Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

COMMENT BIEN SÉLECTIONNER UN JURY AU PROCÈS DE VINCENT ASARO ?

3 Octobre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

COMMENT BIEN SÉLECTIONNER UN JURY AU PROCÈS DE VINCENT ASARO ?

Avez-vous déjà regardé « Le Parrain », avez-vous déjà regardé « Scarface » ?, « Les Sopranos », « Donnie Brasco » ?, avez-vous déjà regardé « Les Affranchis » ?. Telles sont les questions qui vont être posées au futur juré par l’équipe de la défense du Capitaine de la famille Bonanno, Vincent Asaro. Arrêté et inculpé en Janvier 2014, d’avoir orchestré le fameux braquage dit de la « Lufthansa », ce dernier n’a plus tellement le choix au vu de son âge avancé. S’il plaide coupable, il terminera automatiquement sa vie derrière les barreaux, alors pourquoi ne pas tenter sa chance dans un nouveau procès ? même si avec les preuves accumulées par les procureurs fédéraux, il y a de forte chance que le Capitaine de la famille Bonanno soit condamné à la prison à perpétuité. La technique développée par les avocats de Vincent Asaro est simple : Il ne faut pas que l’un des jurés est une connaissance approfondie sur la Cosa Nostra. Chose encore plus importante, il ne faut surtout pas que l’un des jurés est un gout prononcé pour les films sur la Mafia et en particulier pour les Affranchis de Martin Scorsese. Ce film qui sortit au début années 1990, raconte la vie d’un Associé de la famille Lucchese dénommé Henry Hill et son parcours au sein de la Mafia Italo-Américaine. Le problème est que le braquage dit de la « Lufthansa » fait parti d’une des scènes les plus marquantes. L’un des avocats de la défense, John Meringolo, ancien professeur de droit, qui ne participera pas au procès déclara que : « Chaque juré qui à vu ce grand classique du cinéma Américain «(Les Affranchis), ne doit en aucun cas participer au procès ». Selon lui la scène du braquage de la Lufthansa, même elle ne parle pas explicitement de Vincent Asaro, serait très préjudiciable pour son client. En effet, pour John Meringolo, le juré qui a vu ce film va faire automatiquement la relation avec la série d’assassinats qui a précédé ce fameux casse et va s’en doute croire de ce fait, que Vincent Asaro avait été aussi impliqué dans tous ces meurtres, alors que la justice Américaine ne l’avait inculpé « que » de l’assassinat de l’ancien Associé de la famille Lucchese Paul Katz. Le deuxième avocat de la défense, Jerry Lichtman, a quant-à lui été « recruté » par Vincent Asaro pour sa faculté à défendre et à faire acquitter les membres de la Cosa Nostra. Jerry Lichtman, a en effet réussi à faire innocenter John Gotti Jr lors de son dernier procès pour meurtre en 2010. Selon certains spécialistes, il n’y a pas plus performant que Jerry Lichtman pour repérer un juré susceptible de faire condamner l’un de ses clients : « Les films sur la Mafia sont toujours violents, représentent toujours des voleurs, et les personnages sont toujours coupables à la fin de quelque chose » déclara t’il : « Nous voulons prendre des jurés qui sont capables de faire la distinction entre les films Hollywoodiens et la réalité ». Les avocats de la défense vont aussi demander aux jurés si un membre de leur famille fait partie ou à fait partie du crime organisé, une question qui peut se révéler importante et être déterminante dans ce procès. Mais même si les preuves accumulées contre Vincent Asaro semblent accablantes, les avocats de la défense ne se découragent pas, et sont même prêts à faire venir la fille et le fils de Paul Katz, dont Vincent Asaro est inculpé d’avoir commandité le meurtre. Alors pourquoi demander à ces derniers de venir à la barre d’un tribunal fédéral comme témoins de la défense, en sachant que le fils de Vincent Asaro, Jérôme Asaro a été récemment condamné à près de sept ans et demi de prison pour avoir déplacé à plusieurs reprises le corps de l’ancien Associé de la famille Lucchese. Surtout que les deux enfants de Paul Katz gardent une rancœur assez tenace contre Jérôme Asaro, ce qui est fort compréhensible. Mais en fait les avocats de la défense voient surement plus loin dans leur stratégie. En attendant, Vincent Asaro a demandé à la juge fédérale Allyne Ross de pouvoir être libéré sous caution en attendant son procès. Pour la convaincre, le Capitaine de la famille Bonanno déclara qu’il était déjà gravement malade avant son arrestation et que les allers retours « incessants » entre le Métropolitan Center ou il est incarcéré et le tribunal fédéral aggravait sa santé. Pour prouver sa « bonne foie », il déclara qu’il pouvait loger dans la maison de sa petite amie pendant toute la durée du procès et qu’il pouvait même porter un bracelet électronique. Mais la procureure fédérale, Alicyn Cooley, a demandé de « rejeter » sa requête, prétextant qu’il était accusé de délits graves dont le racket et le meurtre. De plus, elle justifia sa décision de devoir le laisser en prison, dans le fait qu’il pouvait même malgré son âge avancé, « intimider » les futurs témoins qui viendront témoigner dans son procès. La juge fédérale connue pour sa sévérité envers les membres de la Cosa Nostra, qui avait dernièrement rejeté la demande de libération conditionnelle de l’ancien Underboss de la famille Gambino, Salvatore Gravano, devrait rendre sa décision dans les prochains jours.

Partager cet article