Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

LA FIN D'UNE ÉPOQUE POUR LA FAMILLE PATRIARCA

16 Juin 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Patriarca

LA FIN D'UNE ÉPOQUE POUR LA FAMILLE PATRIARCA

Quand la population de la Nouvelle-Angleterre entendait le nom Angiulo dans les années 1970, il pensait directement à la Cosa Nostra. Gennaro, Donato, Michele et Francesco étaient quatre frères qui ont participé activement aux activités criminelles de la famille Patriarca pendant plusieurs dizaines d’années. Les quatre frères, avaient tous une particularité qui leur était propre. Le leader était incontestablement Gennaro qui en raison de son tempérament sulfureux, donnait ses ordres. Donato surnommé « Danny » par ses amis, étaient un Capitaine de la famille. Michele ou « Mike » était la personne la plus appréciée pour son tempérament charmeur, il était le plus approchable des frères Angiulo. Le dernier, Francesco ou « Frank », était quant-à lui le plus discret, le plus calme aussi. Membre initié de la Cosa Nostra, il était surtout « reconnu » pour ses talents de comptable, mais depuis la semaine dernière, le dernier des frères, Francesco est décédé d’une insuffisance cardiaque à l’âge de quatre vingt quatorze ans, mettant fin à une époque qui aura marqué l’âge d’or dans la famille Patriarca : « Il était comme le dernier des Mohicans » déclara son neveu Jay Gennaro Angiulo, stipulant aussi que son oncle avait vécu toute sa vie dans le North End, sauf pendant sa période d’incarcération dans les années 1980 et 1990. Mais pour ce dernier sa période en prison à plus était une fierté pour Francesco Angiulo. Une fierté d’avoir fait ses quatorze années de prison en ne parlant pas une seule fois et en survivant qui plus est, à un cancer et à une opération du cœur pour sortir avec tout le respect accumulé d’un pénitencier fédéral en 2000. Après ça, Francesco Angiulo continua à conduire ses deux vielles Cadillacs, l’une blanche, l’autre noire et passait le plus clair de son temps assis sur les marches de sa maison, profitant un maximum du soleil, tout en regardant les gens passés dans la rue : « Il a passé tous les obstacles, comme mon père » déclara de nouveau le fils de Gennaro Angiulo « Qui aurait cru qu’ils auraient pu sortir en vie de prison ?. Personne !, et ils sont tous rentrés à la maison » conclu t’il. Car pour la population du quartier de Little Italy, les frères Angiulo, étaient des personnes serviables, qui faisaient respecter l’ordre et la sécurité dans leur quartier. Si vous aviez un problème ? Vous alliez voir l’un des quatre frères et il était très vite réglé. Un soucis d’argent ?, un conflit de voisinage ? Un problème avec un malfrat ?, allez voir les frères Angiulo et ils s’occupaient du reste. Mais pour le FBI, malgré leur façade romanesque, ils étaient des personnes violentes qui ont gagné énormément d’argent grâce aux activités criminelles de la famille Patriarca. Toujours d’après les autorités fédérales, les bookmakers contrôlés par les frères Angiulo, rapportaient au bas mot près de quarante cinq mille dollars de l’époque et cela par jour. Francesco qui a servi dans la marine marchande, a très vite appris le métier de comptable et son talent a servi par la suite à la famille Patriarca. Contrairement à ses trois autres frères, Francesco Angiulo n’a jamais été condamné pour des crimes violents, les voisins de son quartier et même le procureur qui avait inculpé Francesco Angiulo dans les années 1980 en étaient formels, ce dernier était un homme « calme et privé. Il n’a jamais fait de mal à personne », mais le problème est qu’il était impliqué dans les rackets d’une famille les plus violentes des États-Unis. D’après le procureur fédéral Anthony Cardinale, qui avait inculpé les frères Angiulo dans les années 1980, il déclara que ces derniers étaient très différents du célèbre James « Whitey » Burlger, un gangster Irlandais voisin, travaillant à proximité des quatre frères, qui coopérait avec le FBI et qui avait « inondé » selon lui son quartier ou il avait son repère de drogue, alors que les frères Angiulo avaient pour principe que le North End, lieu ou ils avaient leurs affaires soit propre : « Toute la zone qu’ils contrôlaient était sure. Personne n’osait voler une maison ou braquer un magasin alors qu’ils étaient présents » déclara de nouveau Anthony Cardinale. Les frères ont gagné leur argent grâce aux prêts usuraires et aux jeux, mais ils ont comme tout bon membre de la Cosa Nostra, étaient impliqués dans différents assassinats liés à la pègre. En 1981, le FBI posa un miro dans le repère de Gennaro Angiulo, lieu ou il avait ses habitudes. Ce dernier, qui était l’Underboss de la famille Patriarca, fut enregistré en train de se vanter dans plusieurs délits dont des meurtres qui n’avaient pas encore été résolus (Il se révéla par la suite que les gangsters James Bulger et Steven Flemmi avaient donné des informations au FBI sur les endroits ou ils faillaient planquer les micros. Gennaro Angiulo sera condamné en 1986 à près de quarante cinq de prison et sera libéré en 2007 pour des raisons de santé). A la fin des années 2000, le paysage du North End était complètement différent de la grande époque des frères Angiulo. La famille Patriarca avait été très affaiblie par une série d’arrestations, laissant une hiérarchie dirigée par différents Acting Boss, alors que le quartier qui était majoritairement d’origine Italienne à laissé place à une population multiculturelle. Francesco Angiulo continua à rendre visite à son frère Gennaro à sa sortie de prison jusqu'à son décès en 2009. Michele est décédé en 2006 après avoir purgé trois années de prison pour jeux illégaux. Donnato est décédé lui aussi en 2009 après avoir purgé près de onze années de prison pour racket, il avait été libéré en 1997. Dans l’esprit des habitants du North End, qui ont connu les frères Angiulo, ces derniers n’étaient pas des « mauvaises personnes », et ont aidé selon eux « plusieurs habitants ». Pour Francesco, un parent de la famille qui refusa d’être identifié raconta que ce dernier avait fait la même chose pendant près de trente ans, « rien d’illégal, il était juste assis à son bureau et regardait la télé ».

Partager cet article