Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

UN SOLDAT DE LA FAMILLE GENOVESE OPÉRANT DEPUIS LA VILLE DE SPRINGFIELD PLAIDE COUPABLE

30 Octobre 2017, 07:00am

Publié par Xav

Ralph Santaniello
Ralph Santaniello

Springfield, une petite ville tranquille dans l’État du Massachusetts. Pourtant cette petite bourgade se trouvant à plusieurs heures de New-York, a toujours été un « laboratoire criminel » pour la famille Genovese  Très bien implantée depuis de nombreuses années, elle a longtemps été gérée par Adolfo Bruno, un Capitaine de la vieille école, qui sera assassiné en 2003, pour des rumeurs, qui ne seront jamais avérées, d'une éventuelle collaboration avec le FBI, mais surtout, d'avoir gardé une partie de l'argent, qui devait rentrer dans les poches de la hiérarchie New-Yorkaise. Après ce meurtre, l’équipage de la Genovese à Springfield fut gérée par Anthony Arillota, avant que ce dernier décide de collaborer avec la justice Américaine en 2010. Depuis ce jour, et selon les procureurs fédéraux, cette équipe qui était auparavant extrêmement respecté, n’a strictement plus rien à voir : « Ces gars là sont une blague totale. Avant il y avait une sorte de fierté pour les mafieux de travailler avec quelqu’un qui inspirait le respect. Aujourd’hui, nous avons des voleurs de bas étage, des trafiquants de drogue sur qui on ne peut pas faire confiance ». Dans l’affaire East Coast, Ralph Santaniello, un Soldat de la famille Genovese fut inculpé de bookmaking et de prêt usuraire, des délits qui lui rapporteraient selon les agents fédéraux, près de cinq cent mille dollars par an. La position de Ralph Santaniello dans l’équipage de Springfield est stratégique. Cousin et bras-droit de l’actuel Capitaine de la famille Genovese, Albert Cavanese, Ralph Santaniello est aussi selon les agents du FBI, un très bon homme de main, prêt à utiliser la violence physique pour recouvrir les dettes des mauvais payeurs. Il y a quelques années, il avait plaidé coupable d’avoir fracassé une bouteille de bière sur la tête d’un individu lors d’une soirée. Mais les paris sportifs, c’est vraiment la grande spécialité de Ralph Santaniello. Avec l’aide de sa propre mère et de plusieurs Associés de la famille Genovese, il avait, au début des années 2000, montait un énorme réseau de bookmaking dans les environs de Springfield, lui rapportant des dizaines de milliers de dollars tous les mois. Dans l’affaire East Coast, le Soldat de la famille Genovese est de nouveau inculpé des mêmes délits. Condamné par le passé à deux années de prison pour bookmaking, ce dernier sait pertinemment que s’il est déclaré coupable, il risque de terminer de longues années derrière les barreaux. L’opération East Coast lancée contre plusieurs familles de la Cosa Nostra, devait être l’affaire qui allait pouvoir relancer la « machine de guerre » des agences fédérales dans sa lutte contre le crime organisé. Mais encore une fois, après de nombreux dysfonctionnements  les procureurs fédéraux ont été dans l’obligation de proposer des offres de plaidoyer assez avantageuses aux différents mafieux inculpés, pour essayer de tourner la page au plus vite. Ralph Santaniello fut l’un d’entre eux et après avoir pesé le « pour et le contre » avec l’aide de ses avocats, ce dernier serait prêt à plaider coupable très prochainement. Les détails sur cet accord n’ont pas encore filtré, mais nous savons désormais que les inculpations des membres de l’équipe de Springfield sont venues grâce à l’aide d’un propriétaire d’une entreprise de remorquage. Ce dernier, déclara qu’à une époque, il avait accepté de payer les « hommages » à Adolfo Bruno en échange de sa protection avec un virement hebdomadaire, mais suite à son assassinat le chef d’entreprise décidera d’arrêter de payer la nouvelle hiérarchie installée. Les menaces verbales et physiques devinrent alors omniprésentes. Un soir, alors que la victime dans cette affaire, sortait tranquillement de chez lui, il fut accueilli « gentiment » par Albert Cavanese et Ralph Santaniello. Ce dernier commença à frapper le chef d’entreprise à plusieurs reprises, en lui ordonnant de « rembourser ses dettes » s’il ne voulait pas voir sa « tête tranchée » et son « corps enterré dans un bois ». Paniqué, le chef d’entreprise se rapprocha alors de la police du Massachusetts qui avec l’aide des agents fédéraux, accepta de le prendre sous leur protection, en échange de sa collaboration. Pour régler le différend entre les mafieux, une certaine somme d’argent fut donnée au chef d’entreprise par des agents fédéraux. En inscrivant un certain climat de confiance, ce dernier pouvait alors enregistrer et filmer Ralph Santaniello en train de parler tranquillement de ces différents rackets.