle fois son allégeance à la famille Bonanno et confirmer son surnom de Luca Brasi, avait criblé de balles le corps de Randolph Pizzolo, qui sera retrouvé le lendemain par les policiers du NYPD, avec près de mille dollars dans ses

Vincent Basciano à ADX Florence
Vincent Basciano à ADX Florence

poches, le moteur de son véhicule garé a proximité tournait encore. Pour ce meurtre, les procureurs fédéraux voulaient la mort pour Vincent Basciano, surtout qu’ils n’avaient pas tellement apprécié de voir ce dernier lancer un contrat contre l’un des leurs, le procureur fédéral Greg Andres, qui avait inculpé une bonne partie de la famille Bonanno au début 2000 et qui l’avait laissé pratiquement en ruine. Malheureusement pour eux, après un procès qui verra l’un des premiers Parrains de la Cosa Nostra, Joseph Massino, venir témoigner à la barre d'un tribunal, l’ancien Acting Boss de la famille Bonanno sera reconnu coupable, mais condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, une peine qu’il purgera à ADX Florence, une prison Supermax dans l’État du Colorado. Mais alors que Vincent Basciano était placé à l’isolement dans un endroit, surnommé « l’enfer sur terre », ou ses voisins de cellule étaient des chefs de gang, des terroristes et malgré un enfermement quasi permanent, près de vingt trois heure trente par jour dans une cellule de trois mètres et demi sur deux, l’ancien Acting Boss de la famille Bonanno s’acclimata parfaitement à ces conditions. Comportement irréprochable diront même les services pénitenciers, qui décideront après quelques années d'isolement, de transférer Vincent Basciano, dans une prison « un peu » moins contraignante, à l’USP Big Sandy, dans l’État du Kentucky. Désormais, Vincent Basciano ne se concentre que sur une seule chose, la révision de ces procès avec l’aide de ses avocats. L’ancien Acting Boss de la famille Bonanno a le temps et l’argent nécessaire pour pouvoir réviser ces deux procès et essayer pourquoi pas de retrouver un jour, la liberté. Selon ses avocats, une demande va être envoyée dans les prochaines semaines, à un juge fédéral à New-York, pour essayer de faire annuler le verdict de Vincent Basciano dans l’assassinat de Frank Santoro. Selon les avocats de la défense deux juges auraient commis des irrégularités, dont Nicholas Garaufis, qui avait condamné Vincent Basciano à la prison à perpétuité lors de son premier procès. Et pour quel motif ?. Toujours selon les avocats, le juge fédéral Nicholas Garaufis aurait eu des « contacts officieux » avec un écrivain qui avait publié un livre, discréditant complètement Vincent Basciano, et mettant en avant ses activités criminelles au sein de la Cosa Nostra. Selon ces derniers, il est curieux, qu’un juge aussi expérimenté que Nicholas Gauraufis, qui a jugé des centaines de membres de la Cosa Nostra, ait pu se laisser influencer, en sachant que l’impartialité d’un juge est une obligation déontologique.