Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

UN CAPITAINE DE LA FAMILLE GENOVESE PLAIDE COUPABLE

20 Mai 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

Pasquale ParrelloPasquale « Patsy » Parrello (voir photo), un Capitaine de la famille Genovese, inculpé dans l’affaire East Coast, a décidé cette semaine de plaider coupable devant un tribunal fédéral. Ces dernières semaines, les procureurs fédéraux en charge de cette affaire, avaient, à la surprise générale, proposé des accords de plaidoyer aux différents accusés, pour plusieurs raisons. La première, est le manque de sécurisation de certaines communications établies entre les agents fédéraux et le principal témoin du gouvernement, John Rubio. La deuxième raison, est la transmission d’informations classées confidentielles à un criminologue renommé aux Etats-Unis. Avec ces déclarations, la sécurité de John Rubio fut mise à mal, sa crédibilité aussi. Pour éviter un deuxième échec cuisant, après l’acquittement du Capitaine de la famille Bonanno, Vincent Asaro, les procureurs fédéraux avaient changer leur fusil d’épaule. Certains, comme le Parrain actuel de la famille de Philadelphie, s’engouffra dans la brèche, en refusant un accord, jugé selon son avocat, insuffisant, préférant tenter sa chance dans un procès fédéral, pour ainsi renforcer sa position au sein de sa famille. D’autres, comme Pasquale Parrello, n’ont pas voulu prendre ce risque. Agé de soixante douze ans, le Capitaine de la famille Genovese risquait une vingtaine d'années derrière les barreaux, une condamnation à mort certaine pour un individu qui a prospéré pendant toute sa vie dans les activités criminelles de la Cosa Nostra. En plaidant coupable, Pasquale Parrello avoua difficilement, d’avoir extorqué des individus et surtout, d’avoir demandé à certains de ses Associés d’utiliser la violence pour récupérer l’argent des mauvais payeurs. Alors même si le témoignage de John Rubio aurait pu être contesté par les avocats de la défense, des enregistrements dévoilés par les procureurs fédéraux, montraient comment Pasquale Parrello, qui s’identifiait comme un honnête restaurateur, utilisait la violence pour arriver à ses fins. En 2011, il demande à des membres de son équipe, de « casser les genoux » d’un individu qui avait manqué de respect à plusieurs clientes de son restaurant. Une autre fois, il demanda d’« étouffer » avec un sac plastique, un mauvais payeur, qui devait près de trente mille dollars, pour l’exemple. De plus, il avait demandé aux membres de son équipe de lui faire passer un message : « La prochaine fois que tu ne ne lui donnes pas l’argent (à Pasquale Parrello), il va t’étouffer pour de bon ». Malgré ces actes de violences, plusieurs proches du Capitaine de la famille Genovese, dont un prête, avaient demandé au juge fédéral, une certaine clémence. Après ce passage éclair devant le juge pour plaider coupable, le Capitaine de la famille Genovese, qui sera condamné dans les prochaines semaines à une peine comprise entre cinq et sept années dans un pénitencier fédéral, quitta la salle d’audience sur les « Je t’aime » de la plupart des membres de sa famille, venus lui apporter leur soutient dans « ces moments difficiles ».

Partager cet article