Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE RÉCLAME UN NOUVEAU PROCÈS

13 Avril 2016 , Rédigé par Xav Publié dans #Philadelphie

UN ASSOCIÉ DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE RÉCLAME UN NOUVEAU PROCÈS

Gary Battaglini resta de marbre, quand un jury le déclara coupable de racket en Février 2013.Iil savait qu’en étant qu’un simple Associé de la Cosa Nostea, son silence pouvait rimer avec une future intronisation dans la famille de Philadelphie dès sa sortie de prison. Mais avant d’en arriver là, Gary Battaglini devra purger près de huit années dans un pénitencier fédéral, une peine beaucoup trop longue à son goût. Alors non, Gary Battaglini qui est aujourd’hui âgé de cinquante quatre ans n’a pas dit un mot quand il reçut son verdict, mais c’est pas pour autant que l’Associé de la famille de Philadelphie va se laisser faire, et à depuis la semaine dernière avec l’aide d’un nouvel avocat, contester sa condamnation. Face aux nombreuses contestations apportés par Gary Battaglini, ce dernier aura le droit à une audience dans les prochains jours avec le juge fédéral Eduardo Robreno, celui même qui l’avait condamné trois ans plus tard pour racket. Pour lui, son ancien avocat ne l’a pas défendu correctement, mais surtout, le procureur fédéral et l’agent spécial chargé de la surveillance des membres de la famille de Philadelphie, a déformé les preuves. Mais l’audience prévue avec le juge fédéral restera très limitée et ne portera seulement sur la défense de l’ancien avocat de Gary Battaglini, jugeant si ce dernier défendu correctement ou pas son client. Pour le nouvel avocat de l’Associé de la famille de Philadelphie, une chose est sûre, Laurence O’Connor a été très « légère » dans sa défense, omettant même de faire appel du jugement avant les délais prévus par la loi, mais pour le gouvernement fédéral, si cette dernière n’a pas fait de demande d’appel, c’est en partie dû au fait que Gary Battaglini lui a jamais demander de faire appel de son verdict, une chose que réfute bien entendu totalement la défense. Le juge fédéral Eduardo Robreno avait rejeté une bonne partie des accusations de la défense lors du premier procès, mais une demande d’appel est quelque chose de différente. Dans le dossier transmis par la défense au juge fédéral, il est spécifié que l’ancien avocat de Gary Battaglini, n’avait pas usé de tous les stratagèmes possibles pour discréditer les témoins du gouvernement, Michael Orlando et Peter Albo. Le premier, un Associé de la famille mafieuse, avait été criblé de « toxicomane » lors du premier procès par la défense et ne put même pas terminer son témoignage en raison d’une hospitalisation, une « sortie » orchestrée de tout pièce par les procureurs fédéraux, pour éviter que Michael Orlando ne s’incrimine dans de nouveaux crimes, son témoignage n’étant pas jugé concluant. Dans son témoignage, Michael Orlando avait déclaré que Gary Battaglini s’était vanté à plusieurs reprises d’être un Associé de la famille de Philadelphie et de gagner sa vie grâce à ses activités d’usurier et de bookmaker, des affirmations qui ne furent jamais prouvés par les procureurs fédéraux. De plus, lors du passage de Michael Orlando à la barre des témoins, ce dernier s’était repris trois fois pour identifier correctement Gary Battaglini. « Pour quelqu’un qui connaissait très bien mon client, cela est un peu léger » déclara l’avocat de Gary Battaglini. Le deuxième témoin, Peter Albo, ne viendra jamais témoigner lors du premier procès, les procureurs fédéraux faisant écouter seulement quelques enregistrements de ce dernier aux jurés, effectués alors que Peter Albo portait un micro pour le gouvernement fédéral pendant sa période de coopération. Pour la défense Peter Albo est un individu qui n’a pas arrêté de se contredire et sa présence à la barre des témoins aurait pu permettre à Gary Battaglini de prouver son innocence.

Partager cet article