Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

LE FILS DE L'ANCIEN PARRAIN DE LA FAMILLE COLOMBO VIENT DE DÉCÉDER

28 Janvier 2017 , Rédigé par Xav Publié dans #Colombo

Anthony ColomboJoseph Colombo l’ancien Parrain emblématique de la famille Colombo s’est longtemps considéré comme un homme d’affaire, une homme d'honneur mais dans le sens familiale du terme et qui gagnait son argent légalement et non grâce au crime organisé. Fondateur de l’Italian-Americans Civil Rights League, Joseph Colombo voulait montrer aux autorités que les stéréotypes qu'ils faisaient continuellement sur les individus d'origines Italiennes en les considérant comme des gangsters étaient inacceptables. Le but de cette association était simple, pouvoir gérer ses activités criminelles en essayant de faire tourner en bourrique le FBI, tout en se faisant passer comme un individu honnête, qui n'hésiterait pas à aider son prochain contre ce genre de discriminations. Alors même si le FBI était persuadé que Joseph Colombo était un Parrain de la Cosa Nostra, qui gagnait des millions de dollars grâce à aux rackets et au meurtre, sa notoriété dans les médias empêchait la moindre action. Mais cette publicité n’était pas tellement appréciée par les autres Parrains de New-York et en particulier par Carlo Gambino, Capo Di Tutti Capi, qui préférait quant-à lui prospérait dans l’ombre. Le 28 Juin 1971, alors que Joseph Colombo, rassemblait pour la deuxième une immense foule pour son association, il fut criblé de balles par un pseudo journaliste, dénommé Jérôme Johnson, qui après cette attaque, sera aussitôt abattu par les gardes du corps du Parrain. Joseph Colombo survécut miraculeusement, mais restera les dernières années de sa vie complètement invalide, sa carrière dans la Cosa Nostra était désormais terminée, mais la famille Colombo qui se faisait nommer Profaci auparavant, gardera son nom en mémoire. Mais Joseph Colombo avait des enfants, et l’un de ses fils, Anthony, qui suivait les traces de son père, était décidé à continuer la lutte contre les discriminions faites sur les Italo-Américains. Par exemple, lorsque le film de Francis Ford Copolla, « The Godafther » sorti sur les écrans de cinéma en 1972, il avait négocié avec les producteurs du film, que les mots mafia et Cosa Nostra ne soient en aucun cas prononcés dans le film. Anthony Colombo déclarait aux médias que son influence venait du fait qu’il était vice-président du Italian-Americans Civil Rights League, sans avoué forcément qu’il était un membre intronisé de la Cosa Nostra. Mais en réalité, si les producteurs avaient refusé les conditions dictées par Anthony Colombo, le tournage du film aurait pu s’avérer très compliqué. En effet, par son influence, les Colombo auraient pu provoqué de de nombreuses grèves, avant et pendant le tournage, qui aurait paralysé une grande partie du tournage et aurait couté des millions de dollars à la Paramount. En 1986, les procureurs fédéraux réussirent à inculper Anthony Colombo de racket. Risquant la prison à perpétuité, ce dernier qui voulait « laver l’honneur de sa famille », acceptera de purger près de quatorze années dans une prison fédérale. A sa sortie de prison, Anthony Colombo continua a défendre la mémoire de son père, en déclarant que Jérôme Johnson, n’avait pas opéré seul et que la la Cosa Nostra avait profité de sa « fragilité psychologique » pour faire assassiner Joseph Colombo. Anthony Colombo fustigea le NYPD d’avoir classé si rapidement l’enquête. Mais sa lutte pour essayer de rendre l’honneur à son père s’arrêta brusquement, Anthony Colombo décèdera il y a quelques jours dans sa maison de San Diego, il avait soixante et onze ans.

Partager cet article