Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

SÉCURITÉ MAXIMALE POUR LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE DÉTROIT

18 Mai 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Detroit

SÉCURITÉ MAXIMALE POUR LE PARRAIN DE LA FAMILLE DE DÉTROIT

Le Parrain de la famille de Détroit, Jack « Jackie The Kid » Giacalone (voir photo), veut montrer aux membres de sa famille qu’il y a une différence entre occuper le poste d'Acting Boss et être un Boss de la Cosa Nostra. Quand ce dernier fut nommé Acting Boss, par l’ancien Parrain emblématique, décédé en 2014, Giacomo « Jack » Tocco, c’était pour le préparer au mieux au poste suprême de commandement au sein de la Cosa Nostra, mais aussi pour faciliter le travail de Giacomo Tocco en rencontrant les différents membres éparpillés dans tout l’État du Michigan, mais aussi dans d’autres États des États-Unis, pour faire passer les messages du Parrain. Maintenant, depuis que Jack Giacalone a repris les rênes de la famille en 2014, il ne changea pas les habitudes de son prédécesseur, Giacomo Tocco, et ne se déplace plus d’ « Est en Ouest » pour rencontrer les membres de sa famille. Aujourd’hui, les différents Capitaines doivent désormais se déplacer a proximité du domicile de Jack Giacalone pour assister aux différentes réunions. Il faut comprendre que maintenant ce dernier a tous les pouvoirs, et un poste de Parrain attire très fortement les attentions des agents fédéraux et une exposition répétée par des déplacements peuvent coutés très chère par la suite. De plus, maintenant c’est lui qui commande, et s’il demande à ses Capitaines de venir le voir, ces derniers doivent obéir. Pour les messages extérieurs et pour la mise en place de ses décisions, Jack Giacalone fait appel à son Acting Boss, Peter Tocco, le neveu de l’ancien Parrain. Ce dernier vit à proximité de l’actuel Boss de la famille de Détroit, mais a toujours conservé un club social à l’Est de l’État. Ce club social a la particularité d’accueillir une population d’origine Italienne, souvent des personnes retraitées, dont plusieurs mafieux de la famille, ce qui permet à Peter Tocco de réunir les différents membres qui sont assez éloignés du comté d'Oakland (lieu ou réside Jack Giacalone) et de transmettre facilement les ordres du Parrain. Une fois que les messages sont passés, Peter Tocco surnommé aussi « Blackie » par ses amis, retournent revoir Jack Giacalone, d’après les agents fédéraux, les deux mafieux se réunissent souvent dans un restaurant Italien proche de leur domicile et ceux plusieurs après-midi par semaine, une habitude prise depuis que Jack Giacalone avait été nommé Acting Boss en 2011. Toujours d’après le FBI, les différents Capitaines de la famille, qui étaient passés de cinq à quatre par l’actuel Parrain, ont tous été vus à différentes reprises au chevet de Jack Giacalone pendant son année « inaugurale », juste après le décès d’une insuffisance cardiaque de l’ancien Boss Giacomo Tocco. Jack Giacalone se méfie très fortement de la surveillance électronique des agents fédéraux, et ne parle en aucun cas « affaires » dans des restaurants ou dans des lieux publics, une prudence qu'il a développé au fil des années. Jack Giacalone « à eu sa dose ». : « Dans un restaurant, les mafieux de Détroit mangent, ils parlent des uns et des autres, mais jamais d’affaires. Celui qui en parle, il est tout de suite repris » déclara un agent fédéral. Les oncles de Jack Giacalone, Vito « Billy Jack » Giacalone et Antohony « Tony Jack » Giacalone qui occupaient des postes à responsabilité au sein de la famille de Détroit avaient été condamnés eux aussi en raison des nombreux enregistrements effectués, par des micros posés à leur domicile mais aussi sous la table d’un restaurant ou ils avaient leurs habitudes. Jack Giacalone a repris le même fonctionnement que l’ancien Parrain de la famille Bonanno devenu un collaborateur de justice, Joseph « Big Joey » Massino, qui ne parlaient en aucun cas affaires dans les clubs sociaux, dans sa voiture ou même chez lui. Pour cela Jack Giacalone, utilise différents endroits, à « rotation permanente » pour éviter que les agents fédéraux ne se fixent sur un seul lieu de rendez-vous et décident de poser des micros. Ils utilisent très souvent les chaines de supermarchés dans les environs de Détroit et peut très bien discuter « affaires « dans les rayons d’un magasin.

Partager cet article