Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

UN SOLDAT DE LA FAMILLE BONANNO CONDAMNÉ À HUIT ANNÉES DE PRISON

25 Mars 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

Peter Lovaglio, un Soldat de la famille Bonanno, est devenu en quelques semaines, le mouton noir des Bonanno. Ce dernier qui a purgé près de quinze années derrière les barreaux, s’était fait récemment remarqué pour avoir agressé le propriétaire d’un restaurant Japonais. Pris d’un coup de folie sans doute, le Soldat de la famille Bonanno, lui avait jetté en pleine figure son verre de cocktail, laissant le propriétaire, un ancien agent de police à la retraite, aveugle d’un œil. De sa cellule depuis un pénitencier fédéral du Texas, l’actuel Parrain des Bonnano, Michael « The Nose » Mancuso, vit rouge immédiatement. En apprenant cette nouvelle, il décida de « dépouiller » immédiatement Peter Lovaglio de tous ces rackets. Quelques mois après cette agression, le Soldat de la famille Bonanno se fit de nouveau remarquer, en se faisant arrêter par la police de Staten-Island, pour une conduite sans permis. Surprise, Peter Lovaglio déclara ouvertement aux agents de police, au moment de son arrestation, qu’il était un membre intronisé de la Cosa Nostra, Le Soldat de la famille Bonanno se rendit surement compte de son erreur et décida rapidement de plaider coupable, pensant surement qu’il allait être plus en sécurité à l’intérieur d’une prison que dans les rues de New-York. Alors même si les mentalités des mafieux ont changé, transgresser une règle aussi fondamentale de la Cosa Nostra, peut entrainer la mort, ou un rejet total des autres membres de la famille. Peter Lovaglio, qui était incarcéré au Métropolitan Center après sa dernière arrestation, paraissait la semaine dernière devant un juge fédéral, pour recevoir son verdict dans sa première affaire Le juge ne fut en aucun indulgent face au pédigrée criminel du Soldat de la famille Bonanno. Huit années de prison, soit la peine maximale qui fut prononcée rapidement, laissant la défense assez perplexe. Pour justifier sa décision, le juge fédéral déclara : « Personne n’a le droit de frapper et d’éborgner un individu gratuitement. Pour cet acte de violence, aucune excuse n’est valable » déclara t’il. Selon les procureurs fédéraux, Peter Lovaglio aurait commencé à coopérer avec les autorités dix jours après avoir agressé le propriétaire d’un restaurant Japonais, c’est pour cela que Peter Lovaglio, s’était vanté quelques semaines après, lors de son arrestation pour une conduite sans permis, d’être un membre intronisé de la Cosa Nostra. Pour son avocat, Peter Lovaglio, aurait permis pendant sa coopération, de récupérer plusieurs armes à feux, et a surtout rendu « Staten-Island beaucoup plus sûr ». Mais pour le juge fédéral, sa collaboration avec la justice Américaine, n’est pas forcément « nécessaire », se demandant ce que le témoignage de Peter Lovaglio pourrait apporter réellement dans des futurs procès contre des membres de la Cosa Nostra. S’excusant auprès de sa victime, Peter Lovaglio, rentrera probablement dans le programme de protection des témoins à sa sortie de prison.

Partager cet article