Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LCN

ET PENDANT CE TEMPS LA...

29 Mars 2014, 06:40am

Publié par Xav + A.S

ET PENDANT CE TEMPS LA...

VERDICT DANS L'AFFAIRE DU MEURTRE DE JAMES DONOVAN :

Il n’aura fallu que quelques heures au jury pour reconnaitre coupable Richard Riccardi et Luigi Grasso (voir photo) d’avoir participé au meurtre d’un Associé de la famille Lucchese, James Donovan. Cette condamnation, une petite victoire pour les procureurs fédéraux, fut en partie possible, grâce au témoignage d’Hector Pagan, un ancien Associé de la famille Bonanno et ex beau-fils de l’ancien Consigliere de la famille mafieuse, Anthony « TG » Graziano (Cf : Meurtre et téléréalité ne font pas bon ménage) : « Hector Pagan ne mentait pas quand il vous a dit que les deux accusés avaient réellement participé à ce meurtre. Il vous a dit lui même qu’il était le tireur, il ne vous a pas menti » déclara le procureur fédéral Nicole Argentieri. James Donovan, avait été pris dans une embuscade par les trois mafieux, car d’après Richard Riccardi, ce dernier avait toujours sur lui d’importante somme d’argent : « Que fais tu ici ? » avait déclaré d’après un témoin James Donovan à Hector Pagan, le jour du meurtre. Ce dernier, avait braqué son arme sur l’Associé de la famille Lucchese, puis avait tiré à plusieurs reprises, touchant l’artère fémorale, laissant James Donovan se vidait de son sang en plein milieu de la rue. En plus de la coopération d’Hector Pagan, le détective du NYPD, Peter McMahon, avait réussi à récupérer les mégots de cigarette, qu’avait laissée Richard Riccardi, pendant une de ses surveillances au domicile de James Donovan. Les mégots récupérés avaient permis au détective de comparer l’ADN de l’Associé de la famille Bonanno, une preuve qui avait pu permettre de prouver la présence du mafieux le jour du meurtre. Au début du procès, l’un des deux accusés, Luigi Grasso, qui d’après le FBI serait un Associé de la famille Gambino, s’était plaint au juge fédéral John Glesson, que les services pénitenciers avaient bloqué ses commandes de nourriture auprès d’un traiteur de Brooklyn pendant son procès : « Je suis affamé » avait déclaré Luigi Grasso, au juge John Glesson. Le gouvernement fédéral donne aux deux accusés, un sandwich, une pomme et une petite bouteille de lait pendant le procès. Insuffisant pour les deux mafieux, qui tous les deux étant de nature « corpulente », auraient selon eux besoin de beaucoup plus pour pouvoir être « concentré » pendant le procès. Riccardi et Luigi Grasso risquent jusqu'à la prison à vie pour ce meurtre, alors que pour Hector Pagan, il serait d'après plusieurs journalistes « bientôt de retour chez lui ».

ET PENDANT CE TEMPS LA...

Harold « Kayo » Konigsberg (voir photo) est un gangster d’origine juive qui servait « d’homme de main » à la famille Genovese et à son Capitaine Anthony « Tony Pro » Provenzano, un membre très important de la Cosa Nostra, qui fut suspecté par le FBI d’avoir participé au meurtre de l’ancien syndicaliste Jimmy Hoffa. D’après plusieurs témoins qui ont pu le fréquenter pendant toute sa carrière criminelle, Harol Konisberg, était un « tueur », qui « adorait » son métier et aimait être « payé pour exécuter des contrats ». Pour l’ancien détective du NYPD, Joseph Coffey qui le suivit pendant plusieurs années, Harol Konisberg était : « un sale « batard », c’était le pire du pire. Il aurait du mourir sur la chaise électrique », mais la justice avait décidé autrement, et il fut condamné en 1963 de 20 ans à la prison à vie pour le meurtre d’un ancien Associé d’Anthony Provenzano, Anthony « Three Fingers » Castellitto. Depuis 1998, Harol Konisberg avait été refusé à sept reprises à la libération sous conditionnelle, jusqu’en Avril 2012, ou il fut accepté à la surprise générale et placé dans une maison de retraite en Floride. Mais même en étant âgé de 88 ans, l’ancien tueur à gages de la famille Genovese, continue d’après les autorités à « bafouer » les règles élémentaires en société, en « martyrisant » les habitants de cette paisible maison de retraite : « Dire qu’il est arrogant, est un euphémisme, il ne s’entend pas avec n’importe qui. Il m’a dit de la fermer plus d’une fois » déclara Sandra Fiebert, une pensionnaire. Cette dernière s’était plainte à plusieurs reprises des nuisances sonores provoquées par Harol Konisberg, quand ce dernier regardait la télévision. Quand un personnel de l’établissement, lui demanda poliment de baisser le volume, l’ancien mafieux lui répondit sèchement : « Allez dire à ma voisine, qu’elle se suicide » : « Il n’est pas toujours agréable et parfois bruyant, mais cela ne me dérange pas » déclara un autre pensionnaire de la maison de retraite. Le mois dernier, les policiers de Sunrise, la ville en Floride ou est installée la maison de retraite,, lui avaient adressé un « avertissement » pour être rentré dans la maison d’un individu. Mais pour Doris Tucker, un de ses voisins de chambre, Harol Konisberg : « Ne ressemble pas à un gangster, c’est juste quelqu’un de mauvaise humeur ».


ET PENDANT CE TEMPS LA...

LE FILS DE L'ANCIEN ACTING BOSS DE LA FAMILLE BONANNO PLAIDE COUPABLE :

Vincent Basciano Jr (voir photo) est un membre « fait » de la famille Bonanno et le fils de l’ancien Parrain de la famille mafieuse, Vincent Basciano (Cf : Vincent Basciano à Supermax). En Septembre dernier, Vincent Basciano Jr ainsi que ses deux frères, Vincent Basciano Jr et Stephen Basciano avaient été accusé par la justice Américaine d’avoir participé à un trafic de marijuana dans plusieurs Etats (Cf : Les trois fils de Vincent Basciano arrêtés pour trafic de drogue). Vincent Bascinano Jr, qui avait décidé le jour de sa première comparution devant un tribunal fédéral, de plaider non-coupable, a décidé en fin de semaine de changer de fusil d’épaule et de plaider coupable des charges retenues contre lui. En décidant d’avouer ses crimes, le Soldat de la famille Bonanno, évite un procès de plusieurs semaines, mais surtout une très longue peine de prison. En effet, l’accord passé avec les procureurs, permet à Vincent Basciano Jr, d’être condamné au maximum à une peine de 57 mois de prison dans un pénitencier fédéral. Verdict le 18 Juillet prochain.