Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

UN SOLDAT DE LA OUFIT INCARCÉRÉ POUR AVOIR MENACÉ UN TÉMOIN

30 Avril 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Outfit

UN SOLDAT DE LA OUFIT INCARCÉRÉ POUR AVOIR MENACÉ UN TÉMOIN

Pour Paul Carparelli (voir photo), un Soldat de la Outfit, il ne fait aucun doute que la Cosa Nostra passe avant toute chose. Arrêté en 2013 par le FBI et accusé d’extorsion, Paul Carparelli avait su démontré dans plusieurs enregistrements dévoilés par les procureurs fédéraux, que le Soldat de la Outfit « incarnait pour lui les valeurs de la Cosa Nostra » : « Je ne changerai pas. Pourquoi? car je suis un « homme fait » (membre initié de la Cosa Nostra) et que je suis fier de l'être et je le serai toute ma vie ». Opérant depuis Cicero, Paul Carparelli a d’après les procureurs, profitait de sa relation étroite avec l’actuel Parrain, Salvatore « Solly D » DeLaurentis et des membres d’autres organisations, comme les Outlaws Motocycle, pour mener des opérations criminelles pour le compte de la Outfit de Chicago. Son domaine ? l’extorsion, et pour récupérer une dette de jeux ou voler de l’argent à un individu, Paul Carparelli n’hésite pas une seule seconde à utiliser la violence ou de donner des conseils à plusieurs de ses Associés sur la « bonne technique » à adopter pour récupérer le plus rapidement son argent : « C'est facile, bordel c'est super facile. Tu l'attrapes, tu lui casses sa putain de mâchoire, tu lui casses les bras et tu le laisses dans la rue. Ca te prends que 5 minutes et après tu auras ton argent » avait déclaré le Soldat de la Outfit à un individu qui se révéla être par la suite un agent infiltré du FBI. Dans un autre enregistrement effectué quelques semaine à peine avant son arrestation, Paul Carparelli raconta à l’agent infiltré comment se « tenir » pour éviter d’avoir gros problèmes avec lui : « C’est simple, si tu me voles pas et que me balances pas, je serais fidèle à mille pourcents ». Pour les personnes qui ne rentraient pas dans les « critères », la sanction tombée très vite et pouvait entrainer des blessures graves pour les individus. Car la violence fait partie quotidiennement de la vie de Paul Carparelli et dans un autre enregistrement, on pouvait entendre le Soldat de la Outfit, raconter à l’agent infiltré comment il avait « exploser les côtes et la tête » d’une personne qui devait de l’argent à la Cosa Nostra. Malgré les nombreuses menaces répétées par le Soldat de la Outfit, le juge fédéral en charge du dossier, avait décidé en Août 2013, de le libérer sous caution, en attendant un procès qui devait commencer dans plusieurs mois. En attendant, Paul Carparelli devait bien sur se tenir à carreau, et de ne côtoyer en aucun cas les principales victimes dans cette affaire et bien entendu, ses Associés de travail. Mais la tentation était trop forte pour Paul Carparelli, et quand ce dernier se balada au bord de sa Cadillac il y a quelques semaines, il repéra très vite l’une des victimes qui avait porté plainte contre lui pour différentes menaces. Le Soldat de la Outfit devait plaider coupable des accusations portées contre lui le mois prochain, mais une petite provocation contre la personne qui l’avait fait arrêter semblait tout à fait normal pour lui. S’arrêtant devant un restaurant ou se tenait l’individu en question, il demanda à un des employés de venir s’approcher de sa voiture pour qu’il transmette un message : « Dites lui que c’est un putain de rat et dites lui surtout ce que l’ont fait aux rats ». Malheureusement pour Paul Carparelli, la scène fut filmée par une vidéo de surveillance se trouvant près du lieu en question. Face à ces menaces, les procureurs fédéraux demandèrent à juste titre la révocation de sa libération sous caution, qui fut accordée par le juge fédéral. Ne bronchant pas une seule seconde, Paul Carparelli enleva tranquillement sa montre et sa chaîne en or, avant d’être emmener directement en prison en attendant son verdit : « Vous pensiez seulement que c’était des paroles anodines contre une personne qui vous avez accusé » déclara le juge fédéral. L’avocat du Soldat de la Outfit resta assez perplexe face à cette décision, se demandant pourquoi son client prendrait le risque de menacer un individu alors qu’un accord de plaidoyer était sur le point d’être finalisé : « Pourquoi ferait-il cela » déclara son avocat. La raison est surement très simple et évidente dans le sens ou Paul Carparelli vit depuis des années pour une seule chose, la Cosa Nostra.

Partager cet article