Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LCN

RÉQUISITOIRE FINAL DANS LE PROCÈS CONTRE LA MAFIA DE PHILADELPHIE

11 Janvier 2014 , Rédigé par Xav + A.S Publié dans #Philadelphie

RÉQUISITOIRE FINAL DANS LE PROCÈS CONTRE LA MAFIA DE PHILADELPHIE

Apres plusieurs mois de procès, après des heures d'enregistrements vidéos et sonores passés dans le tribunal, c'était au tour en début de semaine, aux procureurs fédéraux et à la défense, de rentrer dans les derniers réquisitoires. Pour les procureurs fédéraux, et en particulier pour John Han, la Mafia à Philadelphie, appelé aussi sous le nom de "Cosa Nostra", est une organisation criminelle, qui gagne de l'argent grâce aux prêts usuraire, aux jeux, à la drogue et qui a pour seul mot d'ordre la violence et le meurtre, pour parvenir à ses fins. Pour ce dernier, un homme dirige cette organisation depuis près de 10 ans. Cette homme? c'est Joseph Ligambi (voir photo à gauche), qui dans des enregistrements audio passés pendant le procès, est clairement identifié par ses amis et Associés comme l'Acting Boss de la famille de Philadelphie. Le deuxième homme de cette organisation pour John Han, c'est son neveu, George Borgesi (voir photo à droite) Pendant tout le procès, et grâce à l'aide de nombreux témoins, les procureurs fédéraux ont essayé de démontrer que même en étant incarcéré dans un pénitencier fédéral de haute sécurité, George Borgesi a continué grâce à l'aide de plusieurs membres et notamment de sa femme Alyson Borgesi, à gérer les affaires criminelles de la famille de Philadelphie (Cf : La femme de George Borgesi dans le collimateur de la justice) : "Dans ce procès, nous avons montré comment la Mafia gagnait son argent, mais surtout, comment les membres de sa hiérarchie (Joseph Ligambi et George Borgesi) récoltait les bénéfices de ces activités criminelles" déclara le procureur. Reconnaissant que les témoins du gouvernement étaient des anciens criminelles, le procureur John Han, déclara que Peter "Pete le Crumb" Caprio, Louis "Finger Bent Lou" Monacello et Anthony Aponick, étaient venus d'eux même témoigner, car ils étaient "leurs associés, leurs partenaires de tous les jours dans cette organisation". En expliquant cela au jury, il voulait démontrer que seul eux, pouvaient raconter exactement comment les deux accusés gagnés leur argent. Mais pour les avocats de la défense, la Mafia à Philadelphie, a été démantelé grâce aux nombreuses arrestations effectuées par le FBI à la fin des années 1990, et donc avant l'arrivée au pouvoir des deux accusés, à la tête de la Cosa Nostra : "Cela n'existe plus, après 14000 heures d'enregistrement, près de 12 ans d'enquête, et des milliers d'heures de surveillance, entrainant près de 40 perquisitions, les procureurs n'ont jamais réussi à démontré que mon client (Joseph Ligambi) avait reçu de l'argent venant des activités criminelles de la Mafia" déclara Edwin Jacobs. Pour Christopher Warren, l'avocat de George Borgesi, ce procès, fut le "théâtre de l"absurde". Pour les avocats, les seules preuves, sont une réunion entre des anciens "amis" dans un restaurant du New-Jersey ou rien de concret était sortit de ces enregistrements. Pendant près de cinq heures, les deux accusés restèrent impassibles. Seul, George Borgesi, secoua de temps en temps la tête pendant le réquisitoire du procureur fédéral John Han, qui continuera en fin de semaine.

Partager cet article