Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

UN SOLDAT DE LA FAMILLE BONANNO SE VOIT REFUSER UNE NOUVELLE DEMANDE DE LIBÉRATION CONDITIONNELLE

19 Juillet 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

Anthony Santoro
Anthony Santoro

Incarcéré depuis son arrestation en Juillet 2013, le Soldat de la famille Bonanno, Anthony « Skinny » Santoro avait vu son procès en première instance annulé, faute d’un accord sur un éventuel verdict de la part des jurés. Suite à ce nouveau revers pour les procureurs fédéraux, Anthony Santoro avait la possibilité de pouvoir négocier un accord de plaidoyer avantageux par le biais de ses avocats. Ce fut chose faite en Avril dernier, quand le Soldat de la famille Bonanno reconnu devant un juge fédéral, qu’il avait commis des crimes pour le compte d’une organisation criminelle, sans préciser par ailleurs, qu’il s’agissait de la famille Bonanno. Avec cet accord, Anthony Santoro espérait retrouver plus rapidement sa liberté, après avoir effectué de nombreuses demandes de libération conditionnelle, qui avaient toutes échouées depuis son arrestation : « Je prends toutes les responsabilités par rapport à ce que j’ai pu faire » déclara t’il, tout en précisant qu’il voulait continuer « le reste de sa vie en homme libre ». Cet accord, qui fut accepté par l’équipe de procureurs apportait plusieurs avantages. Outre, une diminution de sa peine, Anthony Santoro avait été condamné entre quatre et huit années de prison, ce dernier pouvait prétendre à une libération conditionnelle qui intervenait à la moitié de sa peine, soit en Juillet 2017. C’est donc confiant que le Soldat de la famille Bonanno se présenta, avec un certain désir de pouvoir retrouver la liberté, après avoir fait le plus dur dans cette affaire, devoir plaider coupable devant un tribunal, une chose encore inenvisageable il y a quelques années. Malheureusement pour lui, sa demande fut refusée, et Anthony Santoro pourra prétendre de nouveau à une nouvelle audience en Décembre 2018, il aura alors cinquante quatre ans. Visiblement énervé d’avoir été incarcéré depuis le début en raison de sa dangerosité, Anthony Santoro pourra se consoler d’être le premier au final à pouvoir retrouver la liberté. Ses deux collègues mafieux, Ernest Aiello et Vito Badamo qui ont été inculpés en même temps que lui dans cette affaire avaient eux aussi accepter des offres de plaidoyer, mais contrairement à Anthony Santoro, ces derniers profitaient déjà d’une libération conditionnelle depuis plusieurs mois. L’Acting Capo Ernest Aiello devra donc purger prochainement une peine entre deux et quatre années de prison, alors que Vito Badamo purgera quant-à lui, une peine comprise entre trois ans et demi et sept années dans une prison fédérale. Seul l’ancien Underboss, Nicholas « Nicky The Mouth » Santora, fortement diminué et se déplaçant en permanence à l’aide d’un fauteuil roulant, n’a pas encore accepté une offre de plaidoyer et devrait tenter de nouveau sa chance dans un deuxième procès fédéral.

Partager cet article