Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

VINCENT BASCIANO AMÉLIORE SES CONDITIONS DE DÉTENTION

1 Septembre 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Bonanno

VINCENT BASCIANO AMÉLIORE SES CONDITIONS DE DÉTENTION

Aux États-Unis, le système pénitencier est organisé en deux catégories, les prisons d’État comme par exemple la prison de Pelican Bay en Californie et les prisons fédérales. Généralement, les membres de la Cosa Nostra sont surveillés et arrêtés par des agents fédéraux, et sont très souvent accusés de crimes fédéraux, de ce fait, lors d’une condamnation à une peine de prison, ils sont incarcérés dans l’un de ces pénitenciers quelque part aux États-Unis. Les pénitenciers fédéraux sont constitués en trois catégories de sécurité : minimum, médium et maximum sécurity. Les détenus les plus dangereux pour le système carcéral en lui-même et qui seraient susceptibles de faire passer des messages à l’extérieur des murs de la prison, sont incarcérés dans le pénitencier le plus sécurisé au monde, la prison Supermax dans l’État du Colorado. A l’intérieur de cet « enfer carcéral » se trouve aussi des membres de la Cosa Nostra dont l’ancien Acting Boss de la famille Bonanno, Vincent « Vinny Gorgeous » Basciano (voir photo), petit retour en arrière. En 2003, les agents fédéraux s’attaquèrent à la famille Bonanno. Le Parrain en exercice à cette époque, Joseph Massino, son Underboss, Salvatore Vitale et plusieurs membres furent arrêtés et inculpés de charges tenant de la loi Rico. D’après les médias Américains, ces arrestations signés la « fin » de cette famille tellement les retombés étaient importantes. En effet, la plupart des mafieux de la famille Bonanno décidèrent de collaborer, dont Joseph Massino, une première pour un Boss de la Cosa Nostra. L’enquête contre la famille Bonanno avait été confiée à un procureur fédéral, qui avait l’art et la manière de « retourner » les membres de la Cosa Nostra, Greg Andres. Quand Joseph Massino était incarcéré, il nomma Vincent Basciano comme Acting Boss pour essayait de rétablir de recoller un peu les morceaux d'une famille complètement dévastée. Vincent Basciano avait la « rage ». Il était en colère qu’un procureur fédéral ait pu pratiquement « détruire » l’une des cinq familles historique de la Cosa Nostra. Pour se venger, il était prêt à tout dont mettre un contrat sur sa tête et l’ « exécuter » personnellement. Greg Andres avait ses habitudes, il mangeait tous les jeudi soir au restaurant Italien, le Campagnola et le fraichement nommé Acting Boss avait passé le message par le biais de l’avocat de Joseph Massino pour avoir son feux vert. Mais avant que le contrat ne soit exécuté, Vincent Basciano fut arrêté et incarcéré à coté de son « Parrain ». Sans le savoir, Joseph Massino qui passait ses journées à discuter avec Vincent Basciano, avait décidé de collaborer avec la justice et porter un micro. Secrètement, ces enregistrements permirent de faire inculper Vincent Basciano de meurtre de l’Associé Randolph Pizzolo et de tentative de meurtre sur la personne de Greg Andres. Risquant la peine de mort, Vincent Basciano sera reconnu coupable mais condamné à perpétuité dans la prison fédérale Supermax.

VINCENT BASCIANO AMÉLIORE SES CONDITIONS DE DÉTENTION

Pour avoir osé s’en prendre à un membre de la justice Américaine, Vincent Basciano fut placé dans le « Bloc H » de la prison, lieu normalement aux terroristes. L’ancien Acting Boss de la famille Bonanno, était incarcéré près de vingt trois heures dans sa cellule. Sa seule heure étant passé généralement dans une petite cours grillagé avec vue uniquement sur le ciel et les barbelés ou dans une « salle de loisirs ». Le but de ce pénitencier étant de « détruire psychologiquement » le détenu. Le prisonnier a le droit à quinze minutes d’appel par mois envers des personnes sélectionnées, même la longueur des lettres étant strictement limitée. On aurait pu penser que Vincent Basciano face à des conditions aussi restrictives, aurait pu « craquer », commencer à « collaborer » pour trouver un meilleur confort de vie, mais ce fut malheureusement nullement le cas. Au bout de quelques années et grâce à sa bonne conduite, Vincent Basciano eu le droit à quelques privilèges. Il pouvait désormais communiquer avec les membres de sa famille, dont sa maîtresse Debra Kalb. Une télévision en noir et blanc fut installé dans sa cellule qui diffusait des programmes religieux ou éducatifs et quelques chaines du cable. Vincent Basciano va désormais le tristement célèbre Block H pour et quitter des compagnons de cellule tels que Ted « Unabomber » Kaczynski, Richard Reid ou encore le Français Zacarias Moussaoui pour retrouver dans un autre block d’autres détenus plus ou moins dérangés comme, le tueur en série, Gary Ridgway. Avec ce changement, Vincent Basciano pourra désormais être en contact avec d’autres détenus, alors qu’auparavant il était complètement isolé de la population carcéral. Mais même si ce dernier sait pertinemment qu’il ne sortira plus jamais de prison, son prochain objectif est de se faire transférer dans une prison fédérale à New-York, comme Otisville, ou sa famille originaire du Bronx, pourrait lui rendre visite le plus souvent possible.

Partager cet article