Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

JOHN GOTTI JR RACONTE SA VIE DANS LA FAMILLE GAMBINO AVEC SON PÈRE

28 Janvier 2015 , Rédigé par Xav Publié dans #Gambino

JOHN GOTTI JR RACONTE SA VIE DANS LA FAMILLE GAMBINO AVEC SON PÈRE

Après son acquittement en 2009, John Gotti Jr (voir photo) décida de quitter sa vie dans la Cosa Nostra pour se concentrer sur sa vie de familiale, ce qui ne l’empêcha pas de mener d’autres projets lucratifs et légitimes pour cette fois. Un film sur la vie de son père est en préparation avec comme acteurs principaux, John Travolta ou encore Al Pacino. Mais dernièrement, John Gotti Jr fait le tour des plateaux télés Américains pour la sortie de son livre, racontant sa jeunesse avec son père, Parrain emblématique et charismatique de la famille Gambino à la fin des années 1980, de son parcours criminel au sein de la famille mafieuse, jusqu’à sa vie actuelle. A l’âge de sept ans, John Gotti Jr se rendit avec sa famille voir son père, qui était incarcéré pour tentative d’homicide au pénitencier fédéral de Lewisburg dans l’État de Pennsylvanie. A l’intérieur, John Goti était le roi, il était entouré de plusieurs membres de la famille Gambino comme son meilleur ami, Angelo « Couac-Couac » Ruggiero, ou encore Frank DeCicco, Michael « Mickey Boy » Paradiso, et George Remini. A cette époque John Gotti Jr ne comprenait pas le concept de la prison et son père lui expliqua, qu’il travaillait en fait avec ses amis dans une caserne, et qu’il sortirait une fois que celle-ci sera entièrement rénovée. Pendant les visites, John Gotti Jr était entouré de sa famille et des amis de son père, il naviguait de table en table, jouant près des gardiens, qui n’hésitaient pas à leur prêter leur casquette d’officier pour jouer « aux gendarmes et aux voleurs ». Lors d’une visite, John Gotti Jr expliqua à son père qu’il voulait devenir policier comme l’agent de correction qui surveillait les visites au pénitencier. John Gotti les yeux écarquillaient se retourna alors vers sa femme Victoria et lui déclara : « Tu vas laisser notre fils devenir un flic ? » fin de la discussion, puis se retournant vers son fils, il déclara : « Tu ne dois pas t’habiller comme un flic, tu ne dois pas agir comme un flic, tu ne dois pas parler comme un flic », lui agrippant le bras, John Gotti Jr fut marqué par cette scène, qui restera gravée dans sa mémoire. Une fois sorti de prison, John Gotti fut promu Capitaine, et « ses horaires de travail », semés un conflit permanent dans la famille. « Des fois, il revenait vers quatre heures du matin, voir le lendemain dans la journée. Ma mère ne l’acceptait pas, mais à la fin elle s’y faisait » déclara John Gotti Jr. Il déclara aussi par ailleurs que John Gotti préférait être dans la rue qu’à la maison. Un jour, John Gotti Jr revint en sang de l’école, il s’était bagarré avec un de ses camarades de classe. John Gotti regarda sa blessure et lui ordonna, d’aller se retourner se battre et que si son « adversaire » était plus imposant que lui, il fallait utiliser « un bâton » pour l’assommer, John Gotti préparait son fils à la dure vie dans la Cosa Nostra. Cette organisation criminelle, il n'entendit parler de la première fois que quand il regarda un match de football à la télévision, son père était dans les tribunes et le journaliste s’attarda sur lui en prétextant que « John Gotti était une étoile montante de la famille Gambino ». En 1988, à l’âge de vingt quatre ans, John Gotti Jr devint un membre initié de la Cosa Nostra, la cérémonie eut lieu à Mulberry Street un quartier à forte densité Italienne, dans un appartement détenu par le Soldat Joe « Butch » Corrao. La veille de son intronisation, son oncle Gene, lui aussi un membre de la famille Gambino et frère de John Gotti, lui avait dit en souriant : « Assure-toi de porter un costume et une cravate pour demain ». Le lendemain, John Gotti Jr rentra dans une pièce, ou une douzaine d’hommes étaient assis autour d’une table, tous étaient des Capitaines de la famille Gambino, mais John Gotti, qui occupait le poste de Parrain n’était pas présent lors de cette cérémonie. Une fois initié, John Gotti gravit très rapidement avec l’aide de son père les échelons de la famille Gambino. Quand ce dernier sera condamné à la prison à perpétuité en 1992, il occupera le poste d’Acting Boss. En occupant un poste à responsabilité, il côtoya les autres Parrains de la Cosa Nsotra, comme Vincent « The Chin » Gigante, Boss de la famille Genovese, un personnage que John Gotti n’appréciait pas tellement : « Mon père était accessible à tout instant dans la rue, alors que lui, il se faisait passer pour un fou en se baladant en peignoir. Mon père m’a toujours dit qu’il préférait être comme il était que comme lui ». En 1998, John Gotti Jr fut inculpé par la justice Américaine de plusieurs charges fédérales tenant de la loi RICO. A titre exceptionnel, il put avoir l’autorisation d’être « conseiller » par son père, qui venait d’être transféré à Devens, un centre médical fédéral dans l'Etat du Massachusetts. John Gotti venait d’être diagnostiqué d’un cancer de la langue, du cou et de la gorge et John Gotti Jr voulait ses conseils car le gouvernement fédéral lui proposait un « plaidoyer » lui permettant de passer moins de temps en prison s’il acceptait de plaider coupable des charges retenues contre lui, une chose que le Parrain de la famille Gambino n’acceptait pas du tout. Quand il était au sommet de sa gloire, il avait déjà menacé les membres de sa famille si ces derniers décidaient de plaider coupable devant un tribunal. Pour lui, un homme d’honneur doit se battre et accepter sa peine sans broncher. Malgré sa maladie, John Gotti se plaignait d’être enfermé dans les mêmes conditions qu’Hannibal Lecter, mais son esprit était toujours aussi vif, et même s’il paraissait affaiblit, la haine qu’il ressentait contre le gouvernement était toujours intact. En tant que fils, John Gotti Jr lui expliqua la raison pour laquelle il allait plaider coupable, mais John Gotti très énervé par cette décision ne le comprit pas, et préféra au bout d’un moment restait silencieux. Pour lui, il valait mieux faire de la prison et purger sa peine avec honneur et dignité que de « s’allonger » devant le gouvernement. John Gotti Jr plaidera finalement coupable des accusations portées contre lui, et sera condamné en 1999 à près de six ans derrière les barreaux.

Partager cet article