Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

APTE À TRAVAILLER POUR LA FAMILLE GENOVESE INAPTE POUR ÊTRE INCARCÉRÉ

5 Novembre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Genovese

Bradford WedraBradford Wedra (voir photo) a été arrêté avec quarante six autres accusés en Août dernier, dans l’opération East Coast lancée contre les familles de la Cosa Nostra. Identifié depuis de nombreuses années comme un Associé de la famille Genovese, Bradford Wedra était déjà en liberté sous caution quand il fut arrêté cet été. Ce dernier qui est âgé de soixante et un an, a déjà un casier judiciaire assez rempli, mais qui ne lui a pas permis malgré toutes ces années de dévouement à la famille Genovese, de devenir un membre intronisé de la Cosa Nostra. La raison ?. A chaque arrestation de Bradford Wadra, ses avocats demandèrent une expertise psychiatrique pour faire évaluer les facultés mentales de leur client et les conclusions furent toujours les mêmes, Bradord Wedra souffre d’un handicap menta. Un retard, qui fait que l’Associé de la famille Genovese est complètement analphabète et ne « comprend pas tellement » bien le sens dtoujours es charges retenues contre lui. Mais malgré sa faible capacité de raisonnement, Bradford Wedra a toujours bien obéi aux ordres de son supérieur et a fait en sorte de ramener de l’argent à sa deuxième famille, les Genovese. Libéré sous caution après avoir payé près de 300 000 mille dollars, Bradford Wedra était suivi régulièrement par les autorités judiciaires. Il devait pointer tous les soirs et surtout faire plusieurs fois par mois, des tests de dépistage en raison d’une dépendance très prononcée aux drogues dures, et c’est là que tout se complique. En même pas quatre mois, l’Associé de la famille Genovese fut contrôlé positif à plusieurs reprises à la cocaïne et à la marijuana. Pour les procureurs, il est évident que ces contrôles positifs sont une violation de sa libération conditionnelle et recommandèrent au juge de l’incarcérer au Métropolitan Center de New-York en attend son procès. Mais pour ses avocats, Bradford Wedra n’arrive pas à faire la différence entre « le bien et le mal » et que ce dernier « frustré » d’avoir un bracelet électronique en permanence accroché à sa cheville avait surement consommer des stupéfiants pour oublier sa situation. Après avoir entendu les deux parties, le juge fédéral en charge de ce dossier, décida à contrecœur de donner une nouvelle chance à l’Associé de la famille Genovese : « Je n’arrive pas à croire que je préside une audience pareille. Je n’arrive pas à croire que je dois parler comme un enfant à un adulte. Monsieur Wedra, je vous donne une seconde chance, ne me fait pas regretter ce choix et essayer de comprendre qu’il vaut mieux être libre que d’être enfermé » déclara t’il. En sortant du tribunal, en homme libre, Bradford Wedra commença à parler aux journalistes d’un sujet qui n’avait rien avoir avec sa présence au tribunal ce matin : « J’ai toujours parlé pendant toute ma vie. Là on me fait comprendre qu’il y a près de huit cent heures d’enregistrement me concernant ». L’Associé de la famille Genovese qui avait été déjà été accusé dans des meurtres au début des années 1980 sans être condamné, a refusé pour autant de s’élargir sur les accusations retenues contre lui.

Partager cet article