Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

ANALYSE DE LA COSA NOSTRA ITALO-AMÉRICAINE - PARTIE 2

18 Mars 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Divers

ANALYSE DE LA COSA NOSTRA ITALO-AMÉRICAINE - PARTIE 2

Au Canada, la famille Rizzuto qui est majoritairement composée de membres d’origines Siciliennes, ont depuis plusieurs mois et même après la mort du Parrain Vito Rizzuto, continué à faire la « guerre » au clan Calabrais. Ces derniers avaient profité d’un vide laissé après l’incarcération de leur Parrain emblématique, emprisonné dans une prison fédérale Américaine pour reprendre le pouvoir. A son retour, la vengeance fut inéluctable et plusieurs meurtres continuent encore au jour d'aujourd'hui à se produire. A l’inverse, les familles de New-York ont depuis quelques années décidé de travailler avec les autres Mafias Italiennes. L’opération Old-Bridge en Février 2008 avait révélé que la famille Gambino plus en particulier, avait repris contact avec certaines familles de Cosa Nostra en Sicile et en particulier avec la famille Inzerillo pour le trafic de la drogue (Pourtant interdit dans la Cosa Nostra Italo-Américaine). La famille Inzerillo, grande perdante de la guerre qui les opposait à l’époque au clan Corléonais dans les années 1970, avait contraint plusieurs de ses membres à s’exiler aux États-Unis pour éviter de se faire tuer. Salvatore Riina, qui était à cette époque le Capo di tutti capi de Cosa Nostra en Sicile était très clair sur ce clan mafieux : « D'eux, il ne doit rien rester, même pas la semence ». Mais pour la Mafia Italo-Américaine, une solution était envisageable et pouvait éviter que les derniers membres périssent aux mains des Corleonais. L’accord entre les cinq familles de New-York et Cosa Nostra en Sicile, était simple, la famille Inzerillo n’étaient plus la bienvenue sur le continent Italien. Plusieurs années plus tard et avec l’accord de Bernardo Provenzano (arrêté en 2006) Parrain des Parrains de Cosa Nostra en Sicile qui succéda à Salvatore Riina, puis avec l’aide de Salvatore Lo Piccolo (arrêté en 2007), quelques membres de la famille Inzerillo revinrent en Sicile à certaines conditions. La plupart, comme Pietro « Tall Pete » Inzerillo, sont devenus des membres initiés de la famille Gambino, mais c’est bien Giovanni Inzerillo, né à New-York et fils du défunt Parrain, Salvatore, assassiné en 1981 par les Corléonais qui dirigerait les opérations. Entrepreneur en construction, Giovanni retourna en Sicile au début des années 2000 pour d’après le FBI, relancer le trafic de drogue entre la Mafia Italo-Américaine et Cosa Nostra en Sicile. Pour continuer ses affaires, il s’aida d’un allié proche, membre important de la famille Gambino, Franck « Franky Boy » Cali. Ce dernier qui sert d’Underboss de la famille Gambino, est marié avec la sœur d’un des fils du clan Inzerillo, pour le FBI, il ne faisait plus aucun doute que Frank Cali jouait « d’ambassadeur » entre les deux continents. Comme à son habitude, les arrestations furent médiatisées, la plupart des médias Américains prétendant même que la famille Gambino « était rayée de la carte ». Mais au final, les peines furent dérisoires. Frank Cali, fut condamné à seize mois de prison, Domenico « Sicilian Dom » Cefalu, Parrain de la famille Gambino fera deux ans de prison. Pour la plupart des individus arrêtés comme Giovanni Inzerillo, ils seront acquittés des charges retenues contre eux. Des condamnations qui ne furent pas tellement à la hauteur des arrestations qui aura monopolisé le FBI et la police Italienne. En 2014, pendant l'opération New-Bridge, des Associés de la famille Gambino et Bonanno furent arrêtés avec des membres de la 'Ndrangheta, la Mafia Calabraise, pour avoir essayé d’exporter des tonnes de drogue dans différents pays d’Europe et aux États-Unis. Raphael Loupoi, propriétaire d’une boulangerie à Bensonhurst dénommée « Royal Crown Bakery » avait des liens étroits avec Raphael Valente, un membre imminent de la Mafia Calabraise, installé aux États-Unis. Ces arrestations démontrent encore une fois que la Mafia Italo-Américaine, essaye de renouer des contacts avec ses « cousines » Italiennes pour essayer de se faire de l’argent. Encore très active dans la construction, les familles de la Cosa Nostra ont démontré qu’elle avait encore une très grande influence dans le contrôle des docks de New-York et du New-Jersey, mais aussi dans le ramassage des ordures. En Juin 2014, l‘Associé de la famille Genovese, Carmine « Papa Smurf » Franco fut condamné à un an et un jour de prison pour sa participation dans le contrôle de plusieurs boites travaillant dans l’industrie des déchets. Avec l’aide de membres de la famille, il utilisa la menace et l’intimidation auprès des différents chefs d'entreprise, pour que ces derniers reversent un pourcentage des bénéfices à la hiérarchie de la famille Genovese. Il se révéla par la suite que Carmine Franco avait déjà été interdit par la justice Américaine d'exercer dans les activités liées au ramassage des ordures, on ne perd pas les vieilles habitudes. Le même mois, le Soldat Stephen « Beach » Depiro, montra la présence significative de la famille Genovese dans le port de Newark. Les mafieux détournaient toujours des milliers de marchandises en provenance des docks et menacèrent les différents ouvriers qui refusaient de payer la « prime de Noël » aux membres de la famille. Cette habitude vieille de plusieurs dizaines d’années, a toujours été très appliquée par les membres de la Cosa Nostra dans n’importe quel domaine d’activité Dernièrement encore, Gregorio Gigliotti, un Associé de la famille Genovese, travaillant pour le Capitaine Anthony Federici, a été accusé avec sa femme d’avoir voulu importer près de cinquante cinq kilos de cocaïne venant d'Italie. Après des mois d’enquête, il fut révélé que Gregorio Gigliotti avait des liens avec certains membres de la 'Ndrangheta, encore et toujours.

Partager cet article