Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

LE PROPRIETAIRE DU "BADA BING" COLLABORAIT AVEC LE FBI

10 Mars 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Genovese

LE PROPRIETAIRE DU "BADA BING" COLLABORAIT AVEC LE FBI

Dans la célèbre série diffusée par HBO, « The Sopranos », Tony Soprano, Parrain de la Mafia dans le New-Jersey, gère la plupart de ses activités dans une boite de striptease dont il est le propriétaire dénommée « Bada Bing ». En réalité, cette dernière se nomme le « Satin Dolls » et a comme patron, un individu, qui lui aussi est lié à la Cosa Nostra, un Associé de la famille Genovese, Anthony « Tony Lodi » Cardinalle (voir photo). En Décembre 2013, ce dernier et plusieurs membres de la famille Genovese, mais aussi des familles Lucchese et Gambino, furent arrêtés pour avoir tenté de contrôler plusieurs entreprises de déchets dans l’État de New-York et du New-Jersey. L’Associé de la famille Genovese, qui avait décidé il y a quelques mois de décorer sa boite de striptease en hommage à James Gandolfini, décédé d’une crise cardiaque en Italie le 19 Juin dernier, choqua plusieurs personnes, quand le gouvernement déclara que l’Associé de la famille Genovese, travaillait depuis plusieurs mois pour la justice Américaine. Car même, s'il n'était pas un membre initié de la Cosa Nostra, Anthony Cardinalle, « travaillait » pour le compte de la famille Genovese dans l’État du New-Jersey, dans l’ancienne « équipe » d’un célèbre Capitaine, décédé en 2010, Tino « T » Fiumara. Le problème, était qu’Anthony Cardinalle, non content de percevoir des énormes bénéfices de sa boite de striptease, collaborait avec un de ses Associés du nom de Carmine "Papa Smurf" Franco à racketter le propriétaire d’une entreprise de déchets dans le New-Jersey. Ce dernier, qui se faisait malmené par la plupart des « Affranchis » du coin, décida de collaborer avec le FBI et enregistra pendant plusieurs années mois, Anthony Cardinalle et Carme Franco se vantant d’avoir des « connexions » avec la famille Genovese et d’utiliser la violence, si ce dernier ne donnait pas une partie des bénéfices de son entreprise (Cf : Fin de carrière pour Associé de la famille Genovese) : « Je suis ami avec un procureur de North Arlington (un arrondissement dans le comté de Bergen dans le New-Jersey). J’ai aussi aidé récemment un ami qui voulait ouvrir une discothèque. J’ai des relations un peu partout » se vantait Anthony Cardinalle au propriétaire de l’entreprise. Le racket fédéral est puni par la justice Américaine, de nombreuses années de prison et vu l’âge avancé d’Anthony Cardinalle, la perspective de terminer sa vie derrière les barreaux était plus que probable, c’est pour cela qu’il décida dès sa première comparution devant un juge fédéral de plaider coupable sur des accusations de racket d’extorsion : « Je reconnais avoir participé avec plusieurs individus, avoir demande à une personne de me donner une partie des bénéfices engendrés par son entreprise. J’ai aussi informé cette personne, que s’il refusait, son entreprise allait être fermée » déclara Anthony Cardinalle dans le tribunal. Mais même en plaidant coupable, Anthony Cardinalle, risquait toujours une peine d’emprisonnement, ce que l’Associé de la famille Genovese refusait catégoriquement. Dans un enregistrement révélé par le FBI, Anthony Cardinalle, expliqua qu’il « avait déjà soupé de la prison et qu’il ne voulait pas y retourner » et c’est pour cela que tout naturellement il coopéra très rapidement avec le FBI et sans nul doute plusieurs mois avant son arrestation. En raison de sa collaboration, l’ancien Associé de la famille Genovese sera surement « récompensé » par la justice Américaine d’avoir permis d’arrêter des membres de la Cosa Nostra encore très actifs dans le domaine des déchets. En attendant, Anthony Cardinale est rentré dans le programme de protection des témoins et sera présenté à un juge fédéral le 23 Mai prochain pour recevoir son verdict.

Partager cet article