Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

ET EN DEHORS DE NEW-YORK ?

29 Août 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

ET EN DEHORS DE NEW-YORK ?

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES SUR LA FAMILLE GENOVESE A SPRINGFIELD :

Dernièrement, la famille Genovese nomma un nouveau Capitaine dénommé Albert Calvanese pour gérer le territoire de Springfield dans l’État du Massachusetts en remplacement d’Anthony J. Arillotta (voir photo) devenu un collaborateur de justice Cette semaine, nous en savons un peu plus sur l’organisation de cette nouvelle équipe D’après les agents fédéraux et de la spécialiste du crime organisé dans la région, Stephanie Barry, Albert Calvanese a choisi comme nouveau « conseiller », son Oncle, un Soldat présumé de la famille Genovese, Amedeo Santaniello. Ancien « allié » du Capitaine désormais décédé, Adolfo « Big Al » Bruno au début des années 1990, il fut contraint pour sa sécurité, de quitter l’État du Massachusetts pour se réfugier en Floride, après une dispute avec Adolfo Bruno concernant un problème dans une affaire de loterie clandestine. Juste avant son départ, Amedeo Santaniello venait de purger près de dix huit mois de prison pour un délit mineur et d’après le procureur fédéral Todd Newhouse, le Soldat de la famille Genovese surveillait les intérêts d’Adolfo Bruno dans la région. Lors de son verdict, Amedeo Santaniello s’était moqué ouvertement du juge en déclarant : « Je n’ai jamais rien fais, mais j’apprécie vraiment que vous m’accordiez des vacances ». Après l’assassinat d’AdolfoBruno en 2003, Amedeo Santaniello revint alors à Springfield. Surveillait de près par les autorités fédérales, ce dernier ouvrit deux restaurants dans le quartier Italien de la ville et repris des contacts avec Anthony J. Arillotta. Malgré le fait que ce soit deux restaurants très populaires dans la région, servant de la bonne cuisine Italienne, certains collaborateurs de la justice ont aussi indiqué que c’était aussi des lieux de stockage pour Amedeo Santaniello pour déposer les objets volés de certains membres de la famille Genovese. Son fils, Ralphie Santaniello, qui travaille dans l'un des deux restaurants, servirait aussi de « bras droit » à Albert Cavanese, les deux mafieux, qui sont tenus par des liens du sang, avaient déjà travaillé ensemble au milieu des 2000 années sous les ordres d’ d’Anthony J. Arillotta.

ET EN DEHORS DE NEW-YORK ?

UN CAPITAINE DE LA OUTFIT DANS LE COLLIMATEUR DU FBI :

Les affaires vont mal pour Albert « Albie The Falcon » Vena, Capitaine de la Outfit opérant à Grand Avenue. Rien ne va plus dans le sens ou l’un de ses Soldats, Robert Panozzo Sr (voir photo), arrêté en Août 2014 pour plusieurs cambriolages effectués avec violence n’est pas prêt de sortir en prison, ce qui enlève une grande part des revenus de l’un des individus les plus dangereux de Chicago selon le FBI. Albert Vena essaya de trouver une solution pour palier de l'absence de Robert Panozzo Sr et selon la justice Américaine participa à une réunion avec une autre célèbre équipe de la Outfit, celle de Cicero, qui ne débouchera finalement sur rien. Car Robert Panozzo Sr qui servait de « bras droit » et de « conseiller » à Albert Vena, rapportait aussi d’énormément d’argent à son Capitaine et pouvait aussi servir de « tueur » en cas de besoin. Albert Vena qui a repris l’équipe du désormais célèbre Joseph « Joey The Clown » Lombardo après son incarcération à la prison à perpétuité en 2006, à souvent utilisé le restaurant « La Scarola » comme un lieu de rencontre entre lui et son fidèle Soldat. Le FBI met en ce moment une énorme pression sur le Capitaine de la Outfit, dans un seul but, le mettre en prison pour de bon jusqu’à la fin de ses jours. Albert Vena qui par sa petite taille, à pratiquement la même attitude et la caractère qu’Anthony « Tony The Hant » Spilotro, Soldat de la Outfit, (connu du grand public pour avoir été interprété par Joe Pesci dans le film Casino de Martin Scorsese) qui opérait depuis Las Vegas, nerveux, dangereux et irrespectueux envers toute forme d’autorité. En 1992, Albert Vena n’avait pas hésité à foncer avec sa voiture sur les policiers qui étaient venus l’arrêter devant son domicile, après une inculpation pour meurtre, ce dernier sera finalement acquitté de cet homicide, au grand désarroi de la justice Américaine qui cherche par tous les moyens de l’inculper d’une charge fédérale.

ET EN DEHORS DE NEW-YORK ?

UN SOLDAT DE LA FAMILLE DECAVALCANTE PLAIDE COUPABLE :

Un Soldat de la famille DeCavalcante, Anthony Stango (voir photo à droite), vient de plaider coupable d’avoir vendu pour près de 70000 dollars de cocaïne. Fils d’un Capitaine de l’organisation, Charles « Bips » Stango (voir photo à gauche), Anthony Stango avait été arrêté en même temps que son père ainsi que d’autre membres de la famille DeCavalcante dont le Consigliere en exercice Frank Nigro en Mars dernier. D’après les procureurs fédéraux en charge de cet accord de culpabilité, Anthony Stango risquerait au maximum jusqu'à cinq ans de prison, ce dernier restera en attendant confiné à domicile jusqu'au verdict prévu pour Novembre prochain. Toujours selon la justice Américaine, Anthony Stango a eu de nombreuses conversations téléphoniques avec son père, installé dans l’État du Nevada, qui le mettait en « garde » de ne pas « tomber dans la cupidité », face à l’argent récolté par la vente de cocaïne : « Les taureaux et les ours survivent, seuls les porcs se font abattre » avait déclaré Charles Stango à son fils. Malgré la distance, ce dernier continuait à donner des conseils mais surtout des ordres, comme celui d’assassiner un Soldat de la famille DeCavalcante, Luigi Oliveri, qui aurait manqué de respect à l’actuel Acting Boss (Parrain ?) de la famille, Francesco Guarraci. Les écoutes téléphonique entre le père et le fils étaient stupéfiantes, le Capitaine de la famille DeCavalcante n’ayant pas sa langue dans sa poche. Il voulait préparer l’assassinat de Luigi Oliveri, déclarant qu’il était prêt à faire appel à un gang motards, allié de la famille mafieuse pour effectuer le « contrat». Sinon, il voulait soit qu’il termine sa vie dans un « fauteuil roulant », ou qu’il ait son « visage brulé » par de l’acide. A ce jour, Charles Stango à toujours plaidé non-coupable des accusations retenues contre lui, et va tenter sa chance dans un futur procès.

Partager cet article