Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

CONTRE-INTERROGATOIRE DÉCISIF AU PROCES DE VINCENT ASARO

31 Octobre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

CONTRE-INTERROGATOIRE DÉCISIF AU PROCES DE VINCENT ASARO

Au cours de l’été 2013, Gaspare Valenti qui collaborait déjà avec les autorités fédérales, appela Vincent Asaro pour lui dire que le FBI était en train de fouiller le sous-sol de l’ancienne maison de James « Jimmy The Gent » Burke (voir photo). Paniqué, le Capitaine de la famille Bonanno alla directement sur les lieux et fit plusieurs passages en voiture au nez des agents fédéraux, mais dans sa tête il était sûr d’une chose, que quelqu’un avait parlé. En Janvier 2014, ce dernier se fera arrêter et apprendra alors que c’était son propre cousin qui coopérer avec la justice Américaine, mais dans l’esprit de Gaspare Valenti, Vincent Asaro savait depuis ce jour de Juin 2013, que son cousin avait « changé de camp ». « Ce regard » déclara t’il quand Vincent Asaro compris que quelqu’un proche de lui avait « parlé » au FBI : « Je te verrai plus tard, arrête de me téléphoner » hurla t’il. Vincent Asaro savait que désormais il était rentré dans les mailles du filet de la justice Américaine et qu’il ne le lâcherait désormais plus. Alors que le témoignage de Gaspare Valenti se terminait au tribunal fédéral de New-York, ce dernier revint sur deux petites anecdotes assez intéressantes. La première eut lieu lors du décès du célèbre Associé de la famille Luchese, connu du grand public pour avoir été interprété par Ray Liotta dans le film Goodfellas en 1990, Henry Hill. Ce dernier décèdera en Juin 2012 de plusieurs complications liées à un cancer du poumon. La nouvelle se rependit très vite dans les rues de New-York et surtout aux oreilles des membres qui l’avaient connu personnellement et avec qui ils avaient fait plusieurs affaires. Ce jour là, Gaspare Valenti rejoignit comme à son habitude Vincent Asaro dans un diner de Bensonhurst. Lors de la conversation, Gaspare Valenti lui demanda : « Alors tu vas aller à l’enterrement d’Henry Hill ? ». Vincent Asaro ne comprit pas tout de suite, Gaspare Valenti répéta une alors une nouvelle fois. La réponse de Vincent Asaro ne se fit pas attendre : « C’était une grosse merde ». La deuxième anecdote visait explicitement le fils de Gaspare Valenti, Anthony « Fat Sammy » Valenti, un Soldat de la famille Bonanno, présent ce jour là dans le tribunal et qui disait fièrement en début de procès, qu’il venait pour soutenir non pas son père, mais « Vinny ». Les procureurs fédéraux ont fait passer dans le tribunal, une conversation entre Gaspare Valenti et Vincent Asaro, ou ce dernier faisait référence à l’intronisation dans la Cosa Nostra d’Anthony Valenti : « J’avais dis à Jerry (Jérôme Asaro) de ne pas le faire rentrer dans la famille » soupira Vincent Asaro. Pour le Capitaine de la famille Bonanno, Anthony Valenti malgré le fait qu’il soit le fils de son cousin, n’avait pas les « capacités » nécessaires pour rentrer dans la famille Bonanno, mais étant un très bon ami de Jérôme Asaro, son intronisation fut acceptée. Anthony Valenti présent au fond du tribunal fixa le plafond. Le procureur fédéral rajouta une couche et demanda à Gaspare Valenti s’il voulait que son fils rentre dans la Cosa Nostra : « Non jamais de la vie ». C’est donc interessant de savoir que Gaspare Valenti avait moins de « pouvoir » au sein de la Cosa Nostra que le fils du Capitaine des Bonanno. Après en avoir terminé avec les questions des procureurs fédéraux, ce fut au tour des avocats de la défense d'intervenir, un moment très important pour le Capitaine de la famille Bonanno. Pour discréditer le témoignage de Gaspare Valenti, l’avocate de la défense, Elizabeth Macedonio martela que la vie toute entière du Soldat de la famille Bonanno était un « mensonge », s’interrogeant sur le fait que sa famille n’a jamais été au courant qu’une partie du magot de la Lufthansa était caché chez eux. Comment d’après Elizabeth Macedonio , Gaspare Valenti a pu revenir la nuit du célèbre hold-up avec les autres protagonistes, pour cacher l’argent, sans réveiller un membre de sa famille, ni même son chien. En s’interrogeant sur ce genre de choses, elle se demanda alors si Gaspare Valenti n’avait pas tout simplement raconté ce qui avait déjà été marqué dans les journaux, se demandant même, s’il avait bien participé au fameux casse. De plus elle déclara que Gaspare Valenti avait décidé de coopérer non pas par peur de faire « tuer » par son cousin, mais seulement pour « éponger ses dettes » que le gouvernement aurait aidé à rembourser. Pendant que son avocate interrogeait le témoin du gouvernement, Vincent Asaro rigola auprès de son deuxième avocat. : « Il s’habille (Gaspare Valenti) beaucoup mieux qu’avant », ironisant sur le fait que ce dernier changeait de costume tous les jours, à chaque représentation : « Peut être que je devrais finalement rentrer dans le programme de protection des témoins » rigola t’il.

Partager cet article