Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

UN REPENTI DE LA COSA NOSTRA AGRESSÉ PENDANT LA FÊTE DE SAN GENNARO

29 Octobre 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

San GennaroJoseph « Joe Mook » D’Amico, voulait comme plusieurs centaines de milliers de New-Yorkais, célébrer la fête de San Gennaro, une fête traditionnelle Italienne, qui se déroule chaque année dans le Little Italy de New-York. Pendant cette période qui dure une dizaine de jours, nourriture, jeux et surtout procession de la statue de San Gennaro, qui sera recouverte de plusieurs dollars sont au rendez-vous. Mais Joseph D’Amico n’était pas un citoyen lambda, c’était un ancien Soldat de la famille Bonanno, qui décidera de collaborer avec les autorités au début des années 2000, lors d’une opération de grande envergure lancée par celle, qui était dirigée à l’époque par Joseph « The Last Don » Massino. Joseph D’Amico était rentré pendant son incarcération dans le programme de protection des témoins, et curieusement après avoir purgé une courte peine de prison en raison de sa collaboration, décida de ne pas poursuivre sa vie dans la clandestinité, sous une nouvelle identité, dans un autre État. Selon le FBI, Joseph D’Amico n’aurait pas quitté pour autant la côte Est, passant alors sa vie entre New-York et le New-Jersey, tout en évitant le plus possible les anciens quartiers encore sous contrôles de la Cosa Nostra. Alors pourquoi avoir pris un risque aussi grand en se rendant au San Gennaro ?. L’ancien Soldat de la famille Bonanno se sentait surement en sécurité face à cette foule compacte, qui ne pensait qu’à une chose, s’amuser. Le problème est que la fête de San Genarro a toujours été une business très lucratif pour la Cosa Nostra. La plupart des stands sont gérés par des Associés ou membres de cette organisation criminelle, qui profitent de cette occasion, pour gagner des milliers de dollars sur le dos des touristes venus pour y passer un bon moment en famille. Mais ce soir là, alors que Joseph D’Amico se promenait tranquillement dans les rues bondées, un Associé de la famille Genovese le reconnu très rapidement. Même n’étant pas de la même famille, cet individu avait habité dans le même quartier que l’ancien Soldat de la famille Bonanno, à Knickerbocker Village. Les insultes fusèrent très rapidement : « Sale rat » aurait déclaré l’Associé de la Cosa Nostra, avant de le tabasser avec d’autres individus à plusieurs reprises, nécessitant une hospitalisation pendant plusieurs jours pour Joseph D’Amico. Selon les enquêteurs, Joseph D’Amico aurait refusé de dénoncer son agresseur. Ce dernier occuperait le même métier que Joseph D’Amico auparavant, chauffeur de camion, et travaillerait dans l’équipe de Peter « Petey Red » DiChiara, l’actuel Acting Boss de la famille Genovese, qui gérerait actuellement ses affaires dans un club social dans Market Street. L’ancien Soldat de la famille Bonanno avait été intronisé dans la famille Bonanno en 1977, il avait alors 22 ans. Quand il accepta de coopérer avec les autorités, il avoua aux agents du FBI, avoir participé à près de quatre meurtres pour le compte de la famille Bonanno. Au début des années 1980, alors que l’affaire Donnie Brasco venait d’éclater, Joseph D’Amico qui était le neveu d’Anthony Mirra, avait été convoqué devant un grand jury fédéral et avait décidé d’effectuer un faux témoignage, ce qui lui valut une peine de dix huit mois d’emprisonnement. Mais en 2003 quand son cousin, un Capitaine des Bonanno, Richard « Shellackhead » Cantarella décida de passer « à table », Joseph D’Amico, savait pertinemment qu’il terminerait sa vie derrière les barreaux, et décidera à son tour de coopérer avec les autorités. L’ancien Soldat de la famille Bonanno, fut un témoin très convainquant. Pendant le procès de Joseph Massino, il déclara que l’ancien Parrain, utilisait le Casa Blanca, son restaurant dans le Queens, comme son quartier général. Joseph D’Amico raconta une anecdote intéressante sur l’ancien restaurant de Joseph Massino, qui avait l’habitude d’accueillir bon nombre de personnalités. Joe Mook avait pris pour habitude de manger de temps en temps au Casa Blanca, pour sa bonne nourriture, mais aussi par respect envers son Parrain. Mais ce jour là, une erreur dans la cuisson de sa viande, provoqua une colère soudaine du Soldat de la famille Bonanno, qui pris son couteau et le planta dans son entrecôte devant le serveur apeuré par ce qui venait de se passer. Cet incident arriva très rapidement aux oreilles de Joseph Massino, visiblement très énervé. Joseph D’Amico se rendit alors très rapidement dans le Queens pour lui présenté ses excuses, avant que les choses ne s’enveniment. 

Partager cet article