Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

UNE SEULE FAMILLE À NEW-YORK ?

27 Août 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

UNE SEULE FAMILLE À NEW-YORK ?

Une seule famille de la Cosa Nostra à New-York ?, c’est faux, pour l’avocat de John « The Tugboat » Tognino, l’un des accusés dans l’affaire East Coast. Selon la défense, les procureurs ont fait l’erreur de considérer la Cosa Nostra comme une « entreprise », comme si les cinq familles de New-York, ne représentaient plus qu’une seule et même entité. Or, les familles Genovese, Gambino, Lucchese, Bonanno et Colombo sont toujours bien indépendantes et ont encore à ce jour, des secteurs et des affaires bien délimités. Dans l’acte d’accusation dévoilée par la procureure fédérale Preet Bharara, il est spécifié, que des Associés, Soldats et Capitaines de plusieurs familles de la Cosa Nostra, ont travaillé « main dans la main » dans « une multitude d’activité criminelle ». Si cela est avéré, cela remettrait sans nul doute en cause, le système de fonctionnement de la Cosa Nostra. En effet, à la base, chaque famille reste indépendante, et les protocoles restent très strictes. Généralement, un Associé ou un Soldat de la Cosa Nostra, ne côtoie que les membres de sa propre famille, et travailler avec une famille rivale, n’est possible qu’après l’accord préalable de sa hiérarchie. New-York n’est pas un « territoire ouvert » comme Atlantic City ou la Floride, et empiéter sur les plates bandes d’une famille, peut entrainer de grave conséquence. Dans l’opération East Coast, l’acte d’accusation stipule que des individus, souvent au plus bas de l’échelle de la criminalité mafieuse, ont participé à des « réunions de travail » avec d’autres familles, dans un seul but, gagner de l’argent. De la vente de cigarettes non taxés, au racket, à la fraude à l’assurance et dans la vente illégale de produits médicaux, les rackets furent diversifiés et l’argent coulait à flot. Depuis que le FBI, avec le départ de John Edgar Hoover, a commencé à s’impliquer sur les affaires criminelles liées à la Cosa Nostra, les familles New-Yorkaise ont toujours été considérées comme des « familles distinctes ». En s’efforçant de démontrer aujourd’hui, que les familles de la Cosa Nostra à New-York ne sont plus qu’une seule et même entreprise criminelle, démontre que la justice Américaine, malgré différentes opérations médiatisées ces dernières années contre la mafia, un « échec complet » du gouvernement fédéral et de la justice Américaine, pour essayer de comprendre la « philosophie mafieuse », qui a su évoluer avec son temps. En effet, la Cosa Nostra à su se « moderniser », en utilisant par exemple les nouvelles technologies pour amasser de l’argent, tout en restant sous le radar du FBI. Elle prospère désormais dans l’ombre, en utilisant le meurtre qu’en dernier recours, mais même si elle a su évoluer, les règles à l’intérieur d’une famille reste les mêmes. En aucun cas, un Associé de la Cosa Nostra ne peut prendre l’initiative de parler « affaire » avec des membres intronisés de la mafia, sans avoir été présenter au préalable par son supérieur. Le mafieux de base, part du principe qu’un membre intronisé est digne de confiance vu que sa hiérarchie a accepté son initiation, alors qu’un Associé quant-à lui, n’a pas encore su prouver sa « valeur » et peut très vite se retourner contre eux à la moindre arrestation. Que cela soit dans l’opération Donnie Brasco avec la famille Bonanno, ou l’infiltration de Joaquin Garcia avec la famille Gambino, il s’avéra que les familles de la Cosa Nostra, gardaient leurs distances et démontrent que malgré les nombreuses qui séparent ces deux grosses opérations, la Cosa Nostra est toukours restée une organisation criminelle très organisée.

Partager cet article