Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE PLAIDE NON-COUPABLE

27 Février 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

UN ASSOCIE DE LA FAMILLE DE PHILADELPHIE PLAIDE NON-COUPABLE

Ron Galati (voir photo), surnommé le « Don Corleone » de la réparation automobile dans le sud de Philadelphie a été accusé en début de semaine pour complot d’assassinat et intimidation de témoin par un grand jury. Présenté devant un juge fédéral, Ron Galati plaida non-coupable des accusations retenues contre lui, ce qui mis fin sans nul doute, à des spéculations comme quoi ce dernier s’apprêtait à coopérer avec la justice Américaine (Cf : Le changement d’avocat d’un Associé de la famille de Philadelphie, intrigue les accusés). Au départ, Ron Galati avait été arrêté pour fraude à l’assurance, une accusation passible d’une peine d’emprisonnement de six ans maximum dans un pénitencier fédéral, mais entre temps, l’Associé de la famille de Philadelphie fut accusé par la justice Américaine d’avoir engagé deux tueurs à gages pour tuer un témoin du gouvernement. Le problème pour lui, est ce que ces derniers ont été arrêtés par la police après avoir essayé d’assassiner le petit-ami de sa fille, Andrew Tuono, qui fut tiré dessus de trois balles dans le corps le 30 Novembre dernier à Atlantic City, mais qui survécut miraculeusement à ses blessures. Risquant de terminer leur vie derrière les barreaux, les deux individus avaient vite dénoncé Ron Galati comme étant l’investigateur de cette tentative de meurtre. Mais la police le soupçonna aussi d’avoir eu pour « projet d’abattre » Joseph Rao et son fils Joe, qu’il soupçonnait de collaborer avec la justice et de vouloir témoigner contre lui dans son procès pour fraude à l’assurance. Incarcéré en attendant son procès, Ron Galati, s’il est reconnu coupable, encours près de 30 ans derrière les barreaux, ce qui signifierait au vu de son âge avancé, une mort certaine en prison : « Ce type sait des choses sur moi sur une affaire d’assurance » aurait déclaré Ron Galati à un des tueurs à gages, Walker Mathews. Lui et son frère rencontrèrent peu avant Halloween Ron Galati et un de ses associés du nom de Jérôme Johnson, qui fut lui aussi inculpé dans cette affaire. Le rendez-vous avait été fixé juste en face du garage que gérait Ron Galati, l’ « American Collision Inc. ». Cette réunion avait été organisée par Jérôme Johnson, qui leur avait juste signalé que Ron Galiti avait « un problème » et qu’il voulait parler aux frères Mathews : « Ron Galati voulait que j’aille au garage que tenait Joseph Rao et que je lui tire deux balles dans la tête ». Toujours d’après Walker Mathews, ce dernier aurait demandé 20000 dollars pour chaque personne, chose que l’Associé de la famille de Philadelphie accepta tout de suite, en donnant même à l’un des frères un acompte de plusieurs milliers de dollars. Mais ce que Ron Galati ne savait pas, c’est que depuis plusieurs mois, une caméra était installée près de son garage et que l’entretien avec les deux individus fut filmé, une preuve cruciale qui sera bien évidement exploitée par les procureurs lors de son procès. Michael Romano l’inspecteur de police en charge du dossier contre Ron Galati passa des heures a scruté les moindres mouvements de l’Associé de la famille de Philadelphie, avant d’arriver à cette rencontre avec ces deux individus, une certaine victoire pour l’enquêteur, car même s’il n’y a pas de son sur la vidéo, cela pourra collaborer le témoignage des frères Mathews pendant le procès. Une fois l’accord passé entre Walker Mathews et Ron Galati, les deux frères partirent voir à l’intérieur de l’atelier de carrosserie de Joseph Rao et de son fils Joe pour « repérer » les lieux. Leur plan était simple, se faire passer pour un individu intéressé par une offre d’emploi comme laveur de voiture, que le garage Rao proposé. Walker Mathews, aurait donné un faux nom, un faux numéro et aurait attendu que Joseph Rao lui présente le secteur ou il allait travailler, pour tenir une embuscade et l’abattre avec un fusil de chasse. Interrogé par les policiers, Joseph Rao se souvint bien avoir eu dans sa boutique en « Octobre-Novembre », un homme « noir » qui était fortement intéressé par le poste que proposé le garage. Ce dernier était d’accord pour lui donner le boulot mais il avait déclaré à l’individu (Walker Mathews) qu’il devait d’abord en parler à son fils Joe, ce qui décala de quelques jours le contrat des frères Mathews et sans le vouloir sauva la vie à Joseph et Joe Rao. Quand les deux frères retournèrent au garage « Rao », la boutique était fermée par la police dans le cadre d’une enquête pour « fraude à l’assurance », et c’est à ce moment là, que d’après Walker Mathews, lui et son frère se concentrèrent sur le troisième contrat qu'avait demandé Ron Galati, celui du beau-fils, Andrew Tuono. Cela fait des années que la police de Philadelphie et le FBI suivent le « parcours criminel » de Ron Galati. D’après Louis "Finger Bent Lou" Monacello, un ancien Capitaine de la famille de Philadelphie qui témoigna lors du procès de Joseph Ligambi et George Borgesi (Louis Monacello continue son témoignage contre les membres de la famille de Philadelphie), Ron Galati faisait une copie des clés de ses clients dont il avait réparé les voitures pour pouvoir les voler et les revendre par la suite, un business qui fut très lucratif. Pendant des années, Ron Galati côtoya des « personnalités » du crime organisé, comme George Borgesi l’actuel Consigliere de la famille mafieuse, ou encore Joseph Merlino, qui d’après certains journalistes serait le Boss de la Cosa Nostra à Philadelphie (Cf : Joey Merlino veut se retirer de la Mafia). Depuis la Floride, ou ce dernier réside actuellement, l’ancien Parrain déclara au journaliste « La seule chose que connait Ron Galati sur moi, ce sont la couleur de mes cheveux ».

Partager cet article