Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

LE BOSS DE LA OUTFIT CONSTRUIT DES ECOLES DANS LA BANLIEUE DE CHICAGO

6 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Outfit

LE BOSS DE LA OUTFIT CONSTRUIT DES ECOLES DANS LA BANLIEUE DE CHICAGO

Quand le maire de la ville de Park Ridge dans l’État de l’Illinois procède à un appel d’offres pour faire construire une école, cela semble tout à fait normal, mais quand l’entreprise sélectionnée appartient au Boss de la Outfit (Famille de la Cosa Nostra basée essentiellement dans l’État de l’Illinois et dans la ville de Chicago), cela semble inquiéter la justice Américaine et plus particulièrement le FBI. Quand on regarde de plus près, on peut s’apercevoir que l’entreprise est au nom de Joséphine DiFronzo, la femme de Peter DiFronzo, mais d’après ces derniers, la société D&B qui se situe à Melrose Park, appartiendrait à John "No Nose"Di Fronzo (voir photo), Boss actuel de la Outfit depuis 1996 et à son frère Peter DiFronzo, un Soldat de la Cosa Nostra. John DiFronzo qui a « miraculeusement » échappé au procès dit des « Secrets de familles », impliquant et condamnant plusieurs membres de la Outfit, dont Joey « Joe The Clown » Lombardo, Frank Calabrese Sr et James Marcello en 2005, continuerait à gérer les activités criminelles de la Mafia Italienne, qui serait composée d’une trentaine de membres actifs dans Chicago et ces environs. Pourtant John DiFronzo avait été fortement impliqué par Nick Calabrese, le fils de Frank Calabrese comme l’un des tueurs d’Anthony et Michael Spilotro, connus par le film de Martin Scorsese « Casino » en 1995, mais malgré ce témoignage, John DiFronzo évita un procès et cela lui permit de devenir le nouveau Parrain de la Mafia à Chicago. Scott Mackall, le gestionnaire des installations de la ville de Park Ridge, déclara que la société D&P, ne « fournissait qu’une seule benne » pour le projet et que ce dernier avait été sous-traité par l’entreprise, Palatine Bergen Construction Corporation, qui doit effectuer le plus « gros » du travail. Ce n’est pas la première fois que la société D&P tente de s’immiscer dans les constructions de plusieurs bâtiments. Selon un rapport du gouvernement Américain en 2008, la société D&P a fait l’objet d’une procédure disciplinaire, pour avoir comme salarié, de nombreux membres appartenant au crime organisé, indiquant que le conseil d’administration de l’entreprise, comprenait John DiFronzo et son frère Peter DiFonzo, alors que la femme de ce dernier a refusé à plusieurs reprises de répondre aux questions des journalistes, prétextant un « acharnement » contre sa famille. Quand John DiFronzo fut interrogé à la sortie de la société par des journalistes, celui-ci déclarait ne « rien faire de spécial », alors que son frère Peter s’enfuit avec sa voiture sous les hurlements de sa fille ordonnant aux journlaistes de le laisser tranquille : « Je n’ai jamais entendu parler d’eux » déclara Scott Mackall, en essayant de tenter tant bien que mal de se justifier auprès des journalistes. La construction de l’école qui devrait se terminer le 08 Août prochain, devrait couter près de 4,5 millions de dollars : « Il y a eu plusieurs offres de faites, mais nous avons chois les plus intéressantes » déclara de nouveau Scott Mackall. Déjà en 2011, D&P avait déjà participé à la construction de la « South Shore High School » et d’une école primaire dans la périphérie de Chicago : « Il n’envoie pas un très bon message au demi million d’élèves scolarisés en école publique » avait déclaré un journaliste. Pourtant même en fouillant minutieusement, le FBI n’a rien à reprocher à cette société, sauf qu’elle soit contrôlée par des membres du crime organisé. Un entrepreneur déclara même qu’il avait choisi cette entreprise en raison de ses prix compétitifs. Alors John DiFronzo a-t-il abandonné ses activités au sein de la Outfit pour se concentrer sur une entreprise légale ? Pas vraiment, encore il y a peu, il fut filmé à la sortie d’une pizzeria détenue par Marco D’Amico un membre imminent de la Outfit de Chicago. Interrogé sur sa présence suspecte dans ce restaurant, Joseph DiFronzo s’efforça de dire aux journalistes, que cela n’était que pur hasard et qu’il ne connaissait pas le propriétaire des lieux.

Partager cet article