Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

FIN DE PROCES POUR UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE

18 Juin 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Lucchese

FIN DE PROCES POUR UN CAPITAINE DE LA FAMILLE LUCCHESE

« On va l’éplucher couche par couche comme un oignon » voila par quoi a commencé le procureur fédéral pendant son réquisitoire final, dans l’affaire contre Nicodemo Scarfo Jr (voir photo), un Capitaine de la famille Lucchese et son Associé, Salvatore Pelullo, soupçonnés d’avoir dilapidé pendant plusieurs années pour près de douze millions de dollars la société « First Plus » basé au Texas. Pendant plus de trois heures, le procureur fédéral, Stephen D'Aguanno a tenté d’expliquer comment Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo ont falsifié des contrats, ont nommé des actionnaires fictifs et ont dépensé sans compter l’argent de l’entreprise pour assouvir leur train de vie luxueux. Dans un réquisitoire qui marqua près de cinq mois de procès, le procureur fédéral expliqua comment Salvatore Pelullo avait été nommé à la « tête » de l’entreprise dans un seul but, s’enrichir et relayer les ordres de Nicodemo Scarfo Jr, qui tapit dans l’ombre et avec l’aide son père incarcéré dans une prison fédérale, donna des conseils, pour vider le plus rapidement possible les caisses de la société depuis leur prise de contrôle en 2007. En plus de falsifier des documents, Salvatore Pelullo était très généreux, et faisait même profiter ses amis dans son escroquerie. Un de ses conseillers, William Maxwell, qui lui aussi fut arrêté, fut accusé d’avoir touché près de cent mille dollars par mois pour avoir « aidé » la société a mettre en place des contrats avec la deuxième entreprise de Salvatore Pelullo, « Seven Hills Management », un contrat qui fut beaucoup plus avantageux que celui de Nicodemo Scarfo Jr, qui gagnait près de trente trois mille dollars par mois, sans avoir aucune activité dans l’entreprise, ce dernier qui réside dans le New-Jersey, donnait la plupart de ses « conseils » par téléphone. Et pour montrer que Salvatore Pelullo et Nicodemo Scarfo Jr étaient déjà connus des autorités, le procureur fédéral démontra que l’Associé de la famille Lucchese avait déjà été condamné pour ce genre de délits par le passé, alors que Nicodemo Scafo Jr connu des autorités depuis des années pour sa relation avec la famille Lucchese était coutumier de ce genre de méfaits. Stephen D'Aguanno expliqua que l’association Pelullo-Scarfo ne représentait pas la Cosa Nostra, mais que les deux individus avaient « utilisé » leur « réputation » au sein de la pègre pour se mener au sommet de la société en menaçant la plupart des salariés présents dans l’entreprise. Et outre Nicodemo Scarfo Sr, qui s’était impliqué personnellement dans cette extorsion depuis la prison fédérale a Atlanta en ou il était incarcéré, Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo avaient aussi reçu le « soutient » de Vic Amuso, ancien Boss de la famille Lucchese qui à cette époque, était incarcéré dans la même prison que le père de Nicodemo Scarfo Jr depuis sa condamnation à perpétuité en 1992. Les deux anciens parrains ne furent pas inculpés par la justice Américaine pour éviter des dépenses inutiles au vu de leurs condamnations respectives, mais dans plusieurs conversations téléphoniques, Nicodemo Scarfo Sr avait bien rappelé à son fils, que « Oncle Vic » (Vic Amuso), attendait un pourcentage non négligeable de l’argent touché par Nicodemo Scarfo Jr et Salvatore Pelullo. Agé aujourd'hui de 80 ans, l'ancien Parrain n'avait pas perdu pour autant son « sens des affaires » Pour la défense et en particulier pour l’avocat de Salvatore Pelullo, Michael Farrell, cela est simple, les procureurs fédéraux ont essayé de médiatiser l’affaire en faisant planer le spectre de la Cosa Nostra. Mais pour eux, son client n’est ni un voleur, ni un Associé de la famille Lucchese, il est juste un « expert en redressement » d’entreprises en difficulté : « Le gouvernement n’a jamais laissé la moindre chance à mes clients et ils veulent vous convaincre aujourd’hui qu’ils sont coupables de tous ces crimes. Je peux vous dire que Salvatore Pelullo a sauvé beaucoup d’entreprises grâce à son talent » déclara Michael Farrell, en affirmant que son client avait été classé par un média Américain comme des meilleurs entrepreneurs des États-Unis. Il décrivit Salvatore Pelullo comme un individu ayant le « sens aiguisé des affaires, un preneur de risque » qui avait pour but de prendre des entreprises en difficulté pour les remonter financièrement : « Prendre la société ? il voulait tout simplement sauver cette entreprise ? » hurla t’il dans le tribunal. Il décria par la même occasion que Nicodemo Scarfojr avait était inculpé, non pas pour ces précédentes condamnations pour racket et pour être un membre initié de la famille Lucchese, mais en raison de son nom, car son père était l’ancien Parrain de la famille de Philadelphie « Le gouvernement veut vous faire croire qu’il est un gangster, alors que ce n’est pas le cas. Ils (les procureurs) veulent que vous condamnez mes clients en raison de leur relation supposée avec la Cosa Nostra ». Pour Donald Manno, le deuxième avocat de Nicodemo Scarfo Jr, il exhorta le jury à « examiner » les faits et non les « détournements » supposés des deux accusés.

Partager cet article