Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

CARMINE PERSICO ESPÈRE UN DERNIER PROCÈS POUR POUVOIR SORTIR DE PRISON

19 Février 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Carmine PersicoCarmine « The Snake » Persico (voir photo) a soufflé en Janvier dernier, sa trente deuxième année d’incarcération dans une prison fédérale. Actuellement emprisonné au pénitencier de Butner dans l’État de la Caroline du Nord, l’actuel Parrain de la famille Colombo essaie depuis quelques années de sortir de prison. Pour ce dernier qui est actuellement âgé de quatre vingt trois ans, la possibilité de retrouver le gout de la liberté s’amenuise de plus en plus, mais pour son avocat, rien n’est encore joué. Lors de procès en 1986, les procureurs fédéraux avaient prouvé que Carmine Persico avait pris le pouvoir au sein de son clan mafieux depuis 1972, et qu’il avait participé à un vote de la Commission, qui approuvait la mise à mort de l’ancien Parrain de la famille Bonanno, Carmine Galante en 1979. Mais aujourd’hui, nous en savons plus sur la façon dont s’est déroulé l’assassinat de Carmine Galante. D’après Joseph « The Ear » Massino, l’ancien Parrain de la famille Bonanno, qui devint un collaborateur de justice en 2002, le meurtre de Carmine Galante était seulement une « histoire de famille ». En effet, à cette époque, Joseph Massino, était un membre ambitieux, et d’après lui, le contrat fut lancé par Philip « Rusty » Rastelli, depuis sa cellule de prison et non autorisé, comme stipulé en 1987 lors de son procès, par la Commission. Mais même si cela était vrai, cela n’augmenterai pas forcément les chances de Carmine Persico de sortir de prison. En effet, Anthony « Fat Tony » Salerno, était un membre haut gradé de la famille Genovese,  qui fut soupçonné par les autorités pendant le procès dit de la Commission, d’occuper le poste de Parrain. Condamné à près de cent années de prison, il se révéla très rapidement, que les autorités s’étaient faites bernées, et qu’en réalité, le Parrain de la famille Genovese, n’était pas Anthony Salerno, mais Vincent « The Chin » Gigante. Malgré ces révélations, Anthony Salerno restera en prison et décèdera en 1992. De plus, il ne faut pas espérer pour Carmine Persico, de pouvoir se baser sur le témoignage de Joseph Massino, car en réalité, cela ne serait qu’une perte de temps, et l’avocat de l’actuel Parrain de la famille Colombo en est bien conscient. Pour ce dernier, il est important de prouver que l’ascension de Carmine Persico au sein de la famille Colombo se fit au début des années 1980, et non dans les années 1970, et que les crimes commis pendant cette période ne pouvaient lui être imputés. Ironiquement, l’avocat de Carmine Persico, ne conteste pas l’appartenance de son client dans la Cosa Nostra, mais il fustige le fait, que le gouvernement fédéral n’a pas publié des documents prouvant que dans les années 1970, la Commission avait décidé de valider la nomination de Thomas DiBella pour occuper la gérance de la famille Colombo. Dans ce cas, Carmine Persico ne pouvait pas siéger à la Commission et ne pouvait donc pas approuver la mort de Carmine Galante. Pour son avocat, le gouvernement fédéral, devrait prendre ses responsabilités et décidé d’annuler la condamnation de Carmine Persico pour qu’il puisse « enfin rentrer chez lui » : « La guerre contre le crime organisé est terminé et il est temps désormais de faire sortir le dernier prisonnier de cette guerre chez lui, afin qu’il puisse passer le reste de ses jours avec sa famille » déclara t’il. Mais ce qui est évident pour l’avocat de Carmine Persico, ne l’est pas forcément pour les procureurs fédéraux. En effet, pourquoi libérer un membre de la Cosa Nostra, qui malgré son incarcération, n’a jamais voulu céder sa place de Parrain, et qui de sa cellule, a organiser les guerres internes qui ont eu lieu dans les années 1990, et qui avait conforté son pouvoir.

Partager cet article