Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

COMMENT LA FAMILLE BONANNO A SU SE RECONSTRUIRE APRÈS L'ÈRE MASSINO

5 Juillet 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

Joseph Massino
Joseph Massino

Joseph « The Ear » Massino, l’ancien Parrain de la famille Bonanno, s’était toujours vanté qu’il n'y avait aucun collaborateur dans ses rangs. Mais à la fin de l’année 2002, après plusieurs années d’enquête, Joseph Massino savait que les procureurs fédéraux allaient sortir l’artillerie lourde, avec une multitude d’inculpations, pouvant stopper son ascension et le faire incarcérer définitivement. Quelques semaines plus tôt, sa garde rapprochée venait de se faire arrêter. Frank Coppa, un Capitaine des Bonanno, avait été inculpé et condamné pour fraude. Incarcéré immédiatement, ce dernier s’était mis à pleurer, lors de sa première journée derrière les barreaux, devant des détenus effarés de voir un membre de la Cosa Nostra se comportait de la sorte. Devenue la risée de la famille Bonanno, Frank Coppa décidera par la suite de collaborer avec les autorités. Richard Cantarella, un autre Capitaine tournera lui aussi sa veste, en décidant de coopérer avec les autorités fédérales, après avoir eu vent des intentions de son mentor, Frank Coppa. Ces deux hommes en savaient énormément sur l’organisation tentaculaire qu’avait construit Joseph Massino pendant toute ces années et désormais les procureurs fédéraux avaient assez d'éléments pour arrêter The Last Don. Le 9 Janvier 2003, le FBI passa à l’offensive. Le Parrain de la famille Bonanno connaissait le jour exact de son arrestation et quand les fédéraux frappèrent à la porte de son domicile, ce dernier s’était déjà apprêté pour être emmené et incarcéré, profitant même pour lancer quelques petites blagues aux agents l'ayant surveillé le Parrain pendant toutes ces années. La même journée, son beau-frère, Salvatore « Good Looking Sal » Vitale, qui faisait office d’Underboss été lui aussi inculpé. Après sa condamnation pour prêt usuraire, Joseph Massino commentait avoir des doutes sur une possible collaboration de son beau-frère, et avait songé l’idée de lancer un contrat. Seulement, une chose le repoussait, sa femme Joséphine, sœur de Salvatore Vitale, qui aurait très mal vécu le fait de voir son frère disparaître du jour au lendemain. Incarcéré au Métropolitan Center de New-York, les procureurs fédéraux firent écouter rapidement à Salvatore Vitale, des enregistrements de Joseph Massino, qui sous-entendait une possible rétrogradation, voire pire, l’assassinat de son ancien protégé. Ce dernier, sans sourciller, décida alors de collaborer avec la justice Américaine. Une implosion, ce fut vraiment le mot qui fut utilisé pour incarner ce qui venait de se passer dans la famille Bonanno, cette dernière pouvait à juste titre, être définitivement rayée de la carte. Le coup de grâce fut sans nul doute la collaboration de Joseph Massino, celui que l’on surnommait alors « The Last Don », décidera de coopérer avec la justice Américaine, pour sauver les meubles vis à vis de sa « vraie famille », mais surtout pour éviter une condamnation à mort. Le lendemain de sa collaboration, le Daily News sortait en une, le Capo Di Tutti Ratti, les déclarations de Joseph Massino allaient être explosive.

 

Michael Mancuso
Michael Mancuso

A la barre des témoins, pendant le procès de son ancien Acting Boss Vincent « Vinny » Basciano, Joseph Massino, raconta son intronisation dans la Cosa Nostra en 1977, mais aussi les règles qu’ils avait imposées, après avoir été nommé Parrain de cette organisation criminelle en 1991. Il demanda à ses membres de ne jamais prononcer son nom. Pour se référencer à lui, ces derniers devaient seulement se toucher l’oreille, signe de son surnom. Après avoir fermé la plupart des clubs sociaux appartenant à la famille Bonanno, Joseph Massino ordonna à ses troupes, de ne jamais parler dans une voiture, dans un club social, dans leur propre maison ou encore pire sur leur téléphone. Pour Joseph Massino, la seule façon de communiquer était la rue tout simplement. Son témoignage ne permit pas de faire condamner comme voulu par les procureurs, Vincent Basciano à la peine de mort, mais en récompense de sa collaboration, Joseph Massino sera libéré de prison en Juillet 2013. L’hémorragie engendrait par ces nombreuses défections fut atteinte quand la famille Bonanno avait l’idée de tuer un procureur fédéral ou encore d’assassiner les familles des renégats, pour l’exemple. Mais même au bord du gouffre, la famille Bonanno réussît en quelques années à se reconstruire. Cette dernière profita tout d’abord de la baisse des effectifs liée à la Cosa Nostra, pour pouvoir se réorganiser dans l’ombre. Le Parrain de la famille était Vincent Basciano, mais incarcéré dans la prison de haute sécurité de Florence dans le Colorado, sa liberté de mouvement et de parole était extrêmement limitée. Ce dernier se basa alors sur différents Acting Boss, dont un, Michael « The Nose » Mancuso, qui deviendra par la suite l’homme fort de cette organisation criminelle. En 2004, il avait brièvement gouter le pouvoir, en étant nommé Acting Boss de la famille Bonanno, mais alors qu’il s’apprêtait à partir en vacances à Las Vegas, ce dernier sera arrêté a l’aéroport et inculpé de racket de plusieurs meurtre. La prison, Michael Mancuso connaissait déjà. En 1984, il avait été condamné à dix années de prison pour le meurtre de sa femme. Mais alors qu’il avait réussi à plaider l’homicide involontaire avec l’assassinat de son épouse, cette fois-ci, Michael Mancuso risquait la peine de mort. Mais grâce à un accord de plaidoyer, Michael Mancuso sera condamné à quinze années de prison. En 2013, alors que Michael Mancuso pourra prétendre à libération conditionnelle en 2019, ce dernier sera nommé nouveau Parrain de la famille Bonanno. Avec l’aide de différents Acting Boss, la famille Bonanno commença à réorganiser ses rangs, à travailler de nouveau dans l’ombre et injecta du sang neuf, en intronisant près de dix membres en moins de dix huit moi, redevenant une famille viable à New-York. En 2016, Michael Mancuso nomma Joseph « Joe C » Cammarano Jr comme nouvel Acting Boss, une promotion que ce dernier fêta en grande ponte au restaurant Bocelli, un rendez-vous scruté par les agents fédéraux. Le FBI savait pertinemment que bon nombre de mafieux qui sont venus témoigner leur respect à Joseph Cammarano Jr, étaient en libération conditionnelle avec des restrictions très stricte et c’était l’occasion pour eux de les remettre à l’ombre pendant quelques mois. Cette réorganisation inquiéta le gouvernement fédéral qui décida de transférer Michael Mancuso dans une autre prison, encore plus loin de New-York, au pénitencier de Seagoville dans l’État du Texas. Ce transfert n’a qu’un seul but couper ses liens de communication avec la famille Bonanno.

Partager cet article