Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

UN SOLDAT DE LA OUTFIT SORT DE PRISON

1 Août 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Outfit

UN SOLDAT DE LA OUTFIT SORT DE PRISON

Le mois dernier, Louis « Louis Tomatoes » Marino, un Soldat réputé de la Outfit, opérant dans la ville de Cicero (ville des États-Unis, située dans la banlieue ouest de Chicago, connu pour avoir été le repère d’Al Capone dans les années 1920), vient de rentrer dans une maison de transition, après avoir passé près de vingt cinq années derrière les barreaux dans un pénitencier fédéral, pour des charges de racket. Le début de la carrière criminelle de Louis Marino, se passa exactement comme la plupart des Associés des différentes familles mafieuses, car pour rentrer dans la Outfit, ce dernier devait faire ses preuves, et il servit alors de garde du corps et de chauffeur à un célèbre Capitaine de cette organisation dans les années 1970, Ernest « Rocky » Infelise. En récompense de son « excellent » travail, Louis Marino et son ami Salvatore « Solly D » DeLaurentis seront initiés dans les années 1980 et prendront en charge les affaires de la Outfit à Lake County, un comté au Nord-Est de l’État de l’Illinois. Apprécié des membres de la Outfit pour sa capacité à ramener de l’argent, Louis Marino est aussi connu du FBI pour sa violence et son extrême dangerosité envers les individus essayant « d’arnaquer » la famille, il est d’ailleurs soupçonné par la justice d’avoir participé à plusieurs contrats pour l’organisation criminelle, des tâches qu’il accepta sans sourciller, lui permettant « d’agrandir » sa réputation auprès des autres membres et Associés. En 1981, Louis Marino, fut enregistré par le FBI en train d’agresser un individu qui lui devait des milliers de dollars d'un prêt usuraire, sans savoir que ce dernier, effrayait des conséquences que pouvait avoir de ne pas rembourser la Outfit, avait décidé de porter un micro sous sa chemise. En arrivant sur les lieux, Louis Marino, fut accueilli par son ami Salvatore DeLaurentis, qui lui expliqua que l’individu en question « n’avait pas encore l’argent ». Enragé, Louis Marino, sorti un couteau et s’approcha de la personne en question, arme à la main : « Toi espèce de fils de pute, tu me dois de l’argent. Tu sais ce que tu dois faire pour me rembourser non ? Tu vas voler une bijouterie, un magasin, tu vends tes bijoux, les objets de ta mère, tu fais tout ce que tu veux, mais il me faut l’argent pour ce soir, tu as compris ? C’est grave putain, je suis à la porte de ta maison dès ce soir et s’il le faut je serais à côté de toi à ton réveil. Essaye d’aller nulle part, pas la peine de te cacher, sinon ca ira mal pour toi. ». D’après Nicholas Calabrese, un ancien membre de la Outfit qui collabora avec le gouvernement lors du procès dit des « Secrets de famille », Louis Marino aurait participé aux meurtres d’Anthony Spilotro et de son frère Michael en 1986. Cette année là, Joseph « Joe Nagali » Ferriola (voir photo) devint le nouveau parrain de la Outfit et il en avait assez de la « mauvaise publicité » engendrait par Anthony Spilotro à Las Vegas, un contrat fut donc lancé sur sa tête. Les agents fédéraux soupçonnèrent tout de suite Louis Marino comme l’un des tueurs et une surveillance plus poussée avait démontré, qu’il avait participé à une réunion avec plusieurs membres de la Outfit dont Joseph Ferriola et Ernest Infelice, quelques jours à peine après le meurtre d’Anthony Spilotro, qui fut battu à mort dans le sous-sol d’une maison appartenant à un Soldat de l’organisation. Malgré les révélations de Nicholas Calabrese, Louis Marino ne fut jamais accusé de ce meurtre. Toujours en 1986, Louis Marino profita d’un « week-end de repos » avec sa famille lors de la fête nationale Américaine pour partir dans sa maison du Wisconsin. Le FBI qui était toujours en train d’enquêter sur le meurtre des frères Spilotro, profita de cette occasion pour « voler le véhicule » de Louis Marino le temps de poser un micro dans sa Cadillac qu’il avait laissé reposer dans son garage. Le problème est que Louis Marino, au lieu de revenir le 06 Juillet, revint plus rapidement que prévu, le 05 Juillet et s’aperçut très vite que sa voiture avait disparu et en « citoyen modèle » alla porter plainte à la police. Face à cette situation très embarrassante, le FBI rendit la voiture à Louis Marino qui découvrit rapidement que celle-ci avait été forcée, plusieurs trous avaient été effectués dans la voiture, et la radio fut démontée. Louis Marino attaqua le gouvernement fédéral et réclama près d’un million de dollars de dommages et intérêts. Face à l’incapacité du gouvernement fédéral d’inculper Louis Marino pour les meurtres d’Anthony et Michael Spilotro, ils décidèrent en 1990 de l’accuser de racket fédéral et du meurtre d’un Associé de la Outfit, Hal Smith. Ce dernier avait fait fortune dans le bookmaking et refusait obstinément de payer près de six mille dollars par mois « d’impôts de rue » aux membres de l’Outfit pour que son commerce soit « protégé ». De plus lors d’une réunion de « conciliation », il aurait insulté Salvatore DeLaurentis et Louis Marino, un manquement grave aux règles de la pègre qui entraina une condamnation à mort immédiate. Un contrat fut donc lancé et d’après le FBI, Louis Marino aurait participé activement à ce meurtre. Comme à son habitude, la Outfit voulait faire passer un message aux autres bookmakers qui auraient l'intention de ne plus payer la famille, Hal Smith fut retrouvé atrocement torturé, sa gorge tranché petit à petit, son corps transpercé de plusieurs coups de couteaux, avant d’être étranglé avec une ceinture. Après un procès qui durera plusieurs semaines, Louis Marino fut acquitté du meurtre de Hal Smith, mais reconnu coupable de racket et fut condamné à vingt huit ans derrière les barreaux, la peine maximale prévue par la loi Américaine, une sanction qu’il accepta sans broncher. Aujourd’hui, Louis Marino est âgé de 82 ans et malgré son âge, des agents du FBI se portent à croire qu’il retournera aux affaires avec son vieil ami Salvatore DeLaurentis, une fois les contraintes liant à sa libération conditionnelle soient terminées en novembre prochain. Pour un ancien agent fédéral à la retraite : « Louis Marino est un homme de la rue qui cherchera toujours à revenir aux affaires. Il a la Outfit dans son sang, et il reste un gangster de la vieille génération »

Partager cet article