Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

« JE N’AI PAS COLLABORÉ, J’AI SEULEMENT DONNÉ DES FAUSSES INFORMATIONS »

24 Février 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

« JE N’AI PAS COLLABORÉ, J’AI SEULEMENT DONNÉ DES FAUSSES INFORMATIONS »

En Janvier dernier, une « guerre » était ouvertement déclarée entre John Gotti Jr (voir photo) et son ancien meilleur ami, John Alite. Alors que le fils de l’ancien Parrain de la famille Gambino, déclarait que John Alite était un menteur pathologique et un tueur de sang froid, ce dernier avait lancé l’effet d’une bombe en déclarant et en s’appuyant sur plusieurs rapports d’anciens procureurs que John Gotti Jr, aurait « balancé » des informations au gouvernement fédéral lors de son arrestation pour racket en 2005. Avec l’aide d’un célèbre spécialiste de la Cosa Nostra, il fut révélé que John Gotti Jr aurait négocié un accord de plaidoyer, pour une éviter une longue peine de prison, tout en donnant des infos « essentielles » sur d’anciens crimes mafieux qui s’étaient déroulés dans la famille Gambino, à l’époque ou son père en était encore le Parrain. Face à de telles rumeurs, John Gotti Jr devait réagir. Si cela était vraiment avéré, sa discrédité envers de nombreuses personnes en prendrait un sacré coup et ruinerait sans aucun doute sa futur carrière dans le show-biz. En début de semaine dernière, en présence de son avocat, Jeffrey Lichtman, qui était lui-même présent lors dette fameuse réunion en 2005, John Gotti Jr essaya de donner une explication valable à toutes ces rumeurs. Il insista pour dire que l’étiquette de « rat » mentionnée par certains sites est injuste. Selon lui, oui il a bien donné des informations à la justice Américaine, mais des informations complètement fausses, d’ailleurs d’après ce dernier, aucune personne n’a été inculpé après son soi-disant témoignage. Il approuva que son père John Gotti n’avait pas accepté à la fin de sa vie, que son fils puisse avoir l’idée de plaider coupable dans une affaire fédérale, mais selon John Gotti Jr, à cette époque, il était dans « une mauvaise passe », il pouvait terminer sa vie derrière les barreaux, et plaider coupable était une solution pour retrouver une vie normale après sa détention, mais pour cela, il fallait ruser les procureurs en donnant des fausses informations : « J'ai donné des informations inexactes. Je ne suis pas un collaborateur de la justice. Rien que le fait d’être dans la même salle avec eux, j’étais physiquement malade » déclara t’il, en ajoutant que contrairement à son ancien ami John Alite, lui n’avait pas témoigné dans des procès fédéraux contre des membres de la Cosa Nostra. Son avocat déclara qu’il était contre l’idée d’une réunion avec les procureurs, mais que « la technique » de John Gotti Jr, si elle marchait, pouvait lui éviter une longue peine de prison. Toujours d’après ce dernier, les procureurs se sont rendus compte très tardivement que les informations données par John Gotti Jr étaient inexactes, mais l’ancien Acting Boss de la famille Gambino était déjà sorti de prison et le délais de prescription était déjà dépassé. Pour justifier du comportement de son client, Jeffrey Lichtman stipula que John Gotti Jr avait parlé du meurtre de Danny Silva, poignardé à mort dans un bar en 1983. John Gotti Jr raconta qu'il avait été tué par Joey Curio, un affilié de la famille Gambino, tout en sachant pertinemment que cela ne pouvait pas être possible, car ce dernier était décédé trois ans avant ce meurtre. John Gotti Jr était présent le jour de cet assassinat. Une bagarre avait éclaté dans le bar situé à Ozone Park, un quartier à forte densité mafieuse et lieu ou habitait le père de John Gotti Jr. Le FBI avait toujours soupçonné John Gotti Jr, qui à cette époque n’était pas encore un membre initié de la famille Gambino, d’avoir été impliqué dans ce meurtre crapuleux. L’explication donnée par l'ancien Acting Boss de la famille Gambino, même qu’elle fut fausse fut « acceptée » par les procureurs fédéraux : « C’était une farce totale. Je pense que sa technique de départ était d’impliquer ses ennemies dans différentes affaires » déclara son avocat. A cette époque, l'ennemi principal de John Gotti étaient Daniel Marino, un Capitaine de la famille Gambino qui aurait été au courant de la tentative d’assassinat contre son père en 1986. Ce jour là, une voiture explosa en face d’un club social ou était rassemblé John Gotti et Salvatore Gravano. Par chance, le Parrain de la famille Gambino ne fut même pas blessé, mais son Underboss, Frank DeCicco, mourut sur le coup. Cette tentative d’assassinat fut orchestré par l’ancien Underboss de la famille Lucchese, Anthony Casso, avec l’accord préalable de Daniel Marino et d'un autre Capitaine James « Jimmy Brown » Failla. En cas de succès les deux mafieux auraient été promu à la tête de la famille Gambino et auraient gérer les affaires courantes de la famille avec l'aide de la famille Lucchese. John Gotti Jr revint aussi le coup de poignard qu’il reçut devant une pharmacie en 2013 et qui avait les titres des journaux Américains. En effet, le fils de l’ancien Parrain de la famille Gambino fut poignardé à la sortie d'une pharmacie de Long Island. Un règlement de compte?, non plutôt une simple bagarre entre deux individus, pour une place de stationnement. John Gotti Jr, connaissait un des deux individus et en voulant les séparer, aurait été poignardé à l'estomac. Ce dernier refusa délibérément de coopérer avec la police de New-York et se rendit lui-même avec son propre véhicule à l’hôpital pour se faire soigner. Les agents du NYPD ne puent résoudre cette affaire car aucune caméra et aucun témoin n’était présent au moment des faits. John Gotti Jr admettra seulement que l'individu qui l'avait poignardé, l'avait contacté par la suite pour s'excuser de son geste.

Partager cet article