Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

LE FILS DE L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE BONANNO CONDAMNÉ POUR TRAFIC DE DROGUE

1 Septembre 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Bonanno

LE FILS DE L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE BONANNO CONDAMNÉ  POUR TRAFIC DE DROGUE

Stephen Basciano est le dernier des fils de l’ancien Acting Boss de la famille Bonanno Vincent « Vinny Georgous » Basciano (voir photo) à devoir comparaitre devant le juge fédéral Richard Sullivan après son arrestation en Septembre 2013. Les trois fils de Vincent Basciano, avaient été accusés par la justice Américaine d’avoir pendant plusieurs années, distribué de la marijuana à New-York et dans plusieurs États Américains, rapportant des millions de dollars à la famille Bonanno. Le plus jeune des frères, Joseph Basciano Jr avait été condamné en Juillet dernier à six mois prison, Vincent Basciano Jr âgé de trente deux ans, un Soldat de la famille Bonanno, avait décidé de plaider coupable et sera condamné à une peine allant de 46 à 57 mois de prison dans un pénitencier fédéral (Cf : Un Soldat de la famille Bonanno condamné pour trafic de drogue). Lors de son arrestation l’année dernière, Stephen Basciano était le seul à avoir été incarcéré en attendant son procès. Le motif ? Les procureurs avaient fait écouté au juge fédéral des enregistrements, ou on pouvait entendre Stephen Basciano se vanter d’avoir plusieurs armes chez lui, et qu’il étai prêt à tirer « dans les jambes » de plusieurs individus qui pouvaient poser problème à la famille mafieuse. Dans l’attente d’une nouvelle comparution, ce dernier fut incarcéré au Métropolitan Center à New-York, le même endroit ou son père avait été emprisonné pendant son procès pour meurtre en 2011, mais à un étage différent. Stephen Basiano est détenu avec les autres prisonniers dont certains peuvent être des membres ou des Associés de la Cosa Nostra, alors que Vincent Basciano avait été incarcéré en isolement total, la partie la plus dure de la prison, ou aucun contact avec les autres prisonniers n'est permis et ou le détenu est confiné dans sa cellule près de vingt trois heures par jours. Au départ, comme ses deux frères, Stephen Basciano avait plaidé non-coupable, mais face aux preuves et à la perspective de rester en prison pendant plusieurs années, il décida quelques mois après son arrestations, de plaider coupable, lui évitant un procès et une comparution plus rapide devant le juge fédéral. En début de semaine, de sa cellule, Stephen Basciano envoya une « lettre d’excuse » au juge fédéral Richard Sullivan : « J’aime mon père de tout mon cœur, et mon cœur saigné pour lui, mais je ne veux pas suivre la même voie. Le choix que j’ai fais en vendant de la marijuana a bouleversé ma mère, qui ne me parle plus depuis mon arrestation. Ma petite amie, pleure toute les nuits et n’arrive plus à dormir ». Stephen Basciano déclara que l’arrestation de son père avait « bouleversé sa vie » car il était « son meilleur ami ». Depuis la condamnation de Vincent Basciano, Stephen Basciano a dû fermer son atelier de carrosserie dont il était copropriétaire, faute de temps, pour pouvoir s’occuper de sa famille. Mais pour ce dernier, il fallait absolument gagner de l’argent, et les petits boulots qu’il pouvait faire à droit et à gauche, n’étaient pas suffisants pour subvenir au besoin de sa mère et sa petite amie, c’est pour cela qu’il se tourna vers la vente de marijuana, une chose qu’il regrette amèrement aujourd’hui. « Ce fut l’une des pires décisions de ma vie », mais dans son esprit la marijuana n’était pas une « drogue dure » donc il pensait qu’il ne faisait « rien de mal ». Mais cette lettre qui avait pour but d’émouvoir le juge fédéral, n’a pas eu l’effet escompté. En effet, Richard Sullivan est un habitué des membres de la Cosa Nostra, qu’il voit défiler dans son tribunal et la technique utilisée par Stephen Basciano a déjà un gout de déjà vu pour le juge. En fin de semaine, c'est dans une salle d’audience remplie par la famille et les amis de Stephen Basciano, que je le juge fédéral rendit son verdict. L’avocat de la défense, Joshua Dratel espérait que le juge aille en dessous des réquisitoires des procureurs et qu’il inflige à son client une peine inférieure à trente six mois de prison, mais ce dernier condamna Stephen Basciano à quarante deux mois dans une prison fédérale. Pour justifier de son verdict, Richard Sullivan déclara que Stephen Basciano avait participé à trafic à grande échelle, pendant « plusieurs années » et non pas pendant quelques jours et qu’il était bien conscient des risques : « Ce n’est pas une façon de vivre » déclara le juge. Stephen Basciano, ne broncha pas et préféra s’excuser auprès de sa famille dans le tribunal : « Je veux que vous sachiez que cela ne se reproduira jamais, plus personne ne prendra de nouveau ma liberté » déclara t’il.

Partager cet article